France (Pas-de-Calais) Liévin (62800)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
informations déposées par Saget Philippe et mises à jour par Casier Micheline, dernière mise à jour le 20/05/2017

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Piédestal
  • Représentations - Soldats
    • Soldats blessés et mourants
      • Poilu mourant
  • Autres représentations humaines
    • Représentations professionnelles
      • Mineur(s)
    • Enfant(s)
  • Types de sculpture
    • Bas-relief
  • Représentations féminines
    • Femme(s)
      • Femme en deuil
  • Autres représentations
    • Scènes de guerre
      • Ruines et Tranchées

Statue d'un mineur soutenant un soldat blessé et une plaque en bas-relief (Le bas-relief a disparu)

Matériaux

pierre blanche

Commentaires

En 2005, le conseil municipal de Liévin décide de remplacer le monument aux morts de la commune en faisant réaliser une réplique en bronze dans les ateliers de la fonderie municipale de Mouscron (Belgique). Cette solution présente l'avantage d'offrir un monument qui résiste aux épreuves du temps, au contraire du monument original en pierre souple. Le 21 décembre 2005, le monument aux morts quitta donc la rue Defernez pour la Belgique. Il bénéficia alors d'une restauration (colmatage des trous et fissures), avant d'être enduit d'une matière type "silicone" pour pouvoir passer au moulage. L'opération exigeait 10 mois de travaux, mais ce délai dû être rallongé car la municipalité souhaita le retour du monument pour les commémorations du 8 mai 2006. Toutefois, l'opération de duplication n'étant pas achevée, le monument dû être rapatrié de Belgique jusque Liévin (avec son habillage de silicone), avant de repartir vers les ateliers de Mouscron. La réplique en bronze du monument a été inaugurée le 8 mai 2007. Le monument original pour sa part a été mis à l'abri en attendant de retrouver une place dans un endroit à l'abri des intempéries.

Le monument se trouve actuellement dans le jardin public (avril 2017)

Inscriptions présentes sur le monument

LIEVIN
A SES ENFANTS
MORTS POUR LA FRANCE
1914-1918

signatures des sculpteurs sur la base PEYNOT – A. LAOUST

[Emile PEYNOTt ? (1850-1932)

André LAOUST 1843-1924]

Les morts

Pas de noms
Pas de noms

Historique du monument

  • 1920
  • Note 24/02/1920
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Situation des Recettes et des dépenses communales à la date du 23 février 1920

  • Délibérations Conseil municipal 05/10/1920
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Érection d'un monument aux morts pour la Patrie
    Souscription publique
    Désignation d'un comité

  • 1923
  • Délibérations Conseil municipal 18/02/1923
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Aménagement d'une place pour l'érection du monument aux morts de la guerre
    Approbation des plans, devis et cahier des charges et vote de crédit

  • Note 01/03/1923
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Receveur municipal

    Il reste une somme de 150 000 frs

  • Rapport Ponts-et-Chaussées 14/04/1923
  • Inauguration - Presse 23/10/1923
    Source : Le Journal de Lens

    Le Journal de Lens édition du 23 octobre 1923 (Mémoires de Pierre) Dimanche a eu lieu à Liévin, au milieu d’une énorme affluence, l’inauguration du beau monument ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 23/10/1923

    Le Journal de Lens édition du 23 octobre 1923 (Mémoires de Pierre)

    Dimanche a eu lieu à Liévin, au milieu d’une énorme affluence, l’inauguration du beau monument aux victimes civiles et militaires de la Grande Guerre.
    La population et les nombreux visiteurs ont admiré, à juste titre, l’œuvre remarquable de M. Lahouste (sic) et de MM. Goniaux, architecte à Douai et Delmoitez, à Liévin.
    Le monument représente un robuste mineur, torse nu, soutenant dans ses bras un soldat mourant. En bas, sur la face principale, un bas-relief montre une femme, la ville de Liévin, regardant renaître de ses ruines la nouvelle cité des mines.
    C’est là, certainement, un des plus beaux monuments qu’il nous ait été donné d’admirer. M. Desgréaux, maire de Liévin, et président du comité du monument, ne put, en raison de son état de santé, assister à la cérémonie.
    Il fut remplacé par ses deux adjoints, entourés des membres de conseil municipal et de tous les membres du comité.

    A 14 heures, les adjoints reçurent les sociétés à la mairie et leur offrirent le champagne de bienvenue. Il y avait plus de 40 sociétés.

