France (Indre) Buzançais (36500)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Indochine (46-54)
  • Monument communal
informations déposées par Didier Dubant et mises à jour par Choubard Alain dernière mise à jour le 08/10/2015

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Monument
  • Ornementation végétale
    • Feuille(s)
      • Feuille(s) Laurier
      • Feuille(s) Olivier
      • Feuille(s) Chêne
  • Représentations - Soldats
    • Divers Types de Soldats
      • Mitrailleur(s)
    • Diverses Représentations de Poilus
      • Poilu
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre

Le monument en pierre calcaire est constitué d’une sculpture de grande taille émergeant d’une colonne de pierre massive de section rectangulaire, ornée en partie supérieure d’une frise végétale horizontale. L’ensemble repose sur un piédestal massif, posé sur un seul niveau d’assise.

Sur la face antérieure du monument, un «Poilu » (sculpture) est représenté debout de face avec un fusil de biais dans son dos. L’homme porte, sur sa toile de tente roulée en travers sur sa poitrine (depuis son épaule gauche jusqu’au niveau de sa taille côté droit), un masque qui de part sa cartouche filtrante avait été surnommé «groin de cochon » par les «poilus ». Dans sa main gauche, il tient le canon d’une mitrailleuse lourde (une 8mm Hotchkiss modèle 1914) dont la poignée distale repose sur le sol entre ses jambes (il ne manque à la mitrailleuse que son trépied – pour plus de précisions voir par exemple  armesfrancaisesfree.fr/mitr hotchkiss 14.html).  Ce combattant possède sur son casque de type Adrian, la grenade caractéristique de l’Infanterie et la jugulaire de ce casque est rabattue sur la partie supérieure avant de la visière, cela permet de bien distinguer son visage, un visage froid et déterminé. De part et d’autre du masque à gaz, deux volumineuses cartouchières sont fixées à la ceinture de ce combattant et sur ses flancs des sacs volumineux (un de chaque côté) sont bien visibles. L’homme  porte des bandes molletières  au-dessus de ses imposants brodequins. A côte de sa jambe droite émergent deux tronçons de troncs d’arbres plantés verticalement dans le sol. Un troisième se devine à l’extérieur près de sa jambe gauche. Ceci suggère qu’il se trouve dans une zone de combats, non loin d’une tranchée.

Au-dessus du «Poilu », la face antérieure de la colonne de section rectangulaire porte en relief  au niveau de la frise végétale les dates «1914 –1918 », puis en dessous est gravée sur cinq lignes l’inscription principale.

Sur le côté droit de la colonne de section rectangulaire, sous la frise horizontale qui représente des feuilles d’olivier réunies en faisceaux aux deux extrémités, sont inscrits de haut en bas sur deux colonnes : la première lettre du prénom suivie du nom des enfants de Buzançais Morts pour la France en « 1914 », puis d’autres pour qui une année spécifique de décès est indiquée (certains après la fin du conflit).

Sur la face postérieure de la colonne de section rectangulaire, sous la frise horizontale qui représente des feuilles de chêne réunies en faisceaux aux deux extrémités et qui porte en son centre une reproduction de Croix de Guerre, sont inscrits de haut en bas sur deux colonnes : la première lettre du prénom suivi du nom des enfants de Buzançais Morts pour la France en «1915 » et « 1916 ».

Sur le côté gauche de la colonne de section rectangulaire, sous la frise horizontale qui représente des feuilles de laurier réunies en faisceaux aux deux extrémités, sont inscrits de haut en bas sur deux colonnes : la première lettre du prénom suivie du nom des enfants de Buzançais Morts pour la France en «1917 », «1918 » et «1919-192 » (l’inscription n’a pas été achevée)

«Le bilan gravé dans la pierre sur le monument aux morts de la place de Gaulle s’établit ainsi :

1914 50 morts

1915 32 morts

1916 29 morts

1917 20 morts

1918 32 morts

1919 à 1923 11 morts » (DUPLAIX 2000 pages 320 et 321)

Sur la face antérieure du  piédestal sont scellées trois représentations végétales en alliage cuivreux  (celle de gauche est constituées de feuilles fines et longues, celle du centre évoque une branche de chêne et celle de droite une branche de laurier). La plaque rectangulaire qui les accompagne porte l’inscription : «FAMILLES EVACUEES D’OFFICIERS – S/OFFICIERS GARNISON DE SARREBOURG MOSELLE LE 25 SEPTbre 1939 ».

