France (Vosges) Épinal (88000)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Indochine (46-54)
  • AFN-Algérie (54-62)
  • OPEX (1962---)
  • Monument communal
informations déposées par Ballion Christine et mises à jour par Choubard Alain, Saget Philippe, Lemaire Cyprien dernière mise à jour le 31/07/2022

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Exèdre (demi-cercle)
  • Statuaires - Soldats
    • Poilus ou soldats
      • Poilu
Exèdre avec, au centre, un monument avec un poilu, masque à gaz sur la poitrine et les bras étendus. Un autre poilu tient une pelle et une pipe dans ses mains et un second avec une longue barbe en tenue hivernale tient un fusil.

Matériaux

Granite

Economie

Prix

153 212 francs

Inscriptions présentes sur le monument

LES VOSGES             FONTENELLE
ALSACE                      LE LINGE
LA CHIPOTTE            HARTMANN
GD COURONNÉ        CHAMPAGNE
MARNE                      VERDUN
ARTOIS                      SOMME
YSER                          AISNE
ARGONNE                 CHEMIN DES DAMES
LES ÉPARGES          REIMS
DARDANELLES        MACÉDOINE
N-D DE LORETTE     ITALIE
METZERAL                LE RHIN

                1914-1918

Les morts

AINAUD Henri
ALIX Amédée
ALIX Maxime
ALIX Victor
ALLEMAN Fernand
AMET Alphonse
AMET Gabriel
ANCEL Jules
ANCEL Louis
ANDRE Émile
ANDRE Joseph
ANDRIOT Albert
ANGE Henri
ANGEVEL André
ANTHOINE (d') Fernand
ANTOINE André
ANXIONNAT Louis
APTEL Charles
APTEL Émile
ARMBRUSTER Joseph
ARNOULD Alphonse
ARNOULD Émilien
ARRIGHI Joseph
ARTIQUE Fernand
AUBEL Albert
AUBEL Georges
AUBERT Auguste
AUBIN Léon
AUZEVILLE Léon
BABEL Louis
BACHE Georges
BACHELERIE Philippe
BACHIN Léon
MACON Émile
BADRE Jules
BAEUMLI Eugène
BAGUET Marcel
BAILLY Louis
BAILLY Lucien
BAJOLET André
-
BALAT Maurice
BALAY Gabriel
BALLAND Alfred
BALLAND Auguste
BALLAND Félicien
BALLAND Henri
BALLAND Paul
BALLANDIER Henri
BANZET Henri
BAR Émile
BARBOT Alexandre
BARIL Léon
BARJONETTE René
BARTHELEMY Georges
BARTHELEMY Henri
BASCIN Maurice
BASSOT Camille
BASSOT Henri
BASTIEN Jean
BATTACLIA Albert
BAUDOIN Del
BAUDOUIN Paul
BAUER Charles
BAUER François
BAUER Joseph
BAUMGARTNER Édouard
BEAL Auguste
BEAUDOIN Paul
BEAUMONT Nicolas
BEASIRE Émile
BECHERAND Georges
BECKMANN Joseph
BEGARD Camille
BEGARD Lucien
BEGARD Marcel
BENEL Gabriel
BERNARD André
BERNARD Édouard
BERNARDIN Paul
BERNEZ Léon
-----
BERNHEIM Fernand
BERTHELEMY Lucien
BERTHELOT Paul
BERTHOUD Gustave
BERTIN Louis
BERTIN Paul
BERTRAND Émile
BERTRAND Jules
BERTRAND René
BESSIERE François
BESSOT Aimé
BEURNEL Henri
BIANCONE René
BILLET Auguste
BILQUEZ Gaston
BIZE Charles
BLAISE Julien
BLANDIN André
BLANDIN Jean
BLAUDEZ René
BETNER Georges
BLOCH Paul
BLONDEL Louis
BOILET Georges
BOLLOT Marc
BOLOT Georges
BOMBARDE Henry
BOMBARDE Léon
BONAS Jean
BONNEFOY Gaston
BONTEMS Ernest
BONVIN Joseph
BORDAS Philippe
BORNE Armand
BODDONG Paul
BOUDOT Hippolyte
BOUGAIN Claude
BOUGEL Marcel
BOUGEROU Albert
BOULANGER Dominique
-
BOULANGER Edmond
BOULAY Camille
BOURGAROT Alfred
BOURGEOIS Adolphe
BOURGEOIS Benjamin
BOURGEOIS Paul
BOURGUIGNON Jean
BOURION Jules
BOURQUIN Jules
BOUSQUET Fondacave
BOUTET Léon
BOUVINET Henri
BOZZOLO Marc
BRANT Charles
BREAND Eugène
BREGEOT Raymond
BRENANS Jules
BRENIERE Del
BRENIERE Joseph C.
BRENIERE Joseph L.
BRESSON François
BRETON Jules
BRETZNER Auguste
BRICE Paul
BRINGARD Marcel
BRIOT Alphonse
BRIOT Joseph
BRIOT Paul
BRIOT Séraphin
BROUARD Louis
BROUSSIER Alphonse
BRUCKERT Victor
BRUSSELET Jules
BUCHER Albert
BUCLIER Henri
BUCLIER Joseph
BUEB Paul
BUGEON Alphonse
BULLOUD Félix
CABLE Charles
-----
CADEAU Octave
CAIRONI Charles
CALCIOLARI François
CAMUSET Émile
CARBONEL Pierre
CARLES François
CARTON René
CASCADET Eugène
CATTON Victor
CAUMONT Louis
CAUSSIN René
CHAMBELLAN Henri
CHAMBELLAN Joseph
CHAMBRY Léon
CHANOT Charles
CHAPUT Paul
CHARLES Georges
CHARLET André
CHARMEUX Henri
CHARNAY Pierre
CHARPENTIER André
CHARPENTIER Maurice
CHARPENTIER René
CHARTON Georges
CHARTON Octave
CHARVOT Pol
CHASSARD Arsène
CHASSARD Arsène N.
CHASSARD Jean
CHATEL André
CHAUDRON Camille
CHAUVILLE Irénée
CHAVANNE Joseph
CHAVOTEL Charles
CHAVOTEL Eugène
CHAZAUD Maurice
CHEMINET Alfred
CHEVALIER François
CHEVRIER Gustave
CHIRON Alfred
-
CHOLET Amédée
CHRISTE Gustave
CHRISTE Robert
CLAINHOLPHE Auguste
CLAUDE Albert
CLAUDE Del
CLAUDE Aimé
CLAUDEL Edmond
CLAUDEL Ernest
CLAUDEL Henri
CLAUDEL Louis
CLAUDEL Paul
CLAUDON Victor
CLAUDOT Félicien
CLAUSS Alphonse
CLEMENT Louis
CLEUVENOT Émile
CLEVENOT Antoine
CLOQUIE André
COCAGNE Camille
CODIROLE Gaston
COHENDY Alphonse
COLCOMBET Emmanuel
COLIN André
COLIN Auguste
COLIN Charles L.
COLIN Charles R.
COLIN Ernest
COLIN Jean
COLIN Joseph
COLIN Paul A.
COLIN Paul M.
COLIN René
COLINMAIRE Albert
COLLARD Léon
COLLARDEL Henri
COLLOT Albert
COLLOT Constant
COLLOT Fernand
COLNET Alexis
-----
COLOMBIN Célestin
COLSON Charles
COMTE Paul
COMTE René
COQUILLON André
CORDAS Jean-Baptiste
CORDELIER Fernand
CORDONNIER Robert
COROT Léon
COSTES Adrien
COSTES Léon
COUCHOUX Marius
COUETDIC Antoine
COUILLAUD Pierre
COULIN Louis
COUNOT Jules
COURRIER Jules
COURTOIS Del
COUSY Henri
COUTENET Jean
COUZOT Joseph
CREPET Maurice
CRETIN André
CROCHETET Constant
CROUZAT Eugène
CULTIN Eugène
CUNO Louis
CURE Charles
DANY Valéry
DARNET Georges
DARRACQ Charles
DASTOUET Louis
DAVAL Claude
DEBAY Jean-Baptiste
DEL Georges
DELABORDE Émile
DELAGRANGE Louis
DELAITE Nicolas
DELLA TORRE Achille
-
DALMAU Michel
DELORME Félix
DEMANDE Charles
DEMANGE Eugène
DEMANGE Gaston
DEMANGE Georges
DEMANGE Louis
DEMANGEL Jean
DEMANGEON Charles
DEMANGEON Gustave
DENEAU Adolphe
DERENDINGER Émile
DEROSE Henri
DESCHASEAUX Eugène
DESCIEUX Henri
DESPRES Paul
DEVANI Humbert
DEZITTER Maurice
DIDELOT Charles
DIDENOT Joseph
DIDIER Henri
DIDIERJEAN Charles
DIDIERJEAN François
DIDIERLAURENT Marcel
DIEMUNSCH Alphonse
DIEUDONNE Joseph A.
DIEUDONNE Joseph E.
DILLENSEGER Ernest
DIOT Gaston
DISTANTI Isidore
DODIN Justin
DOLLE Henri
DOLLE Joseph
DORGUEIL Henri
DREYFUSS Eugène
DROTHIER Louis
DROUANT André
DROUET Charles
DUBOC Pierre
-----
DUBOIS Jean
DUBREUIL Émile
DUBS Alfred
DUBS Edmond
DUBUISSON René
DUC René
DUCHENE Émile
DUCROCS Léon
DUDILLIEU Eugène
DUFOUR CLaudius
DUMONT Georges
DUMONT Henri
DUPENLOUP Charles
DUPERRIER Paul
DURAIN Louis
DURAIN Paul
DURAND Donat
DURAND Joseph
DUROC Léon
DURUPT Auguste
DURUPT Ernest
DUSSON André
DUVAL Henri
DUVEAU Éloi
DUVERNOY Georges
ECK Auguste
EDELBLUTT Eugène
EIGLE Louis
ELSENER Ernest
EMERIQUE Georges
ENDERLEN René
ERB Alphonse
EROINGER René
ESTACHY Louis
ETIENNE Gaston
ETIENNE Georges
ETIENNE Henri
ETIENNE Henri P.
ETIENNE Marcel
ETIENNE Maurice
-
ETIENNE René
EXPILLY Antoine
EYCHENNE Alexandre
FAILLET Amédée
FAUCON Léon
FAURE Jean
FAYOLLE André
FEBVEY Paul
FENINGER Aloise
FERRY Alphonse
FERRY Charles
FERRY Georges
FERRY Marcel
FERRY René
FERRY Victor
FEVE Edmond
FISCHEL Georges
FISCHEL Henri
FISSON Joseph
FLEURENCE Jules
FLEURENCE Paul
FLORENCE Charles
FLORENCE René
FOIGNANT Camille
FOIGNANT Marcel
FOINANT Auguste
FORESTIER Joseph
FOUGEROLLE Edmond
FOURY Charles
FRADELLE Julien
FRANCHIMONT Jean
FRANCK Henri
FRANÇOIS Charles
FRANÇOIS Georges
FRANÇOIS Henri
FRANÇOIS Léon
FRANOUX René
FRANZ Charles
FRAYARD Louis
FREBILLOT Paul
-----
FREPPEL Xavier
FRESSE Louis
FREY Georges
FRIAISSE Henri
FRIESENHAUSER Henri
FRITSCH Édouard
FRITSCH Louis
FRITSCH Théophile
FROMENT Émile
FROMENT Jules
GABRIEL Jules
GABRION Henri
GACOIN Charles
GAIL (de) André
GAILLOT Henri
GAILLOT Louis
GAILLOT Paul
GALLIAUZIAU René
GALMICHE Jules
GAMELON Benoit
GARCELON Ernest
GAROUX Pierre
GAZIN Henri A.
GAZIN Henry E.
GEANT Charles
GEGOUT Auguste
GEHIN Charles
GEHIN Charles J.
GEHIN Éloi
GEHIN René
GEHIN Victor
GENERAUX Marceau
GENERAUX Paul
GENERAUX René H.
GENERAUX René J.
GENET Alfred
GENEVOIX Pierre
GENIN Émile
GENIN Paul
GEORGE Albert
-
GEORGE Charles
GEORGE Henri
GEORGES André
GEORGES Charles A.
GEORGES Charles Léon
GEORGES Charles Louis
GEORGES Eugène
GEORGIN Ernest
GERARD Adrien
GERARD Georges
GERARD Henri
GERARD Jules
GERARD Léon
GERARD Louis
GERARD Louis R.
GERARD Lucien
GERARDIN Charles
GERARDIN Florentin
GERARDIN Victor
GERMAIN André
GERMAIN Henri
GEROME Auguste
GEROME Émile
GEROME Gaston
GERTISER Léon
GIELEN Lucien
GIELEN Victor
GILLOT Aristide
GINGEMBRE Albert
GIRARD Georges
GIRARDIN Louis
GIBBE Marcel
GLAIVE Louis
GOBERT Martial
GODFRIN Georges
GOERY Charles
GOERY Émile
GOERY Jules
GOETZ Albert
GOMBEAUX Henri
-----
GOMBEAUX Joseph
GOME Georges
GONIN Charles
GRADELER Paul
GRANDCLAUDON Henri
GRANDCOLAS Henri
GRANDJACQUOT Louis
GRANDJEAN Charles
GRANDMAIRE Paul
GRANDMONTAGNE Joseph
GRANGE Antoine
GRAVIER Charles
GRAVIER Henri
GREGET Hubert
GREGY Joseph
GRIACHE Léon
GRIESER Georges
GRISE Octave
GRISVARD Gustave
GRISVARD Paul
GROSJEAN Gilbert
GROSS Charles
GROSSE Félix
GRUET Louis
GRUNEISSEN Pierre
GUERET Émile
GUERLING Michel
GUERY Paul
GUILLAUME Jules
GUILLEMIN Éloi
GUILLERMIN Joseph
GURY Marcel
HAAS Georges
HABLAINVILLE (d') René
HACKER Émile
HALIMBOURG Eugène
HAN Julien
HANRY Ferdinand
HARMAND Paul
HARTE Henri
-
HARTMANN André
HAYMANN Robert
HAYOTTE Jean
HAYOTTE Nicolas
HEBRARD Gaston
HEFNER René
HEINIS Paul
HENRY Eugène
HENRY Léon
HERRY Félix
HERTZMANN Roger
HEYDORFF Maurice
HINDRAY Julien
HIRTZELBERGER Joseph
HODOT Jean
HOERTH Auguste
HOFFBECK Xavier
HOFFELE Charles
HOFFMANN Ernest
HOLLINGER Camille
HOLLINGER Jean
HONNORE Marcel
HOUILLON Henri
LOUIS René
HUBLER Eugène
HUCK Albert
HUCK Paul
HUGNY Émile
HUGON Georges
HUGUEL Jacques
HUGUENIN Auguste
HUILLIER (L') Léon
HUMBEL Émile
HUMBERT (L') Auguste
HUMBRECHT Maurice
HUSSON Émile
HUSSON Georges
HUSSON Louis
HUTIN René
IACKLE Paul
-----
IGNACE Julien
IMATTE Henry
IMATTE Séraphin
JACOPIN Théodore
JACQUEL Augustin
JACQUEMIN Arsène
JACQUEMIN Constant
JACQUEMIN Georges
JACQUEMIN Jean
JACQUEMIN Roger
JACQUES Lucien
LACQUEY Paul
JACQUIN Léon
JACQUIN Paul
JACQUOT Camille
JACQUOT Gaston
JACQUOT Joseph
JACQUOT Marcel
JACQUOT Paul
JAEGY Joseph
JAMBEL Adolphe
JANTEL Charles
JASPIERRE François
JAXEL Charles
JEANCLAUDE Léon
JEANCLAUDE Léon H.
JEANDIDIER Auguste
JEANDIDIER Georges
JEANDIDIER Louis
JEANMAIRE J. Baptiste
JEANNIN Albert
JEANNOT René
JEANROY Henry
JENGER Louis
JEROME Auguste
JEROME Henri
JEUDY Georges
JOERGER Joseph
JOLY Arsène
JOLY Henry
-
JULLION René
KAHN Henri
KAISER Julien
KAMMERER Charles
KAMPMANN Maurice
KARCHER André
KELLER Jean
KERN Émile
KIBGE Émile
KIENER Édouard
KIENER Roger
KLEIBER Louis
KLEIN Henri
KLEIN René
KOCH André
KOEBERLE Auguste
KOECHLIN Louis
KOEHLER Émile
KOENIG Jean
KOENIG Louis
KUITING Georges
KUNTZ Marcel
LABOUROT Edmond
LACHEVRE André
LACK Jean
LACUENAIRE J. Baptiste
LAEDERICH Roger
LAGARDE Lucien
LALLEMAND Paul
LALLEMAND Maurice
LALLOUE Joseph
LAMAQUE Paul
LAMBERT André
LAMBERT Maurice
LAMBOLEZ Alphonse
LAMOISE Edmond
LAMOUCHE Joseph
LAMOILLA
LAMY Arthur
-----
LANDSMANN Emmanuel
LANG Robert
LANOIS Jacques
LAUGEL Louis
LAURENT Achille
LAURENT Alfred
LAURENT Constant
LAURENT Émile
LAURENT Ernest
LAURENT Léon
LAURENT Pierre
LAVALLEEE Auguste
LAZARUS Georges
LEBLOND Émile
LEBOURGEOIS Georges
LECINQ Louis
LECLERC Flavien
LECLERC Louis
LECLERE René
LECOANET Adolphe
LECOANET Camille
LECOMTE André
LECONTE Jean
LECRIVAIN Henri
LECUYER Jean
LEDRAPIER Deil
LEGER René
LEGRAS Jean
LEHMANN Robert
LELU Auguste
LENEZ-COTTY-DE-BRECOURT
LEONARD Gabriel
LEPINE Louis
LESCURE Adrien
LETONTURIER Louis
LEVY Albert
LEVY Marx
LEVY René
LEVY Simon
LHOMEL Léon
-
LHOTE Albert
LHUILLIER Henri
LINDECKER Charles
LINDENMANN Victor
LINTZER Ernest
LIPPMANN Isaïe
LIRHANTZ Ernest
LOEUILLET Eugène
LOEUILLET Jean
LOLL André
LOLL Marcel
LOMBARD Jules
LORILLARD Ernest
LORILLARD Jules
LORREARD Charles
LOUIS Albert
LOUIS Auguste
LOUIS Henri
LOUIS Joseph
LUEGER Hubert
LURION DE L'EGOUTHAIL L.
LUTHRINGER Émile
LUTZ Charles
LYONNET Marcel
MACCHIAVELLI Henri
MADRE Émile
MAGNUS Edmond
MAIRERICHARD René
MAIRET Henri
MALGLAIVE Gabriel
MALGLAIVE (de) Charles
MALGRAS Georges
MALINET Gustave
MALLAT Joseph
MANDELERT Nicolas
MANGEOLLE Félicien
MANGEON Léon
MANGEOT François
MANGIN Eugène
MANGIN Georges
-----
MANGIN Louis
MANGIN Maurice
MANGIN René
MANN Robert
MARC Jean
MARCEAU Félix
MARCHAL Albert
MARCHAL André
MARCHAL Eugène
MARCHAL Louis
MARCHAND Alfred
MARE Charles
MARECHAL André
MAREY Philippe
MARGAINE Ferdinand
MARGAINE Georges
MARIE Lucien
MARLIN Joseph
MAROTEL Henri
MAROTEL Marcel
MAROULIER Arsène
MARQUAIRE Marcel
MARTIN Charles
MARTIN Marcel
MARTIN Paul
MARTIN Pierre
MASSEBOEUF Louis
MASSELOT Abel
MASSON Charles
MASSON Jean
MASSON Joseph
MASSON Lucien
MASSOTTE Pierre
MATHELIN Le bègue
MATHIAS Albert
MATHIAS Émile
MATHIEU Auguste Émile
MATHIEU Auguste Ernest
MATHIEU Camille
MATHIEU Charles
-
MATHIEU Eugène
MATHIEU Henri
MATHIEU Jean-Baptiste
MATHIEU Joseph
MATHIEU Joseph R.
MATHIEU Jules
MATHIEU Léon
MATHIEU Victor
MATHIEU Victor D.
MATHIS Camille
MATHIS Jean
MATHIS Paul
MATTLAIRE Lucien
MAUD'HEUX Alip
MECKERT Louis
MEISS Aloïse
MELINE Albert
MELINE Séraphin
MENGIN Victor
MENIER Arthur
MENIGOZ François
MENTREL Charles
MERCIER André
