France (Pas-de-Calais) Calonne-Ricouart (62470)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Indochine (46-54)
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
dernière mise à jour le 28/11/2014

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Colonne
  • Représentations féminines
    • Femme avec divers attributs
      • Femme avec bouquet en mains
  • Types de sculpture
    • Bas-relief
  • Autres représentations humaines
    • Famille
      • Famille de Mineurs
    • Enfant(s)
  • Autres éléments
    • Plaques/Pied monument

Matériaux

Monument en pierre de Soignies, statue de marbre blanc, bas-relief en bronze.

Economie

Prix

45 000 francs

Souscription

40 000 francs

Subvention commune

5 000 francs

Inscriptions présentes sur le monument

Hommage de la ville de Calonne-Ricouart

à ses morts de la Grande Guerre

Les morts

Sur la base du monument, un mineur amène sa famille au monument aux morts en leur rappelant de se souvenir.

AMBLOT Jules
BACKER Jérémie
BAYARD Jules
BEAUVOIS Ferdinand
BECU Alphonse
BENARD Jules
BETTE Charles
BIGAND Henri
BINET Charles
BITEBIERE André
BOITEL Basile
BOTTE Vital
BOULANGER Émile
BOULANGER Henri
BOURDON Henri
BOURDON Jules
BOUTILLIER Alphonse
BROGNART Alfred
BROGNIART Aristide
CARON Ferdinand
CARPENTIER Victor
CHARLAI Julien
CHARLES Jean-Baptiste
CHELERS Georges
CHELERS Oscar
CORDONNIER Jean-Baptiste
COUTURIER Marcel
DAMART Henri
DAMBRUNE Léon
DELAIRE Victor
DELANSAY Edouard
DELAUTRE Alphonse
DELAUTRE Joseph
DELAUTRE Paul
DELGERY Dominique
DELGERY Henri
DELHELLE Joseph
DELIGNY Wilfrid
DELOBEL Raymond
DEMONT Camille
DEMOULIN Amédée
DENIS François
DERAM Marcel
DERON Gustave
DEROSIAUX Louis
DESEILLE Alfred
DOUBLET Jules
DRUHELLE Georges
DUBOIS Augustin
DUBOIS Charlemagne
DUBOIS Louis
DUCLERMORTIER Désiré
DUFAY Théodule
DUFLOT Gustave
DUPONT Augustin
DUPONT Émile
DUPONT Ernest
DUPONT Jules
DUPUICH Louis
DUQUESNE Émile
DURIEZ Léon
EVRARD Marcel
EVRARD Maurice
EVRARD Moïse
FEBVIN Louis
GALLET François
GAQUERE Octave
GOUGET Camille
GUFFROY Georges
GUILLERET Alfred
GUILLET Armand
GUILLET Léon
HAIGNERE Maurice
HENAUT Charles
HENON Alexis
HIRSOUT Émile
HOULIEZ André
JOLY Léandre
JOLY Octave
JOUAN Marc
JUBERT Fernand
LABUSSIERE Joseph
LAMOURY Gustave
LECIEUX Louis
LECIGNE Henri
LECIGNE Joseph
LECŒUVRE Benoît
LECRIVAIN Lucien
LEFEBVRE Jean-Bart
LEGRAND Léopold
LEGRU Émile
LELONG Julien
LENGLET Edgar
LENGLET Oscar
LEPRETRE Henri
LEPRETRE Joseph
LOURME Georges
MACHU Gaston
MERLIN Auguste
MEURICE François
MOREL Jules
NIQUET Aimé
PENET Abel
PICOL Jean-François
PODEVIN Daniel
POIX Louis
POLART Pierre
PLOT Charles
QUILLIOT Jean-Baptiste
REANT Edmond
RIFFLART Pélissier
RIFLART Adolphe
ROHART Louis
ROPITAL Émile
ROSE Victor
THAREL Louis
THELLIER Valentin
THERET Aristide
TISON Jules
Militaires :
BERRANGER Désiré
BOURGEOIS Jean-Baptiste
BRASSART Auguste
DELETREE Alfred
DEMARTHE Maurice
DEWAECHE Joseph
DOMZALSKI Michel
DOUEZ Maurice
DUMOULIN Noël
DUPONT Jacob
FLAHAUT Paul
GEHANE Gustave
GRAILLOT André
GUYOT Augustin
HOCHART Just
LAGACHE Anatole
LEULIET Félix
LEULIETTE Lucien
LUCZKIEWICZ Thadée
MICHALCZAK Boleslas
QUILLOT Marcel
RICHIR Aristide
RICHIR Paul
SAINT-POL Charles
SCHALLER Henri
STAWIARSKI Boleslas
STEFANSKI Casimir
SWOJAK Casimir
TOTAIN Louis
TURLURE Norbert
WACHOWIAK Casimir
--
Résistants :
BLONDEL René
CALOONE Lucien
COUSIN André
DELPIERRE Charles
DEROSIAUX Alphonse
DOOLAEGHE Gustave
DOOLAEGHE Théodore
FEUTRY Lucien
KORYCINSKI Constantin
LAMBERT Paul
LANTREMY Alfred
LECLERCQ Christian
PATINIER Victor
PETIT Roger
PRUVOST Antoine
ROUSSEL Marcel
STEMPUT Victor
THELLIER Maurice
THOMAS Achille
--
Victimes civiles :
BEDINIER Marcel
BEN Albert
BRUNEL Ambroise
DELATTRE Julien
DEVIGNE Marcel
DOYELLE Auguste
DOYELLE Joseph
DUFOUR Euphémie
GEORGE Léocadie
KAIKINGER Émile
LIEZARD Magdelaine
MAHIEUX Adèle
MARCOTTE Ulfroid
MOSTOWY Joseph
PODEVIN Gérard
SZUWARSKI André
SZUWARSKI Hélène
THERET Jules
WOJDOWSKI Jeannine
WOZNICA Edwige
BENARD Georges
BROZEK Tadeusz
CARLIER Robert
CARON Clément
DELORY René
GLOWACKY Jean
OWCZAREK Henri
TURLURE Clothaire
TURLURE Kléber
DELAUTRE Claude
GOUGET Jacques
LANCRY Roland
MARTEL Fernand
VANNEUVILLE Colbert
VASSEUR André