    Vers 15 heures, M. Stirn, sous-préfet de Béthune, arrive. Il est entouré de MM. Bédard, premier adjoint ; Goulet, deuxième adjoint ; les membres du conseil municipal ; MM. Roy, brasseur et Leroy, vice-président ; M. Caron, secrétaire général de la mairie et secrétaire du comité ; M. Leroy, curé-doyen ; M. Aeschieman, pasteur protestant ; les maires de Angres, Souchez, et MM. Morin, Martin, inspecteur divisionnaire de Lens et les personnalités locales. Après le défilé, M. Bédard souhaita la bienvenue au sous-préfet, représentant le gouvernement et l’ami de tous les sinistrés. M. Stirn remercia ajoutant que « sur le terrain de la reconnaissance, tous les cœurs se rapprochent et c’est pourquoi il est heureux de voir à côté de républicains, de socialistes, le doyen et le pasteur. Aujourd’hui en effet, ajoute-t-il, c’est la fête du souvenir pour tout le monde. C’est alors l’instant solennel : les drapeaux sont groupés autour du monument ; le voile tombe et toutes les fanfares exécutent la Marseillaise. M. Bédard, premier adjoint, présente les excuses de M. Desgréaux et donne lecture du discours suivant que M. le maire devait prononcer si la maladie ne l’avait empêché : « En élevant ce monument, ce que nous avons voulu c’est matérialiser les sentiments de notre région. C’est rendre tangible aux yeux des générations futures le souvenir des quinze cent mille Français fauchés en pleine jeunesse et nos regrettés compatriotes en particulier, tombés au nom de la Justice, du Droit et de la Liberté. Ce monument parlera à nos enfants. Il sera pour eux une vivante leçon de choses, qui complétera l’histoire apprise à l’école, il leur dira que les sacrifices de la grande guerre ont sauvé les vivants d’aujourd’hui : que c’est grâce à leur dévouement que la France a pu échapper aux plus effroyables dangers qui l’aient jamais menacée, nous permettant d’aspirer à une ère de paix féconde dans le travail et la liberté. Quant à nous mes chers concitoyens, ces pierres évoqueront constamment à nos yeux l’horrible tragédie : la déclaration de guerre d’août 1914, l’appel de la patrie en danger, le départ unanime de tous les hommes valides, bourgeois, ouvriers, paysans se précipitant vers la frontière pour y faire un rempart de leur poitrine. Plus de 745 de nos poilus sont restés sur les champs de batailles, plus de 363 civils ont péri victimes des bombardements. La liste trop longue ne me permet pas d’en faire ici l’énumération, mais leurs noms seront inscrits en lettres d’or dans le vestibule de la nouvelle mairie, pour être salués au passage par tous les visiteurs. Leurs exploits surhumains furent restés vains s’ils n’avaient été largement approvisionnés de matériel pour répondre au déluge de mitraille que leur envoyaient les soldats du despote germanique. Il fallut du charbon en quantité pour la fabrication des engins nécessaires à notre défense. On fit appel aux laborieux mineurs. Ils furent sublimes dans leur dévouement pour la grande cause. Le bassin houiller se trouvait sous les canons ennemis ; les bombardements détruisaient les puits d’extraction et éventraient les toits des cités ouvrières. Les mineurs se rendaient quand même au travail. Menacés chez eux, en danger dans la rue, ils descendaient dans les galeries souterraines, incertains de revoir la lumière du jour pour apporter leur tribut à l’œuvre grandiose de la défense nationale. Ils durent se surmener, intensifiant leur besogne au maximum, et bien des leurs succombèrent à la tâche par suite d’accidents inévitables. Eux aussi sont morts au champ d’honneur et nous leurs devons le même tribut de reconnaissance et d’admiration. Civils soldats, ouvriers mineurs, vous êtes la trinité, martyrs du droit violé. Notre mémoire demeurera impérissable et l’histoire enregistrera votre bravoure ».

    La place nous manque pour donner in extenso ce magnifique discours.
    En voici la conclusion : « Pour célébrer comme il convient cette journée du souvenir et de la reconnaissance de nombreuses bonnes volontés se sont manifestées. J’adresse nos remerciements aux délégués qui sans distinction ont assumé la charge de recueillir les souscriptions. Mes plus sincères remerciements aux souscripteurs, du plus modeste jusqu’au plus aisé. A messieurs des membres du comité d’érection, pour le concours précieux et dévoués qu’ils m’ont prêtés, à mes collègues du conseil municipal, qui, en toutes circonstances, accordèrent leur confiance au maire et enfin aux sociétés houillères pour leur concours moral et pécuniaire. Merci aussi et au nom du comité, mes plus vives félicitations aux artistes distingués dont le talent s’est affirmé d’une façon si remarquable. A l’ami Mousseron qui a bien voulu dédier à Liévin, l’une de ses œuvres si vivantes. A toutes les sociétés locales et environnantes qui se sont fait représenter à cette cérémonie et les respects de toute la population à M. Stirn, sous-préfet de Béthune, qui nous fit l’honneur de présider cette commémoration ».
    Le discours de M. Desgréaux est chaleureusement applaudi.

    La foule se presse de plus en plus nombreuse autour de l’estrade.
    Le poète-mineur, M. Mousseron, de Denain, lit une poésie patriotique en patois et des milliers de poitrines l’acclament.
    M. Stirn, sous-préfet, vient ensuite et après avoir fait des vœux pour le prompt rétablissement de M. Desgréaux, évoque le souvenir de tout ceux qui sont morts pour la liberté.
    Il applaudit lui aussi à la poésie de M. Mousseron. Lui aussi rend hommage aux mineurs qui se sont dévoués et il déclare saluer une trinité sainte : les victimes civiles, les mineurs et les poilus. Il est aussi de ceux qui, en bon Français, ne veulent plus de guerre, mais il croit que ceux qui nous ont ruiné doivent payer pour nous indemniser et réparer. En terminant, il dit qu’on ne doit pas oublier c’est la République, qui en élevant sainement les enfants, a forgé l’outil de la victoire.

