France (Nord) Comines (59560)

Conflits commémorés
  • 1870-71
  • Monument communal
informations déposées par Pires Elia et mises à jour par Sence Michel, dernière mise à jour le 07/05/2018

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Colonne
  • Autres représentations
    • Pot à feu
  • Ornementation associée
    • Épée et palme entrecroisées

Sur une base carrée à deux volées de gradins, bornée de quatre bittes circulaires posées sur un socle octogonal (l’une d’elles renseigne à travers des inscriptions gravées dans la pierre : « L. FORTIER Architecte ; A. LAOUST Sculpteur ; B et J. DESTREBECQ Entrepreneurs »), se dresse un piédestal en forme d’octogone irrégulier comprenant, sur ses faces lisses, en plus de l’inscription entre deux croix grecques inscrites dans un cercle « Comines à ses enfants morts pour la patrie », quatre anneaux d’amarrages et deux oculi d’où s’écoulent des flots d’eau (référant sans doute aux deux fleuves principaux présents sur le théâtre des batailles : le Rhin et la Meuse). Cette partie est surmontée d’un motif de bossage frappé des armes à six roses de Comines-France et surmontée d’une base comprenant, sur ses angles, quatre bouches de canons (dont deux ont aujourd’hui disparu).

La colonne lisse qui le surplombe possède un fut orné d’une épée (dont la lame est pointée vers le ciel, figure signifiant que le combat est engagé) autour de laquelle est enlacée une palme (symbole du martyr mais aussi du héros). Plus haut, surplombant un chapiteau composite, se dresse un pot-à-feu muni de quatre anses et de figures décoratives circulaires sur sa panse. Sa flamme vive, fièrement dressée vers le firmament, met au pinacle le souvenir vivace de ces braves soldats sacrifiés pour la France, modèles pour les générations futures. 

Le lecteur désireux de comprendre la grande aventure vécue par les « provinciaux » (comme ceux de Comines) durant le conflit franco-prussien, tant sur le front de l’Est que dans la région, en aura un aperçu à travers des souvenirs et lettres édités chez Ramsay : G. LE TERVANICK, Souvenirs de l’année terrible, Paris, 2010.

Inscriptions présentes sur le monument

COMINES À SES ENFANTS MORTS POUR LA PATRIE

Les morts

Pas de noms

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Archives municipales

CLYNCKEMAILLIE, O., Ces chers disparus et leurs monuments ou l'au-delà industriel et civil au cimetière nord de Comines-France (1856-1956)..." (=Mémoires de la Société d'Histoire de Comines-Warneton et de la région, t. 46), Comines, 2016, pp. 95-97.

Historique du monument

  • 1898
  • Inauguration 25/09/1898
    Source : Clynckemaillie Olivier

    érigé par Laurent Fortier en 1898 place du Rond-Point (aujourd’hui renommée place de la Liberté), inauguré le 25 septembre de la même année

  • 1905
  • Déplacement 1905
    Source : Clynckemaillie Olivier

    Lors de la mise en place du tramway en 1903, il avait fallu dévier les rails pour contourner le monument. On raconte aussi que Désiré Ducarin, qui avait bâti sa ...

    Lire la suite
    Déplacement 1905

    Lors de la mise en place du tramway en 1903, il avait fallu dévier les rails pour contourner le monument. On raconte aussi que Désiré Ducarin, qui avait bâti sa demeure patricienne sur l’un des angles de la place, l’aurait fait déplacer car il avait été commandé et érigé par les édiles municipaux (et adversaires politiques) qui l’avaient précédé au siège mayoral !"

     

    déplacé en 1905 au cimetière sur ordre de Désiré Ducarin, maire de 1904 à 1918