Dépôt complet

Les champs marqués d'une étoile * sont obligatoires

Contact

Monument

La carte qui se trouve en vis-à-vis de ces champs vous permet d'ajuster précisément la position en déplacant le curseur de la carte.
Les coordonnées géographiques se mettront à jour automatiquement.

Actualiser la carte

Économie

Type de monument

Sélectionner le(s) type(s) de monument
  • Monument communal

Médias du monument

Ajouter des médias
Afficher les médias

Auteurs du monument

Nouvel auteur
Auteur Métier
LEROY Victor Sculpteur

Description par mots-clés

Nouveau mot-clé
Monument (Structure)
Guerre 1870-1871 (Représentations - Soldats)
Ancre marine (Ornementation civile)
Casque au sommet (Ornementation militaire - Armes - Équipement militaire)
Drapeaux entrecroisés (Ornementation civile - Drapeau(x))
Blason (Ornementation civile)
Baïonnette (Ornementation militaire - Armes - Armes)
Canon (Ornementation militaire - Armes - Armes)
Fusil (Ornementation militaire - Armes - Armes)
Étoile(s) (Ornementation civile)

Evénements (permet de créer la vie du monument au fil des années)

Nouvel événement
Date Type d'événement Source Description
1903 Construction Jean Gaultier (via D Dubant)

1903, une réalisation controversée

* Jean Gaultier dans son « Histoire de La Châtre en Berry » publiée en 1982 signale que la construction du monument fit l’objet de controverses :

«Le monument des vétérans de 1870 fut l’objet de dissentiments entre Victor Leroy et le bureau de la Section (des Vétérans) de La Châtre. L’Echo de l’Indre (le journal local) du 2 octobre 1903 rapporte les critiques faites : ce monument est le travail d’un étranger à la ville, on le considère comme une œuvre funéraire de conception naïve et d’exécution enfantine. Il a été décidé de surseoir à l’inauguration. Eugène Despruneaux, président de la Section (des Vétérans), a fait défense à Victor Leroy de continuer les travaux. Des inscriptions insultantes ont été tracées sur le socle du monument… Que M. Leroy Victor, antiquaire, lit-on dans le Journal de La Châtre se console. Un homme si bien doué soit-il ne saurait être universel. Il à l’honneur d’être le ferblantier (celui qui fabrique des ustensiles ménagers en fer-blanc recouverts d’une fine couche d’étain comme des casseroles, bassines, assiettes, etc) de George Sand (la romancière française Amantine Aurore Lucile Dupin, qui signait ses oeuvres sous le pseudonyme de George Sand, à vécu et est morte le 8 juin 1876 dans son château à Nohant-Vic (Indre) qui se trouve à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de La Châtre). Que lui faut-il de plus ? ».

Des comptes seront demandés à Victor Leroy qui répondra avec précision. Ses lettres, sans rectification de l’orthographe seront publiées dans « L’Écho de l’Indre »

(GAULTIER 1982, pages 136-137).

 

Ajouter des médias à l'événement
08/11/1996 Rénovation Didier Dubant

La Nouvelle République du vendredi 8 novembre 1996 page 8

1996, restauration du monument

“Le monument érigé en l’honneur des soldats morts à la guerre de 1870 vient d’être restauré par la municipalité... ...ce monument en pierre du Tarn, avait subi les outrages du temps et il devenait nécessaire de rejointoyer les pierres, combler les trous et d’une façon générale le nettoyer.

Un monument qui n’a pas toujours été dans le patrimoine de la commune, puisqu’il a été érigé, place du Bosquet à cette époque, qu’après autorisation donnée par le Conseil municipal dans sa séance du 15 mai 1903. Cette autorisation faisait suite à une demande formulée par Victor Leroy, président d’honneur de la 1.132e section des vétérans de La Châtre. Une souscriptiion n’avait rapporté que quelques centaines de francs pour l’érection d’un monument en “l’honneur des enfants de l’arrondissement Morts pour la Patrie”. Le Conseil assortissait sa décision d’une souscription de la commune de 300 F. Mais l’emplacement avait déjà donné lieu à de vives controverses au sein du Conseil municipal de l’époque. Certains le voyaient place de la République, une majorité se dessina pour la place du Bosquet... ...Une autre contestation devait surgir par la suite : la conception même que certains voyaient en monument funéraire, une “pyramide inesthétique”, qu’un entrepreneur de Châteaumeillant (Cher) avait été chargé de réaliser. Mais Eugène Despruneaux, le président des vétérans, jugea que le président honoraire avait outrepassé ses prérogatives et ordonna l’arrêt des travaux et il ne fut jamais inauguré”

 

Ajouter des médias à l'événement

* Conflits commémorés (après avoir choisi la guerre concernée, remplir avec les noms des morts tels qu'ils sont affichés sur le monument)

Nouveau conflit
Conflit Liste des morts
1870-71 Pas de noms.

Autres communes concernées (choisir ci-dessous les autres communes dont les noms des morts sont inscrits sur le monument déposé)

Nouvelle commune