MERCIO Alfred
METZ (de) François
MEYER
MEYER Julien
MEYER Laurent
MEYER Louis
MICARD Joseph
MICHEL Auguste
MICHEL Charles
MICHEL Georges
MICHEL Joseph Alfred
MICHEL Jos. Alphonse
MICHEL Louis
MICHEL Lucien
MICHEL Paul H.
MICHEL Paul J.
-----
MICHELIN Marcel
MILLET Victor
MILLION Émile
MIROUSSET Louis
MOCHREL Étienne
MOINEL Alphonse
MOLINIER Henri
MONCHABLON André
MONCHABLON René
MONDON Albert
MONNIER Victor
MOREAU Gaston
MOREL Arthur
MOREL Ernest
MOREL Georges
MOREL Jean
MOREL Victor
MORSARD Fernand
MOUGEOT Georges
MOUGEOT Guillot
MOURLON Maxime
MULLER Paul
MULLER René
MULLER Victor
MULOT Auguste
MUNIER Charles
MUNSCH Alois
MUNSCH Louis
MURAT Robert
MUTEL Georges
NAUDET Georges
NEFF Albert
NEIGE Alcide
NETTER Louis
NEUMANN Louis
NICARD Gaston
NICOLARDOT Claude
NICOLET Alfred
NICOLET Louis
NICOLLE Pierre
-
NIERENBERGER Henri
NOEL Alphonse
NOEL Charles
NOEL Fernand
NOEL Paul
NOEL Pierre
NOEL Pierre L.
NOSS Antoine
NURDIN Alfred
NURDIN Jean-Baptiste
OLRIEL Félicien
ORY Del
OTT Louis
OUDOT Paul
PAITARD Alexandre
PAJEOT Émile
PAJOT Charles
PAJOT Laurent
PALEOLOGUE Auguste
PANO Lucien
PARADIS Christophe
PARENTIN Victor
PARMENTELOT Émile
PARMENTIER Eugène
PARVE Henri
PASTRE Léon
PAUCHET André
PECH Raymond
PELLETEY Albert
PELLETEY Maurice
PENEAU Léon
PENSART Ange
PEQUEGNOT Paul
PERCHET Auguste
PERLIN Charles
PERNELLE Charles
PERNOT Charles
PEROLA Édouard
PERRIER Philemon
PERRIN Albert
-----
PERRIN Charles
PERRIN Eugène
PERRIN Lucien
PERRIN Maurice
PERROT Henri
PETER Jules
PETIN Joseph
PETIN Victor
PETIT Camille
PETIT Daniel
PETIT Jean
PETIT René
PETITGENET Léon
PETITPOISSON Émile
PETITPOISSON René
PETOT Georges
PETRONIN René
PEUCH Albert
PEUREUX Jean
PEUREUX Paul
PHILIPPE Auguste
PHILIPPE Jean
PIERRAT Émile
PIERRAT Marcel
PIERRE Joseph
PIERRE Louis
PIERSON Roger
PIERTOT Albert
PILER André
PILLEMENT Georges
PINGENEL Jean
PINOT Marcel
PIRAULT Henri
PITOY Henri
PLOYER Charles
PODER (Le) André
PODER (Le) Pierre
POIGNANT Charles
POIGNANT Jean
POINSIGNON Alfred
-
POIRAT Alfred
POIRINE Victor
POIROT Auguste
POIROT Joseph
POIROT Louis
POIROT Paul L.
POIROT Paul S.
POISSENOT Camille
POISSENOT Charles
POLATA François
PONCET Léon
PRETOT Eugène
PRETOT Maurice
PREVOT Amand
PREVOT Gaston
PREVOT René
PROST-COUSIN Georges
QUENAULT Jules
QUIE Jules
QUILLIEN
RABANES Adrien
RABIER Danton
RACAT Charles
RAGOT Gabriel
RAGOUX Camille
RAGUE Camille
RAGUE Henri
RANGER Alfred
REBISCHUNG Edmond
REIBEL René
REMY Alphonse
REMY Charles
RENARD Léon
RENARD Nicolas
RENAUDIN Auguste
RENAUDIN Louis
RENAUDIN Louis
REGNAULD Pierre
RICHARD Camille
RICHARD Charles G.
RICHARD Charles J.
-----
RICHARD Émile
RICHARD Henri
RICHARD Joseph
RICHARD Louis
RICHARD Michel
RICHARD Pierre
RICHELOT César
RIEHL Léon
RIVAT Jules
ROBERT Arthur
ROBERT Camille
ROBERT Charles
ROBERT Constant
ROBERT Urbain
ROBILLIARD Georges
ROBIN Jean
RODHAIN Frédéric
ROELLINGER Paul
ROFIDAL Marcel
ROGER Pierre
ROLET Frédéric
ROLLAND Étienne
ROLLIN Maurice
ROLOT Jules
ROMAIRE Alfred
ROMANG Constant
RONDEAU Émile
RONFORT Gaston
ROTH Henri
ROUBINET Léopold
ROUHIER Maurice
ROUILLON Albert
ROUILLON Paul
ROUQUIERE Ernest
ROUSSEL Louis C.
ROUSSEL Louis H.
RUER Georges
RUER Jules
RUYER Émile
SABATIER Jules
-
SAINT Joseph
SAINTE-MARTHE Paul
SALELL Henri
SAMUEL Henr
SANSONETTY François
SAUNIER Louis
SCHALCK Louis
SCHEID Charles
SCHIRMER Ivan
SCHLATTER Charles
SCHLUMBERGER Alfred
SCHLUMBERGER Marcel
SCHMOUTZ Maurice
SCHNELL Émile
SCHNELLER David
SCHUMPF Émile
SCHWOB Fernand
SCHWOB Kléber
SERY Edmond
SIBILLE Charles
SIEGEL Joseph
SIMON André
SIMON Joseph
SIMONIN Auguste
SIMONIN Pierre
SIX Paul
SOUCHARD Henri
SPAEELTY Edwing
SPENGLER Gilbert
SPIESZ Paul
STEPHANN Louis
STEQUER Georges
STIEGER Edmond
STINBACH Frédéric
STOCKER Édouar
STOLL Louis
STOUVENEL Aimé
STRITTMATTER Georges
STUBENOFFEN René
STUTZ René
-----
SUINO Jean
SUINO Thiadolin
SURMELY Henri
SURY D'ASPREMONT (de) P.
TAHON Albert
TELLER Norbert
TERNIER François
THEROL René
THEVENIN Eugène
THIEBAUT Georges
THIEBAUT Marc
THIEBAUT René
THIERRY Camille
THIERRY Gaston
THIRIAT Gaston
THIRIET Marcel
THOCKLER Edmond
THOCKLER Lucien
THOCKLER Paul
THOMAS Camille
THOMAS Charles
THOMAS Ernest
THOMAS Ernest
THOMAS Léon
THOMAS René
THOUVENEL Germain
THOUVENEL Jules
THOUVENEL Paul
THOUVENIN Émile
THOUVENIN Joseph
THOUVENOT Henri
THOUVENOT René
TISSERAND Émile
TISSIER Émile
TOURDES Joseph
TOUSSAINT Jenri
TOUSSAINT Marcel
TRAVERS René
TREMOULHAC Henri
TRESSON Roger
TRICORNOT (de) Jean-Baptiste
-
TROMPETTE Henri G.
TROMPETTE Henri V.
TROTZIER Henri
TROTZIER Joseph
TROUILLET Ferdinand
ULLMANN René
ULMANN Moïse
VALENTIN Aimé
VALENTIN Albert
VALENTIN André
VALENTIN Paul
VALET Émile
VALROFF Auguste
VALROFF Maurice
VANCON Abel
VANCON Paul
VANDECAPPELLE Jules
CARIN Auguste
VASSEUR (Le) Robert
VAUDON François
VAUTHIER Albert
VAUTHIER Paul
VAUTRIN Joseph
VERCELOT Auguste
VERCHERE Louis
VERCHERE Louis
VIAL Charles
VIAL Henri
VIALA Émile
VIARD André
VIEILLE Albert
VIETTE René
VILLAUME François
VILLEMAIN Pierre
VILLEMIN Léon
VILLEMINEY Léon
VILLEPOIX (de) Adolphe
VILLERMAUX Alphonse
VILLERMAUX Henri
VILMIN Louis
VINEL Henri
-----
VIROT Auguste
VIRTEL Gaston
VIRTEL Maurice
VIRY Isidore
VITU Émile
VITU Lucien
VIVIER Gaston
VOGEL Henri
VOILQUE Arthur
VOINSON Adrien
VOIRIN Jean-Baptiste
VOUAUX Joseph
VUILLEMIN Alexis
WAECKEL Louis
LAGNER Paul
WEIGEL Émile
WEIL Raymond
WEISS Charles
WEISS Roger
WENDLING Émile
WENGER Anatole
WENGER Joseph
WETTERWALD Paul
WICHARD Georges
WILBERT Lucien
WILD Fernand
WIRTH Joseph
WOLFF Georges
ZAUG Auguste
ZIEGLER Pierre
ZILLIOX Jean
ZILLIOX Louis
BRIQUE Henri
COULIN Marcel
DOMMANGE Paul
STAHL Paul
ROUSSEL Henri
GRUSS Maurice
FRECHARD Joseph
-
VALENTIN Léon
MONDON Jean
JACQUOT Ulysse
----
Civils
BRAULOTTE Robert
CLEMENT Émile
COLINMAIRE André
CHAINEL Alice
DEYA Jean
FOURCARD
HOR Victor
LANG Sylvain
LEBAN Paul
LEDOYEN Marie
MARTIN Émile
MATHIEU née PETITDEMANGE
PARMANTIER née CHAMBRE
PARMANTIER Lucienne
PARMANTIER Colette
ROY Victor
TANNEUR Marcel
BEURNEL Andrée
Militaires
ALBERT François
ALBISER Gérard
ANTZ Claude
AUBEL Jean
AUBERT Marcel
AUBRY Jean
AUTIE Robert
BARLIER Pierre
BARETH Jean
BARRE André
BARRET Léon
BELLEFLEUR Henri
BELOTTI Jules
BERGERET Louis
BERGUER JEan
BERTAUX Paul
BIOLETTI JEan
BLAUT Georges
BOUGEL Henri
BRETON Serge
-
CESTARET Paul
CHARTON René
CHARVOYEZ Marcel
CHENAL Georges
CHRISTIE Émile
CLAUDEL Raymond
COLLOT Gilbert
COLNAT Laurent
CONRAUD Armand
DAIRE Robert
DAVID Eugène
DEHARBE Marcel
DELLE Marcel
DEMANGEON Marcel
DERYCKER Louis
DORGET Yves
DUMET Pierre
DUPOIT Jean
ETIENNE Gabriel
FEBVEY Roger
FERRY Jean
FIDRIE Eugène
-
FISCHER Jean
FONTEMAGGI Albert
FRANOUX Émile
GARCIA François
GENIN Louis
GEORGE Camille
GERARD Pierre
GLASS René
GONSARD Jean
GRANCHER Pierre
GRANDJEAN Lucien
HAMMERER Georges
HARDEL André
HASSE René
HENRY André
HIGELIN Jean
HODOT Marcel
HOF Jean
HOF Pierre
HOF Robert
HUGNIN Georges
HUSER René
-
JAEGER Marcel
JUILLARD Georges
KARST Georges
KETTEN Henri
LAGARDE Raymond
LAHEURTE Robert
LALLEMAND René
LAMRI Ali
LAROCHE Marcel
LAROSE Henri
LAURENT Paul
LECONTE Georges
LIGNE Eugène
MAGNAN Georges
MAIRE André
MALAISE André
MALGLAIVE Roger
MARTIN Jacques
MASSON Charles
MAUFFRAY Marcel
MENTREL Gilbert
-
MECKERT Ernest
MERCIER Lucien
MICHEL Robert
MUNIER Henri
MURY Charles
NAIGEON Raymond
NAVELLO Fernand
NETTER Jean
NOEL Gaston
PAILLER Lucien
PARISOT Jean
PARIZOT Raymond
PATEUX Régis
PERNOT Marcel
PERROUT Jean
PFLIEGER Robert
PFLUG André
PICARD Pierre
PICHOURON Pierre
PIONNIER Marcel
POISSENOT Jean
PRIMUS Jean
----
RAOUL Marcel
RAOBERT Victor
ROCHER Charles
ROOS Gaston
ROUHIER Pierre
SAGARD Paul
SALISBURY Fernand
SCHEHR Émile
SCHINDLER Charles
SCHNEIDERLIN Jean
SIMONET Pierre
SIMONIN Jean
SINGER Roger
SIVAN Louis
SUREAU-PICARD Gilbert
THIEBAUT René
THIERY Roland
THIRARD Charles
THIRIET Armand
THIRIET Yvan
TISLER André
TISLER Édouard
-
TISSEYRE René
TOILLIEZ Marcel
TSCHEINCHANG Jules
ULRICH Marcel
VALDENAIRE Marcel
VANIER Robert
VASSEUR Fernand
VAUTHIER Antoine
VAUTRIN Georges
VAUTRIN Pierre
VERDUN Jean
VEYER Marcel
VILLAUME Raymond
VILLEMIN Roger
VITU André
VOIRIN Christina
VUILLEMIN Roland
WILLMANN Robert
WOLFF Marcel
ZINCK Gaston
ZONZON Léon
HUMMEL Jean
----
Civils
ALBERT Hélène
ANTOINE Marie
ALEXANDRE Fanny
ALIOT Pierre
ANTOINE Auguste
ARNOUX Anne
AUBERT Yvette
AUBERTIN Daniel
AUBERTIN Monique
AUBERTIN René
AUSCHER Florette
BAILLY Georges
BALLAND Claudine
BALLAND Hubert
BALLAND Gaston
BARD Rose
BARTHELEMY Nicole
BARTHELEMY Paul
BATY Hubert
BAUDOIN Victor
-
BAUMEISTER Ginette
BAUMEISTER Jean
BEAUMONT Marie
BELCOURT Charles
BELLAMY Martine
BERNARDIN Anne-Marie
BERTHONNEAU Paul
BICKERT Albert
BIRON Pierre
BLECHNER Marcel
BONNAWARTH Marie
BOULANGER Yvette
BOUMSEL Françoise
BRABIS Marcel
BRENET Abel
BRICE René
BRODA Moszeck
CARABIN Eugène
CASCARET Eugène
CAYOT Marie
CESARD Jean
CESARD Amélie
-
CHANOT Charles
CHENUT André
CLAUDEL Louis
COLIN Michel
COLIN Robert
COLIN Jeanne
COLOMBEL Louise
COLOMBEL Madeleine
COLOMBEL Marie-Françoise
COMPTE Daniel
CREUX Alfred
CROSSE Alexis
DECHANET Suzanne
DEHARBE Marcel
DEMANGE Jules
DEVOILLE Marcel
DJITLI CLaude
DREYFUS Léontine
DUBS France
DUBS Albert
DUHOUX Andrée
DUHOUX Daniel
----
DUMOULIN Jean
DUVAL Adrien
EBERHARD Alfred
EBERHARD Sara
EBERHARD Odette
EVE Jeanne
EVE Marguerite
EVE Bernard
EVE Lucienne
FARRON Gabrielle
FARON Roger
FEVE Christiane
FLOQUET Hippolyte
FRANCK Camille
FRANCK Berthe
Vve FRANÇOIS Marie
FRANÇOIS Émile
FROMENT Émile
FUSIER Maxime
GADAUT René
GARDEUX Marie
-
GANDIT Jules
GEOFFROY Léon
Vve GEORGES Marie
GEROME Edmond
GEROME Anne-Marie
GIMBEL René
GINGLINGER Jean-Marie
GRANDVALLET Anne-Marie
GUESCHWIND Alfred
HALBRONN Marcel
HASSLER Marie
HECKER Léon
HENNEQUIN Alexandre
HERBE Maurice
HISLER Bernard
HOUILLON Odette
HOUOT Léa
HUMBERTCLAUDE Adrien
HUMBERTCLAUDE Jean-Marie
HUMBRECHT Marie
HURAUX Marie
IGNACE Alexis
-
IGNACE Georges
IGNACE Jules
IGNACE Annette
JACOBOWITZ Jeanne
JACOPIN Maurice
JANVRE Georges
JEANMOUGIN Henri
JENAMOUGIN Isabelle
JEANPIERRE Marcel
JESSEL Marthe
KAHN Georges
KAHN Laure
KAHN Paul
KAUFFMANN Mélanie
KLEIN Louis
KOMMER Georges
LAHEURTE Marcel
LAJEUNESSE Cécile
LAJEUNESSE Lucie
LAMAQUE Bernard
LAMAQUE Colette
LAMAQUE Fernand
----
LAMAQUE Louis
LAMAQUE Lucien
LAURENT Marguerite
LAROUSSE Octavie
LAURENT Renée
LAURENT Guy
LAURENT Paulette
LAURENT Léon
LAURENT Maria
LECLERC Henri
LEGRAND Marc
LEGRAND Raymond
LEMAIRE Henri
LESAGE Georges
LEVY Andrée
LEVY Babette
LEVY Berthe
LEVY Gaston
LEVY Gilbert
LEVY Huguette
LEVY Marcel
LEVY Pierre
-
LEVY Robert
LEVY Zuzanne
LEVY Silvain
LOEFFLER Eugène
MAITRE René
MANGIN Denise
MARLANGEON Paul
MARPEAUX Eugénie
MARTIN Germain
MARTIN Julia
MARTIN Marie
MAROTEL Jean
MASSON Marcel
MATHIEU Antoine
MATHIEU Charles
MATHIEU Joseph
MELINE Berthe
MELLOT René
METZGER Charles
MEYER-ROOS Alice
MEYER Berthe
MEYER-DREYFUS Alice
----
MEYER Gaston
MEYER Georges
MEYER Jean
MILLION Marie
MUSELET Maurice
NOVIANT Hélène
PARENT Marie
PEILLON Michelle
PEILLON Monique
PEILLON René
PEILLON Yvette
PELTIER Laure
PERNEL Raymond
PERRIN Clémence
PERRIN Émile
PERRIN Marie
PERRY Henriette
PETOT Raymond
PHILIP Louis
PLAIT Henriette
POIROT Louis
PROTOY Marie
-
RAILLARD Georges
RAILLARD Maurice
RAOUL Marie
RAOUL Raymond
REMY Émile
REMY Léocadie
RENAUD Laure
RICHARD Andrée
RICHARD Maria
RICORNET Marie-Claude
RIETHMULLER Germaine
RIETTE Joseph
ROBERT Charles
ROBERT Roger
ROSE Marie
RUER Hubert
SAINT-DIZIER Eugénie
SAINT-DIZIER Geneviève
SAINT-DIZIER Lucien
SAMEDI Alice
SCHOTT Germaine
SCHWED Jean
-
STORTI Clémence
STORTI Jean-Marie
STORTI Paul
SOUVAY Pierre
SUTY Gabriel
THEROL Jules
THIAVILLE Marie
THIEBAUT Nelly
THIEBAUT Nicolas
THIRION Mauirce
THOMAS Aimé
THOMAS Raymond
THOMAS René
THOUVENOT Paulette
TIHAY Jean-Luc
TIVITAL Auguste
TONNELIER Louise
TOUSSAINT Eugénie
TRIBOULET André
TRONCHE Julien
TRUCHET Marie
TRUMPF Charles
----
VALENCE Roger
VALROFF Lucie
VALROFF Marie
VAUBOURG Paul
VAUTRIN René
VICAIRE Charles
VIRY Marie
VIRY Marie
VISCHEL Rachel
VOIRIN Marie
VUILLEMARD Jules
WAHL Marcelle
WAHL Léon
WALTER Serge
WEIL Georgette
WEILL Marcel
WEILL Oscar
WEIL Pierre
WEIL Roger
WOLFF Jeanne
WOLFELSPERGER Albert
LEHMANN Maurice
Militaires TOE
BARBICHE André
CHATELLE Élie
CLAUDEL Roger
COTIN Raymond
DUCHEVET Jean
FREDIANI René
GUTFREUND Henri
HENRY Yves
JACQUET André
JEANDIN Robert
LEONARD Paul
MANSUY Georges
MICHOT Pierre
MURINGER René
NIVARD Roger
PETITDIDIER Charles
SOUPLY André
SUSINI Félix
THIRION Paul
THOMAS Paul
----
TROCHET André
COUNOT André
FAIVRE Paul
GROSDIDIER J. M.
HUMBERCLAUDE André
JAEG Marcel
KIMBERGT Bernard
LAVALLEE Arthur
MAURICE Henri
MATHIEU Marcel
NOEL CLaude
NOEL Joseph
PETIARD Christian
PICARDAT Guy
DUMAS Maurice
BENARD Jean
BESSOT Claude
BOISADAN Jean-Paul
BOUGE Bernard
BRIOT Jean
CHATAGNER Pierre
CLAUDE Jacques
CONSTANT Raoul
DEMANGE Guy
-
GUIDAT Bernard
HOUSSAUT Daniel
PLIESWEISS René
SCHMIDT André
THEILLER Pierre
THIRIET René
VALERO Gilbert
VIARD Gaston
VILLIERE Gabriel
PROVENCHERES (DE) Pierre
CCH VERRIER Nicolas Liban 2009

