France (Pas-de-Calais) Carvin (62220)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Indochine (46-54)
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
informations déposées par Choubard Alain et mises à jour par Saget Philippe, dernière mise à jour le 10/12/2018

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Stèle
  • Types de sculpture
    • Bas-relief
  • Représentations féminines
    • Femme = Symbolisme
      • Femme = Mère
      • Femme = Victoire
  • Autres représentations humaines
    • Enfant(s)
  • Représentations - Soldats
    • Types de Poilus (de série)
      • Poilu - On ne passe pas (Piron)
  • Ornementation civile et militaire
    • Armes de la ville
  • Ornementation végétale
    • Palme(s)
Au premier plan de la stèle, une femme avec ses deux enfants est assise sur les ruines de sa maison.
Au second plan, une femme (allégorie de la ville de Carvin) grave dans la pierre la dédicace à ses enfants morts.
Un bas-relief représentant la mairie, l’église et un puits de mine agrémente l’arrière plan.
Devant la stèle, un poilu sans armes, offre sa poitrine pour la défense de son foyer et de son pays

Matériaux

sculpture : calcaire

Economie

Prix

55 000 francs

Inscriptions présentes sur le monument

LA VILLE DE CARVIN
À SES ENFANTS MORTS POUR
LA FRANCE

Les morts

1914
HERBAUT Paul
TOURNANT Adolphe
NAVARRE Henri
BAILLEUX
DESCAMPS Eugène
BEAUCOURT Charles
BRINKUYSEN Alcide
CHEVALIER Jean-Baptiste
DEREUDER Séverin
INGRAND Marcel
NAYRAT Georges
CHAVATTE Georges
LEMAITRE Henri
LEPLUS Arsène
LIEVENS Maxime
DIEVART Georges
LESAFFRE Octave
MASSY Louis
MERCIER Henri
HIEN Émile
CROMBEZ Joseph
LETOMBE Jules
DEPLANQUE Louis
DESCAMPS Paul
DEREGNAUCOURT Lie
BEAUREPAIRE Émile
DURUT Oscar
COURMONT Louis
SAUVAGE François
WATTELIER Henri
DEWAELES Florimond
MENU Léonard
DEROUBAIX Adolphe
BONNIER Jean-Baptiste
GOLSTEIN Fernand
PAULEZ Henri
GENGEMBRE Maximilien
BAILLEUX Hubert
GODIN Marcel
PLACHEZ Paul
BAILLEUX Victor
HERBAUX Armand
VISEUR Arthur
MANGEZ Edmond
DEFRANCE Louis
DUBOIS Adolphe
OLIVIER Aimable
RAPASSE Henri
MIGERON Jean
CUVELIER Jean-Baptiste
CUVILLON François
PILLAIN André
DELABARRE Léonce
HENAUT Alexandre
ROHART Paul
MENU Alfred
POTTEAU Henri
DAVAINE Émile
TOURBEZ Abel
OLIVIER Henri
FONTAINE Charles
DUBUS Gustave
FACQ Henri
ALLARD Émile
WAGON Henri
GODIN Henri
LEFEBVRE Jules Sergent
ROHART Élie
DELECROIX Léon
--
1915
CABOCHE Clément
MAHIEUX Gambetta
CUVELIER Jean-Baptiste