Furent aussi gravés sur le piédestal sous l’inscription «1939-1945 » la première  lettre du prénom suivi du nom des soldats de Buzançais Morts pour la France pendant cette période (10 noms du côté droit et du 17 du côté gauche ). 

Sur la face postérieure du piédestal, du côté droit est l’inscription sur trois lignes : «1952 INDOCHINE LD THIENNOT »

L’extrémité  gauche du côté droit du piédestal porte gravé  «A LAPRADE ARCH » et en dessous «M GAUMONT ST » c’est-à-dire Albert Laprade architecte et Marcel Gaumont sculpteur de ce Monument aux Morts. 

Albert Laprade est né à Buzançais le 29 novembre 1883 (sa maison natale se trouve au 61/65 rue des Ponts). Il est mort à Paris le 9 mai 1978. Architecte DPLG en 1907, après avoir été au Maroc d’août 1915 à 1919 l’un des adjoints de Henri Prost l’architecte en chef et urbaniste officiel de Lyautey,  de retour en France Albert Laprade crée en 1920 sa propre agence. Membre de la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement (S.A.D.G.), il réside en 1922 au 5 rue des Eaux à Paris dans le XVIe arrondissement (il restera à cette adresse de 1920 à 1936).

Pour l’Exposition coloniale internationale de Paris en 1931, il collabore avec Léon Jaussely prenant en charge la construction du Palais de la Porte Dorée, actuelle Cité nationale de l’histoire de l’immigration (pour plus de détails voir http://monindependancefinanciere.com/lenciclopedie/seccion-a/albert-laprade.php) et Archives d’architecture du XXe siècle, volume 1, 1995 pages 181 à 215.

Sa sépulture se trouve au cimetière du Père-Lachaise à Paris, dans la division 10 (http://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=1526)

Matériaux

. Pierre calcaire de Chauvigny «type marbrier »  (département de la Vienne).

Economie

Prix

30 026,68 francs

Commentaires (économie)

Par la suite «un entourage en pierre de taille surmonté d’une grille en fer forgé » fut mis en place autour du monument. Entourage et grille n’existent plus actuellement.

Inscriptions présentes sur le monument

Face antérieure de la colonne sur la frise végétale 
1914-1918 ,
puis en dessous
BUZANCAIS À SES ENFANTS MORTS POUR LA FRANCE

«A LAPRADE  ARCH » et en dessous «M GAUMONT ST » gravé sur l’extrémité gauche du côté droit du piédestal.

