DEVREUX Émile- Architecte

Biographie

Architecte - Charleroi (Belgique)
  • Émile Devreux est un architecte, homme politique belge et un militant wallon, membre du Parti libéral, né à La Hestre le 17 novembre 1857 et mort à Charleroi le 22 décembre 1933.
  • Architecte de formation, Emile Devreux fut également bourgmestre de Charleroi de 1904 à 1921.
  • Lors de l’invasion allemande en 1914, Devreux négocie le « Traité de Couillet » afin d'éviter à Charleroi d'être la cible de bombardements, et ce, en contrepartie de moyens financiers importants. Les exigences imposées par les allemands vont fortement peser sur la population, mais la destruction de la ville est évitée. Émile Devreux avait un fils, Gabriel, architecte de profession.
  • Au début de la guerre, Gabriel s’engage comme volontaire. Il mènera une carrière militaire exemplaire, avant d'être mortellement blessé par un éclat d'obus, en août 1917.
  • Architecte de formation, il exerça ses talents dans l'industrie. Il est alors le collaborateur de Julien Dulait et travaille avec lui à des installations d'éclairage électrique en Belgique et à l'étranger.
  • Il est échevin de Charleroi en 1895, puis bourgmestre de 1904 à 1921. En collaboration avec Jules Destrée, il organise l'exposition de Charleroi de 1911.
  • Le 23 août 1914, il prend la tête d'une délégation qui part négocier le « traité de Couillet » avec Max von Bahrfeldt, commandant de la 19e Division de Réserve de la Seconde armée allemande. Il obtient, contre une imposition importante à laquelle contribue les communes de l'agglomération, la fin des bombardements de la ville par l'armée allemande.
  • Il se retire de la vie politique en 1921 et devient président de la Société archéologique de Charleroi en 1926, fonction qu'il exerce jusqu'à sa mort. Sa principale contribution à l'histoire locale réside dans la réalisation des plans de la ville forte de Charleroi depuis les origines en 1666 jusqu'au démantèlement de 1868.
  • Il est chargé par la Commission royale des Monuments et des Sites de faire le relevé et l'étude des fouilles pratiquées en 1916 à Binche sur le site du palais construit pour Marie de Hongrie. Les résultats furent publiés en 1930 dans une brochure intitulée Les Châteaux de Binche.

Œuvres

Le monument aux morts de Charleroi, communément appelé « A nos Martyrs », honore la mémoire des victimes des deux conflits mondiaux. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les autorités carolorégiennes décident d’élever un monument afin d’honorer la mémoire des victimes de la guerre. Initialement, le monument devait se situer au croisement de la rue de la Montagne et des boulevards Audent et de l’Yser ; ce quartier fut totalement dévasté lors de l’arrivée des troupes allemandes en août 1914. Des travaux de fondation y sont menés, mais il est finalement décidé d’ériger la construction Ville-Haute, au début de l’avenue de Waterloo.
Le monument A Nos Martyrs
Une souscription publique est lancée afin de permettre la concrétisation du projet, confié à l’architecte Emile Devreux et au sculpteur Jules Lagae. Le nom même de Devreux, lié au mémorial, augmente la portée de celui-ci. Architecte de formation, Émile Devreux fut également bourgmestre de Charleroi de 1904 à 1921. Lors de l’invasion allemande en 1914, Devreux négocie le « Traité de Couillet » afin d'éviter à Charleroi d'être la cible de bombardements, et ce, en contrepartie de moyens financiers importants. Les exigences imposées par les allemands vont fortement peser sur la population, mais la destruction de la ville est évitée.
Émile Devreux avait un fils, Gabriel, architecte de profession. Au début de la guerre, Gabriel s’engage comme volontaire. Il mènera une carrière militaire exemplaire, avant d'être mortellement blessé par un éclat d'obus, en août 1917.

Monument dont il est l'un des auteurs (1)

Belgique
Charleroi (6000)

Rue/Route

1914-18, 1939-45

Obélisque, Femme = Victoire ailée, Femme - Représentation symbolique