France (Pas-de-Calais) Fortel-en-Artois (62270)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Autres
  • Monument communal
informations déposées par Choubard Alain dernière mise à jour le 28/11/2017

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Piédestal
  • Représentations - Soldats
    • Diverses Représentations de Poilus
      • Poilu - Au Repos
  • Ornementation végétale
    • Palme(s)
  • Ornementation religieuse
    • Croix
      • Croix latine
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage avec obus

Matériaux

Sculpture : fonte de fer bronzée.

Economie

Prix

9 900 francs

Souscription

9 100 francs

Subvention commune

800 francs

Commentaires (économie)

Le total des dépenses se répartit comme suit 7.190 francs au devis du marbrier, 940 francs pour une grille en fer, 220 francs pour le déblaiement du terrain, 1.250 francs pour la maçonnerie, 300 francs de frais divers, pour un total de 9.900 francs.

Inscriptions présentes sur le monument

Sur le devant :

La commune de FORTEL

A ses enfants morts pour la France

1914-1918

--

A l'arrière :

Dieu et Patrie

Les morts

PLATEL Sosthène, CL 1899, Nieuport, 1914
WAILLY Domise, CL 1900, Crouy, 1915
BOCQUILLON Gaston, CL 1902, Les Eparges, 1915
BACQUET Paul, CL 1914, Auberive, 1915
CARPENTIER Omer, CL 1895, Estrées, 1916
DEPLANQUE Emile, CL 1913, Bermericourt, 1917
POYTEAU Frédéric, CL 1911, Mac Launay, 1914
POYTEAU François, CL 1912, Mesnil-les-Hurlus, 1915
ROGIER Henri, CL 1903, Tahure, 1915
DELHOMEL Léopold, CL 1914, Verdun, 1916
PETIT Denis, CL 1915, Vaux, 1916
LAMOURETTE Henri, CL 1916, Fortel, 1919
FACHE Alfred, CL 1942, Allemagne, 1945
LEGUILLOU Edouard, CL 1931, Allemagne, 1944
--
Victimes civiles des bombardements :
FAY Ghislaine, née en 1919, décédée le 19 juin 1944 à Fortel
BONDELU Raymond, né en 1931, décédé le 2 juillet 1944
FRANCOIS Raymond, CL 1925, Maroc, 1926 (décédé au cours de son service militaire)

Historique du monument

  • 1921
  • Délibérations Conseil municipal 21/08/1921
    21/08/1921 Délibération du conseil municipal de Fortel-en-Artois approuvant le choix de l'emplacement du monument
  • Inauguration 09/10/1921
  • Inauguration - Presse 23/10/1921
    Source : L’Abeille de la Ternoise

