France (Seine-Maritime) Rouen (76000)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument professionnel et syndical - Aux Forains
informations déposées par Etienne Charlotte et mises à jour par Choubard Alain dernière mise à jour le 25/10/2018

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Monument
      • Monument à colonnes
  • Représentations féminines
    • Femme avec divers attributs
      • Femme avec palme
  • Représentations - Soldats
    • Soldats morts
      • Poilu mort
  • Représentations animalières
    • Lion(s)
La réalisation en fut confiée à l'architecte Jean Dahmen, sur une maquette du sculpteur Maxime Real del Sarte (1889-1954). De conception originale, l'édifice s'inspire des formes antiques : un hémicycle de 11 mètres comprenant 4 colonnes, surmontées d'un fronton
La sculpture centrale, placée sur une volée de 9 marches, représente 2 lions traînant un char portant la Gloire ailée qui tend de son bras droit une couronne de lauriers et soutient de son bras gauche un poilu mourant.
Au cours du bombardement du 17 août 1942, une torpille décapita un des lions. La restauration fut assurée par Real del Sarte, qui confia le travail au sculpteur rouennais Richard Dufour. La Ville de Rouen, à laquelle les forains avaient remis le monument lors de son inauguration et qui était donc responsable de son entretien, toucha une subvention du Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme.

Commentaires

À l'issue de la première guerre mondiale, les forains, désireux d'édifier un monument à la mémoire de leurs disparus, créèrent à Asnières un comité présidé par Alphonse Rancy.
La mairie de Neuilly examine la demande (voir ci-dessous À propos) le 11 juillet 1923 et renvoie la décision à la mairie de Paris qui refuse l'autorisation d'implanter un monument.
Le roi des belges, Albert 1er, proposa de l'ériger à Bruxelles, mais ce fut finalement Rouen qui fut choisie par le comité, en raison de l'importance de la foire Saint Romain, qui permet aux forains de se réunir un mois durant fin octobre - mi-novembre. Un autre monument a été édifié à Anderlecht (Bruxelles)

Inscriptions présentes sur le monument

AUX FORAINS
MORTS GLORIEUSEMENT
1914 POUR LA PATRIE 1918

À l'issue des travaux, en septembre 1949, on apposa au pied de la statue une plaque portant l'inscription
À NOS MORTS
DE LA GUERRE 1939-1945
SOLDATS, REQUIS, DÉPORTÉS, VICTIMES
DE L'EXTERMINATION ET DU NAZISME

Les morts

Pas de nom
Pas de nom

Historique du monument

  • 1923
  • À propos... 11/07/1923
    Source : Archives des Hauts-de-Seine-DO3/158

    Délibération du conseil municipal de la ville de Neuilly-sur-Seine Séance extraordinaire "J'ai reçu du Comité pour l'érection du Monument aux Poilus forains morts pour la France, la lettre ...

    Lire la suite
    À propos... 11/07/1923
    Délibération du conseil municipal de la ville de Neuilly-sur-Seine
    Séance extraordinaire
    "J'ai reçu du Comité pour l'érection du Monument aux Poilus forains morts pour la France, la lettre suivante :
    ...
    Vous avez probablement tous vu la maquette de ce monument qui a été exposée pendant la durée de la fête de Neuilly, par les soins du Comité, sur la contre-allée de l'avenue de Neuilly, à l'angle de la rue d'Orl"ans.
    Il est certain que l'emplacement demandé est bien choisi car le Monument, sur ce point, ne gênerait auccune perspective.
    À un autre point de vue, il serait bien placé à cet endroit car, comme l'a ditM. Binet-Valmer lorsque la maquette nous a été présentée, "les forains voudraient que leur sacrifice fut commémoré à l'endroit même où ils appellent, depuis tant d'années, la foule qui s'agite et trop souvent oublie".
    Votre Commission plénière qui a examiné cette question ayant été d'avis de donner un avis favorable à ce sujet, je vous propose de prendre la délibération suivante :
    LE CONSEIL MUNICIPAL
    VU l'exposé du Maire,
    Après en avoir délibéré,
    Émet un avis favorable au sujet de l'emplacement demandé, près de la porte Maillot, sur le territoire de Neuilly, par le Comité chargé de l'érection du Monument aux Poilus forains morts pour la France pendant la guerre de 1914-1918.
    Mais fait remarquer que l'emplacement demandé est situé sur une contre-allée du boulevard Maillot dont le sol appartient à la ville de Paris, comme dépendance du sBois de BOulogne, et que par conséquence, la demande d'érection du Monument, sur ce point, devra être adressé à M. le Préfet de la Seine.
    ...
    LE CONSEIL Municipal
    Après en avoir délibéré,
    Approvue l'exposé et le projet de délibération ci-dessus transcrits...
  • 1930
  • Délibérations Conseil municipal 27/11/1930
    Source : Asso-Jouvenet
    Le 27 novembre 1930, la ville de Rouen donna l'autorisation d'implanter le monument au cœur même de la foire, place du Boulingrin, devant le pavillon des gardes-champêtres.
    http://asso.jouvenet.rouen.free.fr/forains.php
  • 1931
  • Inauguration 15/11/1931

    D'importantes festivités marquèrent l'inauguration du monument, le 15 novembre 1931. Le cortège, accompagné par la Musique Municipale, était conduit par le Maire, Georges Métayer et le député Paul Anquetil, suivis ...

    Lire la suite
    Inauguration 15/11/1931

    D'importantes festivités marquèrent l'inauguration du monument, le 15 novembre 1931. Le cortège, accompagné par la Musique Municipale, était conduit par le Maire, Georges Métayer et le député Paul Anquetil, suivis par les membres de nombreuses sociétés savantes, philanthropiques ou patriotiques et d'amicales d'anciens combattants. L'Union Foraine Belge avait également envoyé des représentants. Les discours prononcés abordèrent les thèmes de l'union, de la justice et de la paix.

  • 1942
  • Destruction 17/08/1942

    Au cours du bombardement du 17 août 1942, une torpille décapita un des lions.

  • 1974
  • Déplacement 1974

    En 1974, le déplacement du monument aux morts, situé au bord du boulevard, fut rendu nécessaire par le projet d'élargissement de la chaussée. Désireuse de maintenir le monument à ...

    Lire la suite
    Déplacement 1974

    En 1974, le déplacement du monument aux morts, situé au bord du boulevard, fut rendu nécessaire par le projet d'élargissement de la chaussée.
    Désireuse de maintenir le monument à proximité de la foire Saint Romain, la Ville décida son transfert à quelques mètres, dans l'angle formé par la bas de la rampe Saint Hilaire, la rue des Marronniers et le boulevard.
    Les travaux, confiés à l'entreprise Degrave, se révélèrent plus délicats que prévus : en effet, le monument était en grande partie en béton et pesait plus de 600 tonnes. Seuls les lions avaient été sculptés dans la pierre. Tous les motifs architecturaux en béton (colonnes, frontons…) avaient néanmoins été exécutés en blocs appareillés, ce qui rendait le démontage possible.
    Les travaux de transfert durèrent environ 7 mois et furent achevés début mai 1975.