France (Rhône-Métropole Lyon) Lamure-sur-Azergues (69870)

Conflits commémorés
  • 1870-71
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
dernière mise à jour le 31/01/2018

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Obélisque sur socle
  • Représentations - Soldats
    • Diverses Représentations de Poilus
      • Poilu - Au Garde-à-vous
  • Ornementation végétale
    • Palme(s)
    • Guirlande
  • Représentations animalières
    • Coq(s)
      • Coq au sommet sur boule
  • Représentations féminines
    • Femme avec divers attributs
      • Femme avec palme, main droite
    • Femme(s)
      • Femme en deuil
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage avec obus
      • Entourage Bornes/Chaînes ou barres

Obélisque sur socle contre lequel est adossée une statue de poilu au garde à vous (ou sentinelle ?)
le fût de l'obélisque est surmonté d'un chapiteau de style corinthien et supporte un coq sculpté en pierre, sur une boule.
La face du socle tournée vers la rue est ornée d'une sculpture en faible relief : une femme éplorée accroupie, se tenant la tête de sa main gauche et tenant une palme dans la main droite. Pas de signature d'artiste.
Une palme en applique (fonte ?) est au-dessus de ce bas-relief.
Décor de guirlandes végétales et frises de godrons soulignant les cotés du socle.
Entourage d'obus et de clôture.

Matériaux

Calcaire de Villebois-Montalieu (moins onéreux que le Comblanchien prévu au début des projets)

Economie

Souscription

oui

Commentaires (économie)

Maire : M. Gonsolin
Pdt du comité : M. Vouillon

Inscriptions présentes sur le monument

LAMURE
SUR
AZERGUES
À SES
MORTS
GLORIEUX

1914-1918

Les morts

Existence d’une plaque avec 33 portraits, longtemps dans la salle du conseil municipal (aujourd’hui au grenier).

Des plaques ajoutées sur les cotés portent les noms des morts de 1939-1945 et guerre d'Algérie  ; les morts de 1870-71 ont été ajoutés aussi.

GENEVOIS Auguste
NULLA Claude
LESPINASSE Jean-Marie
CARRET Louis
THIVOLLIER Sébastien

1914
URISARD Jean-Claude
SAPALY Jean
DELORME Louis
DEBIZE François
AUDET Pierre
PETIT André
CARTON Émile
PEROUSSET Jean-Marie
CONIN Claude
COUTURIER Pierre-Marie
-
1915
GAUTHIER Jean-Claude

CHARNAT Jules
BESSY Joseph
BALLANDRAS Jean-Marie
DESSEIGNE Jean-Marie
LACHAUD Élie
BELLET Claude
ECHALLIER Antoine Benoit
GUILLERMAIN Jean
VETTER Adrien
BALLANDRAS Alfred
-
CLERMONT Jacques-Henri
----
1916
COUTURIER Claudius
LAMURE Louis-Antoine
CHUZEVILLE Antoine
THEODET Jean
THOLAIN Marie Adrien
GIRIN Jean-François
-
1917
CORGIER Jean-Marie
CORBAN Joanny
DUMAS Louis
DESGRUELLES Antoine Marius
-
1918
TABUSSE Pierre-Guillaume
COTTINET Marie-Antonin
BUTTY Jules
CORGIER Henri Philippe
GUERIN Pétrus
GIRAUD Jean
-
1919
CHAUDAGNE Joseph
BOYER Maxime-Victor
MONGOIN Jean-Baptiste

FOURNIER Antoine
AULAS Marius Raymond
LONGERAY Jean-Marie
FLECHE Pierre
MARTIN Arthur

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Historique du monument

  • 1920
  • Projet(s) 10/1920
    Source : Ecomusée du Ht Beaujolais

    1er projet en oct. 1920 (architecte = J. VIROT de Lyon)

  • 1921
  • Courriers divers 26/01/1921

    Ce monument situé contre la colline, dans l'axe du pont sur l'Azergues sera en vue de la place principale de la commune où see trouve la Mairie. ...

    Lire la suite
    Courriers divers 26/01/1921

    Ce monument situé contre la colline, dans l'axe du pont sur l'Azergues sera en vue de la place principale de la commune où see trouve la Mairie.

    Élevé au-dessus du terrain environnant, sur une plate-forme à laquelle donnent accès deux escaliers, il se compose d'un obélisque à quatre pans au haut duquel est gravée la croix de guerre. Au dessous sont suspendus : le bouclier de la défense, le glaive de l'attaque et la plame de la Victoire.

    Puis la dédicae : Lamure, à ses fils morts pour la Patrie 1914-1918

    Dans le fond de la plate-forme, et appuyée contre le mur de soutènement, une dalle avec corniche à antéfixes, pilastres et amortissements recevra sur cinq panneaux les noms des morts

    Enfin, en avant du soubassement du monument, une vasque en pierre recevra de la verdure et des fleurs

    Signé VIROT

  • Courriers divers 28/01/1921
    Source : Ecomusée du Ht Beaujolais

    Le 28 janvier, l'architecte adresse au maire, Henri Gonsolin, un état descriptif en même temps que les plans et le devis estimatif de ce 2e projet. C’est ...

    Lire la suite
    Courriers divers 28/01/1921

    Le 28 janvier, l'architecte adresse au maire, Henri Gonsolin, un état descriptif en même temps que les plans et le devis estimatif de ce 2e projet.