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Historique du monument

  • 1919
  • Presse 25/07/1919
    Source : Le Télégramme

    Aux Enfants d'Épinal morts pour la Patrie Le Conseil est appelé à donner son avis sur un tableau d'honneur où seront inscrits les noms de tous les ...

    Lire la suite
    Presse 25/07/1919

    Aux Enfants d'Épinal morts pour la Patrie

    Le Conseil est appelé à donner son avis sur un tableau d'honneur où seront inscrits les noms de tous les glorieux enfants d'Épinal morts pour la Patrie pendant la grande guerre.
    Il faudra, hélas ! un vaste emplacement car ce tableau de gloire et de deuil devra contenir plus de 1200 noms !

    L'avis des spécialistes est que le marbre est la matière qui présente les meilleures garanties de pérennité. Le tableau serait en marbre teinté.

    Le conseil ne discutera pas sur le pris. Il votera de grand coeur cette dépense, quelle qu'elle soit. Nous devons bien, en effet, cet hommage à nos héros, tombés pour le salut commun.
    Quant à l'emplacement qui lui sera assigné, les avis sont partagés. M. le maire le verrait avec plaisir placé dans le corridor d'entrée de l'Hôtel de Ville, endroit très fréquenté.
    M. Véry voudrait faire mieux encore. Pourquoi, dit-il, n'éleverait-on pas un monument public sur une place, portant sur ses quatre côtés, les noms glorieux ?
    M. Ballon voudrait le tableau, non point dans le vestibule, mais dans l'une des principales salles de l'Hôtel de Ville, celle du conseil ou celle des mariages.
    M. le Maire répète que la place la meilleure est l'entrée, parce que le public ne va que rarement dans les salles. Or, il faut que les noms des artisans de la Victoire, de ceux qui ont payé de leur sang le salut de tous soient constamment sous les yeux, pour servir d'exemple aux générations.
    Il est probabl que c'est l'avis du maire qui l'emportera, le moment venu, car la décision est ajournée, en ce qui concerne l'emplacement

     

  • 1920
  • Presse 17/01/1920
    Source : Le Télégramme

    La Commission du Monument s'est réunie. Un comité provisoire a été formé, auquel viendront s'adjoindre d'autres concours dévoués. Un appel sera fait à la population. Une souscription sera ouverte pour ...

    Lire la suite
    Presse 17/01/1920

    La Commission du Monument s'est réunie. Un comité provisoire a été formé, auquel viendront s'adjoindre d'autres concours dévoués. Un appel sera fait à la population. Une souscription sera ouverte pour couvrir les frais que M. Baudouin évalue approximativement à 200.000 francs

  • Presse 07/02/1920
    Source : Le Télégramme

    Une première réunion a eu lieu en vue de la formation du Comité ; mais la chose n'est pas au point, et une nouvelle réunion, qui se tiendra jeudi prochain, ...