    Après l’exécution de l’Hymne aux morts, par les enfants des écoles, les parents viennent déposer au pied du monument des bouquets et des gerbes de fleurs.
    Puis la foule défile devant le monument, tandis que les sociétés parcours les rues avant de se disloquer place Gambetta.

    Après les concerts prévus, la ville rentra dans le calme, malgré l’afflux énorme de la population, la municipalité ayant voulu qu’en ce jour de commémoration il n’y eut aucune réjouissance publique. Le matin avaient eu lieu en présence de nombreux fidèles, des cérémonies religieuses des cultes catholique et protestant.

  • Inauguration - Presse 25/10/1923
    Source : L’Avenir de Lens

    L’Avenir de Lens du jeudi 25 octobre 1923 (Mémoire de pierre) La cérémonie d’inauguration du monument élevé à la mémoire des 745 poilus et des 343 civils ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 25/10/1923

    L’Avenir de Lens du jeudi 25 octobre 1923 (Mémoire de pierre)

    La cérémonie d’inauguration du monument élevé à la mémoire des 745 poilus et des 343 civils tombés pendant la guerre, s’est déroulée dimanche.

    La ville était parée pour la circonstance.
    Un cortège se forma vers 15 heures, auquel participaient plus de 40 sociétés, et parcourut les rues de la ville.
    En tête venaient le conseil municipal et les membres du comité d’érection.
    Le monument est élevé sur l’ancien emplacement de la station des tramways. Une foule d’environ 10000 personnes s’est massée autour de l’estrade où les orateurs ont prononcé leur discours.
    Aussitôt le voile tombé, la musique entonne la Marseillaise.

    En remplacement du maire malade, M. Bédart prononce un impressionnant discours au nom de la municipalité.
    Puis ce fut le tout de Jules Mousseron, poète mineur, qui récita des vers en patois, et de M. Stirn, sous-préfet de Béthune, qui dans un vibrant discours, glorifia l’héroïsme des disparus de Liévin.

    Enfin, les enfants des écoles, sous la direction de M. Delangre, donnèrent une ode aux morts. La cérémonie s’est déroulée sans une note discordante. Liévin a honoré dignement ses morts.

  • 1924
  • Cahier des Charges 22/09/1924
  • Délibérations Conseil municipal 23/10/1924
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Construction du square et monument aux morts de la Guerre
    Approbation du devis complémentaire et vote de crédit

  • 1925
  • Procès-verbal de Réception 02/01/1925
  • Travaux 02/01/1925
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Décompte des travaux exécutés Entreprise DELMOITIEZ Travaux non prévus au devis = 48724,53 frs Travaux non prévus au devis =  45 897,90 frs ...

    Lire la suite
    Travaux 02/01/1925

    Décompte des travaux exécutés

    Entreprise DELMOITIEZ

    Travaux non prévus au devis = 48724,53 frs
    Travaux non prévus au devis =  45 897,90 frs

    ENsemble 94622,43 frs

    à déduire Rabaix 1% Reste 93676,21 frs

     

  • Délibérations Conseil municipal 07/01/1925
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Avis sur une demande de rmeboursement de cautionnement

  • Adjudications 09/01/1925
    Source : AdPdC-Lievin-2O-10754

    Procès verbal d'adjudicaiton
    Aménagement d'un square réservé à l'édification d'un monument aux morts de la guerre 1914-1918...

  • 2005
  • Autres 2005
  • Déplacement 12/2005

    Décembre 2005, le monument quitte la place Defernez pour la fonderie municipal de Mouscron - En 2005, le conseil municipal de Liévin décide de remplacer le monument ...

    Lire la suite
    Déplacement 12/2005

    Décembre 2005, le monument quitte la place Defernez pour la fonderie municipal de Mouscron -

    En 2005, le conseil municipal de Liévin décide de remplacer le monument aux morts de la commune en faisant réaliser une réplique en bronze dans les ateliers de la fonderie municipale de Mouscron (Belgique).

  • 2006
  • Inauguration 2006
    Jean-Pierre Kucheida, Député du Pas-de-Calais, Maire de Liévin lors de l'inauguration du nouveau monument aux morts - Mémoires de pierre
  • Cérémonies diverses 08/05/2006
    Mai 2006, le monument est de retour pour la cérémonie du 8 mai - Mémoires de pierre
  • 2017
  • Déplacement 2017

    Le monument se trouve dans le jardin public, devant la Maison de Tous, Rue du 4 Septembre.

Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Rue/Route

Installé à l'origine rue Jean-Jaurès (sur l'ancien emplacement de la station des tramways), le monument a été déplacé en 1976 rue Defernez dans le square Barbusse ce qui eut pour conséquence de modifier l'apparence du monument : le bas-relief fut séparé de la base du monument.

Le monument se trouve dans le jardin public, devant la Maison de Tous, Rue du 4 Septembre. (déplacé ?) (cliché avril 2017)