Les morts

Côté droit du monument sur la colonne rectangulaire.
Sous «1914 »
. colonne de gauche :
L Aubry,
L Arnoux,
E Benard,
J E Blanchet,
J A Blandret,
P Bodin,
T H Bourderie,
A Caron,
G Citard,
F Couche,
H Dodu,
A Dubreuil,
O Gaultron,
L Giraud,
C Girault,
A Legay,
J Meriau,
Morigeot,
A Pinault,
A Sabard,
M Sarriau
J Theret,
D Tremine,
H Bourguignon, 1
917 – Morin,
1918 – D Charron,
1914 – F Couche,
1921 – C 0 Gau,
1923 – A Journault.
-
. colonne de droite :
F Augros,
G Baumier,
P Besnard,
M Blanchet,
E Blin,
A Bonamy,
L Bourguignon,
L Chouzioux,
C Citard,
G Chartier,
A Dessarts,
M Freslon,
R Gautron,
N Girault,
J Joly,
C H Maupou,
H Mery,
P Morin,
P Sabard,
M Sarrazin,
A Simon,
D Tissier,
A Villedet,
E Mousset.
Puis légèrement décalé en dessous :
N G Merminet,
D Soulas,
1929 E Poulineau,
----
Face postérieure du monument sur la colonne rectangulaire
Sous «1915 »
. colonne de gauche : G Berard,
. colonne de droite : E Blanchet,
. puis au centre : L Bourguignon,
. colonne de gauche :
L Bourreau,
G Chene,
E Doireau,
H Gabard,
G Gendre,
F Girault,
A Joubert,
L Marchais,
J Moulin,
G Nepveu,
A Pingault,
A Pouvereau,
J Rouet,
A Tremouillault,
C Vibert,
-
. Colonne de droite :
J Brisson,
M Desfosses,
P Dubreuil,
G Gautron,
L Girard,
M Girault,
H Ligneret,
M Marcilly,
P Mauduit,
J Nonet,
A Poplin,
L Robin,
A Sibillot,
C Trichoche,
H Vincent.
Sous «1916 »
. colonne de gauche :
A Baumier,
E R Blanchet,
E Bodin,
L Cormier,
M Deproge,
J Dupin,
L Guilgault,
J Jamet,
R Ledoux ,
J Marceilly,
L Mazerolles,
G Philippon,
C H Rabate,
A Touchard,
G Nivet,
-
. colonne de droite :
L Benoist,
L Blancheton,
H Chretien,
A Coulon,
M Dubreuil,
J Freslon,
O Guyon,
D Joly,
A Legeron,
A Mazerolles,
G Monanges,
L Potier,
G Terrassin,
E Villain.
----
Côté gauche du monument sur la colonne rectangulaire.
Sous «1917 »
. colonne de gauche :
A Audoux,
P Bauche,
J Dewynter,
A Gamblon,
M Jacquet,
E Marinier,
E Merminet,
D Nadeau,
H Pouvereau,
-
. colonne de droite :
Bauche,
A Bidron,
P Fredoille,
A Godard,
A Lecomte,
G Meriau,
L Michenet,
F Pichard,
L Venin,
. puis au centre : F Villemont.
Sous «1918 » :
. colonne de gauche :
A Baujon,
L Berniard,
M Bourguignon,
J Chaigne,
L Couturier,
G Gobard,
L Jacquin,
A Lecomte,
D Marcadon,
A Meunier,
P Perriot,
L Roy,
A Salle,
L Simon,
-
. colonne de droite :
R de Bellefonds,
L Boisbourdin,
A Camail,
J Cormier,
G Feignon,
L Huet,
A Landre,
L Marinier,
F Marcadon,
L Nérault,
G Roger,
G Piboux,
J Sarrazin,
M Trémine ;
. puis au centre : P Theret.
-
Sous «1919 192 » :
. colonne de gauche :
J Bernard,
E Marteau (Marteau Eugène, né le 17 octobre 1884 à Saint-Gaultier (Indre), 2e classe au 5e Régiment de Cuirassiers, Mort pour la France le 22 janvier 1919 à l’Hôpital mixte de Châteauroux (Indre), décédé des suites d’une maladie contractée en service (grippe), DC extrait transmis le 23 janvier 1919 à Buzançais (Indre)), G Robin,
E Chappon,
E Merminet.
-
. colonne de droite :
A Coubant,
L Fauchon,
A Trotignon,
1918
R Jamet,
O Reginault.
Sur le côté droit du piédestal sous 1939-1945 sur deux colonnes :
. première colonne :
V Balanand,
H Boutet,
R Guyot,
G Glon,
J Schutz,
-
. deuxième colonne :
H Barny,
R Dubreuil,
M Herbeth,
P Pavillon,
P Bodin.
---
Sur le côté gauche du piédestal sous 1939-1945 sur trois colonnes :
. colonne de gauche :
M Hallouin,
J Lacombe,
R Montanton,
R Maillet,
E Theret,
C Chemineau,
-
. colonne centrale :
J Pailler,
P Grimeau,
R Lecomte,
L Lorentz,
M Tremine,
H Lebreton,
-
. colonne de droite :
P Jumeau,
L Merlaud,
J Poplin,
L Rouet,
J Fejard.
Sur la face postérieure du piédestal, du côté droit, est inscrit sur trois lignes :
«1952 INDOCHINE LD THIENNOT »

Sources / Bibliographies / Sites Internet

. Archives Départementales de l’Indre 2 O/031 art. 7. – sous dossier : Monument aux morts 1922-1928.

