BAFFIER Jean Eugène- Sculpteur

Biographie

Sculpteur - Paris

Né le 18 novembre 1851 à Neuvy-le-Barrois (Cher) - mort à Paris le 19 avril 1920

En 1864, l'émerveillement de Jean Baffier devant la cathédrale de Nevers est à l'origine de sa vocation. Il est d'abord tailleur de pierres sur le chantier de restauration de la cathédrale et élève à l'École des beaux-arts de Nevers. À Paris il suit les cours d'Aimé Millet et de Joseph Garnier. Il se fait connaître par des figurines en bronze (Le Vigneron, Le Faucheur, Le Vielleux) et des étains (vases, candélabres, services de table) décorés de motifs végétaux. Il réalise également des statues et des bustes de personnages historiques (Louis XI, Jean-Paul Marat, Jean-Jacques Rousseau). Il expose au salon de 1880 un buste de la République, commandé par la mairie du XIXe arrondissement de Paris.
Fervent régionaliste, il s'intéressa à la musique traditionnelle et aux contes populaires du Berry, et fonda en 1886 Le Réveil de la Gaule, revue qui dura jusqu'en 1912. Il est également l'auteur d'un recueil de récits berrichons, Nos géants d'auterfoés, dans lequel il mentionne de nombreux lieux ruraux, tels les villages de Coust ou de Saint-Pierre-les-Étieux.
Jean Baffier voulut ranimer la foi des derniers ménétriers. Après avoir rassemblé quelques vielleux et cornemuseux, il fonda à Paris, le 30 mars 1888, la Société des Gâs du Berry et aultres lieux du Centre, sise au 6, rue Lebouis dans le 14e arrondissement. Il dota cette société de deux emblèmes : la bannière et le bâton. La première bannière se compose d'un panneau de bois muni d'un manche. Elle porte la devise : « Nout' soup' est maigre mais j' la trempons dans nout' écuelle ».
Comme la plupart des fondateurs du mouvement folklorique, Jean Baffier avait des idées réactionnaires et était antisémite. On trouve ses écrits dans les journaux de l'époque (Journal du Cher, Dépêche du Berry).
Il est enterré au cimetière de Sancoins (Cher).

Œuvres

  • Monument aux morts de 1870, ou Monument aux enfants du Cher, 1905, statue en bronze
  • Bourges - l'Homme Taureau ou l'Espoir est inauguré le 02/06/1907 
  • Paris, square de l'Aspirant-Dunand : Monument à Michel Servet, 1908, statue en marbre.
  • Vizille, musée de la Révolution française : Louis Antoine de Saint-Just, 1886, statue en plâtre.
     

Bibliographie

Benezit E., Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Grund, 1999, Tome 1, p. 632

Monument dont il est l'un des auteurs (1)

France
Bourges (18000)

Rue/Route

1870-71

Piédestal, Cultivateur(s) - Paysan(s), Médaillon Tête de Soldat, Drapeau, fusil, palme entrecroisés, Palme avec ruban