Historique du monument

  • 1925
  • Inauguration 12/04/1925
  • Inauguration - Presse 13/04/1925
    Source : Le Réveil du Nord

    du 13 avril 1925 (Mémoires de pierre) La ville de Calonne-Ricouart, qui comptait avant la guerre 3514 habitants en compte aujourd’hui près de 17000, a dignement honoré hier la ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 13/04/1925
    du 13 avril 1925 (Mémoires de pierre) La ville de Calonne-Ricouart, qui comptait avant la guerre 3514 habitants en compte aujourd’hui près de 17000, a dignement honoré hier la mémoire de ses chers disparus pendant la guerre. Cent douze de ses enfants sont tombés sur les champs de bataille et il y eut deux victimes civiles. Car Calonne fut en 1918 bombardée par des canons à longue portée. Dès l’armistice, le conseil municipal ouvrier vota une subvention de 5000 francs pour l’érection du monument, et la population rivalisa de zèle par ses souscriptions, diverses fêtes furent organisées au profit de l’œuvre, et c’est ainsi qu’à côté des 5000 francs offerts par la municipalité, près de 40000 francs furent recueillis. Ces 45000 francs ont donc permis au comité d’ériger un somptueux monument sur la place du Marché, au centre de la nouvelle ville, en bordure d’un spacieux terrain qui vient d’être achevé par la municipalité et où sera construite la nouvelle mairie. Les travaux furent confiés à M. Godart, architecte, et Rombaux-Roland, constructeur à Maubeuge. Pour rehausser l’éclat de la cérémonie d’inauguration, le comité et la municipalité sollicitèrent le concours d’une trentaine de sociétés, tant locales que des communes environnantes : harmonies, fanfares, trompettes, sapeurs-pompiers, gymnastique, anciens combattants, secours populaires, chorales, etc. Toutes ces sociétés avaient répondu avec empressement à l’appel qui leur avait été fait. La ville avait revêtu hier sa parure des jours de grande fête : des arcs de triomphe se dressaient un peu partout dans les rues, portant des inscriptions en souvenir des grands morts, et les habitants avaient pavoisé leurs maisons. Au fur et à mesure que les sociétés arrivent, elles sont reçues, de midi à 14 heures, à la mairie, par M. Ringart, maire, entouré des membres du conseil municipal et du comité d’érection, et un vin d’honneur leur est servi. Dès 14 heures 30 la ville présentait une animation particulière, tellement la foule était énorme. Toutes les sociétés se rassemblèrent rue d’Houdain pour le premier groupe, et rue de Noeux, pour le second. Un défilé eut lieu par les rues de Flandre, de la Paix, côte de Calonne, rues de Marles, de l’église, de Divion, du Pont de la gare, Chaussée Brunehaut et de Pernes. Vers 16 h. quand le défilé fut terminé à l’arrivée des groupes, chaque porte-fanion, porte-bannière ou porte-drapeau va se placer à côté du monument, formant une garde d’honneur avec la section des mutilés et anciens combattants de Calonne-Ricouart. Les membres des sociétés et la foule qu’on peut, sans exagération évaluer à 15000 personnes, se masse en face le monument, dans les rues adjacentes et la pâture Dufresne. Quelques instants après, sur une estrade montée à côté du monument, le citoyen Louis Destombes, président d’honneur du comité d’érection, prit la parole. Il remit le monument à la ville et prononça un émouvant discours. M. Bailly, président des mutilés, grand mutilé de guerre, d’une voix grave mais pleine d’émotion fit l’appel des morts. Ensuite, sous la direction de Noël Enrard, directeur de l’harmonie municipale de Calonne-Ricouart, toutes les sociétés chorales et musicales interprétèrent l’Hymne aux morts, de Victor Hugo. Les enfants des écoles, sous la direction de leurs maîtres et maîtresses déposèrent au pied du monument des superbes couronnes, palmes et gerbes de fleurs. Le citoyen Ringart, maire, président du comité d’érection, prit à son tour la parole et prononça une impressionnante allocution : il remercia toute la population, les généreux donateurs et souscripteurs, ainsi que toutes les sociétés qui, par leur présence, rehaussaient l’éclat de la grandiose cérémonie, puis il fit l’historique des souffrances endurées et des sacrifices consentis. Dans la soirée, divers concerts, mouvements gymniques, feux d’artifices et un grand bal clôturèrent cette grandiose et toute simple cérémonie du souvenir.