. L’Indépendant du Berry du samedi du 25 novembre 1922 page 3.

. DUPLAIX (Jean). - Buzançais à travers les âges. Lancosme  multimédia éditions 2000, 396 pages.

http://monumentsauxmorts.fr/crbst_2014.html

Historique du monument

  • 1922
  • Marché de gré à gré 25/01/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 25 janvier 1922 est rédigé à Paris le document suivant : «Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais, tués pendant les guerres de 1914 à 1918. ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 25/01/1922

    - Le 25 janvier 1922 est rédigé à Paris le document suivant : «Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais, tués pendant les guerres de 1914 à 1918.

    Entre les soussignés : monsieur (Emile) Grué, maire de Buzançais, domicilié à Buzançais, Indre, agissant au nom du Comité d’un part et Messieurs Fèvre et Cie, Propriétaires exploitants de carrières, demeurant à Paris, 10 Rue Lincoln (VIIIe arrondissement) d’autre part, il a été convenu et arrêté ce qui suit :

    Messieurs Fèvre et Cie après avoir pris connaissance des plans et devis dressés par l’architecte Albert Laprade, demeurant à Paris, 5 rue des Eaux, chargé par le Comité de dresser le projet du Monument des Morts de Buzançais, d’en surveiller l’exécution et d’en régler les dépenses, ont proposé au Comité qui accepte de faire la fourniture du dit monument dans les conditions ci après.

    Les divers éléments du monument conformes aux indications des dessins qui leur ont été remis et dont ils déclarent avoir pris connaissance, ainsi qu’aux détails graphiques ou autres que donnera l’architecte à titre de précision, seront exécutés en pierre de Chauvigny marbrier.

    Les parements seront traités en taille égrisée (surface couverte de fines rayures peu profondes).

    L’appareil indiqué au dessin sera respecté par le fournisseur, ainsi que les profils qui seront (fournis) grandeur d’exécution par l’architecte.

    La fourniture comprend aussi les deux blocs de la statue, rendus à l’atelier du praticien.

    Messieurs Fèvre et Cie exécuteront la sculpture de la Frise. Pour ce travail, des modèles grandeur d’exécution leur seront fournis à leur atelier par les soins de M. Laprade.

    L’ensemble de la fourniture compris sculpture frise, les blocs statue livrés au praticien et le reste chargé sur wagon en carrière, sera payé aux fournisseurs la somme de 9.000 francs.

    Ce prix ne comprend pas les revers et les bornes.

    Messieurs Fèvre et Cie assureront, l’expédition de la commande, les deux blocs nécessaires à la statue seront livrés de suite à M. Gaumont, 3bis rue de Bagneux, ou à l’atelier du praticien dont M. Gaumont donnera l’adresse.

    Les blocs composant ce monument seront chargés sur châssis par les soins de Messieurs Fèvre et Cie et voyageront aux frais et risques du Comité suivant l’usage. La mise en train de la commande aura lieu dès la signature du présent marché et poursuivie avec toute l’activité nécessaire pour permettre sa livraison dans le délai d’environ six semaines pour les deux blocs de la statue et de trois mois pour le reste du monument.

    Un plan de pose numéroté sera établi par le fournisseur et joint à sa livraison.

    Les pierres employées seront de qualité loyale et marchande. Elles seront taillées comme il est spécifié plus haut pour les diverses parties, suivant les règles de l’art, d’une manière absolument conforme aux dessins et modèles qui seront remis à Messieurs Fèvre et Cie.

    Le tout au surplus, en conformité des conditions générales de vente relatées ci-contre.

    Les paiements auront lieu de la façon suivante :

    1° jusqu’à concurrence de 5/10 au cours de l’exécution, sur situation vérifiée et propositions faites par l’architecte,

    2° 4/10 à l’expédition de la commande,

    3° le dernier 1/10 un mois après l’expédition… ». Le document porte l’indication : «Vu et Approuvé. Châteauroux le 21 août 1922. Pour le Préfet. Le Secrétaire Général ».