DIEUDONNE Émile
LEGRAND Henri
DELIEGE Auguste
CUVELIER Georges
DELVAL Paul
HAINAUT Joseph
PLACHEZ Charles
POUTRAIN Théodore
LEFEBVRE Désiré
LEFEBVRE Clotaire
LEGROS Alfred
MERCIER Jean
MASSY François
MOCQUANT Jules
DELECROIX Théodule
LEFEBVRE Amand
LANNOY Jules
GABEZ Léon
DRUMONT Élie
PAVY Lucien
DELAYE Émile
NAYRAT Raymond
VANOURENBERGHE Albert
PETIT Antoine
CUVELIER Noël
FLAMENT Jules
MAHIEUX Maximilien
DIEUDONNE Fernand
HAINAUT Antoine
LEPRAND Paul
WATTELIER Victor
BOULET César
BOUSSEMART Henri-Désiré
BOUSSEMART Henri-Joseph
LEBACQ Marcel
POUTRAIN Henri
CARPENTIER Jean-Baptiste
SPINGLARD Jules
RENARD Louis
VILCOT Louis
MANGEZ Désiré
POLLET Jules
DUEZ César
TESTELIN Gustave
BOUTRAY Théophile
COLLIER Charles
HIEN Jean-Baptiste
FONTAINE Pierre
DUGARDIN Louis
GODART Charles
CARBONNIER Eugène
BARRE Jean-Baptiste
COURTIN Victor Capitaine
CARPENTIER Lucien
CASTELYN Julien
DUHEM Hubert
CUVELIER Émile
ARYS Gustave
RENARD Justin
BOUTRY Louis
MASSY René
LETOMBE Louis
DEHAY Amicet
CARLIER Florent
PAVY Léon
RACARY Jules
HAINAUT Henri
HIEN Louis
DEROCHE Charles
MAHIEUX Auguste
PIERONNE Jean-Baptiste
DENNEULIN Théophile
SAUVAGE Louis
LEFEBVRE Charles
DEPAUL Paul Adjudant
LETOMBE François
LEPREUX Victor
MALBEZIN Frédéric Capitaine
GALLOT Paul Adjudant-Chef
DUPONCHEL Charles
GABEZ Henri
COUVREUR Xavier
DUPONT Aimable
MASTAIN Léopold
DELVALLEZ Charles
--
1916
DUQUESNE Hubert
MASQUELIER Émile
MASSY Léon
DEMONCHY Louis
DUCORNETZ Pierre
FOUGNIE Edmond
COMMANS François
CORDIER Marcel
TURBANT Camille
POLLET Clovis
CUVELIER François
DIEUDONNE Henri
LEFIEF Émile
TURBANT Désiré
EROUART Émile
LEFIEF Léon
LALLEZ Gaston
NAVARRE Octave
PENNEQUIN René
DUFOUR Octave
JUBERT Fernand
TURBANT Émile
DESMET Léopold
JANSZEN Julien
LEGROS Rémi (Sous-Lieutenant)
LINGRAND Louis
MEGNOTTE Charles
FOUGNIE Auguste
SCACHE Octave
PLACHEZ Gustave
BARRE Jean-Baptiste
OBLED Jean-Baptiste
DUBURQUE Henri
TURBIEZ Eugène
PASSELECQ François
COMMANS François
TILMAN Henri
BEAUCOURT Henri
SPLINGART Gaston
DEBARGE Charles
SAUVAGE Louis
VALLET Paul Capitaine
VILCOT Emerance
GRELAIT Auguste
TROUVE Joseph
DUHARCOURT Jules
MUSEUR Firmin
ALLART François
HIEN Jules
CHOQUET Émile
LEFRANÇOIS Maurice S-Lieut
GAMBIEZ Arthur
--
1917
BARRE Louis
CAULIER Robert (Adj. Aviateur)
GUILBERT Arthur
GOSNIER Adolphe
DEMONCHY François
HIEN Fernand
GENOT Gustave
BEULQUES Victor
LAIGNIEZ Paul Sergent
LAVA Gaston
COURTIN Maurice
HAYOIS Eugène
MAHIU Eugène
FACQ Jules