    du 23 octobre 1921 (Mémorial du Ternois) Dimanche dernier, a eu lieu, dans la petite commune de Fortel, l’inauguration du monument aux morts pour la France, sous la présidence ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 23/10/1921
    du 23 octobre 1921 (Mémorial du Ternois) Dimanche dernier, a eu lieu, dans la petite commune de Fortel, l’inauguration du monument aux morts pour la France, sous la présidence de M. Harduin, conseiller général et maire de Bonnières, et de M. Maincourt, conseiller d’arrondissement et maire d’Auxi-le-Château, et de la Chorale d’Hénin-Liètard. Le matin, à 10 h ½, une messe solennelle chantée par M. L’abbé Derond, curé de Fortel, fut célébrée dans la petite église, artistiquement décorée et pavoisée, devant une foule innombrable venue pour rendre hommage aux glorieux morts de la commune. M. l’abbé Lesenne, supérieur du collège Saint-Bertulphe à Fruges, dans un sermon énergique, impressionna la foule et fit revivre aux familles en deuil l’image de ceux qui sont tombés pendant la Grande Guerre. La Chorale d’Hénin-Liètard, sous l’habile direction de son chef, M. l’abbé Pierru, rehaussa, par ses chants magnifiques, l’éclat de cette belle cérémonie. Les offices se terminèrent par la bénédiction d’une plaque commémorative apposée dans l’église et offerte gracieusement par M. Authom-Lebel, marbrier-sculpteur à Saint-Pol. L’après-midi, formation du cortège à 2 heures, place de la Gare. Toutes les jeunes filles de Fortel avaient tenu à rivaliser d’entrain pour que le cortège fut imposant. Elles ont donc droits, sans distinction, à toutes nos félicitations. Les petits enfants de l’école ajoutaient encore à la grâce des différents groupes dont ils faisaient partie : petits poilus, petits marins, petits zouaves, anges, porteuses de bouquets, avaient été répartis dans le cortège et faisaient l’admiration de ceux qui les voyaient défiler. Les familles en deuil marchaient en tête, heureuses, dans leur grande douleur, de constater les marques de sympathie exprimées par la population. Les Anciens Combattants de Boubers-sur-Canche, de Bonnières et de Vacquerie, invités par leurs camarades de Fortel, assistaient au défilé et étaient venus, nombreux, se ranger, sous les plis de leur drapeau, pour prouver une fois de plus que tous veulent rester « unis comme au front ». Les vétérans de 1870, le conseil municipal et les autorités fermaient la marche. Le défilé eut lieu, sans encombre, aux accents entraînants de la musique d’Auxi-le-Château. Les habitants de Fortel avaient décoré le parcours de guirlandes multicolores, et de superbes fausses portes avaient été dressées par des personnes dévouées ; tous avaient, comme l’a dit M. le Maire de Fortel dans son discours de remerciements, fait abstraction de leur travail pour que la fête fût grandiose. Le beau temps fut de la partie et l’inauguration eut lieu au milieu d’une foule considérable accourue de tous les villages environnants. Après le début traditionnel : exécution de la Marseillaise, bénédiction du monument, M. L’abbé Derond rapela en termes émus le souvenir de ses chers paroissiens tombés sur les champs de bataille. « Les soldats morts pour la France, dit-il, ont droit aux honneurs qu’on leur rend, car ils se sont sacrifiés pour la Patrie ; ils ont tout quitté : pères, mères, épouses ; ils ont versé leur sang. Non seulement, ils ont sauvé la France en triomphant des Barbares, ils la sauvent en la ramenant à Dieu. Ils ont été les champions de la cause du doit et de la civilisation. Du fond de leur tombe, ils parlent encore « Aimez la France, nous disent-ils ; oubliez tout ce qui divise. Devant ce monument, où sont gravés nos nomes à côtés de la Croix Rédemptrice et des mots : Dieu et Patrie, jurez de vous aimez en vrais chrétiens, en vrais Français, pour faire une France plus unie, plus glorieuse et plus belle. » La Chorale d’Hénin-Liétard attaqua alors vigoureusement le magnifique chœur « A l’Etendard » et l’exécuta d’une faon magistrale. M. le Maire de Fortel procéda ensuite à l’appel des morts ; à l’appel de chaque nom, deux soldats, baïonnette au canon, gardant le drapeau placé de chaque côté du monument, répondaient : « Mort pour la France ». Cérémonie simple, mais combien émouvante, et qu’accompagnent les soupirs de douleur des mères et des veuves éplorées, pleurant ceux qui ne sont plus. Puis, le lieutenant Chabé, dans un discours vigoureux, vint rendre hommage aux