France (Indre) Orville (36210)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
informations déposées par Dubant Didier dernière mise à jour le 14/08/2015

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Obélisque
  • Ornementation végétale
    • Palme(s)
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre

Le monument est dominé par un obélisque dont le sommet, souligné par une discrète rainure, est terminé par une pointe très addouci. Un net ressaut portant sur chaque face une surface centrale non moulurée et de forme rectangulaire, sépare cet obélisque du socle sousjacent, qui lui-même repose sur deux niveaux d’assise. Seul le niveau d’assise le plus bas forme emmarchement.

Sur la face antérieure de l’obélisque est fixée une palme verticale de teinte verte. A cette palme est accrochée du côté droit une reproduction de Croix de guerre dorée suspendue à son ruban.

Au niveau du ressaut, sur chaque face, la surface rectangulaire porte gravée et en lettres d’or, les noms d’une des grandes zones de combat de la première guerre mondiale : sur la face antérieure, c’est la «Marne » (la première bataille de la Marne eut lieu du 6 au 14 septembre 1914) ; sur le côté gauche, c’est l’ «Yser » (octobre 1914) ; sur le côté droit, c’est «Verdun » (la bataille de Verdun  eut lieu du 21 février 1616 au 18 décembre 1916) et sur la face postérieure, c’est le front d’«Orient » (où les combats durèrent d’octobre 1915 à septembre 1918). Ces noms rappellent les lieux où combattirent et furent tués certains enfants de la commune, pendant la première guerre mondiale.

La face antérieure du socle porte sur six lignes en lettres gravées et dorées l’inscription principale. Le côté droit du socle, puis le côté gauche, portent gravé et dorés, dans l’ordre chronologique des décès (sauf pour les quatre derniers dont les décès furent retranscrits sur le registre d’état-civil de la commune, seulement après le mois de novembre 1920) les 18 noms et prénoms des enfants de la commune tués de 1914 à 1918.

Sur trois lignes est inscrit sur la face postérieure du socle, la phrase :   «Erigé sous les auspices du Maire Louis Després ».

Le riche fleurissement qui entoure le monument, laisse cependant voir une bordure qui fut probablement à l’origine le support de la grille qui assurait sa protection.

 

Une plaque fut ajoutée par la suite au pied de la face antérieure du monument.

Sur cette plaque de teinte noire sous «GUERRE 1939-1945 » figurent sur deux colonnes les noms et prénoms des neuf « Morts pour la France » de la commune pour la période concernée, puis sous «ALGERIE » le nom et le prénom de l’unique « Mort pour la France » de la commune pour cette période.

Tout à côté de ce Monument aux Morts se trouve un massif rocheux comportant une plaque de teinte noire avec sous deux drapeaux tricolores disposés aux angles supérieurs, une incription en lettres d’or sur neuf lignes :

«Espace

JEAN MOULIN

1899 – 1944

Président Fondateur

Du Conseil National

de la Résistance

27 Mai 1943

Torturé à mort

par les nazis ».

Pour être plus précis : «l’espace Jean Moulin réalisé en 2004 par la commune, honore la mémoire du patriote français (1899 – 1943), premier Président du Conseil National de la Résistance. Arrêté en 1943, il fut torturé et mourut dans le train qui l’emmenait en Allemagne. Ses cendres ont été transférées au Panthéon en 1964 » (source http://www.chabris-bazelle.fr/Presentation/orville.html).

Matériaux

. Granit belge.

Economie

Prix

5.650 francs

Subvention commune

5.650 francs

Commentaires

La grille autour du monument n’existe plus.

Inscriptions présentes sur le monument

Au niveau du ressaut sur chaque face la surface rectangulaire porte gravée et en lettres d’or :

  • . face antérieure « MARNE »,
  • . côté gauche « YSER » ,
  • . côté droit « VERDUN»,
  • . face postérieure : « ORIENT ».