    Lire la suite
    Presse 07/02/1920

    Une première réunion a eu lieu en vue de la formation du Comité ; mais la chose n'est pas au point, et une nouvelle réunion, qui se tiendra jeudi prochain, nommera le Comité définitif, désignera des personnes chargées de recueillir les souscriptions. On créera aussi une organisation dans les banques pour le même objet

  • Presse 10/02/1920
    Source : Le Télégramme

    Sur l'initiative de la municipalité, un comité provisoire s'est cosntitué à l'hôtel de ville d'Épinal, pour aviser aux voies et moyens propres à aboutir à l'édification d'un monument aux soldats ...

    Lire la suite
    Presse 10/02/1920

    Sur l'initiative de la municipalité, un comité provisoire s'est cosntitué à l'hôtel de ville d'Épinal, pour aviser aux voies et moyens propres à aboutir à l'édification d'un monument aux soldats morts de la guerre de 1914-1918

    Une réunion des membres de ce comité aura lieu le jeudi 2 février courant à l'hôtel de ville, à 2 heures et demie

    Le concours de toutes les personens, messieurs ou dames, qui voudraient bien s'adjoindre au comité et se rendre à l'Hôtel de Ville au jour et heure ci-dessus, sera accueilli avec reconnaissance

    Les convocations individuelels ne pouvant être adressées à tout le monde, le maire prie les personnes qui n'ont pas été touchés directement par une convocation, de bien vouloir l'excuser et de considérer le présent appel comme une invitation

    Le maire : A. BAUDOUIN

  • Presse 15/02/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument
    Ainsi que nous l'avons annoncé, la ville a été divisée en onze secteurs répartis entre les dames quêteuses...

  • Presse 17/02/1920
    Source : Le Télégramme

    Le comité du monument Le Comité exécutif pour l'érection, à 2pinal, d'un monument aux morts de la guerre 1914-1918 s'est réuni en séance extradordinaire pour la constitution ...

    Lire la suite
    Presse 17/02/1920

    Le comité du monument

    Le Comité exécutif pour l'érection, à 2pinal, d'un monument aux morts de la guerre 1914-1918 s'est réuni en séance extradordinaire pour la constitution d'un bureau. Ont été nommés :

    Président, M. Baudouin, maire d'Épinal
    vice-président, M. P. Mieg, conseiller municipal
    vice-présidentes, Mmes Merklen et Chevalier
    trésorier, M. Thomas, directeur de la Banque de Mulhouse,
    auquel seront versées par les dames quêteuses, toutes les souscriptions recueillies par elles
     

  • Presse 19/02/1920
    Source : Le Télégramme

    Le Comité exécutif du monument a arrêté la composition définitive de son bureau comme suit : Présidents d'honneur du Comité et du Bureau : MM. Rouvier, ...

    Lire la suite
    Presse 19/02/1920

    Le Comité exécutif du monument a arrêté la composition définitive de son bureau comme suit :

    Présidents d'honneur du Comité et du Bureau :
    MM. Rouvier, préfet des Vosges
    le général Jacquot, commandant le 21e corps
    le Président d'Honneur de la Fédération des mutilés et anciens combattants

    Président : M. Baudouin, maire d'Épinal
    Vice-président : M. P. Mieg, conseiller municipal
    Vice-présidentes : Mmes Mercklen et Chevalier Ed.
    Secrétaire : M. Chevalier Robert
    Trésorier : M. Thomas, directeur de la Banque de Mulhouse, auquel sera versé par les Dames quêteuses, le montant des souscriptions recueillies par elles

    Correction de copie ...

  • Presse 28/02/1920
    Source : Le Télégramme

    Aux enfants d'Épinal tombés pour la Patrie

    Souscription au monument aux morts
    Liste...

  • Presse 04/03/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts d'Épinal

    Souscriptions...

  • Presse 09/03/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts d'Épinal

    Souscriptions ...

  • Presse 11/03/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts d'Épinal

    Souscriptions...

  • Presse 13/03/1920
  • Presse 17/03/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument ...
    Souscriptions ...

  • Presse 20/03/1920
    Source : Le Moniteur viennois

    Pour le Monument aux Morts d'Épinal

    Souscriptions...

    Total 69 952,50 francs

    (à suivre)

  • Presse 23/03/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts

    Souscriptions ....

  • Presse 25/03/1920
  • Presse 27/03/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le Monument aux morts d'Épinal

    Souscriptions...

  • Presse 02/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument Communiqué de la Mairie Le maire d'Épinal remercie, tant en son nom qu'aun nom du comité du monument, les nombreuses personnes qui ont ...

    Lire la suite
    Presse 02/04/1920

    Pour le monument

    Communiqué de la Mairie
    Le maire d'Épinal remercie, tant en son nom qu'aun nom du comité du monument, les nombreuses personnes qui ont répondu à l'appel des dames chargées de faire la collecte à domicile.
    Il s'excuse près des personnes qui n'auraient pas reçu la visite de ces dames, soit à cause de leur absence ou d'une omission involontaire, et fait appel à leur sentiment patriotique pour lui faire connaître leur intention ou adresser leur souscription à la mairie, d'o^il leur sera envoyé aussitôt une reconnaissance de leur versement

  • Presse 03/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts d'Épinal

    (à suivre)

  • Presse 06/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument d'Épinal

     

  • Presse 07/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts d'Épinal

    Total 101 246 fr 90

  • Presse 11/04/1920
    Source : Le Télégramme

    11 et 12 avril 1920 Pour le monument à nos morts La direction du Trianon-Music-Hall, soucieuse de participer dans la mesure de ses moyens à l'oeuvre ...

    Lire la suite
    Presse 11/04/1920

    11 et 12 avril 1920
    Pour le monument à nos morts

    La direction du Trianon-Music-Hall, soucieuse de participer dans la mesure de ses moyens à l'oeuvre entreprise par la municipalité d'Épinal pour l'érection d'un monument sur une des places de la ville, destiné à perpétuer le souvenir aux morts de la grande guerre, a décidé d'offrir, le jeudi 15 avril 1920, à 8 heures 1/2, au profit exclusif de l'oeuvre, une représentation payante aux prix ordinaires des places.

    Galeries de face, 3 fr ; de côté, 2 fr 50 ; fauteuils d'orchestre, 2 fr ; parterre, 1 fr 50
    Le bureau de location est ouvert de 9 h à midi et de 2 h à 20 h
    Cette représentation est placée sous le haut patronage de M. le Préfet, M. le général gouverneur, du président honoraire de la Fédération des mutilés, présidents d'honneur du Comité de l'oeuvre du monument, et M. le maire d'Épinal, président du Comité.

  • Presse 15/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pourle monument aux morts d'Épinal

    ...

  • Presse 16/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour nos morts glorieux La direction de l'Excelsior-Cinéma annonce pour lundi à 20 h 30, une grande soirée de gala, sous les auspices des autorités civiles et ...

    Lire la suite
    Presse 16/04/1920

    Pour nos morts glorieux

    La direction de l'Excelsior-Cinéma annonce pour lundi à 20 h 30, une grande soirée de gala, sous les auspices des autorités civiles et militaires.
    Un programme extraordinaire sera établi à cet effet.
    Les recettes de ce gala seront versées à l'oeuvre du monument.
    Souvenir de Guerre
    Tarif habituel. La location est ouverte

  • Presse 17/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts d'Épinal

    Souscriptions...

    Total : 104 053 fr 60

  • Presse 21/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument aux morts d'Épinal

    Sousscriptions...

    Total à ce jour : 104 680 fr 95

  • Presse 24/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pourle monument Une soirée de Gala au palace-Théâtre Mercredi prochain 28 avril, à 8 h1/2 du soir, une soirée, de gala sera donnée au Palace-Théâtre, le ...

    Lire la suite
    Presse 24/04/1920

    Pourle monument
    Une soirée de Gala au palace-Théâtre

    Mercredi prochain 28 avril, à 8 h1/2 du soir, une soirée, de gala sera donnée au Palace-Théâtre, le luxueux établissement si apprécié des Pinaliens, au profit du monument destiné à honorer la mémoire des Enfants d'Épinal morts à la guerre

    Cette soirée est placée sous la présidence d'honneur de MM. le Préfet des Vosges, le général Jacquot et le maire d'Épinal

    Les talents d'organisateur de M. Baudoin, directeur du Palace, nous sont un sûr garant de l'attrait et de la réussite de cette réunion
    Nos concitoyens tiendront à nonorer d'y assister nombreux et de contribuer ainsi - tout en passant une agréable soirée - à l'oeuvre de reconnaissance envers nos morts glorieux
    Nous donnerons sous peu le programme

  • Presse 28/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument Nos rappelons à nos lecteurs que c'est ce soir mercredi, à 8 heures 1/2, que sera donnée, au Palace-Théâtre, la soirée de gala au ...

    Lire la suite
    Presse 28/04/1920

    Pour le monument

    Nos rappelons à nos lecteurs que c'est ce soir mercredi, à 8 heures 1/2, que sera donnée, au Palace-Théâtre, la soirée de gala au bénéfice du monument à élever aux morts de la Grande Guerre

    Cette réunion est placée sous la présidence effective de M. le Préfet des Vosges, de M. le général Jacquot, commandant le 21e CA, et de M. le maire d'Épinal

    Le programme, très bien choisi, comprend : 1. Orchestre , 2. id. ; 3. Pathé-Journal ; 4. Gaby Deslys, dans Le DIeu du Hasard, drame mondain en 6 parties et 4 actes ; 5. Orchestre ; 6. Gardey et Cie, les rois du rire ; 8. La Souricière ; 9. Retraite

    La location est ouverte toute la journée

    Nous souhaitons à cette belle soirée tout le succès qu'elle mérite. Le public spinalien ne manquera pas de répondre à l'invitation du sympathique directeur du Palace-THéâtre, et la recette - que nous espérons fructueuse - viendra apporter un appoint appréciable à l'oeuvre de reconnaissance envers nos morts

  • Presse 28/04/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument d'Épinal

    Souscriptions...

    Total 107 141 fr 55

  • Presse 04/05/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    Souscriptions...

    Total à ce jour 107 231 fr 55

  • Presse 13/05/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monumnet

    Souscriptions ...
    Total 109 434 fr 55

  • Presse 22/05/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument
    ....
    Total à ce jour : 109 470 fr 55

  • Presse 28/05/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    Souscriptions

    ...

  • Presse 04/06/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    ...

    Total 110 180 fr 55

  • Presse 11/06/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    ...
    Total 110 280 fr 55

  • Presse 23/06/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le Monument

    ...

    Total 110 190 fr 55

  • Presse 26/06/1920
    Source : Le Télégramme

    Au Conseil municipal d'Épinal
    Deux importantes questions
    L'emplacement du Monument aux morts - Emprunt municipal

    Séance du 25 juin 1920

  • Presse 30/07/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    Souscriptions reçues par M. Baudouin, président :
    ...

    Total à ce jour : 112 595 fr 95

  • Presse 01/08/1920
    Source : Le Télégramme

     MONUMENT DE LA VILLE AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE Le Comité d'organisation de la Fête qui sera donnée à l'Union Saint-Maurice, le dimanche 8 août prochain, ...

    Lire la suite
    Presse 01/08/1920

     MONUMENT DE LA VILLE AUX MORTS DE LA GRANDE GUERRE

    Le Comité d'organisation de la Fête qui sera donnée à l'Union Saint-Maurice, le dimanche 8 août prochain, au bénéfiche de cette oeuvre, reçoit, dès à présent, les lots que de généreux donateurs voudront bien offrir pour la tombola.

    Ces lots seront exposés dans une devanture des magasins À la Ville de Mulhouse, rue Léopold-Bourg, où ils peuvent être remis à partir de demain

    Nos lecteurs comprendront tout l'intérêt qui s'attache au succès de cette oeuvre de reconnaissance patriotique à ceux des nôtres, si nombreux hélas ! qui sont tombés pour la Patrie, et ils ne manqueront pas de vouloir s'y associer

  • Presse 06/08/1920
    Source : Le Télégramme

    La kermesse pour le monument d'Épinal Les préparatifs de la fête s'avancent à pas de g"ants. Devant la salle des fêtes de l'Union-Saint-Maurice, les baraques se montent ...

    Lire la suite
    Presse 06/08/1920

    La kermesse pour le monument d'Épinal

    Les préparatifs de la fête s'avancent à pas de g"ants. Devant la salle des fêtes de l'Union-Saint-Maurice, les baraques se montent qui, dimanche prochain nous offriront des attractions et les distractions les mieux choisies. Dans un prochain numéro, nous donnerons le programme de la fête et les prix des diverses attractions, mais nous pouvons déjà annoncer que l'entrée sera absolument gratuite à la kermesse.
    Les lots pour la tombola continuent à affluer. Rappelons à ce sujet qu'on peut acheter de la La VIlle de Mulhouse et chez M. Kopf, libraire, place des Vosges

  • Presse 10/08/1920
  • Presse 19/08/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument La Sidi-Brahim, société amicale des Anciens chasseurs à pied de l'arrondissement d'Épinal, 75 fr ; Melle Marguerite Lafite, à Épinal, 50 fr ; ...

    Lire la suite
    Presse 19/08/1920

    Pour le monument

    La Sidi-Brahim, société amicale des Anciens chasseurs à pied de l'arrondissement d'Épinal, 75 fr ; Melle Marguerite Lafite, à Épinal, 50 fr ;

    total à ce jour 112 720 fr 95

  • Presse 21/08/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le Monument Produit d'une colelcte faite entre les gymnastes de la Société La Vosgienne d'Épinal : 11 fr 50 Total à ce jour :  112 ...

    Lire la suite
    Presse 21/08/1920

    Pour le Monument
    Produit d'une colelcte faite entre les gymnastes de la Société La Vosgienne d'Épinal : 11 fr 50

    Total à ce jour :  112 732 fr 45

  • Presse 25/08/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument
    ...
    Total à ce jour : 112 992 fr 45

  • Presse 28/08/1920
    Source : Le Télégramme

    Monument - La Commission du monument s'est réunie vendredi matin. Elle a élaboré un programme de concours. Le Conseil ayant décidé que ce programme serait publié dans les journaux ...

    Lire la suite
    Presse 28/08/1920

    Monument - La Commission du monument s'est réunie vendredi matin. Elle a élaboré un programme de concours.
    Le Conseil ayant décidé que ce programme serait publié dans les journaux locaux, nous n'en parlerons pas aujourd'hui.
    Le programme établi par la Commission est adopté à l'unanimité, moins la voix de M. Najean qui demande que son vote soit mentionné au procès-verbal de la séance

  • Presse 02/09/1920
    Source : Le Télégramme

    Souscription

    Total à ce jour : 113 022 fr 45

  • Presse 16/09/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument de nos morts
    Souscription...