BRUGE Louis
TREDEZ Paul
MARTIN Alfred
BONNIER Michel
BEAUCOURT Paul
DRUEZ Charles
ESCULISSE Georges
GODART Émile
DELEPORTE Auguste
COURMONT Alphonse
--
1918
BELS Omer
CAULIER André
VANNIHUSE Gustave
HUGOT Léon
OBLED Ferdinand Sergent
LEROY Augustin
RAPASSE Jules
ROHART Charles
DELECROIX André
BAILLEUX Hubert
DUFLOS Vincent
MORTREUX Léon
DUTHILLOEUL Fernand
BOCQUET Henri
LALLEZ François
HALLOT Henri
GENGEMBRE Jules
THOBOIS Gaston
BLANQUART Alfred
GOURLEZ Alfred
BIA Gaston
DAMIENS Albert
SPY Henri
BOUTILLIER Georges
BAILLEUX Henri
MACATEGAELE Pierre
CORDIER Jean-Baptiste
LABISSE Marcel
CUVELIER Désiré
MASTAIN Étienne
LALOY Jean
LECLERT Désiré
WATTELIER Félix
BEAUREPAIRE Émile
DELACROIX Victor
--
1919
COASNE Émile
GENOT Edouard
--
1921
CORBU Adolphe
--
Noms inscrits sur des plaques situées sur les retours latéraux du monument :
(Retour Gauche) :
POLLET Fernand
BERNARD Jean-Baptiste
QUEVA Henri
ROMMELARD François
LALOUX Émile
TURBANT Émile
(Retour droit) :
ROMMELARD
BONNIER
MORILLE
BOURGEOIS P
MARTIN
CHEVALIER Paul
DIEUDONNE Henri
FONTAINE Charles
FONTAINE Pierre
--
Victimes civiles :
1915
BEGHIN Antoine
BRUYERE Jules
LOMBART Edmond
LEFETZ René
--
1916
TROUVE Aimé
LEPLUS Maria
MAHIEUX Antoine
MICHEL Charles
--
1917
LALLEZ Lucien
LAMANT Émile
DESTOOP Léon
BOURDON Armand
CORMONT Marcel
DEPINOY Achille
SENIS Valentin
BREBANT Achille
BAILLEUX Clara
PAVY Jean-Baptiste
CANDELLE Jules
SAUVAGE Jean
HAINAUT Céline
MERCIER Henri
DUPUIS Adolphe
--
1918
LEFEBVRE Henri
TURBANT Joseph
ROGER Marcel
DELEFLIE Denise
THELLIEZ Hélène
DIEUDONNE Maria
GEORGES Louis
SEBERT Léon
DESPREZ Jean
MASTAIN Henri
DESPREZ Élie
POLART Louis
St LEGER Victor
BERGOT Charles
DEFRETIN Henri
BERNARD Roseline
PASSELECQ Florimon
GRARD Élise
DUPORGE Jeanne
MASTAIN Sidonie
MAHIEUX Louis
CUVELIER Alfred
BRUYERE André
PARMENTIER Arthur
LAMBRE Hermine
DELVAT Camille
CUVELIER Jules
DELFOSSE Louis
Liste des fusillés 1939-1945 :
CARO Jean (Né le 8 avril 1911, exécuté le 24 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
COPIN Maurice (Né le 12 avril 1920, exécuté le 27 octobre 1942, à la citadelle d’Arras)
CORMONT Eugène (Né le 24 juillet 1920 à Carvin, exécuté le 25 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
DAVAINE Vaillant (Né le 27 septembre 1906, exécuté le 24 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
DEFONTAINE Frédéric (Né le 13 octobre 1909, exécuté le 23 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