    C’est un 3ème projet qui a été réalisé (pas de grande dalle adossée au mur de soutènement portant le nom des poilus, mais un bas relief et deux statues – poilu et coq).

  • 1922
  • Financement 28/05/1922
    Source : AC

    Délibération du CM du 28 mai 1922 : vote d'une subvention de 500 Frs pour la fête du monument aux morts.

  • Inauguration 09/09/1922
    Source : Ecomusée du Ht Beaujolais

    L'inauguration a lieu dans un village superbement décoré. Pour la circonstance, le conseil municipal a d'ailleurs voté, au cours de sa séance du 28 mai 1922 une somme de 500 ...

    Lire la suite
    Inauguration 09/09/1922

    L'inauguration a lieu dans un village superbement décoré. Pour la circonstance, le conseil municipal a d'ailleurs voté, au cours de sa séance du 28 mai 1922 une somme de 500 F pour pavoiser.
    Pour atteindre le monument, il faut franchir l'Azergues entre deux rangées de sapins, après être passé sous un arc de triomphe dressé à l'entrée du pont afin de donner à l'inauguration un caractère encroe plus solennel. Surmonté de neufs drapeaux tricolores, cet arc de triomphe en bois a été décoré par le peintre local Bonnard.

    Sur le talus derrière le monument, les initiales RF, ainsi que la médaille militaire à gauche et la croix de guerre à droite, ont été soigneusement reproduites avec des fleurs de différentes couleurs.

    Toute la population participe avec ferveur à cette émouvante cérémonie dont un compte-rendu détaillé paraît dans la presse les jours suivants.

  • Inauguration - Programme 09/09/1922
    Source : ONAC

    Dimanche 9 septembre, Lamure-sur-Azergues a fêté ses glorieux morts. La population tout entière a voulu contribuer à donner à la cérémonie d'inauguration le caractère grandiose et solennel digne de ses ...

    Lire la suite
    Inauguration - Programme 09/09/1922

    Dimanche 9 septembre, Lamure-sur-Azergues a fêté ses glorieux morts. La population tout entière a voulu contribuer à donner à la cérémonie d'inauguration le caractère grandiose et solennel digne de ses vaillants et regrettés poilus tombés au champ d'honneur...
    Jamais Lamure ne fut pavoisé avec autant d'ingéniosité et de décors variés. Chaque famille travaillait en silence, rivalisant d'ardeur pour parer et le monument, et la rue, et l'habitation. Et ce fut un spectacle impressionnant quand, dès le samedi, plus de 1200 sapins ornés de fleurs jalonnèrent la localité jusqu'au moindre coin de rue. Des guirlandes de verdure, de fleurs, des inscriptions reconnaissantes furent composées par des mains délicates. Les trois couleurs flottèrent à toutes les fenêtres, et dans ce cadre merveilleux, eut lieu cette fête si bine préparée.

    Le dimanche à 8 h 30, le cortège se rassemble pour la cérémonie religieuse où la municipalité, le comité, les sociétes locales se rendent, suivis d'une foule importante.
    Dans une allocution vibrante, le prêtre évoque les souvenirs de nos chers disparus que chantèent les jeunes filles dans l'Hymne aux Morts, de Victor Hugo.
    À 10 h 30 eut lieu, dans le recueillement, la bénédiction solennelle.
    À 11 h 15, réception des autorités et défilé au son de morceaux exécutés par la fanfare de Lamure.
    À 12 h 30, banquet de 120 couverts, sou sla présidence de M. le sous-préfet et deM. Bonenvay, député, ancien ministre.
    La présence de MM. les conseillers généraux des cantons voisins aux côtés de M. Gonsolin, maire, fit évoquer par notre éminent député l'union sacrée de nos poilus.
    À 15 h, inauguration du monument. Le voile tombé laisse apparaître le Poilu tenant crânement son fusil, semblant braver la mort et que pleure, gravée dans le socle, une femme dans la douleur, alors que le vieux coq gaulois, fièrement dressé au sommet de l'obélisque, symbolise l'ardente virilité de notre France immortelle.
    M. Vouillon, président du Comité, remet alors le monument à M. Gonsolin, maire, et en quelques mots, remercie la population du concours qu'elle lui a apporté pour doter la commune d'un monument digne de ses morts.
    M. Gonsolin, maire, au nom de la commune, prend possession du monument et évoque, en termes saisissants, l'héroïsme de ceux dont les noms sont gravés dans la pierre.
    Le sous-préfet, au nom du gouvernement, fait l'historique de la guerre et exprime avec force la volonté inébranlable du grand Lorrain Raymond Poincaré, pour faire triompher la cause pour laquelle sont morts ceux dont les noms resteront à jamais dans l'Histoire.
    M. Bonnevay, député, affirme à son tour, qu'il ne faillira point à son devoir qui, avant tout, est de nous assurer la paix. Il exalte le souvenir de ces morts qu'il a connus et continuera à faire l'impossible pour que ceux qu'ils ont laissés soietn aidés par la Nation. L'Hymne aux Morts, chanté par les jeunes filles, est suivi d-par l'eécution de la Marseillaise, qu'écoute, debout et recueillie, une foule immense, profondément émue.

    La fête se termine par un concert donné par la fanfare du Bois d'Oingt et, le soir, pendant les illuminations, la foule vient faire un dernier pélerinage devant le monument féériquement embrasé.
    Journée inoubliable dans ce petit coin de France dont les enfants morts sur le champ de bataille seront à jamais vénérés.