VERAART Chrétien Guillaume- Architecte

Biographie

Architecte - (31 mars 1872 à Berg-op-Zoom (Pays Bas) - 10 janvier 1951 à Uccle) 
Après sa naissance, sa famille a déménagé en Belgique. En 1910, Veraart a acquis la nationalité belge.
Il a étudié à l'Institut supérieur Saint-Luc à Schaerbeek (Bruxelles). Il fait partie de la génération d'artistes néo-gothiques de Saint-Luc.

Pendant sa carrière, Vervaart a remporté plusieurs prix et distinctions. Il est nommé Chevalier de l'Ordre de la Couronne et il a reçu un médaille pour ses activités de restauration après la Première Guerre mondiale. Pendant l'entre-deux-guerres, il a restauré beaucoup d'églises, de mairies et d'écoles, notamment dans les environs d'Ypres et dans le Brabant Flamand. En 1913, Vervaart a gagné le médaille d'or à l'Exposition universelle de Gand.

Œuvres

il restaure et construit beaucoup d’églises dans tout le pays. A Bruxelles, il est l’auteur de l’église Saint-Rémi, boulevard du Jubilé à Molenbeek, et de l’église du Précieux Sang à Uccle.

Mais des familles catholiques s’adressent aussi à lui pour leur demeure. Au quartier d’Opale, Veraart construit en 1912, pour un comptable, une maison de maître au numéro 131 de l’avenue Emile Max.

Tout près du quartier d’Opale, Veraart construit la toute première demeure du côté impair du boulevard : le numéro 213 à l’angle avec le square Vergote déjà partiellement bâti.  A l’exception d’un café près de la place Meiser, c’est la seule bâtisse du boulevard Reyers dont le permis de bâtir est demandé avant la Première Guerre Mondiale. Il est introduit auprès de la commune de Schaerbeek le 6 juin 1914 par Paul Jourdain, patron de presse catholique. Veraart ne terminera la maison de maître que pendant cette guerre. Après la Seconde Guerre mondiale, la maison devint pendant de nombreuses années le salon à la mode pour les réceptions de mariage.

Veraart est aussi fort demandé pour ses qualités de restaurateur : on lui confie notamment les restaurations de l’abbaye de la Cambre et du château de Rubens à Elewijt. Après la Première Guerre Mondiale, il est chargé de la reconstruction de la Collégiale de Notre-Dame de Dinant, gravement endommagée lors des bombardements et de l’incendie par l’armée impériale allemande en 1914. Il s’occupe également beaucoup de la reconstruction de la ville d’Ypres, dévastée pendant cette même guerre.

Monuments dont il est l'un des auteurs (2)

Belgique
Hastière-par-Delà (5541)

Près de l'église

1914-18

Bas-relief, Christ

Belgique
Pellenberg (3212)

Cimetière communal

1914-18

Piédestal surmonté d'une Croix, Tombe(s), Palme(s), Lion(s)