DELVAL Marcel (Né le 19 novembre 1917, exécuté le 24 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
DELVAL Roland (Né le 2 juin 1921, exécuté le 24 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
DRUART Désiré (Né le 1er février 1902, exécuté le 25 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
FREMAUX Marius (Né le 14 septembre 1919, exécuté le 24 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
MANGEZ Camille (Né le 13 mars 1908, exécuté le 25 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
MERCIER Alexandre (Né le 11 décembre 1920, exécuté le 14 juin 1944, à la citadelle d’Arras)
PARENT Alexandre (Né le 15 avril 1889, exécuté le 31 août 1942, à la citadelle d’Arras)
TOURNANT Maximilien (Né le 27 janvier 1912, exécuté le 24 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
VASSEUR Jules (Né le 12 octobre 1913, exécuté le 24 juillet 1942, à la citadelle d’Arras)
--
Victimes civiles :
ANDREJEWSKI Joseph
BACART Rémy
CHARLET Jacques-Joseph-Guislain
CIUPA Stanislas
COURTYN Gilbert-Augustin,
CRESCENTINI Ardo
CRESCENTINI Henri
CRESCENTINI Serge
CRESCENTINI Elvire née RUGGERI
DAWID Jean
DE BAETSELIER Félix
DECOTTIGNIES Charles
DESCAMPS Emile
DURIEUX Arthur-Alexandre
TURBIEZ Alfred
DAMIENS Fernand
DELBART Ursmar-Joseph
DERUDDER Cyrille
DESWARTE Thérèse-Marie
DESWARTE Raymond-Gérard
DESWARTE Odette-Hélène
DOLACZYNSKI Stanislas
FAYT Jules
GAWLIK Antoine
GIBLET Marie-Louise-Joséphine-Ghislaine
GIETROWSKI Thomas
GIOVANINI Bruno
GROCHOWSKI Stéphan
KAUFMANN Lotha-Israël
KAUFMANN Ruth-Karola-Sara
KLIN Walzrjan
KONIG Rudolphe
KOWALSKI Joseph
KWASNY Michel
LANSMAN Marie épouse MELLOT
LEDUNE Albert-Charles-Joseph
LEFIN Régina-Germaine
MARCEL épouse CASTIAUX Marie-Louise
MATTIVI Giovanni
MATTIVI Dominico
MEPLEAUX veuve KINDT Marie
MORIAUX Adeline
PESIN Antoine-Joseph
PETIT Alfred
RICHARD Eloi-Jean-Baptiste
RYCKEWAERT Paul
SCHINKOWSKI Léocadie veuve SZYMANSKI
SEMAN Jean
SIMON née PETIT Alice
SMETZ Philomène épouse VANDEPUT
SKORNITZKI François
THERY Jeanne
VANDENBERGHEN Gaston
VANDEPUT épouse VANDENBOSCH Marie
WRONA Wanda-Héléna
VERVAECKE Jean
WALOSZCZYK Pierre
ROSE Louis (brigadier chef)
VERLAINE Jacob (lieutenant aviateur)
ALLART Jules-Florian
BAUDUIN Lucien-Albert
HAVENNE Daniel
MAHIEUX Robert
DRAYE Lucien-Jules
BARON Louis-Julien
VAN ECKHOUDT (ou VAN ECKOUDT) Pierre-Lucien
HIEN Michel-Jean
LEMOINE Serge-Roger
HEBERT Placide-Jean-Marie
BOGACZ Henri
NIGOUL Henri-Marcel-Charles