    Total à ce jour : 113 042 fr 45

  • Presse 23/09/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument Versement des oeuvres catholiques de la paroisse Saint-Maurice (produit de la kermesse) 7 000 fr ; la communauté israélite d'Épinal, 201 fr 15 ; le cirque ...

    Lire la suite
    Presse 23/09/1920

    Pour le monument
    Versement des oeuvres catholiques de la paroisse Saint-Maurice (produit de la kermesse) 7 000 fr ; la communauté israélite d'Épinal, 201 fr 15 ; le cirque Rancy (représentation de gala du 17 septembre) 3000 fr ; un abonyme 20 fr ; versement du cirque Rancy (produit de la vente de cartes postales) 660 fr 50

    Total à ce jour 123 924 fr 10

  • Presse 14/10/1920
    Source : Le Télégramme

    Fête d'Épinal Grand Festival au profit du Monument et des Mutilés de la Grande Guerre, sous le patronage de la Municipalité Le vendredi 15 ...

    Lire la suite
    Presse 14/10/1920

    Fête d'Épinal

    Grand Festival au profit du Monument et des Mutilés de la Grande Guerre, sous le patronage de la Municipalité

    Le vendredi 15 courant, à partir de 20 h 30n soirée de gala sur tout le Champ de foire.
    Au théâtre Borgniet : L'Arlésienne, musique de Bizet, exécutée par un orchestre dirigé par M. Couré
    À l'Eden-Palace : course au champagne, bataille de fleurs, course aux drapeaux, attractions inédites, tombola : nombreux lots.

    Diverses personnes s'intéressant tout spécialement au succès de la fête ont déjà remis à la mairie quelques objets d'art, articles de ménage, bouteilles de champagne.
    Tous autres envois seront accueillis avec reconnaissance au secrétariat particulier de M. le Maire d'Épinal.

  • Presse 27/10/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument Produit de la soirée de gala, au champ de foire 2 887 fr 75 ; le Comptoir national d'escompte de Paris, rue du Collège, ...

    Lire la suite
    Presse 27/10/1920

    Pour le monument

    Produit de la soirée de gala, au champ de foire 2 887 fr 75 ; le Comptoir national d'escompte de Paris, rue du Collège, à Épinal 200 fr ; ...

    Total à ce jour 127 046 fr 85

  • Presse 18/11/1920
    Source : Le Télégramme

    POUR LE MONUMENT

    ...

    Total à ce jour 127 136 Frs 85

  • Presse 24/11/1920
    Source : Le Télégramme

    Total à ce jour : 127 186 Frs 85

  • Presse 30/11/1920
    Source : Le Télégramme

    Versement

    Total 127 236,85

  • Presse 08/12/1920
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    ...

    Total à ce jour 127 371 fr 75

  • Presse 11/12/1920
    Source : Le Télégramme

    Conseil Municipal d'Épinal - Séance du 10 décembre Monument aux morts de la grande guerre Lecture est donnée d'une lettre de M. le Préfet, ...

    Lire la suite
    Presse 11/12/1920

    Conseil Municipal d'Épinal - Séance du 10 décembre

    Monument aux morts de la grande guerre

    Lecture est donnée d'une lettre de M. le Préfet, faisant connaître les conditions à remplir par la ville pour avoir droit à une subvention d'état - subvention puvant aller de 4 à 15 0/0 - pour l'érection d'un monument aux morts de la grande guerre
    Une de ces conditions est de connaître la quote-part de la ville dans les frais.
    Cette part n'ayant pas encore été fixée, M. le maire énumère les travaux qui incombent à la ville : rectification du mur du quai, fondations du monument, etc., formant un total de 212 000 francs.
    Le conseil décide donc d'arrêter la contribution de la ville, et d'en faire état dans la réponse au questionnaire de la Préfecture

  • 1921
  • Presse 01/01/1921
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    ...
    Total à ce jour : 127 431,75 francs

  • Presse 14/01/1921
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument

    ...
    Total à ce jour : 127 451,75 frs

  • Presse 29/01/1921
    Source : Le Télégramme

    Concours du Monument en l'honneur des Epinaliens morts pendant la guerre

  • Presse 05/02/1921
    Source : Le Télégramme

    Conseil municipal - Séance du 4 février 1921

  • Presse 23/02/1921
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument
    Versements à M. Baudouin, président et maire d'Épinal
    ...

    Total à ce jour : 130 682 fr 50

  • Presse 25/02/1921
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument Partie du produit d'une quête parmi les spectateurs du jeu de foot-ball au Petit Champ de Mars le 20 février 1921 : 30 fr ...

    Lire la suite
    Presse 25/02/1921

    Pour le monument

    Partie du produit d'une quête parmi les spectateurs du jeu de foot-ball au Petit Champ de Mars le 20 février 1921 : 30 fr

    Total à ce jour : 130 712 fr 50

  • Presse 06/03/1921
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument M. Etienne boulanger rue de l'Hôtel de Ville 20 fr (souscription versée à M. Baudouin, prédident et maire d'Épinal) Total à ce jour ...

    Lire la suite
    Presse 06/03/1921

    Pour le monument
    M. Etienne boulanger rue de l'Hôtel de Ville 20 fr (souscription versée à M. Baudouin, prédident et maire d'Épinal)

    Total à ce jour : 130.732 fr 50

  • Presse 26/03/1921
    Source : Le Télégramme

    Conseil Municipal d'Épinal Séance du vendredi 25 mars Le Conseil autorise la remise à M. Robert de la maquette de son projet de monument, ainsi que ...

    Lire la suite
    Presse 26/03/1921

    Conseil Municipal d'Épinal
    Séance du vendredi 25 mars

    Le Conseil autorise la remise à M. Robert de la maquette de son projet de monument, ainsi que celle des autres concurrents qui lui demanderont

  • Presse 31/03/1921
    Source : Le Télégramme

    Pour le monument d'Épinal L'administration du cirque Gruss et Robba, installé au Petit Champ de Mars, a bien voulu donner le lundi de Pâques une matinée au profit du ...

    Lire la suite
    Presse 31/03/1921

    Pour le monument d'Épinal
    L'administration du cirque Gruss et Robba, installé au Petit Champ de Mars, a bien voulu donner le lundi de Pâques une matinée au profit du Monument aux Morts de la Grande Guerre de la Ville d'Épinal.
    Cette matinée a produit, frais divers et d'affichage déduits, la somme de 896 FR 60, à laquelle il y a lieu d'ajouter le produit de la quête faite au cours de cette représentation, soit 1121 fr 70 en tout

    Nous adressons nos remerciements aux généreux organisateurs, MM. Gruss et Robba, à toutes les personnes qui ont contribué au succès de cette matinée de gala et en aprticulier aux gracieuses quêteuses, Mlles Sézal et Humbert
    Le Maire, A. BAUDOUIN

  • Presse 02/04/1921
    Source : Le Télégramme

    Un anonyme à Épinal, 50 fr ; M. Valech, 7, rue Aubert, à Épinal, 10 fr. ; l'administration du crique Gruss et Robba : produit de la matinée de gala ...

    Lire la suite
    Presse 02/04/1921

    Un anonyme à Épinal, 50 fr ; M. Valech, 7, rue Aubert, à Épinal, 10 fr. ; l'administration du crique Gruss et Robba : produit de la matinée de gala et de la quête du lundi de Pâques, 1121 fr 70 -
    Total à ce jour : 132 124, 20 fr

  • Presse 08/04/1921
    Source : Le Télégramme

    Sosucription versée à M. Baudouin, président et maire d'Épinal : un ancien prisonnier de guerre, 10 fr.

    Total à ce jour, 132.134 fr. 20

  • Presse 03/05/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscriptions...
    Total à ce jour : 132.821 fr. 20

  • Presse 26/06/1921
    Source : Le Télégramme

    Conseil municipal d'Épinal
    Séance du 24 juin 1921
    Problème sur le 3e prix du concours pour le monument

  • Presse 29/07/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscriptions
    Total : 136.265 fr 60

  • Presse 04/08/1921
    Source : Le Télégramme

    Le noms de nos morts glorieux

  • Presse 27/08/1921
    Source : Le Télégramme

    Sosucription ...
    Total à ce jour 137.282 fr.60

  • Presse 03/09/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscriptions

    Total à ce jour 137.292 fr 60

  • Presse 20/09/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscription
    Anonyme 100 fr

    Total à ce jour : 137.392fr60

  • Presse 30/09/1921
    Source : Le Télégramme

    Sosucriptions

    Total à ce jour  : 137 422 fr 60

  • Presse 12/10/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscriptions

    Total à ce jour : 138.432 fr 60

  • Presse 21/10/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscription

    Total à ce jour : 138.452 frs 60

  • Presse 26/10/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscriptions

    Total à ce jour : 138.462 frs 60

  • Presse 12/11/1921
    Source : Le Télégramme

    Souscription + 20 Frs

    Total à ce jour : 138 482 Frs 60

  • Presse 28/12/1921
    Source : Le Télégramme

    Inscriptions sur le monument M. Thiétry, entrepreneur, s'engage à faire les inscriptions, sur le Monument, au prix de 1 Fr 07 la lettre, y compris la peinture. ...

    Lire la suite
    Presse 28/12/1921

    Inscriptions sur le monument

    M. Thiétry, entrepreneur, s'engage à faire les inscriptions, sur le Monument, au prix de 1 Fr 07 la lettre, y compris la peinture. Le conseil accepte le prix demandé et décide que les lettres ne seront pas dorées mais peintes en noir ou en rouge

  • 1922
  • Délibérations Conseil municipal 17/06/1922
    Source : Archives des Vosges

    Monument aux morts de la Grande Guerre - Inauguration - Remise de la Croix de Guerre M. le Président rend compte de ses récentes démarches à Paris, ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 17/06/1922

    Monument aux morts de la Grande Guerre - Inauguration - Remise de la Croix de Guerre

    M. le Président rend compte de ses récentes démarches à Paris, en vue de l'inauguration du Monument aux Morts de la Grande Guerre et d ela remise de la Croix de guerre à la ville. Il annonce que ces solennités seront présidées par M. Reibel, Ministre des régions libérées, accompagné de M. Laurent-Eynac, sous-secrétaire d'État à l'Aéronautique
    Le conseil arrête comme suit le programme de la double cérémonie :

    • À 8 heures, arrivée des Ministres
    • À 8 heures des services solennels seront célébrés dans les trois cultes
    • À 9 heures réception des Ministres à l'Hôtel de Ville où leur sera offert un vin d'honneur
    • À 10 heures Inauguration du Monument
      Une estrade sera dressée pour les Ministres et les Autorités ; des palces assises seront réservées de part et d'autre de cette estrade aux familles des victimes qui y auront accès sur présentation de cartes personnelles à dretirer à la Mairie
      Les élèves de tous les établissements d'enseignement de la Ville et l'Armée seront conviés à défiler devant le Monument
    • Ensuite aura lieu la remise de la Croix de Guerre à la Ville
    • À 12 heures Banquet sur invitations, offert par la Ville dans la salle du Gymnase municipal à l'occasion de la remise de la Croix de Guerre
      La vente de la photographie du Monument et de la plaquette contenant l'historique des bombardements d'Épinal sera organisée pendant toute la journée avec le concours de leurs filles et de jeunes gens des établissements scolaires de la Ville
    • Un crédit de 10 000 francs sera prélevé sur l'excédent de recettes du budget additionnel pour règlement des frais et dépenses de la cérémonie, y compris tous achats de fleurs, banquet et vin d'honneur.

    M. le Maire est dispensé de traité

  • Inauguration - Programme 04/07/1922
    Source : Télégramme des Vosges, 5e année, n°1281, mardi 4 juillet 1922, p2.

    Programme des cérémonies pour l’inauguration du monument d’Épinal le 9 juillet 1922. Inauguration du Monument aux Morts de la guerre 1914-1918 et remise de la Croix de ...

    Lire la suite
    Inauguration - Programme 04/07/1922
    Programme des cérémonies pour l’inauguration du monument d’Épinal le 9 juillet 1922.

    Inauguration du Monument aux Morts de la guerre 1914-1918 et remise de la Croix de Guerre . Dimanche 9 juillet 1922
    PROGRAMME DES CÉRÉMONIES

    7 h. 21. — À la gare, réception de M. le Ministre des régions libérées et de M. le Sous-Secrétaire d’État à l’aéronautique.
    7 h. 1/2. — Départ de la gare pour la Préfecture.
    8 heures. — Office religieux dans les trois églises, catholique, israélite et protestante. Quête dans chacune des églises au profit du monument.
    9 heures. — Réception par les Ministres, à la Préfecture, autorités, corps constitués et fonctionnaires.
    10 heures. — Inauguration du monument avec le concours des musiques militaires et civile. Monologue aux Ministres, récité par une orpheline de guerre et gerbe de fleurs apportée par deux orphelines accompagnant leur camarade, à chacun des Ministres.
    Discours.
    Après le discours du Maire, ode aux Morts et sonneries de clairons.
    Remise de la Croix de guerre à la ville.
    Défilé devant le monument, des élèves des écoles de la ville dans l'ordre suivant :
    1. Pupilles de la Nation et orphelins de guerre (filles), sous la direction de deux institutrices.
    2. Pupilles de la Nation et orphelins de guerre (garçons), sous la direction de M. Joandin, secrétaire général de l'Office départemental des pupilles de la Nation et d’un instituteur.
    3. — Délégation des écoles municipales de filles :
    a) École d’Ambrail
    b) Bibliothèque.
    c) Chantraine.
    d) Loge-Blanche.
    e) rue de Nancy.
    f) rue Saint-Michel.
    4. Délégation de la rue Jean-Viriot.
    5. Délégation de l’École Notre-Dame.
    6. Délégation de l’école primaire supérieure.
    7. Délégation de l’École Normale.
    8. Délégation du Collège de filles.
    9. Délégations des écoles municipales de garçons :
    g), école de la Bibliothèque.
    h) Chantraine.
    i) Loge-Blanche.
    j) rue Lormont.
    k) rue de Nancy.
    10. Délégation de la rue de la Préfecture
    11. Délégation de l'école nationale professionnelle.
    13. Délégation de l’école de filature et de tissage.
    13. Délégation de l’Institution St-Joseph.
    14. Délégation-du Lycée.
    Nota. — Chaque groupe devra être accompagné d’un ou deux maîtres ou maîtresses.
    15. Conscrits de la classe 1923.
    16. Conscrits de la classe 1922.
    17. Sociétés diverses d’anciens combattants.
    18. Sociétés diverses de gymnastique.
    19. Sociétés diverses de préparation militaire.
    20. Soldats de la garnison.
    Musique précédant le défilé.
    Midi. — Au Gymnase, rue de la Louvière, banquet offert par la Municipalité.
    Au cours de la journée, des groupes de vendeuses et de vendeurs circuleront pour vendre des brochures « Épinal pendant la guerre » avec plan de la Ville indiquant les points de chute des obus ennemis, et des cartes postales photographiques du Monument.
    Le Maire : A. BAUDOUIN.
  • Inauguration 09/07/1922
  • Inauguration - Presse 10/07/1922
    Source : Le Télégramme des Vosges, 5e année, n°1287, lundi 10 juillet 1922. pp1-2

    L’inoubliable journée du 9 juillet La Ville d’Épinal inaugure inaugure le Monument de ses Morts et la Croix de Guerre lui est remise M. Reibel, Ministre des régions ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 10/07/1922
    L’inoubliable journée du 9 juillet
    La Ville d’Épinal inaugure inaugure le Monument de ses Morts et la Croix de Guerre lui est remise
    M. Reibel, Ministre des régions libérées, présidait cette double cérémonie.