vaillants soldats de son pays natal qui sont tombés sous les coups de l’ennemi. Il nous rappela ce qu’ils avaient fait et termina en exprimant l’espoir que tous les Français auraient à cœur de travailler et de s’unir pour que la France vive. M. Marius Lefebvre récita d’une façon superbe la poésie : « Guerre à la guerre », de Jean Richepin ; malheureusement un léger rhume l’empêcha de déclamer ces généreuses idées comme elles auraient dû l’être. M. Deboffe vint, à son tour, dans les termes suivants, rappeler les durs moments de la guerre, l’héroïsme de nos soldats et le courage de ceux qui étaient restés au foyer : « Mesdames, Messieurs, L’année 1914 restera toujours gravée dans nos cœurs. Le deuxième jour du mois d’août, vous étiez tous occupés aux travaux des champs, quand vous entendîtes le son de la cloche ; la France appelait ses enfants, la Patrie était menacée par un ennemi terrible et barbare qui n’a pas craint de violer la loi de neutralité. C’est avec un courage héroïque que vous avez vu vos maris, vos enfants, vos frères répondre à cet appel ; ils sont tous partis, pleins de force et de santé dans l’espoir de revenir bientôt avec une victoire éclatante. Mais l’ennemi était fort ; vous avez subi de terribles combats sur tous les champs de bataille, depuis l’Yser jusqu’à Verdun ; vous avez fait, tous unis comme des frères, sans distinction de classe, l’admiration de tous les peuples ; vous avez combattu, non seulement pour la défense de vos foyers, mais pour l’humanité et la civilisation du monde entier. Vous aviez tous pour devise : « Dieu et la Patrie ». Honneur à la glorieuse armée française ! Saluons avec respect ces nobles victimes du devoir. Mes chers amis, vous avez versé votre sang, vous êtes morts pour la défense du sol sacré de la Patrie française, votre dévouement sera toujours une inspiration aux vivants ; ils se rappellent encore avec émotion les encouragements que vous leur donniez en tombant, fauchés par la mitraille. Soldats de demain, la France attend de vous des soldats nobles et généreux ! Soyez les dignes émules de vos aînés ! Enfants, jeunes gens, vieillards, saluez avec respect ce simple monument, car c’étaient des braves. Pères et mères, frères et sœurs, pleurez ces chers disparus, mais que ces pleurs n’affaiblissent pas votre courage et votre morale qui vous a toujours été enseigné par nos admirables curés. Tous ont fait largement leur devoir pendant quatre ans : les femmes, en l’absence de leurs maris, les mères, en l’absence de leurs fils bien aimés, ont dirigé leur ferme, conduit la charrue, semé, moissonné. Depuis les vieillards aux cheveux blancs jusqu’aux petits enfants sortant des bancs de l’école après avoir reçu avec respect l’instruction de leurs dévoués maîtres et maîtresses, tous vous ont porté secours de leurs faibles bras. Honneur au vaillant peuple de France ! Il sait que ce n’est pas par le désordre que nous rendrons le sol fertile, il sait que c’est par l’union, par le travail, que la France de Jeanne d’Arc marchera toujours la première à la tête de toutes les nations. Vice la France ! » Notre cher concitoyen avait à peine terminé son discours, que l’organiste de la chorale d’Hénin-Liètard entonnait religieusement le magnifique chant : « Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie ». Les choralistes reprenaient au refrain ces magnifiques pensées de reconnaissance de Victor Hugo : « Gloire à la France éternelle, Gloire à ceux qui sont morts pour elle » Mlle Marthe Bocquillon récita ensuite d’une voix forte et claire la noble conduite du clairon qui meurt, empoisonné par les gaz, en donnant l’alarme aux camarades de la seconde ligne. Et c’est alors que M. Arsène Paris, président des Anciens Combattants de Fortel, nous dira, d’une voix énergique, le respect des Anciens Combattants pour leurs camarades tombés sous la mitraille. Voici le texte de son discours : « Mesdames, Messieurs, Quelques mots, pour saluer, à notre tour, sur leur pierre funèbre, les camarades tombés au champ d’honneur. Compagnons d’enfance, qui dormez votre dernier sommeil dans la terre meurtrie de France, salut à vous tous, au nom de vos camarades de combat. Tout à l’heure, à l’appel de vos noms, vous nous êtes apparus les uns après les autres, tels que nous vous avons connus, pleins de joie et de santé. C’est que vous avez grandi avec nous, partageant nos jeux, nos rires et nos chansons. Plus tard, quand sonna l’appel