Historique du monument

  • 1921
  • Comité d'érection 18/09/1921
    Source : Mémoires de Pierre

    L’Avenir de Lens du 18 septembre 1921 relate la création du comité d’érection du monument aux morts de Carvin  Un comité d’organisation, composé de délégués des sociétés ...

    Lire la suite
    Comité d'érection 18/09/1921

    L’Avenir de Lens du 18 septembre 1921 relate la création du comité d’érection du monument aux morts de Carvin

     Un comité d’organisation, composé de délégués des sociétés locales et de la municipalité, placé sous le patronage d’un comité d’honneur ayant à sa tête M. Caulier-Combaux, qui a perdu ses trois fils à la guerre, vient de se constituer pour l’érection d’un monument aux enfants de Carvin morts pour la France.

    Voici la composition des deux comités :

    Président d’honneur : M. Caulier-Combaux, père de trois fils morts pour la France.

    Comité d’honneur :
    Les combattants de 18701871 ; les otages de Carvin déportés pendant l’occupation allemande ; M. l’abbé Deretz, curé doyen de Carvin ; M. Gauthier, directeur de la compagnie des mines de Carvin ; M. Gustave Fougnies, président de la section syndicale des mineurs de Carvin ; M. Buchet, directeur de la compagnie des mines d’Ostricourt ; M. Rollin, juge de paix à Carvin ; Melle Guffroy, directrice d’école à Carvin ; M. le docteur Daubresse, ancien maire de Carvin ; M. Albert Plouvier, ancien président de l’union chorale de Carvin ; M. Emile Daubresse, administrateur de l’hospice de Carvin ; M. le capitaine d’artillerie Crépin, à Carvin ; M. Sylvain Caron, président honoraire de l’harmonie municipale ; M. Emile Duquesne, administrateur de l’hospice à Carvin ; M. Mathé, médaille d’or de la mutualité ; M. Eloi Vincent-Imbrasse, encien président de la société de gymnastique de Carvin ; M. Henri Menu, président du syndicat agricole de Carvin ; M. Dereuder, ancien capitaine de la compagnie des sapeurs-pompiers de Carvin ; M. Eugène Herbaut, ancien adjoint au maire de Carvin.

    Comité d’organisation :
    Président : M. Marcel Paget, maire de Carvin, vice-président de la société des mutilés.

    Vice-présidents : M. A. Domarle, président de la société des mutilés ; M. G. Labisse, président de la 673e section des vétérans et des soldats de la Grande Guerre ; M. Michel Delehelle, président de l’union des Poilus.

    Secrétaire : M. Charles Chartreux, président de la société de secours mutuels de la ville de Carvin.

    Secrétaires-adjoints : M. Léonard Thével, adjoint au maire ; M. F. Vendeville, président de la section de la ligue des Droits de l’Homme ; M. Valère Passelecq, secrétaire de l’harmonie municipale.

    Trésorier : M. Louis Denneulin, conseiller municipal.

    Trésoriers-adjoints : M. Alphonse Olivier, vice-président de la Lyre carvinoise ; M. Marceau Plachez, directeur du racing club carvinois.

    Commissaires au compte : M. Louis Lagache, secrétaire de la société de secours mutuel des ouvriers mineurs ; M. Henri Dieudonné, président de la société des trompettes.

    Membres :
    MM. Charles Obled, Henri Martin, secrétaire de la société des mutilés ; Emile Godin, Arthur Gelez, vice-président de l’union des Poilus ; Charles Esslinger, Augustin Cuvelier, vice-président de la section des vétérans ; Selvez, Dumetz, Lessenne ; Desprez, Pégasse, conseillers municipaux ; Cattiau, secrétaire de la société de secours mutuels « les intimes de Magenta » ; Constant Cochez, président de la commission des fêtes du n°4 d’Ostricourt ; Jules Herbaut, faisant fonction de commandant à la brigade de sapeurs-pompiers de Carvin.

    Des agents dûment accrédités et porteurs de carnets à souches passeront à domicile pour recueillir les souscriptions.

  • 1922
  • Presse 18/10/1922
    Source : Mémoires de Pierre

    L’Avenir de Lens du 19 octobre 1922 Les Carvinois avaient répondu à l’appel de M. Paget, maire, leur demandant de pavoiser leurs demeures en l’honneur des morts ...

    Lire la suite
    Presse 18/10/1922

    L’Avenir de Lens du 19 octobre 1922

    Les Carvinois avaient répondu à l’appel de M. Paget, maire, leur demandant de pavoiser leurs demeures en l’honneur des morts et des invités officiels qui viendraient leur rendre hommage. L’inauguration a eu lieu dimanche. Le monument est placé dans un petit square entouré d’une grille. Au centre d’un soubassement formant demi-cercle sur lequel sont gravés les noms des héros est un socle. Une femme debout montre l’inscription : « la ville de Carvin à ses enfants morts pour la France », gravée au dessus d’une vue de l’église, de la mairie, d’un coin de la ville. Assise au pied, une mère tient ses deux petits enfants serrés dans ses bras.