    AVANT LA CÉRÉMONIE
    Malgré l’orage de la nuit précédente, les décorations de la place de l’Avant-Cours n’ont rien perdu de leur éclat. Les deux arcs de triomphe, élevés par la Société des Fêtes et par les forestiers dressent fièrement leurs arceaux merveilleusement fleuris. De lourdes guirlandes, retenues aux hampes d’oriflammes géantes, enlacent délicieusement le pourtour, tandis que la luxuriante végétation des promenades du Coin donnent à la place l’illusion d’une féerie majestueusement belle.
    Les rues de la ville sont pavoisées et une grande animation règne dans les principales artères, cependant que, dans le ciel, courent de lourds nuages charges de menaces.
    Dès 7 heures du matin, des piquets de troupes appartenant à tous les corps de la garnison, occupent les carrefours de la ville. Sur la grande place de la gare, une compagnie du 149e R. I. encadre le drapeau du régiment, face à la sortie principale.
    Un piquet d’honneur du 62e R. A. C. et trois brigades de gendarmerie à cheval attendent sabre au clair.
    Un service d’ordre, admirablement organisé par M. Chiappe, conseiller de préfecture, avec l’intelligent concours de notre sympathique commissaire de police, M. Gaubert, maintient la foule, d’ailleurs très docile sur les trottoirs entourant la place.
    Quelques automobiles arrivent, ce sont les autorités civiles qui viennent saluer les Ministres à leur descente de wagon. L’on, remarque M. le Préfet des Vosges, entouré de MM. Bourgeois, secrétaire général de préfecture, Grenet, conseiller de préfecture, Heurtefeu, chef de cabinet, M. Baudouin, maire d’Épinal, et ses deux adjoints sont également présents. M. le général du Puidraguin, commandant le 21e C. A. arrive, à son tour, avec les généraux Hœrter, Geismar et Hoff.

    L’ARRIVÉE DES MINISTRES
    À 7 heures et demie, le train ministériel entre en gare. Les autorités civiles et militaires vont recevoir les Ministres sur le quai.
    Après quelques paroles de bienvenue, le cortège sort de la gare, tandis que la musique militaire du 149e joue la Marseillaise.
    MM. Reibel et Laurent Eynac passent devant les troupes qui présentent les armes longuement les deux ministres s’inclinent devant le glorieux drapeau mutilé du régiment. La foule émue se découvre s’associant ainsi à ce geste émouvant.
    Puis le cortège se dirige vers la Préfecture par la rue de la Gare, rue Léopold-Bourg, rue Gambetta, rue des Forts, salué à chaque carrefour, par des piquets en armes. À 8 heures précises, les Ministres sont reçus dans les grands salons de la Préfecture, tandis que la foule se dirige vers l’Église Saint-Maurice, vers le temple et vers la synagogue où sont célébrés des offices en mémoire des glorieux disparus.

    OFFICES RELIGIEUX
    À Saint-Maurice, la vaste nef est bientôt comble. Il ne reste plus que quelques places réservées aux personnages officiels. M. Baudouin, maire d’Épinal, et son Conseil municipal, M. Simonet conseiller général, MM. le Comte d’Alsace, Flayelle, E. Mathis, de Lesseux, Kempf, députés ; MM. les généraux Hœrter et Hoff sont au premier rang.
    À l’issue du service, au cours duquel se fit, entendre la - Schola Cantorum » sous la savante direction de M. l’abbé Guillaume.
    M. le curé archiprêtre Curien monte en chaire. Il prononce une courte mais éloquente allocution. L’Église, dit l’orateur, professe pour les grands morts de la guerre, un culte qui se rapproche de celui qu’elle a pour ses martyrs.
    Il appuie sa thèse sur le témoignage du Cardinal Mercier, théologien distingué.
    Ce n’est pas la crainte de la mort, ajoute-t-il, qui a rapproché les français de Dieu, mais leur magnifique dévouement; car celui qui se dévoue pour une grande cause se rapproche instinctivement de Dieu : voilà pourquoi les Français, faisant taire leurs dissensions d’avant-guerre, se sont unis en Dieu. Nos Morts ont été magnifiés par la toute puissance divine, ils peuvent donc beaucoup, pour elle : implorons les pour que, par leur intercession, la France triomphe dans la Justice et dans le Droit.
    Au Temple protestant et à la Synagogue des leçons sont tirées également du grand sacrifice des Héros dont, on célèbre, aujourd’hui, le souvenir.

    LA CÉRÉMONIE
    Malgré l’exiguïté de la place de l’Avant-Cours, et grâce au service d’ordre que tout chacun admire, l’énorme foule trouve place, sans heurt, sans bruit, sans qu’aucune barrière ne soit indûment franchie.
    Face au Monument et devant la Tribune, sont placés les parents des Morts : les diverses Sociétés que nous énumérerons tout à l’heure, en partant du défilé, se groupent dans les allées des promenades, à l’ombre de leurs étendards.
    La sonnerie « Aux Champs » retentit.
    C’est le cortège officiel qui s’avance vers les tribunes.
    Au premier rang l’on remarque MM. Reibel et Laurent Eynac ; M. Baudouin. M. Magre, préfet des Vosges, M. Bourgeon secrétaire général, MM. Chiappe et Grenet:, conseillers de préfecture, MM. les généraux de Puidraguin, Hœrter, Geismar, Hoff et Duménil: M. l’amiral Lauxade , MM. le Comte d’Alsace et Lederlin, sénateurs ; MM. Flayelle, E. Mathis, de Lesseux, Kempf, Verlot, Fonck, députés, (ce dernier en tenue d’aviateur) ; le procureur de la République, M. Valade, M. Gascon juge d’instruction, M. Vautrin, président du Tribunal, M. l’archiprêtre Curien, M. Peiffer, président des M. A. C., le Conseil Municipal, M. Max Prudhomme, le secrétaire général de la Fédération des M. A. C etc.
    M. Marcel Boucher, notre distingue compatriote, chef du cabinet, particulier de M. Reibel. venu dès la veille à Épinal, se met gracieusement à la disposition de la Presse : nous l’en remercions cordialement.
    Tandis que les tribunes se remplissent le voile qui cachait, le Monument tombe et découvre le symbolique « poilu » de 1914 dont, les bras étendus barrent, la route aux ennemis. La musique municipale, habilement dirigée par son dévoué chef M. Thomesse, joue la Marseillaise, écoutée debout.
    Une petite fille des orphelines de l’Assomption s’approche de M. Reibel et au nom de tous les orphelins de la guerre le remercie d’avoir bien voulu présider la cérémonie de ce jour. Le Ministre, touché de cette délicate attention, embrasse paternellement la fillette.

    DISCOURS DE M. BAUDOUIN, Maire
    Monsieur le Ministre,
    Monsieur le Sous-secrétaire d État,
    Messieurs les Parlementaires,
    Monsieur le Préfet,
    Mesdames, Messieurs.
    En prenant l’initiative d’élever ce monument, la ville d’Épinal a voulu commémorer et glorifier ses morts de la Grandi Guerre, et elle l’a fait avec la pieuse collaboration de tous ses habitants.
    La présence parmi nous de deux représentants du Gouvernement et des Parlementaires Vosgiens, atteste hautement la reconnaissance envers ceux qui ont succombé pour la défense et l’existence même de la Patrie.
    Après avoir pleuré la perte irréparable d’une valeureuse phalange de concitoyens les habitants de notre cité, les familles éprouvées, voient enfin inscrits sur les tables de marbre de ce trop imposant exèdre les noms de ses onze-cents soixante-dix enfants qui se sont à jamais immortalisés pour la plus pure des gloires : celle du dévouement et du sacrifice patriotiques
    Élevé sur les bords de la Moselle, à la place d’honneur de la ville, à l’entrée de la promenade préférée de nos concitoyens, à l’endroit même où nos chers disparus ont maintes fois rêvé un avenir peut être meilleur, mais moins glorieux, en contemplant les eaux limpides de la rivière, ce monument est voué au respect et à la vénération de tous.
    Œuvre durable, en pierre dure de Lorraine il rappellera aux générations futures l'œuvre gigantesque de ceux qui sont mort pour que la France vive.
    Les trois poilus tailles a même dans le roc, représentent les trois principaux types modernes de soldats qui ont gagné la guerre : ceux de l’active, le territorial et le travailleur des tranchées.
    Tourné face à l’ancienne frontière, étendant les bras, un soldat jeune et vigoureux oppose sa poitrine à l’ennemi et lui crie avec une énergie farouche « On ne passe pas ».
    Les deux autres soldats plus âges et improvisés accourus eux-aussi pour défendre leur pays, revêtus de l’habit militaire, remplissent chacun le rôle qui leur est assigné. L’idée fait honneur à ses auteurs. La population de la place forte d’Épinal, qui avait connu plusieurs invasions à travers les âges et dont la plus récente était celle de 1870 a, du patriotisme, la plus haute conception.
    Pacifique, elle ne voulait pas la guerre qui nous a été imposée par une nation de proie, car elle en connaissait déjà toutes les horreurs, et elle savait bien que notre cité, qui est à quelques kilomètres de la frontière devait recevoir le premier choc. Elle savait que, si par malheur les Allemands avaient été vainqueurs, elle était désignée par eux pour figurer au nombre de leurs conquêtes, perspectives douloureuse qui nous fut épargnée grâce à la vaillance de nos soldats.
    Nous revivons les premiers jours d’août 1914, après que la Guerre nous fut déclarée et nous avons encore présent à la mémoire le départ émouvant de toute la garnison de la ville, avec ses régiments de toutes armes dont les soldats superbes et couverts de fleurs accouraient avec la belle confiance et l’enthousiasme de la jeunesse vers l’Alsace et la Lorraine.
    Ils étaient bientôt rejoints par leurs aînés mobilisés en hâte et dont l’enthousiasme et la confiance n’était pas moindres.
    Ils ne se doutaient pas alors qu’une nation de proie, préparée depuis longtemps à notre anéantissement, nous avait attaqués avec des moyens formidables de destruction contre lesquels leur courage et leur héroïsme devaient succomber.
    Aussi, nombreux sont ceux qui ont été fauchés et parmi eux. hélas de nombreux spinaliens.
    Ceux qui leur survivent ont au moins la satisfaction de savoir qu’ils reposent sur un sol qui nous appartient et pour la délivrance duquel ils ont si vaillamment combattu.
    Que, ce fût dans les batailles d'Alsace, de la Marne, de l’Yser, de l’Argonne, de Verdun, de la Somme, ou encore sur des terres lointaines, tout le monde fit son devoir.
    Et pendant que les hommes valides partaient pour le front et que d’autres montaient la garde, les vieillards, les femmes et les enfants étaient évacués de la ville pour être envoyés dans des régions moins exposées ; ceux qui restaient soignaient les malheureux dénués que l’envahisseur avait chassés de leurs demeures, organisant-des hôpitaux et se préparant courageusement à tout.
    Les bombardements fréquents dont la population civile était l’objet et qui ont fait de nombreuses victimes parmi elle et cause d’importants dégâts matériels, n’ont pu atteindre son moral ; elle a toujours conservé la foi la plus grande dans la victoire et ce qui a valu à notre cité la consécration par le Gouvernement de cette vaillante attitude par une citation dont nous sommes tous fiers et dont nous le remercions. Mais cette vaillance de la population civile s’efface devant celle de nos soldats. Certes, notre témoignage de reconnaissance envers les héros que nous glorifions est encore bien peu de chose, si on le mesure à la grandeur du sacrifice consenti par ceux que nous pleurons.
    Ce monument qui se dresse fièrement, face à la frontière, sera pour les survivants, pour les générations futures, un pieux enseignement et lorsque chacun de vous passera devant, il se souviendra que c’est à ceux dont les noms sont gravés sur les pierres que notre pays doit sa délivrance et son indépendance.
    À ceux qui ont échappé à la fournaise, rappellera des souvenirs glorieux.
    Il sera pour les jeunes une école du devoir et aux générations futures, il suggérera l’exemple des aînés qui les ont préservés de la tutelle du boche.
    En me tournant vers vous, parents, épousés, enfants, frères ou sœurs, vous devez être fiers de ceux que vous pleurez. Vous sécherez vos larmes en pensant qu’ils sont morts pour que vive notre pays. Tous, nous nous recueillerons devant ces mages personnifiant les êtres chers, chaque fois que nous les aborderons.
    Enfants, vous vous découvrirez en passant et vous transmettrez à vos descendants et à travers les siècles, le culte du souvenir, le plus pur de tous.
    À vous qui n’avez pu connaître le lieu de sépulture du disparu et qui ne pouvez vous recueillir sur sa tombe, vous viendrez devant cet exèdre, sur lequel le nom aimé est gravé.
    Aux glorieux mutilés, si dignement représentés ici, nous adressons le témoignage de notre admiration et de notre reconnaissance.
    Eux-aussi ont beaucoup souffert et les uns les leurs qui a vécu de leur vie vous le?ira mieux que je puis le faire.
    Aussi, les sacrifices consentis par les uns et les autres ne doivent pas être vains, et si ceux qui ont payé de leur vie la délivrance du sol de la France, pouvaient parler, ils vous diraient.
    Nous devons à leur mémoire d’écouter leurs voix et travailler d’un même cœur au relèvement de notre pays vainqueur, mais meurtri et épuisé par une guerre que nous avons tout fait pour éviter et qui nous a été imposée par un ennemi implacable.
    Ce relèvement ne peut s’obtenir que dans l’ordre, la liberté, par le travail et par l’union de tous les Français, sous l’égide de ceux qui nous ont donné le plus bel exemple de patriotisme.
    Nous nous inclinons bien bas devant les onze cents soixante-dix morts glorieux de notre cité, ainsi que devant les dix-sept victimes civiles des avions ennemis, et nous associons à notre admiration leurs camarades survivants revenus meurtris, mais avec une auréole de gloire qui les impose, eux-aussi, à la reconnaissance et à l’admiration de tous.