  • Devis 30/01/1922
    Source : Dubant Didier

    - «30 janvier (19)22. DEVIS MONUMENT BUZANCAIS M. Gaumont. Travail Sculpteur compris emballage et camion(n)age… 11.500 Frs. MM. Fèvre et Cie. Fourniture ...

    Lire la suite
    Devis 30/01/1922

    - «30 janvier (19)22.

    DEVIS MONUMENT BUZANCAIS

    M. Gaumont. Travail Sculpteur compris emballage et camion(n)age… 11.500 Frs.

    MM. Fèvre et Cie. Fourniture de la pierre (Chauvigny marbrier) Taille égrisée sans gravure, mais avec sculpture y compris le transport à Paris des 2 blocs de la statue Gare de départ… 9.000 Frs.

    Transport monument de Chauvigny à Buzançais et de la statue de Paris à Buzançais… 900 Frs (environ).

    Gravure lettres 1.000 Frs (environ).

    Modèle frise 600 frs.

    Total… 23.000 Frs.

    Reste pour pose, revers et fondations par Mons. BAUMIER  7.026F68.

    Ensemble 30.026F68. ».

  • Courriers divers 10/07/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 10 juillet 1922, sur  papier à entête : «LAPRADE ALBERT, ARCHITECTE S. A. D. G. 5, RUE DES EAUX, PARIS XVIe TEL AUT 19-78 VENDREDI MATIN », Albert Laprade écrit ...

    Lire la suite
    Courriers divers 10/07/1922

    - Le 10 juillet 1922, sur  papier à entête : «LAPRADE ALBERT, ARCHITECTE S. A. D. G. 5, RUE DES EAUX, PARIS XVIe TEL AUT 19-78 VENDREDI MATIN », Albert Laprade écrit depuis Paris à «Monsieur GRUE Maire de Buzançais »

    «Cher Monsieur,

    Je vous renvoie avec mes excuses pour le retard les deux marchés que vous soumettez à mon approbation. Ils me paraissent très bien, vous pourriez aussitôt les avoir transcrits sur papier timbré les envoyer aux deux intéressés.

    Le chiffre de 7.026 Frs du devis de Monsieur BAUMIER est exact, il m’a été impossible de faire baisser plus bas son premier devis, lors d’une réunion avec Monsieur AUGROS le 14 Février dernier j’ai du finalement accepter le chiffre ci-dessus.

    Je passerai à Buzançais la matinée du 25, ne serait-il pas possible de faire signe à Monsieur BAUMIER à la Mairie pour ce jour là à 8 heures ½.

    Veuillez agréer, cher Monsieur, l’assurance de mon entier dévouement.

    A. Laprade.

    P.S. : je suis allé voir ces jours-ci Monsieur GAUMONT, il va mouler cette semaine la grande maquette et il pense vous envoyer le poilu en pierre fin août ».

  • Adjudications 16/07/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 16 juillet 1922, le Maire de Buzançais, Emile Grué, informe le Conseil Municipal «que le Monument aux Morts de la Commune tués pendant les guerres de 1914 à ...

    Lire la suite
    Adjudications 16/07/1922

    - Le 16 juillet 1922, le Maire de Buzançais, Emile Grué, informe le Conseil Municipal «que le Monument aux Morts de la Commune tués pendant les guerres de 1914 à 1918, dont le projet a été voté par le Conseil municipal, le 20 décembre 1921 et qui sera érigé Place de la Mairie, n’a pu être mis en adjudication par suite du sujet artistique choisi d’après le projet présenté par notre compatriote Monsieur Albert Laprade, architecte à Paris, qui en assure l’exécution. Il y a donc lieu de passer des marchés de gré à gré avec les entrepreneurs ci-dessous dénommés, d’après les prix acceptés par Monsieur Laprade suivant les devis fournis.

    Monsieur Baumier Jules, Entrepreneur à Buzançais : terrassement, maçonnerie, transports pour la somme de 7.026F68.