    Devant elle un poilu, les bras étendu, la figure énergique, semble dire « vous ne passerez pas ». Un jeune sculpteur de talent, M. Lahousse, en est l’auteur.
    A 14 heures 30, toutes les sociétés étaient groupées dans les rues avoisinantes et sur la place de la mairie. M. Bertin Ledoux, secrétaire général ; M. Stirn, sous-préfet de Béthune, arrivèrent ensemble. Ils sont reçus à la mairie par MM. Paget, maire, entouré des adjoints et du conseil municipal, de M. Caulier-Combaux, président du comité ; M. Chartreux, secrétaire général. Nous remarquons M. le commandant Isali, du 33e régiment d’infanterie, remplaçant le général Huguenot ; le chef de bataillon Labisse, vice-président des officiers de complément de l’arrondissement de Béthune ; plusieurs officiers, M. Delehelle, le docteur Daubresse, docteur Lefèvre, M. la chanoine Deretz, doyen ; l’abbé Marjolé, etc. M. le maire souhaite la bienvenue à ses invités. M. Stirn, sous-préfet, lui répond. Il déclare d’abord que c’est avec peine qu’il vient d’apprendre le deuil cruel qui a frappé, la matin même, M. Paget, qui a perdu son frère. Il l’assure de toutes ses affectueuses condoléances.
    Dans ces deux allocutions les orateurs ont rendu hommage aux membres du comité. Le groupe des invités officiels prend place dans le cortège au milieu des trente sociétés et on se rend au monument, entouré d’une foule nombreuse qui forme la haie. Les personnages officiels prennent place sur une estrade. Après que les clairons eurent sonné au champs et ouvert le ban, lecture fut donnée par plusieurs membres du comité, de la longue liste des victimes civiles et militaires. Les pupilles de la nation, les fillettes habillées en Lorraines et en Alsaciennes, déposent une gerbe de bronze. M. Caulier-Gombeaux, président du comité, prit le premier la parole et prononça un discours empreint du plus pur patriotisme. M. Paget, maire, remercie les membres du comité qui peuvent être assurés que tous les habitants sont heureux et fiers de l’hommage rendu à leurs morts. Il émet le vœu que cette terrible guerre soit la dernière et que les efforts de tous ce concentre vers un réveil de justice et de bonté. Un conseiller municipal communiste s’était faufilé dans le cortège officiel sur l’estrade. Il voulut prendre la parole, mais il fut délicatement pris par le bras par un agent qui l’expulsa sans bruit.
    M. Bertin Ledoux, de sa voix sympathique et chaude, dit combien grande était sa joie de se retrouver au milieu de ses amis, de ses compatriotes. Il a toujours fait pour ceux qui l’ont vu naître, pour ses anciens condisciples d’école, pour les soldats, pour les réfugiés, pour les réintégrés, tout ce qu’il a pu pour leur être utile. Il a voulu s’incliner devant le monument est affirmer aux Carvinois, qu’ils peuvent toujours compter sur son amitié profonde que rien ne pourra altérer. M. Bertin Ledoux présente les excuses de M. Boudenoot, vice-président du Sénat, actuellement alité, mais qui, de cœur avec la population laborieuse et sage de Carvin, l’a chargé de lire le discours qu’il aurait prononcé. M. Labisse, chef de bataillon, vice-président des officiers de complément de l’arrondissement de Béthune, remercia M. Bertin Ledoux, M. Stirn et M. Boudenoot. Il n’oublia pas les souscripteurs qu’il félicita, ainsi que le sculpteur, le maire, le comité, les sociétés qui prêtent leur concours et la foule venue si nombreuse et si recueillie.
    M. Stirn, sous-préfet, après avoir excuser M. le préfet, remercié et félicité la municipalité et le comité, s’être associé complètement aux paroles des orateurs précédents, rendit hommage aux vaillants soldats morts pour la France. « La victoire, dit-il, nous l’avons obtenue par l’union de tous les cœurs et quoiqu’on en dise, nous sommes attachés fermement à la paix, et nous avons tous le ferme espoir que la guerre ne se renouvellera pas. Mais il faut reconstituer nos foyers ; pour cela, comme pour gagner la guerre, il faut l’union. c’est par l’union, la solidarité, que nous obligerons notre débiteur à payer, lui qui relève la tête dès qu’il nous croit désunis et s’incline dès qu’il voit que nous sommes unis. Nous pouvons avoir nos idées personnelles, nous pouvons être divisés sur des questions secondaires, mais pour défendre la liberté, la justice et le droit, il faut rester unis pour être forts. Un peuple uni est grand et fort. « voilà ce que du fond de leurs tombes vous disent vos chers morts. Écoutez leurs voix. Obéissez-leur, c’est la meilleur marque de respect, le plus grand hommage de vénération. »