Puis sur la face antérieure du socle se trouve l’inscription principale :
«LA COMMUNE
D’ORVILLE

À SES ENFANTS
MORTS

POUR LA FRANCE ».

Sur la face postérieure du socle :
« ÉRIGÉ
SOUS LES AUSPICES DU MAIRE
LOUIS DESPRES ».

Les morts

Sur le socle du côté droit sous «VERDUN » :
Moreau Paul (né le 25 janvier 1884 à Châteauroux (Indre), 2e classe au 90e Régiment d’Infanterie, Mort pour la France le 2 octobre 1914 à l’Hôpital mixte de Nîmes (Gard), des suites de blessures de guerre, extrait des registres transmis à Orville (Indre) le 2 octobre 1914),
Marais Auguste (né le 9 novembre 1890 à Orville (Indre), 1ère classe au 90e Régiment d’Infanterie, Mort pour la France le 2 octobre 1914 à l’Hôpital civil de Joinville (Haute-Marne), des suites de blessures de guerre),
Lorillon Georges (Lorillon Georges Henri, né le 16 août 1891 à Orville (Indre), 2e classe au 66e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 5 novembre 1914 à Poelcapelle (Belgique), transcrit le 8 juin 1915 à Orville (Indre)),
Robert Marcel (Robert Eugène Marcel, né le 24 octobre 1883 à Orville (Indre), caporal au 68e Régiment d’Infanterie, Mort pour la France le 1er juin 1916 à l’Hôtel-Dieu de Lyon (Rhône) des suites de blessures de guerre, acte de décès dressé le 2 juin 1916 par la Mairie de Lyon, 2e arrondissement),
Robert Henri (né le 2 novembre 1883 à Chabris (Indre), 2e classe au 290e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 13 novembre 1914 à «Wallée Molen » (Belgique), transcrit le 10 septembre 1916 à Orville),
Billault Gaston (né le 8 août 1896 à Orville (Indre), 2e classe au 226e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 10 avril 1917 à Sinceny (Aisne), transcrit le 8 juillet 1917 à Orville (Indre)),
Lafosse Jean (Lafosse Jean Marcel né le 22 mars 1892 à Orville (Indre), sergent au 84e Régiment d’Infanterie 3e Compagnie, tué à l’ennemi le 17 avril 1917 aux combats de Champagne, à Thuizy (Marne), transcrit le 29 juillet 1917 à Orville (Indre), n° du registre d‘état civil n° 935/758)),
Rouy Jules (Rouy Jules Félix, né le 20 novembre 1896 à Orville (Indre), 2e classe au 363e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 19 avril 1917 au Bois Seigneur à Brimont (Marne), transcrit le 22 octobre 1917 à Orville (Indre)),
Rouzet Armand (Rouzet Armand Alphonse, né le 21 octobre 1892 à Orville (Indre), 2eme canonnier conducteur au 240e Régiment d’artillerie de Campagne, Mort pour la France le 16 avril 1918 à l’Hôpital complémentaire d’Armée de Héricourt (Haute-Saône) d’une méningite tuberculeuse contractée en service, transcrit le 28 juin 1918 à Orville (Indre)).
Sur le socle du côté gauche sous «YSER » :
Etienne Henri (né le 7 octobre 1891 à Anjouin (Indre), sergent au 80e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 11 mai 1918 à La Clytte (Belgique), transcrit le 8 août 1918 à Orville (Indre)),
