France (Drôme) Saint-Paul-Trois-Châteaux (26130)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
informations déposées par Donazzan Ambre et mises à jour par Pertin Jean-pierre, Saget Philippe dernière mise à jour le 21/03/2020

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Piédestal
      • Colonne tronquée
  • Statuaires féminines
    • Femme avec accessoires
      • Femme avec couronne, épée et drapeau
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage avec obus
      • Entourage Grilles
Sur un piedestal, la statue d'une femme avec capuche, tenant dans son bras gauche un drapeau et dans sa main droite une épée devant un mur
Extrait de Le Tricastin et la 1ère guerre mondiale (Fnaca, Archives municipales, 2018):
Pour Saint-Paul, nous sommes en 1922, certains meurent, d'autres mourront encore directement des suites de leurs blessures. Certains disparus sont encore retrouvés. Aussi avons-nous affaire à un monument encore assez martial. Certes pas de soldat, mais une « République » plutôt guerrière, tenant drapeau et épée, droite et fière, dressée sur un socle en forme de stèle cantonnée de quatre obus. Il est le seul dans ce cas, il ne porte aucun nom.

Matériaux

Pierre calcaire

Economie

Prix

5 800 francs

Inscriptions présentes sur le monument

1939-1945
AFRIQUE DU NORD - INDOCHINE

ST PAUL 3 CHÂTEAUX
À SES ENFANTS
MORTS
POUR LA FRANCE
1914-1918

Les morts

Pas de noms
Pas de noms

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Historique du monument

  • 1922
  • Inauguration 03/09/1922
    Source : MONDON Olivier (archives@mairie-sp3c.fr)

    Extrait de Le Tricastin et la 1ère guerre mondiale (Fnaca, Archives municipales, 2018) Le « Monument aux Morts de la Grande Guerre » sur la place de la Tour Neuve est ...

    Lire la suite
    Inauguration 03/09/1922
    Extrait de Le Tricastin et la 1ère guerre mondiale (Fnaca, Archives municipales, 2018)

    Le « Monument aux Morts de la Grande Guerre » sur la place de la Tour Neuve est inauguré le dimanche 3 septembre 1922. Le Maire Auguste Roux est le deuxième à faire un discours. Nous n'en connaissons pas la teneur. Il est précédé par le président du Comité chargé de faire édifier le monument et qui au nom du Comité remet ce jour-là le monument à la Municipalité. S'expriment ensuite deux des députés-combattants de la Drôme. Le Journal de Montélimar, proche des Radicaux fait la relation de la cérémonie le 9 septembre et insiste sur le discours d'un des deux, André Escoffier qui associe tous les poilus, ceux croyant au Paradis comme ceux qui se sont sacrifiés « pour la seule cause du droit, de la justice, de l'idéal démocratique ».On remarque sinon ce dimanche 3, l'absence d'enfants en tant que groupe constitué. Nous sommes il est vrai un dimanche... ? Le Préfet quant à lui appelle à ne pas oublier les vivants victimes de la guerre, les veuves, les enfants des disparus.
    Le Comité chargé de faire ériger ce monument est alors présidé par Ernest Benoit Gonin, directeur des Carrières. Le trésorier en est Paul Jeanjean ancien notaire. Le monument proprement dit coûte 3 000 francs auxquels s'ajoutent 1 800 francs pour le port et l'emballage de la statue et la confection de la grille qui l'entoure et 1 000 francs pour les frais de réception du jour de l'inauguration.
    Ila sculpture est l'oeuvre d'un certain Félix Charpentier, né à Bollène (1858-1924). Cet artiste à la notoriété bien établie en France avait notamment été reconnu pour ses représentations féminines.
    A l'issue de la cérémonie, un repas attend les Invités à l'Hôtel du Louvre dans la rue Notre Dame.
Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place
de la Tour Neuve, place à l'extrémité sud-est du centre ancien de la Commune