    Ode aux Morts
    Un sergent du 149e R. I. monte sur l’escalier de la tribune et, d’une voix forte, vibrante d’énergie, déclame une « Ode aux Morts, œuvre du soldat Léand. C’est un vrai poème qui redit toutes les souffrances du poilu des tranchées, toutes ses énergies stimulées par les sonneries du clairon le réveillant de son sommeil, l’entraînant à la charge, l’inclinant sous la rafale, puis, enfin, le couchant dans la mort. Les clairons du 149e R. I., obéissant à la voix du poète exécutent ces sonneries à chaque strophe. Toute l’assistance est profondément émue. Les Ministres, le Préfet et les généraux félicitent chaleureusement l’auteur.

    DISCOURS DE M. PEIFFER
    M. Peiffer, président de la section spinalienne des Mutilés et Anciens Combattants prononce le beau discours suivant. Nous sommes heureux de publier ces belles pages vécues où toute l’âme d’un « poilu » tressaille au souvenir des souffrances vraiment endurées dans la boue des tranchées.
    C’est avec une émotion profonde que je viens au nom des Mutilés et Anciens Combattants d’Épinal, saluer la mémoire de nos compatriotes morts au Champ d honneur, dont ce monument perpétuera le souvenir aux générations futures.
    À vous, familles, que la guerre a plongées dans le deuil en vous ravissant des êtres qui vous étaient particulièrement chers, nous venons, nous qui les avons intimement connus, vous apporter un hommage de profond respect et nous nous inclinons bien bas devant vos deuils.
    Il ne faut pas que cette journée ravive votre douleur car vous avez la suprême consolation de savoir qu’ils sont morts bravement en faisant leur devoir et que toute la population d’Épinal est ici pour les honorer et les glorifier.
    Et vous, chers camarades mutilés, que la mort avait saisi dans ses bras pour vous rejeter dans la vie amoindris et souffrants dans votre corps, sachez que l’on ne vous sépare pas de ceux qui sont tombés et que vous partagez l’élan de reconnaissance et de piété qui va de la foule aux disparus. Malgré les ans qui passent, nous avons encore présents et vivaces à notre mémoire le souvenir des heures troubles qui ont précédé la déclaration de guerre. Nous, qui tous les ans, sentions la menace du sabre allemand, nous avions compris que la machination de Sarajevo n’était que la suite d’Agadir, que cette fois l’heure était plus tragique et que la menace allait devenir une réalité.
    Et c’est pourquoi chez nous où pourtant l’on voit, et l’on pense avec calme, nous sommes partis avec un entrain de diables bleus, car nous voulions en terminer avec cette menace de voir envahir notre foyer. Nous savions aussi que nous avions l’honneur insigne d’être le bouclier de la France et que notre devoir était de nous faire tuer pour permettre à notre pays de mobiliser toutes ses forces.
    Aussi notre entrain fut irrésistible et le beau corps des Vosges, notre 149 en tête, entrait en vainqueur en Alsace ; nos chasseurs prenaient le premier drapeau allemand ; Schirmeck nous accueillait en vainqueurs et le fort de Mutzig, le fort avancé de Strasbourg devait démasquer ses canons.
    Malheureusement, ces beaux succès ne duraient pas. C’était bientôt le Donon, puis la Chipotte où les actes d’héroïsme s’accomplirent par milliers, l’instant était tragique on nous avait demandé de ne plus reculer ; nous étions le pivot, le sort de la France était en jeu, les allemands n'avançaient plus et Joffre pouvait gagner la victoire de la Marne.
    Et de ce jour, on sut trouver le 21e corps partout où il fallait donner un effort puissant et tenace.
    Il était à la Marne, à la poursuite du Boche ; sans répit, on l’envoyait en Belgique où la situation était grave, il rééditait ses exploits de la Chipotte à Notre-Dame de Lorette où beaucoup de Spinaliens dorment leur dernier sommeil.
    Puis c’est Verdun ; l’angoisse étreint tout les cœurs. Mais les Vosgiens sont là : — « On ne passe pas »
    Dire les autres champs de leurs exploits, c’est dire tous les champs de bataille dont les noms sont gravés sur cette pierre : c’est Tahure, la Somme, la Malmaison ; c’est l’autre bataille de la Marne, mais le recul momentané qui les navre, ne brise pas leur espoir dans l’avenir et c’est enfin la poursuite victorieuse.
    Et si partout où ils se trouvaient ils se battaient avec cette ardeur admirable, c’est qu’ils savaient une partie de leur département envahi et ils craignaient pour la France comme ils craignaient pour leur chez eux.
    Et puis chez nous, à nos foyers, l’idée de Patrie est forte et les Vosgiens de 1914 ne voulaient pas démentir de leurs aînés, les francs-tireurs de 70, les volontaire de 93, qui, des premiers répondirent «Présent» à l’appel de la Patrie en danger et s’enrôlaient en foule pour la défendre.
    Pouvait-t-il en être autrement, n’ont-ils pas eu ici, dans leurs parents, dans leurs maîtres, des éducateurs à l’âme forte, qui avaient su inculquer à leurs fils, à leurs élèves des leçons de vaillance.
    Pouvait-il en être autrement quand ils leur montraient l’exemple par leur attitude stoïque et sans peur, sous les bombardements des avions ennemis.
    Aussi en ce jour, le Gouvernement de la République en ajoutant aux Armes de notre cité la croix de guerre, réservée aux braves, veut honorer les pères dignes de leurs fils, les fils dignes de leurs pères. Or, tout ceci est gloire et restera du domaine de l’histoire.
    Mais n’oublions pas que c’est une gloire achetée trop chèrement qu’elle a été payée avec beaucoup de sang, avec le sang des meilleurs des nôtres, parce que, précisément, ils se sont jetés pour l’exemple, au devant de la mort.
    Il faut avoir vécu ces heures prodigieuses, pour savoir combien est horrible la guerre.
    Et pourtant il est nécessaire et salutaire de rappeler toutes ces longues souffrances que nous avons endurées, si pénibles que l’esprit peut à peine les évoquer.
    Il faut savoir ce que c’est que d’avoir tenu de longs jours sans sommeil, dans la boue jusqu’au ventre, les doigts engourdis par le froid, l’esprit tendu, l’œil aux aguets au créneau cherchant dans l’ombre épaisse la mort qui rôde sournoise, hallucinante, qui peut-être va vous happer tout à l’heure.
    Il faut avoir vécu les heures d’attaques, où la terre devenait un volcan, qui nous crachait à la face, les mottes de terre, les chairs pantelantes des camarades déchiquetés ; il faut avoir connu dans le carnage sous une pluie de fer et de fonte, décimés par les mitrailleuses et les obus, il faut avoir subi l’horrifiante vision de ces jets de feu et de fumée des liquides enflammés qui nous transformaient en torche ; vivantes, avoir vu ramper vers soi comme une mer houleuse que rien ne peut arrêter ces nuages de gaz asphyxiants qui tuaient encore mieux que le fer et qui tuent encore maintenant après de longs jours, ceux qui croyaient en être réchappes.
    Et après l’attaque... ce calme subitement revenu. Ce calme qui avait quelque chose le sinistre où l’on entendait mieux les râles de ceux qui restaient accrochés aux fils de fer barbelés, ces cris déchirants de « Maman », « Mes petits » ; notre impuissance à leur porter secours, à panser leurs blessures, ou même à leur apporter le quart d’eau qui aurait calmé leur fièvre.
    Oh ! leur dernier regard, leurs derniers cris, ce qu’ils contenaient de regrets, non pas de mourir, car c’était pour la France, mais de laisser derrière eux, sans soutiens, souvent dans la misère et dans l’incertitude du lendemain, les êtres qu’ils aimaient.
    Et ceux qui aujourd'hui osent parler de guerre, ce sont des fous, des insensés, ou plutôt ceux qui ne l’ont pas faite, qui n'en ont pas vécu les horreurs, ou trop souvent qui en ont profité.
    C’est pourquoi, nous les Anciens Combattants, nous voulons maintenir leur héritage et continuer l'œuvre de ceux qui sont tombés. Comme ils sont morts pour la France, nous voulons vivre pour la France. Nous voulons vivre dans une atmosphère de paix et de travail où seront réparées les injustices, où seront secourus les veuves, les orphelins et nos camarades mutilés. Nous voulons une union au-dessus et en dehors de tous les partis qui divisent pour aider le pays à sortir de ses maux et le conduire vers ses lumineuses destinées.
    Et vous les jeunes, nous comptons sur votre aide.
    Vous arrivez à une heure lourde de responsabilités, mais avec un avenir riche le promesses, si vous vous inspirez de la leçon de vos aînés. Les plus belles vertus étaient en eux, puissent-elles vivre et se continuer dignement en vous. Que votre devise soit le chant de la Marseillaise : « Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus. »
    Et si jamais la tâche vous paraissait trop lourde, rappelez-vous que devant la mort ils n’ont pas bronché et qu’il est plus facile, de tenir devant le labeur.
    Regardez ce poilu de pierre, c’est tout un symbole de notre volonté.
    Son visage est énergique, ses bras sont étendus, ses poings sont crispés... Mais son attitude n’est pas provocante.
    Il défend la mémoire des morts. Il nous rappelle à tous qu’il s’est cramponné au sol pour le défendre contre l’envahisseur, que, comme lui, sans vouloir attaquer, nous saurons maintenir les droits de la France que nous saurons l’âme forte et tranquille résister à toutes les menaces. Mais si jamais la paix était troublée à nouveau, si les revanchards d'Outre-Rhin réussissaient à entraîner le monde vers une nouvelle hécatombe, qu’on le sache bien, quoiqu’ennemis acharnés de la guerre, nous serions là encore et toujours comme il l’a été dans le passé, les défenseurs du sol sacré, les champions de la Justice et de la Liberté.

    DISCOURS DE M. ALGAN
    Le docteur Algan, président du « Souvenir Français » remercie les orateurs qui ont su traduire avec tant d’éloquence, les émotions des survivants en présence de ce Monument élevé en souvenir de ceux qui sont morts pour eux.
    Beaucoup, dit-il, ne sont pas revenus, beaucoup sont loin de nous, enfouis sous la terre qu’ils ont défendue jusqu’au dernier souffle : la mission du Souvenir Français est d’entretenir les monuments de ces héros, leurs modestes tombes dans les cimetières du front. Cette tâche est sacrée, le Souvenir français n’y faillira jamais.
    Ces belles paroles du président du Souvenir Français, si réconfortantes pour ceux si nombreux qui pleurent leurs glorieux disparus produisent une profonde et bien consolante impression sur toutes ces familles qui reçoivent ainsi l’assurance que leurs fils, leurs époux, leurs frères ne seront jamais oubliés.

    DISCOURS DE M. SIMONET
    Le Conseiller général d’Épinal glorifie les Morts et célèbre les glorieux exploits du 21e corps d’armée qui s’est illustré sur tous les champs de bataille.
    J’apporte, dit-il, à tous ces jeunes gens dont beaucoup furent mes élèves, le tribut de ma reconnaissance, de mon amour et de ma pitié.
    Nous voulons, ajoute l’orateur, que la justice frappe les coupables : ce n’est pas le peuple vainqueur qui doit payer.
    Haïssons la guerre, soit, mais gardons nous : c’est notre devoir. Ayons confiance et relevons-nous par le travail ; aimons-nous les uns les autres.

    DISCOURS DE M. FLAYELLE
    M. Maurice Flayelle, député, prend la parole à son tour. Nous reproduisons son discours d’après des notes sténographiques.
    « Au nom de mes collègues, MM. le capitaine Fonck, Kempf, de Lesseux, Mathis, Verlot et en mon nom, j’apporte aux enfants d’Épinal glorieusement tombés pendant la guerre, l’hommage ému de la gratitude et de l’admiration de la députation vosgienne. ,
    Messieurs les Ministres,
    Monsieur le Maire,
    Mesdames. Messieurs,
    « Le culte du souvenir grandit, et, en grandissant, il fait surgir partout sur le sol de la Patrie de nouveaux monuments de la reconnaissance et de la douloureuse fierté française. Toute inauguration d’un de ces monuments impressionne profondément nos âmes; qu’il soit, comme celui que nous avons sous les yeux, l’œuvre inspirée d’un artiste, qu’il soit une modeste stèle ou une simple plaque commémorative ne portant que quelques noms, la même émotion nous étreint.
    « Qu’une telle cérémonie ait lieu dans quelque village perdu de la montagne ou de la plaine, où qu’elle se déroule au cœur d’une ville comme Épinal : dans la grande égalité de la mort et du sacrifice, il n’y a pour nous ni petite commune ni grande cité : à l’une et à l’autre la gloire et les larmes sont communes et le drapeau de la France maternelle s’incline devant les tombes de tous ses enfants.
    « Rien ne saurait empêcher cependant que la valeur symbolique de toutes ces inaugurations ne s’accroisse, et que leurs solennités ne deviennent plus hautes et plus significatives quand on les célèbre dans une de ces villes qui, historiquement comme dans la réalité, sont des centres d’unité morale et dont le rôle, s’élevant bien au-dessus de la simple condition d'un chef-lieu de département, atteint presque à l’importance de celui d’une petite capitale régionale.
    « À Épinal, tous les Vosgiens se sentent chez eux ; tous aiment leur vieille cité. Épinal, ce sont les Vosges, toutes les Vosges. Ici, le particularisme communal s’élargit et s’étend. Alors, il est naturel, mes chers compatriotes, que votre ville, puisqu’elle est celle de tous les Vosgiens vivants, soit aussi celle de tous les Vosgiens morts pour La France, et il est naturel aussi que ce monument les rappelle tous et … à tous il donne l’hospitalité du souvenir.
    « Il les rappelle par son aspect même, par ses grandes figures que vous y avez tracées ; car vous avez voulu revoir vos morts tels qu'ils étaient quand ils sont partis pour ne plus revenir, et tels qu’ils étaient quand ils sont tombés. Ces statues de pierre les représentent tous de telle façon qu’ils semblent présents ici. Ce monument est une image indestructible des grands morts de la grande guerre, de ceux qui ont sacrifié leur vie pour défendre tout le passé de la race et pour sauver tout son avenir.
    «  Dirai-je notre reconnaissance et les impérieux devoirs qu’elle nous impose ? Non. Aucun discours, aucune parole humaine ne peuvent suffisamment traduire les sentiments qui nous animent vis-à-vis d’eux.
    « Si nous avons la ferme confiance que du grand tumulte des batailles ils sont passés aux douceurs de la paix qui ne finit pas, ici-bas, leur vie ne peut se récompenser que moralement, par la continuation de leur pensée, de leur effort et de leur action. Les paroles sont impuissantes, mais les actes ne le sont pas. Ils ont au contraire un pouvoir immense quand ils se conforment à la volonté des morts, quand ils la prolongent et qu’ils la continuent. C’est ce qu'a mon sens exprime admirablement ce monument évocateur.
    «  Ces soldats, comme relevés de leur tombes (partie effacée) : ils sont debouts, prêts à partir et à marcher à l’ennemi. Écoutez-les et, comme moi, vous les entendrez nous crier : « Suivez-nous pour aller un jour, s’il le faut encore, si le salut de la France l’exige une autre fois, pour aller à la bataille où nous sommes allés nous-mêmes ; mais sans attendre que cette heure maudite sonne, sauvez-nous par le dévouement, le désintéressement, l'abnégation patriotique, l’esprit de sacrifice, par la résolution inébranlable d'élever la France au-dessus de tous les dissentiments et de toutes les discordes, suivez nous par la volonté d’être frères dans la paix comme nous avons été frères dans la guerre ; pour sauvegarder notre œuvre et pour tirer de notre victoire toute la puissance bienfaisante d'une vie nationale immortelle.
    « Voila ce que disent ces grands soldats dont vous avez, dressé ici les statues ; ils le disent d’autant plus fortement qu'aujourd’hui, comme pour mieux rapprocher les morts des vivants, l’inauguration du monument ne précède que de quelques instants la remise de la Croix de guerre à la Ville d’Épinal, que lui apporte M. le Ministre des Régions libérées.
    « Et ici encore, notre département prend pleinement conscience de sa solidarité avec votre ville dont je disais tout à l’heure qu’elle était pour nous beaucoup plus qu’un chef-lieu. Tous les Vosgiens se réjouissent, de voir à l’honneur Épinal, ville de guerre, place forte, camp retranché; Épinal, qui fut une des portes de la France. Nous savons avec quelle vigueur et quelle énergie cette porte a été fermée, et nous savons aussi comment nos chers compatriotes d’Épinal, sous la menace des pires dangers, ont su garder leur sang-froid et continuer leur labeur dans une tranquille confiance.
    « Ainsi, ils ont bien mérité de la Patrie, et il est vrai de dire qu’aujourd’hui Épinal célèbre doublement la fête de la Reconnaissance : reconnaissance de la Ville envers ses enfants morts pour la Patrie et reconnaissance de la Patrie envers la Ville.
    « Fête de la reconnaissance à la fois rayonnante et douloureuse, fête de la Victoire et du sacrifice, fête de la Mort, mais aussi de la Vie ! »