    Une cantate fut interprétée par la Lyre Carvinoise, un groupe d’élèves des écoles et l’Harmonie municipale. Puis, après la Marseillaise, écoutée tête nue, dans un silence religieux, la foule s’écoula, tandis que des concerts sont donnés par la fanfare des mines d’Ostricourt, la Concorde de Libercourt, la fanfare municipale de Libercourt, l’harmonie de Carvin, la fanfare de l’usine de Courrières et l’harmonie municipale de Courrières. Puis le square du monument fut complètement illuminé.

  • Inauguration - Presse 22/10/1922
    Source : Mémoires de Pierre

    Le Grand Hebdomadaire, n° 43, dimanche 22 octobre 1922, p. 682-683. La ville de Carvin a procédé, dimanche, à l’inauguration d’un monument, digne de la ville et ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 22/10/1922

    Le Grand Hebdomadaire, n° 43, dimanche 22 octobre 1922, p. 682-683.

    La ville de Carvin a procédé, dimanche, à l’inauguration d’un monument, digne de la ville et digne également de ses 276 enfants morts pour la France et des 53 victimes civiles de la guerre. Ce fut l’occasion d’une grandiose manifestation qui fit le plus grand honneur aux organisateurs et à la population. Dès la veille, une veillée funèbre avait été faite au monument par les sociétés d’anciens combattants. Dans la matinée de dimanche, malgré l’arrêté de commande socialiste, qui avait été pris par le maire, M. l’abbé Deretz, doyen de Carvin, sans escorte, bénit le monument, et quoique le mot d’ordre ne fût pas donné, des milliers de personnes se trouvaient présentes. Il y eut, paraît-il, une contravention dressée contre le digne doyen, mais aura-t-on l’audace d’y donner suite ?

    Au cours de l’après-midi, vers deux heures, nombreuses étaient les sociétés qui venaient se masser devant la mairie pour former un cortège. Dès que les autorités eurent pris place sur l’estrade officielle, on sonna le garde à vous ; un ban fut ouvert, et il fut procédé à l’appel des morts. Des discours émouvants furent alors prononcés et applaudis par les milliers de spectateurs réunis. Prient la parole MM. Cauliez, président du comité du monument, qui eut trois fils tués au champ d’honneur ; Marcel Paget, maire ; Bertin-Ledoux, qui lut un discours de M. le sénateur Boudenoot, alité et souffrant ; le commandant Labisse, qui parla au nom des anciens combattants, et enfin M. Stirn, au nom du gouvernement. 

  • 2018
  • Ajout de noms 10/11/2018
    Source : La Voix-du-Nord
    Six poilus oubliés ajoutés sur le monument aux morts