de la Patrie en danger, avec nous, vous avez couru aux frontières menacées, gais et confiants, malgré la gravité du moment. Le cœur serré d’angoisse, fiers pourtant de remplir un devoir sacré, nous sommes partis nombreux espérant contre toute vraisemblance, être aussi nombreux au retour. Hélas ! chaque jour, la mitraille faisait des vides dans nos rangs et la mort, sans choisir, fauchait jeunes et vieux sur les champs de carnage. Hommage à vous tous, glorieux soldats de l’infanterie ! nous autres, anciens combattants, nous savons ce que vous avez fait. Nous vous avons vus tout couverts de boue dans les tranchées de l’Yser. C’est vous encore qui, à Verdun, exposiez le rempart vivant de vos poitrines aux canons ennemis. En avant, l’infanterie : toujours en avant ! Sur la Marne, sur la Somme, en Champagne, des Flandres aux Vosges, vous étiez là, prêts à tout pour défendre le territoire attaqué. Nous savons, glorieux fantassins, quel sacrifice spontané de vous même vous faisiez dans l’attaque, quelle patience vous avez montrée dans cette longue guerre souterraine, si peu française, quelle indomptable énergie vous relevait après un échec, vous laissant plus ardents à la lutte, plus avides de pousser dehors l’envahisseur maudit. Nous savons tout cela, mais qui dira les angoisses du blessé sentant la vie s’échapper peu à peu de ses blessures, les souffrances de l’agonie solitaire su pauvre petit soldat qui, loin des siens, dépourvu de toute consolation et de tout soutien, murmure tout bas : « Maman », en exhalant son dernier soupir. Qui nous dira jamais ce que vous avez endurés, ô morts sublimes, avant de rentrer dans la paix éternelle ? Vous êtes des héros, et vos noms, gravés sur la pierre, seront répétés de générations en générations. Puisse ce monument perpétuer votre souvenir à travers les âges ! Puisse-t-il surtout rappeler aux générations futures ce que coûte une guerre ! N’est-ce rien que d’avoir vu faucher en si peu de temps cette belle jeunesse française avant même qu’elle ait pu connaître les joies de la vie ? Combien est poignant le sort de ces pauvres orphelins, hier encore, entourés de tendresse, devant qui la vie s’ouvrait souriante et auxquels l’horrible fléau a enlevé le plus ferme soutien. Et que dire des épouses et des mères ? Les mères surtout ont porté la grande douleur de la guerre ; avoir élevé son petit, l’avoir pendant vingt ans choyé, dorloté, enveloppé de mille soins, être fière de lui, de sa beauté, de sa force, le quitter plein de vie et de santé, et ne retrouver qu’un corps inerte et froid, que dis-je, n’avoir pour toute relique qu’une plaque d’identité, une balle extraite de sa blessure, une croix de guerre ou une médaille militaire, n’est-ce pas là une souffrance atroce pour un cœur de mère. Il serait indigne de ceux qui restent qu’un tel sacrifice demeure stérile. Modestes ouvriers, c’est de nous qu’il dépend de pouvoir donner l’assurance, ou même simplement l’espoir qu’une telle catastrophe ne viendra plus ensanglanter le monde. Anciens Combattants, nous devons nous unir, non dans une intention belliqueuse, mais pour ne pas permettre qu’on oublie le sang versé. Le temps qui efface tout, ne doit pas effacer le souvenir des hécatombes qui ont mis en deuil l’univers entier. Nous, qui avons combattu avec ceux que nous pleurons aujourd’hui, nous savons quelles pensées soutenaient leur courage. Comme eux, nous avons tenu jusqu’au bout pour préserver nos fils des souffrances que nous avons endurées. Au plus durs moments de l’épreuve, chacun pensait à la famille restée au foyer, et voulait éloigner d’eux la douleur. Nous qui avons survécu, nous avons le devoir de répéter que les soldats sont allés à la mort parce qu’ils désiraient, pour leurs enfants, une vie pacifique et sereine. Camarades, quand, criblés de mitraille, vous avez eu la vision d’une France victorieuse et heureuse, vous avez accepté la mort, bénissant le sort qu’ils vous aient immolés pour donner la paix à vos fils. Faudra-t-il que ce ne soit qu’un rêve ? Faudra-t-il que cette idée généreuse qui consola vos derniers instants, n’ait été qu’une vaine illusion ? Faudra-t-il que vous ayez combattu et souffert, que vous ayez donné votre sang pour servir une chimère ? Nous ne voulons pas et par delà la mort, vos pensées, enflamment nos cerveaux, réclament en votre nom, la paix heureuse qu’on nous a promis. » La Chorale d’Hénin-Liètard exécute alors brillamment la