Patrigeon Auguste (né le 8 juillet 1880 à Orville (Indre), sous-lieutenant au 10e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 18 août 1918 au Bois de la Montagne, près de Caisnes (Oise), transcrit le 20 mars 1919 à Orville n° du registre d’état civil 3975/161),
Metivier Louis (Métivier Louis André, né le 1er juin 1895 à Saint-florentin (Indre), caporal au 264e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 8 octobre 1918 à Saint-Pierre, Saint Clément-à-Arnes (Ardennes), transcrit le 20° ars 1919 à Orville (Indre) n° du registre d’état civil 2550/276),
Dégueret Joseph (Deguéret Joseph, né le 14 mai 1890 à Orville (Indre), 2e classe au 371e Régiment d’Infanterie, Mort pour la France le 20 octobre 1918 à l’Ambulance Alpine n° 7, Section 608 à Lin (Serbie) des suites d’une maladie contractée en service, transcrit le 28 avril 1919 à Orville (Indre),
Marsault Georges (né le 27 septembre 1889 à Orville (Indre) sergent au 95e Régiment d’Infanterie, mort pour la France le 25 octobre 1918 à l’Ambulance 11/8 à Brienne-sur-Aisne (Champagne-Ardenne), décédé de blessures de guerre, transcrit le 23 novembre 1919 à Orville (Indre),
Gaultier Ernest (Gaultier Ernest Henri, né le 3 janvier 1883 à Orléans (Loiret), caporal au 290e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 23 octobre 1914 à Paschendaële (Belgique), jugement rendu le 29 novembre 1920 par le tribunal d’Issoudun, transcrit le 30 décembre 1920 à la mairie de Orville (Indre)),
Chauveau Paul (né le 16 mai 1895 à Saint-valentin (Indre), 2e classe au 102e Bataillon de Chasseurs à Pied, tué à l’ennemi le 30 septembre 1915 à la Ferme des Wacques (Marne), jugement rendu le 20 décembre 1920 par le tribunal d’Issoudun, transcrit le 13 janvier 1921 à Orville (Indre),
Gautier Charles (né le 15 novembre 1894 à Orville (Indre), 2e classe au 21e Bataillon de Chasseurs à Pied, disparu le 13 octobre 1915 à Givenchy (Pas-de-Calais), jugement rendu le 14 février 1921 par le tribunal d’Issoudun, transcrit le 19 mars 1921 à Orville (Indre),
Lejard Abel (né le 31 octobre 1886 à Orville (Indre), lieutenant au 153e Régiment d’Infanterie, tué à l’ennemi le 4 mai 1918 devant Kemmel (Belgique), transcrit le 16 octobre 1921 à Orville (Indre) n° du registre 5264/122).
Sur la plaque de teinte noire installée au pied de la face antérieure du monument.
Sous « GUERRE 1939-1945 » :
. colonne de gauche :
Bizeau Camille, Chipon Paul, Delaroche André, Echard Gilbert, Le Guerhier Georges,
. colonne de droite :
Marchand Aimé, Paternault Maurice, Salle Camille, Salle Marcel.
Sur la plaque de teinte noire installée au pied de la face antérieure du monument.
Sous «ALGERIE » :
Thunet Gabriel.

