ALLAR André Joseph- Sculpteur

Biographie

Sculpteur

né le 22 août 1845 à Toulon et mort le 11 avril 1926 dans la même ville

André Allar est le fils de Benoît David César Allar, ouvrier de l’arsenal de Toulon, et d’une couturière, Hélène Talon. Le père d'André Allar avait hérité du château du Castellet et l’avait offert à la commune. Son frère aîné, le futur architecte Gaudensi Allar, travaille d’abord à l’arsenal puis s’embauche en 1855 comme mousse sur un navire. De retour, Gaudensi est employé dans une imprimerie où il fera admettre son frère André comme apprenti en 1857. André Allar sculpte des vieux plombs de l’imprimerie. Ses dispositions pour la gravure et la sculpture sont vite remarquées, et il est embauché dans une entreprise de sculpture à Toulon. Sa mère le confie à son frère, M. Talon, qui travaille à la nouvelle cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille.

André Allar et son frère Gaudensi sont admis à l’École des beaux-arts de Marseille. Gaudensi travaille avec Henri-Jacques Espérandieu et décide d’envoyer son frère André à Paris pour se perfectionner dans la sculpture. André Allar sera élève à l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers d'Eugène Guillaume, d'Antoine Laurent Dantan et de Jules Cavelier. Il obtient le grand prix de Rome en sculpture de 1869. Il visite la Toscane, l’Ombrie, Florence et Anzio.

Travailleur acharné, son talent est apprécié, et de grands collectionneurs et amateurs d’art font appel à lui. Par décret du 28 février 1896 André Allar est promu officier de la Légion d'honneur. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts, section sculpture, au fauteuil de Eugène Guillaume, le 20 mai 19053.
Le 7 novembre 1911 il est reçu membre correspondant à l'Académie de Marseille.
Il meurt à Toulon le 11 avril 1926 en tombant accidentellement d’un échafaudage.

Grand prix de Rome en 1869
Pensionnaire de la Villa Medicis (1870-1873).
Membre de l'Institut, Académie des Beaux-arts, Section sculpture (élu en 1905).

Écrit parfois son nom "Allard" jusqu'en 1875
 

Œuvres

  • Hécube découvrant le cadavre de Polydore, Musée des beaux-arts de Marseille
  • La mort d’Alceste, inspirée par la mort de sa femme, jardin public de l’hôtel de ville de Lisieux, 1881
  • Enfant des Abruzzes, bronze au musée d’Orsay
  • Alexandre le Grand buvant tandis que son médecin Philippe lit la lettre de Parménion, bas relief, école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris5
  • Buste de Franz Mayor de Montricher, galerie du palais Longchamp, Marseille.
  • Statue en bois de saint Paul dans l'église Notre-Dame-du-Bon-Voyage de La Seyne-sur-Mer.
  • Sainte Madeleine, façade de la Cathédrale Sainte-Marie-Majeure, Marseille.
  • Fontaine de la Fédération, place de la Liberté, à Toulon
  • Quatre cariatides dans les loggias aménagées au-dessus des entrées respectives du musée et de la bibliothèque du musée d'art de Toulon ; ces cariatides représentent :
    • côté bibliothèque, la poésie couronnée de lauriers et tenant une lyre, et l'histoire portant une tablette et un stylet
    • côté musée, la peinture avec pinceau et palette, et la sculpture parée d'une statuette et d'un ciseau
  • Fontaine, place Estrangin à Marseille, représentant Mercure enfant et une sirène tenant une corne d’abondance, allégories de la richesse du commerce
  • Fontaine, place Castellane à Marseille, en collaboration avec Jules Cantini
  • Portrait de son frère Gaudensi, musée des beaux-arts de Toulon
  • Statues de Jean Bullant et de Jean Goujon sur la façade de l’hôtel de ville de Paris
  • Statue de Frédéric Le Play dans le jardin du Luxembourg à Paris
  • "L'Éloquence": statue en façade nord de la Chapelle de la Sorbonne, en pendant à "La Poésie" de Martial Thabard
  • Jeanne et ses voix sculpté en 1894 et situé sur le parvis de la basilique du Bois-Chenu
  • Monument du Centenaire commémorant le premier rattachement de Nice à la France, inauguré en 1896 devant le jardin Albert 1er ; la statue de bronze représente une victoire ailée prêtant serment de fidélité à la France et le groupe de marbre une allégorie de Nice se donnant à la France.
  • Fronton d'entrée de la galerie de Paléontologie, Paris, Museum d'Histoire naturelle
  • L'Histoire des transports, frise, 1900

Bibliographie

- Dictionnaire général des artistes de l'École française, par E. Bellier de la Chavignerie, 1887, suppl., p. 11.
- Dictionnaire universel des contemporains, par L. G. Vapereau, Paris, 1893, p. 27.
- Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler, par U. Thieme et F. Becker, 1907, p. 301.
- "Notice sur la vie et les travaux d'André Allar", par P. Landowski, Publications de l'Institut de France, 1932, n° 22, 22 p.
- Dictionnaire des Peintres, Sculpteurs, Dessinateurs et Graveurs, par E. Bénézit, Paris, 1978, t. I, p. 119.
- Dictionnaire des Marseillais, Académie de Marseille, Edisud, Marseille, 2001.

Monuments dont il est l'un des auteurs (2)

France
Guise (02120)

Place

1914-18, 1939-45, Indochine (46-54), AFN-Algérie (54-62)

Mur, Femme avec enfant(s)

France
Laval (53000)

Cimetière communal

1870-71

Obélisque sur socle, Femme avec épée, Couronne Laurier, Chêne/Ruban, Étoile(s), Palme(s)