    DISCOURS DE M. LEDERLIN
    Le sénateur des Vosges donne, en quelques mots heureux, la signification de l’allégorie que présente le monument. Les mères, dit-il, avec une joie sacrée, seront heureuses ne retrouver dans ce poilu de pierre si noble, si fier, si hardi dans son beau geste : « On ne passe pas », les traits de leur fils qui fut comme lui, un rempart vivant contre l’envahisseur, de leur fils qui sauva Épinal de l’occupation allemande en murant la route au col de la Chipotte, en forçant l'Allemand à abandonner la trouée de Charmes qui eut coupé par derrière notre armée de l’Est.
    M. Lederlin félicite les artistes qui ont conçu une œuvre si pleine de leçons pour l’avenir et devant laquelle tous, grands et petits viennent puiser de précieux enseignements pour l’avenir : Notre mémoire, dit l’orateur en terminant, est à jamais marquée d’un sceau d’horreur et d’admiration devant le sublime sacrifice de nos morts.

    DISCOURS DE M. REIBEL
    Le Ministre des régions libérées prend la parole en ces termes :
    C’est pour un Lorrain une profonde émotion et une grande fierté que de venir saluer au nom du Gouvernement de la République la Ville d’Épinal et de venir rendre un double hommage à son courage et à celui de ses enfants.
    Dans une noble pensée vous avez voulu réunir en une seule la cérémonie d’inauguration du monument que vous élevez à vos concitoyens morts pour la Patrie et cellee de la remise de la Croix de guerre à votre cité.
    Je remercie cordialement votre Municipalité et vos représentants au Parlement d’avoir bien voulu me convier à la présider.
    Laissez-moi seulement proclamer que votre cité elle-même fut digne de ses glorieux enfants.
    Siège du 21e corps d’armée, située dans une position stratégique et géographique de premier ordre, la place forte d’Épinal constituait, en 1914, l’un des principaux bastions de notre système de défense et, par la force même des choses, était destinée à jouer un rôle des plus important dès le début des hostilités, en cas de conflit avec l’Allemagne.
    La grandeur de la tâche que les Spinaliens savaient devoir leur incomber, leur avait fait envisager de longue date, avec un même sang-froid, les rudes épreuves auxquelles ils devaient être soumis ; et lorsque le 2 août 1914, l’ordre de mobilisation générale fut lancée ; ils savaient que les regards de la France entière étaient désormais, comme les leurs, fixés sur cette ligne bleue des Vosges qui allait s'embraser aux premiers coups de canon.
    Aussi, bien le passé de votre ville était-il un sûr garant de la fermeté et de la vaillance avec lesquelles elle ferait face aux périls de la guerre.
    Comment, en effet, ne rappellerai-je pas la fière histoire de votre cité de franc bourgeois, indépendants et frondeurs qui, dès le 13e siècle avaient su obtenir des évêques de Metz des franchises étendues que précise cette vieille formule de l’un d’eux, en 1829 : « Espinaux sont si francs qu’ils ne nous doivent, ne taille, ne prise. »
    Vous ne pouviez, Messieurs, mentir à de si nobles traditions.
    Aussi, lorsque le 3 août 1914, parvint l’ordre d’évacuation des bouches inutiles, ce fut, avec un remarquable esprit de discipline et un sentiment élevé de leur devoir que vos habitants obéirent aux mesures prises par l’autorité militaire pour la mise en état de défense de votre camp retranché.
    Les premières nouvelles, qui firent bondir d’enthousiasme et de confiance tous les cœurs français, permirent tout d’abord d’espérer qu’Épinal resterait complètement à l’abri des atteintes de l’ennemi. L’orateur rappelle l’héroïque défense des deux armées de Lorraine, l’ennemi épuisé par cette résistance héroïque, la place forte d’Épinal inviolée.
    Mais l’ennemi se vengea de sa défaite en bombardant la ville.
    Plus de 250 torpilles furent ainsi lancées sur votre ville faisant 144 victimes dont 37 morts.
    Malgré ces dures épreuves votre cité ne devait à aucun moment se départir de son calme et de son inaltérable confiance dans les destinées de la Patrie.
    Le Gouvernement de la République a tenu à commémorer et à honorer votre vaillance il a pensé que votre ville a bien mérité la Croix de guerre insigne du courage militaire.
    Elle demeurera dans vos Armes, l'inoubliable symbole de vos épreuves, de vos destructions noblement supportées, de vos douleurs et de vos deuils : Par ses 1200 enfants morts pour la France, par le courage civique de ses habitants, Épinal a bien mérité de la France et de la République.

    La décoration d’Épinal
    Son discours terminé, M. Reibel remet officiellement la croix de guerre à la Ville d’Épinal.
    Le Maire lui présente le coussin sur lequel sont brodées les armes de la ville.
    M. Reibel lit alors la magnifique, citation qui valut à Épinal cette distinction glorieuse :
    Le Ministre de la Guerre cite à l’Ordre de l’Armée :
    La Ville d’ÉPINAL, (Vosges), place forte de première ligne, a été soumise pendant toute la durée de la guerre, à de violents bombardements par avions qui ont fait de nombreuses victimes dans sa population et occasionné des dégâts matériels importants.
    Par la belle altitude, le courage et le patriotisme de ses habitants, a bien mérité du pays.
    Le Ministre épingle ensuite la Croix au bas des armes et donne l’accolade au Maire tandis que la Musique municipale joue la Marseillaise.
    M. Reibel annonce, enfin, que la prochaine promotion violette récompensera plusieurs de nos concitoyens : MM. Drouvot, Toussaint et Schwab, Mlle Chevalier.
    Le Ministre de l’Agriculture, de son côté, a inscrit pour la prochaine promotion au mérite agricole : M. Bédaride, comme officier et M. Goguet comme chevalier du mérite agricole.
    La série des discours est close, le défilé commence.

    LE DÉFILÉ
    Voici les Pupilles de la Nation, puis les délégations des écoles, Pour qui réfléchit rien n’est émouvant comme cette théorie d’enfants. C’est pour leur éviter les horreurs de la guerre que leurs pères sont allés jusqu’au bout du sacrifice. Sait-on que pour défiler on a surtout choisi dans les écoles les orphelins de guerre ?
    Puis viennent les écoles d’enseignement secondaire : lycées et Collèges.
    On y remarque la présence d’une soutane avec l’institution Saint-Joseph, celle de M. l’abbé Guichard, mutilé de guerre.
    Ensuite viennent, les A. M. C. combattants d’hier, les conscrits soldats de demain, Anciens Combattants de 1870 ; les amicales d’anciens chasseurs, artilleurs, cavaliers, africains, les médaillés militaires, les sous-officiers, les Riz-Pain-Sel.
    Puis les Sociétés de gymnastique : « La Vosgienne », doyenne d’Épinal, en bon ordre ; les éléments du « Réveil » ; puis les trois belles sociétés paroissiales : « La Jeanne d’Arc », de Saint-Maurice, « L’Avenir» de Saint-Antoine, tout, argenté, « l’Alerte », de Notre-Dame, à la coiffe blanche.
    Elles ont réellement bonne mine. Pour terminer : « l’Espérance ». Ces trois dernières sociétés déposent de magnifiques gerbes au monument.
    La troupe ! Elle arrive d’enfilade par une allée latérale : le coup d’œil est impressionnant et nos jeunes soldats ont bonne allure.
    Soudain les bravos éclatant : au bout de la hampe un filet doré soutient ce que les balles ont laisé du drapeau du 149e d’infanterie. Immédiatement derrière cette glorieuse relique, conduisant son bataillon, le commandant Putz ,le «capitaine Putz» de naguère, comme sympathique symbole des grognards du 149e.
    Que de souvenirs, et qui veulent vivre !
    Près de moi, un vieux général pleure.
    Ainsi se termine cette inoubliable cérémonie qui consacre à jamais la gloire des disparus et la vaillance des survivants. Ce fut vraiment la journée du souvenir et de l’Espérance.
    La glorification des enfants d’Épinal si solennellement confirmée restera toujours dans nos cœurs comme un précieux exemple et un indéfectible enseignement.

    LE BANQUET
    À midi, dans la grande salle du gymnase, 250 couverts sont dressés sur six tables admirablement dressées et qui font honneur à M. Jeanpierre. Excellent, menu, service parfait.
    Parmi les convives, nous remarquons', aux côtés de MM. Reibel et Eynac et de M. Baudouin, maire d’Épinal, MM. Magre, préfet ; le comte d'Alsace, Lederlin, sénateurs, Flayelle, Fonck, Kempf, de Lesseux, Édouard Mathis, Verlot, députés, les généraux de Puydraguin, Hoerter, Geismar, Dumesnil, Hoff, l'amiral Lanxade, comte de la Vaulx, M. l’archiprêtre d’Épinal, les officiers aviateurs, les présidents des diverses sociétés locales, MM. Thomas, directeur de la banque de Mulhouse, Prud'homme, Wofelsperger, les représentants de la presse et toutes les notabilités locales. Au dessert, plusieurs toasts furent prononcés.
    Ce fut d’abord M. Magre, préfet des Vosges, qui salua M. Reibel, ministre des régions libérées, que des liens intimes unissent à la Lorraine, et dont les populations sinistrées apprécieront, la sollicitude.
    « Au cours des tournées rapides que vous avez formé le projet d’entreprendre aujourd'hui, ajoute M. Magre, vous pourrez constater que si, sans doute, la vie n’a pas encore complètement repris partout son cours normal et joyeux, et s’il reste encore, dans quelques villages, des maisons aux plaies ouvertes, des églises au front décapité, cependant de très sérieux efforts ont été réalisés au cours de ces dernières années par nos laborieuses populations vosgiennes et qu'elles se sont mises, de toute leur force, de tout leur courage et aussi de tout leur cœur, pour transformer les paysages de désolation et de mort que la guerre leur avait légués, à les décorer d'une façon plus riante, et plus réconfortante.
    M. Magre fait ensuite l'éloge de M. Eynac, sous-secrétaire d’État de l’Aéronautique et du capitaine Fonck, et lève son verre en l'honneur de M. Raymond Poincaré et de M. Milierand, Président de la République.
    M. Baudouin, maire d’Épinal, prend ensuite la parole.
    Après avoir présenté les excuses des invités empêchés, il remercie MM. Reibel et Eynac, d’avoir accepté de venir présider les fêles du 9 juillet.
    M. Baudouin a ensuite un mot aimable pour tous ceux qui ont contribué à la préparation des cérémonies de ce jour, et lève son verre en leur honneur.
    M. Verlot, député, prend la parole au nom des parlementaires vosgiens.
    Rappelant un discours de M. Raymond Poincaré, l’orateur parle des devoirs de l'heure présente, qui sont les commandements sacrés de la Patrie. Les voix qui montrent des tombes demandent aujourd'hui aux Français de pratiquer entre eux l’union indispensable.
    « D'autre part, la leçon des tombes nous demande de mieux connaître encore l’Allemagne, car nous la connaissons insuffisamment ; elle demande de faire rayonner au dehors, et principalement dans certains pays, ces idées claires, fraternelles, généreuses, pour lesquelles la France s’est toujours battue.
    « Elle nous demande de montrer à certains peuples qu'une propagande infâme ou malfaisante a essayé de tromper ; elle nous demande de montrer que la France n’est pas impérialiste, qu’elle est, pas avide de conquêtes, mais qu’elle veut la paix de l'honneur.
    « La leçon nous demande de nous souvenir et de ne jamais oublier et elle nous demande, mes chers Concitoyens, plus encore que jamais, de communier ensemble dans la religion du travail. »
    M. Reibel, ministre des Régions Libérées, clôt la série des toasts, l’union du pays est plus nécessaire que jamais.
    « Pour l’œuvre du relèvement national qui s’impose à nous, nous devons pratiquer les enseignements que nous ont donnés ceux-là mêmes dont nous glorifions la mémoire ; ils marchaient cœur contre cœur, bras contre bras, ils ne connaissaient, en face d’eux que l’image de la France éternelle.
    « À nous. Messieurs, de suivre ces merveilleux exemples, car il faut, bien le dire l’union du pays est plus nécessaire que la guerre.
    « Ne sentons-nous pas, Messieurs, qu’il faudra que la France garde toute sa ferme énergie pour l’exécution de ce traité et notamment pour te paiement des réparations, sans lequel la situation financière du pays serait à jamais compromise
    « C’est la notre œuvre à l’heure présente. »
    À 3 heures, les convives quittent, la salle du banquet. Une saine gaîté anime les physionomies, des mains se serrent..Nos aviateurs montent en automobile pour se rendre au camp de Dogneville où la foule impatiente les attend pour les acclamer.
    M. Reibel prend place dans la voiture de M. Magre. Le ministre va, de ce pas, faire visite à quelques populations des régions dévastées : Frapelle, Etival, le Ban-de-Sapt,. Il dînera, le soir, à Senones d’où il partira pour-Paris.