Historique du monument

  • 1924
  • Devis 25/07/1924
    Source : Dubant Didier

    - Le 25 juillet 1924 un devis est établi : ««Projet d’un monument commémoratif «Aux Morts pour la France de la commune 1914-1918 ». Devis présenté ...

    Lire la suite
    Devis 25/07/1924

    - Le 25 juillet 1924 un devis est établi :

    ««Projet d’un monument commémoratif «Aux Morts pour la France de la commune 1914-1918 ».

    Devis présenté par M. Amartin-Renault – entrepreneur de travaux publics à Vierzon (Cher).

    Fourniture d’un monument en granit belge, compris fourniture, dépose, pose et inscriptions, grille peinte en gris pour le prix net et à forfait de : cinq mille six cent cinquante francs.

    A Vierzon le 25 juillet 1924.

    Signé : Amartin-Renault ».

    «Vu et approuvé, Châteauroux, le 18 décembre 1924. Pour le Préfet, le Secrétaire Général Signé Guillerot ».

  • Délibérations Conseil municipal 03/08/1924
    Source : Dubant Didier

    - Le 3 août 1924, «le Conseil Municipal de la Commune d’Orville (sous la présidence de Louis Desprès, Maire) délibère de commémorer le souvenir des Enfants de la Commune d’Orville, ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 03/08/1924

    - Le 3 août 1924, «le Conseil Municipal de la Commune d’Orville (sous la présidence de Louis Desprès, Maire) délibère de commémorer le souvenir des Enfants de la Commune d’Orville, Morts pour la France pendant la Grande guerre 1914-1918.

    Ouï les explications de M. le Maire.

    Vu : les plans et devis d’un monument présenté par M. Amartin-Renault, entrepreneur de travaux publics à Vierzon (Cher).

    Décide à l’unanimité l’acquisition du monument proposé à élever sur la place publique et dont le prix d’achat sera couvert par les crédits votés et inscrits à cet effet aux budgets primitif et additionnel de 1924.

    Autorise M . le Maire à traiter le marché de gré à gré avec l’entrepreneur aussitôt qu’il en aura été autorisé par M. le Préfet de l’Indre ».

    «Vu et approuvé. Châteauroux le 18 décembre 1924. Pour le Préfet, le Secrétaire Général ».

  • Commission d’art 16/12/1924
    Source : Dubant Didier

    - Le 16 décembre 1924, la Commission chargée d’examiner, du point de vue artistique, les projets de monuments aux “Morts pour la France”,  se réunit à 11h00 à la Préfecture ...

    Lire la suite
    Commission d’art 16/12/1924

    - Le 16 décembre 1924, la Commission chargée d’examiner, du point de vue artistique, les projets de monuments aux “Morts pour la France”,  se réunit à 11h00 à la Préfecture de l’Indre, sous la présidence du Secrétaire Général et répond “Adopté” au projet de la commune d’“Orville”

     

  • 1925
  • Marché de gré à gré 03/01/1925
    Source : Dubant Didier

    - Le 3 janvier 1925, est établi un traité de gré à gré : “Département de l’Indre. Commune d’Orville. Erection d’un Monument aux Morts de la Grande Guerre 1914-1918. ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 03/01/1925

    - Le 3 janvier 1925, est établi un traité de gré à gré : “Département de l’Indre. Commune d’Orville. Erection d’un Monument aux Morts de la Grande Guerre 1914-1918.

    Traité de gré à gré entre les soussignés M. Louis Desprès agissant en qualité de Maire de la Commune d’Orville, autorisé par délibération du Conseil Municipal en date du 3 août 1924 et M. Amartin-Renault – Entrepreneur de travaux publics, quai du Bassin à Vierzon (Cher) a été  convenu et arrêté ce qui suit : M. Amartin-Renault s’engage à exécuter conformement aux plan et devis dressés le 25 juillet 1924 et approuvés par M. le Préfet de l’Indre le 18 décembre 1924, l’ouvrage ci-après :

    • . Art. 1er – fourniture d’un monument destiné à commémorer le souvenir des enfants d’Orville “Morts pour la France” pendant la guerre 1914-1918, à ériger sur la place publique,
    • . Art. II M. Amartin-Renault s’engage à commencer les travaux immédiatement après l’approbation de M. le Préfet et à les rendre totalement terminés pour le 1er trimestre 1925,
    • . Art. III à l’expiration du délai ci-dessus fixé il sera, par la commission dument qualifiée, procédé à la visite et reconnaissance de l’ouvrage dont il s’agit en présence de M. Amartin-Renaultt et de M. le Maire, afin de décider s’il a été fait conformément au plan et devis,
    • . Art. IV le présent marché a été conclu pour la somme dite et à forfait de cinq mille six cent cinquante francs, que M. Le Maire s’engage à faire payer à M. Amartin-Renault sur les fonds de la Caisse Municipale, lorsque les travaux seront complètement terminés et qu’ils auront été reçus par la commission ad-hoc,
    • . Art. V le présent marché ne pourra être exécuté qu’après l’approbation de M. le Préfet.

    Fait  à Orville le 3 janvier 1925. L’entrepreneur Amartin-Renault. Le Maire L. Desprès”.

