BRANDON Raoul- Architecte

Biographie

Architecte et homme politique -
  • né le 24 mars 1878 à Lucé (Eure-et-Loir) et décédé le 4 décembre 1941 à Assay (Indre-et-Loire).
  • Issu d'une famille modeste - son père est cloutier - de huit enfants, il se révèle un étudiant brillant. Une bourse lui est attribuée par sa ville natale, qui lui permet d'effectuer des études d'architecture. Il remporte alors de très nombreux prix et concours et devient professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts.
  • Après avoir créé sa propre agence d'architecture, il s'investit dans les associations professionnelles, devenant membre du Conseil supérieur des Beaux-Arts et en prenant la présidence de la Société libre des artistes français.
  • Élève de Louis Henri Georges Scellier de Gisors et de Alphonse Defrasse, il expose au Salon des artistes français dès 1903 et y obtient en 1905 une médaille de 3e classe puis en 1911, une médaille de 1re classe.
  • Comme architecte, on lui doit de nombreuses et remarquables réalisations, parmi lesquelles on peut citer l'Hôtel des Postes de Chartres, un ensemble d'habitations à bon marché à Bagnolet, des immeubles de rapport aux 172 avenue du Maine, 1 et 2 rue Huysmans, 199-201 rue de Charenton à Paris, ainsi qu'un certain nombre de monuments funéraires au cimetière du Père-Lachaise.
  • Après la Première Guerre mondiale, il se lance en politique. De convictions socialistes réformistes, il milite au Parti républicain-socialiste et devient conseiller municipal de Paris et conseiller général de la Seine en 1925, élu dans le quartier de la Sorbonne.
  • En 1928, il se présente aux élections législatives au siège laissé vacant par Paul Painlevé, autre républicain-socialiste, parti se faire élire dans l'Ain. Il est élu, puis réélu en 1932 et 1936, cette dernière fois sous les couleurs de l'Union socialiste républicaine.
  • Lors de la campagne pour les élections de 1928, il fait face à la colère d'étudiants du Quartier latin. En effet, il avait fait supprimer des toilettes publiques, sales et de mauvaise fréquentation. Ces étudiants décident donc de présenter face à lui la candidature d'un personnage simplet, Paul Brandon, dit Paul Duconnaud, qu'ils présentèrent comme « ingénieur-pépinérieste » face à Raoul Brandon, « architecte-paysagiste » de profession. Il échoue au premier tour, n'emportant que quelques voix. Les étudiants le font alors se désister au profit du député sortant, affichant ensuite dans le quartier : "Voter Brandon, c'est encore voter Duconnaud !.
  • Au Parlement, il mène une activité intense dans tous les débats relatifs au logement et aux bâtiments publics. Il se fait l'inlassable avocat de la construction d'habitations à bon marché.
  • Le 10 juillet 1940, il vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au maréchal Pétain et décède sous l'occupation allemande.

Monument dont il est l'un des auteurs (1)

France
Farbus (62580)

Près de l'église

1914-18, 1939-45

Mur, Femme bras en croix