Marseillaise et c’est au tour de M. Harduin, à prendre la parole. Discours de M. Harduin Après avoir remercié M. le Maire de Fortel et son conseil municipal d’avoir bien voulu lui confier la présidence de cette fête, M. Harduin rend un suprême hommage aux enfants de Fortel morts pour la France. Puis, rappelant le cynisme et la brutalité que les Boches ont employés pendant la guerre, il demande à tous de rester l’arme au pied. « L’Allemagne, dit-il, ne veut pas reconnaître sa défaite, elle ne veut pas désarmer : chaque semaine les Commissions de désarmement trouvent des nids de mitrailleuses et des moteurs d’avions dissimulés partout. N’est-ce pas une parodie de la Justice que ce tribunal de Leipzig qui absout et glorifie presque les bourreaux qui ont fusillé nos prisonniers sans défense et martyrisé nos provinces envahies. Sans nul doute, comme elle a préparé la guerre, l’Allemagne prépare la Revanche. Aussi, faisons tous confiance au gouvernement pour obliger l’Allemagne à exécuter intégralement les clauses du traité de Versailles. » L’orateur rappelle ensuite, en terminant, que nous avons pour l’instant un devoir plus immédiat à remplir, c’est celui de remplacer au foyer familial le soutien disparu. S’il appartient à la Nation d’adopter les veuves, les orphelins, les vieux parents sans ressources, il appartient à nous de les aimer et de les considérer comme les membres de notre famille. « L’État, continue M. Harduin, leur doit à tous les besoins matériels de la vie, mais, ne l’oublions pas, l’Etat ne peut rien sans le travail, qui seul, produit les matières premières nécessaires à l’existence. Là encore nos campagnes seront à la peine. Si elles ont donné les trois quarts des morts de la grande guerre, c’est leur travail qui en nourrira les victimes et relèvera la France, elles ne faiblirons pas au devoir et en garderont l’honneur. Mais, pour cela, gardons cette union sacrée qui, pendant la guerre, nous a réunis tous sous le même drapeau, pour la défense de la Patrie, cette union de tous les cœurs qui, seule, peut rendre la France invulnérable et la faire toujours plus belle, toujours plus grande. » Le programme comportait plusieurs morceaux de musique que la Fanfare d’Auxi-le-Château exécuta savamment. L’organisation fut parfaite et M. Quinejure, Maire de Fortel, n’eut que des remerciements à adresser à tous. Il remercia les habitants de la bonne volonté et du dévouement dont ils avaient fait preuve pour que cette fête fut digne de ceux que nous pleurons ; il remercia particulièrement ceux qui s’étaient chargés de l’organisation de la fête ; il adressa également ses remerciements aux exécutants de la fanfare et de la chorale, qui se sont dévoués pour rendre la cérémonie plus grandiose et termina après avoir, une dernière fois, salué nos glorieux morts, par ces nobles paroles : « Vive la France ! Vive la République ! » Puis ce fut le retour du cortège à l’école publique et la dislocation, et un vin d’honneur fut offert aux invités, aux musiciens et aux Anciens Combattants. Cette belle fête a prouvé que Fortel n’oubliait pas ses enfants morts pour la Patrie ; peu d’entre eux malheureusement, reposeront dans le cimetière de leur pays natal, et leur chère famille n’aura même pas la consolation d’aller prier sur leur tombe. Aussi le monument durable que les habitants de Fortel ont élevé à ces héros sera, pour la plupart, leur tombeau. Nous sommes persuadés que les familles de ces vaillants soldats auront à cœur d’entretenir le mausolée qui sera pour elles le plus beau souvenir de leurs disparus ; mais nous voulons espérer que les Anciens Combattantes de Fortel voudront faire l’honneur à leurs camarades de combat de penser à eux, au mois une fois chaque année, de leur rendre hommage et de se rappeler en même temps l’idée noble et généreuse émise dans leur discours : « Il faut que la paix universelle devienne une réalité.
  • 1980
  • Déplacement 1980
    En 1980, le monument a été déplacé du carrefour de la rue de Villers pour être implanté dans la cour de l'église.
Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Près de l'église

En 1980, le monument a été déplacé du carrefour de la rue de Villers pour être implanté dans la cour de l'église. Il se trouve désormais sous le regard de Jeanne d'Arc (vitrail de l'église offert par Madame PLATEL, mère de Sosthène PLATEL, premier enfant de Fortel tué au cours de la Grande Guerre, le 11 novembre 1914).