    “Vu et approuvé : Châteauroux le 16 janvier 1925. Pour le Préfet, le Secrétaire Général”.

  • Procès-verbal de Réception 15/02/1925
    Source : Dubant Didier

    - Le 15 février 1925 : “Procès-verbal de réception définitive du Monument élevé par la Commune d’Orville à ses Enfants “Morts pour la France” pendant la Grande Guerre 1914-1918. ...

    Lire la suite
    Procès-verbal de Réception 15/02/1925

    - Le 15 février 1925 : “Procès-verbal de réception définitive du Monument élevé par la Commune d’Orville à ses Enfants “Morts pour la France” pendant la Grande Guerre 1914-1918.

    M. Amartin-Renault adjudicataire en vertu d’un trait de gré à gré en date du trois janvier mil neuf cent vingt cinq.

    L’an mil neuf cent vingt cinq, le quinze février.

    Nous soussigné, Maire de la Commune d’Orville, assisté de MM. Limet Alfred et Larget Alexandre, conseillers municipaux, en présence de l’entrepreneur dûment appelé, nous sommes transportés pour examiner et vérifier les travaux exécutés par le sieur Amartin-Renault, entrepreneur. Nous avons reconnu que les travaux satisfont aux conditions du devis et se trouvent en bon état d’entretien.

    En conséquence, nous déplorons qu’il y a lieu d’en accorder la réception définitive.

    A Orville, les jours, mois et an que dessus.

    Le Maire Desprès. Les Conseillers Municipaux Larget et Limet. L’entrepreneur Amartin-Renaud ”.

  • Courriers divers 01/03/1925
    Source : Dubant Didier

    - Le 1er mars 1925, le Maire d’Orville écrit au Sous-Préfet : «Monsieur le Sous-Préfet, L’inauguration du monument élevé par la commune d’Orville à ...

    Lire la suite
    Courriers divers 01/03/1925

    - Le 1er mars 1925, le Maire d’Orville écrit au Sous-Préfet :

    «Monsieur le Sous-Préfet,

    L’inauguration du monument élevé par la commune d’Orville à ses Enfants  «Morts pour la France » ayant été fixé au dimanche 29 mars (1925) à quatorze heures.

    J’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien assister à cette cérémonie, ainsi qu’au banquet organisé par le Conseil Municipal à 14 heures précises.

    Dans l’attente de votre réponse,

    veuillez croire, Monsieur le Sous-Préfet, en l’assurance de mes meilleurs sentiments.

    Le Maire ».

  • Courriers divers 27/03/1925
    Source : Dubant Didier

    - A la date du 27 mars 1925, le dossier conservé aux Archives Départementales de l’Indre sous la cote 2 O/147 art. 7 comporte un télégramme adressé au Sous-Préfet : ...

    Lire la suite
    Courriers divers 27/03/1925

    - A la date du 27 mars 1925, le dossier conservé aux Archives Départementales de l’Indre sous la cote 2 O/147 art. 7 comporte un télégramme adressé au Sous-Préfet :

    Paris.

    Prière télégraphier sénat si déposez place pour aller Orville dimanche et quelle heure départ. Dans négative veuillez retenir auto.

    Dauthy sénateur” (Henry Dauthy né le 13 novembre 1866 à Eguzon (Indre), mort le 11 juin 1939 à Paris, fut sénateur de l’Indre de 1924 à 1939 (http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=2163, http://www.senat.fr/senateur-3eme-republique/dauthy_henry0275r3.html).

  • Inauguration 29/03/1925
    Source : Dubant Didier

    - Dimanche 29 mars 1925 : inauguration du monument.

     

Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place

Lié actuellement à l’Espace Jean Moulin, le Monument aux Morts se trouve au bourg, le long de la D16, devant l’ensemble Mairie-Ecole, à l’ouest de l’église dédiée à Saint-Sulpice et à Sainte-Marguerite.