France (Eure-et-Loir) Chartres (28000)

Conflits commémorés
  • 1870-71
  • Monument départemental
  • Monument/Plaque pour 1870
informations déposées par Casier Micheline et mises à jour par Fleury Louis, Martine Aubry dernière mise à jour le 27/11/2021

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Arc
      • Arc de triomphe

Economie

Emprunt

3 583 francs

Inscriptions présentes sur le monument

RF

À LA MÉMOIRE
DES ENFANTS D'EURE-ET-LOIR
MORTS POUR LA PATRIE

L'AN MDCCCCI ÉMILE LOUBET ÉTANT PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
CE MONUMENT
ÉRIGÉ PAR LE GOUVERNEMENT
ET PAR LES CITOYENS D'EURE-ET-LOIR
A ÉTÉ INAUGURÉ LE XXVII OCTOBRE EN PRÉSENCE DE
JOSEPH CAILLAUX MINISTRE DES FINANCES
ÉMILE LABICHE SÉNATEUR PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL
GEORGES FESSARD MAIRE DE CHARTRES

Les morts

Pas de noms

Historique du monument

  • 1895
  • Autres 02/1895

    L'idée de construire un tel ouvrage était née en février 1895 dans l'esprit du marquis de Maleyssie, ancien commandant du 1er bataillon des mobiles d'Eure-et-Loir pendant la guerre franco-prussienne. Il ...

    Lire la suite
    Autres 02/1895

    L'idée de construire un tel ouvrage était née en février 1895 dans l'esprit du marquis de Maleyssie, ancien commandant du 1er bataillon des mobiles d'Eure-et-Loir pendant la guerre franco-prussienne. Il sut convaincre Emile Labiche, président (républicain modéré - l'homme avait été préfet d'Eure-et-Loir de septembre 1870 à janvier 1871) du conseil général d'Eure-et-Loir, de créer un comité de souscription afin de trouver les 60 000 francs nécessaires.

  • 1901
  • Inauguration 27/10/1901

    L'inauguration du monument se déroula le 27 octobre 1901 sous le patronage de Joseph Caillaux, ministre des Finances (qui sera plus tard le père de la réforme inventant l'impôt sur ...

    Lire la suite
    Inauguration 27/10/1901

    L'inauguration du monument se déroula le 27 octobre 1901 sous le patronage de Joseph Caillaux, ministre des Finances (qui sera plus tard le père de la réforme inventant l'impôt sur le revenu), en l'absence excusée du président de la République Emile Loubet. Au total, en comptant tous les notables locaux dont Paul Deschanel, président de la Chambre des députés et député de Nogent-le-Rotrou, 15 000 personnes assistèrent à la cérémonie, 1 700 privilégiés trouvant place dans une tribune installée place Châtelet ou sur un parterre de chaises.
    Un incident, sous la forme de cris et de huées au moment des discours, perturba la cérémonie. Il fut provoqué par quelques trublions nationalistes. On a du mal à imaginer à quel point à cette époque l'opposition entre les radicaux au pouvoir et les conservateurs minoritaires, entre partisans de la laïcité et défenseur de l"Eglise catholique, était virile et incorrecte.