    Messieurs Fèvre et Cie, 10 rue de Lincoln à Paris, fournisseurs des pierres de tailles pour la somme de 9.000 F.

    Monsieur Gaumont, sculpteur, 3 bis rue de Bagneux à Paris pour la somme de 11.500 F.

    Total : 27.526F68.

    A cette somme, il y a lieu d’ajouter :

    - pour sculpture modèle frise : 600 F,

    - pour gravure des noms des militaires : 900 F,  

    - pour transport des pierres : 1.000 F,

    Soit une somme approximative de 30.026F68,

    que coûtera le monument élevé à la mémoire de ceux qui sont morts pour défendre le territoire.

    Le maire demande au Conseil de lui accorder l’autorisation de passer et signer les marchés ci-dessus, afin qu’ils puisse les faire approuver par Monsieur le Préfet.

    Le Conseil à l’unanimité donne pouvoir à Monsieur le Maire pour signer les marchés passés de gré à gré avec Messieurs Baumiers, Fèvres et Cie et Gaumont en priant Monsieur le Préfet d’approuver ».

    «Vu et Approuvé. Châteauroux le 21 août 1922. Pour le Préfet le Secrétaire Général ».

  • Marché de gré à gré 25/07/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 25 juillet 1922 est rédigé :  «Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais, tués pendant les Guerres de 1914 à 1918. Entre les ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 25/07/1922

    - Le 25 juillet 1922 est rédigé :  «Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais, tués pendant les Guerres de 1914 à 1918.

    Entre les soussignés : monsieur Emile Grué, maire de la Commune de Buzançais, Indre d’une part ; Monsieur Baumier Jules, Entrepreneur de travaux publics, rue du faubourg Notre-Dame à Buzançais d’autre part ; il a été convenu et arrêté ce qui suit : Monsieur Baumier après avoir pris connaissance des plans et devis dressés par M. Albert Laprade, architecte domicilié à Paris, 5 rue des Eaux, chargé de dresser le projet de Monuments «Aux Morts de la commune de Buzançais » et d’en surveiller l’exécution ; s’engage moyennant le prix de sept mille vingt six francs 70 c(enti)m(es) conformément au devis estimatif et détaillé de l’architecte à exécuter les travaux de terrassements et de maçonneries, montage des pierres et transport de la Gare, ainsi que le déchargement jusqu’au lieu de l’emploi.

    A Buzançais le 25 juin 1922.

    Lu et approuvé. Signé Jules Baumiers

    Le Maire. Signé Grué ».

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 21 août 1922. Pour le Préfet le Secrétaire Général ».

  • Marché de gré à gré 25/07/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 25 juillet 1922 est rédigé un autre document :  «Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais, tués pendant les Guerres de 1914 à 1918. ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 25/07/1922

    - Le 25 juillet 1922 est rédigé un autre document :  «Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais, tués pendant les Guerres de 1914 à 1918.

    Entre les soussignés Monsieur Emile Grué, maire de la Commune de Buzançais, Indre d’une part ; Monsieur Gaumont, sculpteur demeurant à Paris, 3bis rue de Bagneux, d’autre part ; il a été convenu et arrêté ce qui suit : Monsieur Gaumont, après avoir pris connaissance des plans et devis dressés par M. Albert Laprade, architecte domicilié à Paris, 5 rue des Eaux, chargé de dresser le projet de Monuments «Aux Morts de la commune de Buzançais » et d’en surveiller l’exécution, s’engage à exécuter les travaux de sculpture que nécessitent le sujet artistique accepté, d’après la maquette qu’il a soumise moyennant le prix de onze mille cinq cents francs, compris emballage et camionnage à la gare de Paris.

    A Buzançais le 25 juillet 1922.

    Lu et approuvé. Signé Gaumont.

    Le Maire. Signé Grué ».

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 21 août 1922. Pour le Préfet le Secrétaire Général ».

  • Courriers divers 28/07/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 28 juillet 1922, le maire de Buzançais écrit au Préfet de l’Indre : «J’ai l’honneur de vous adresser ci-inclus : 1° plans et devis ...

    Lire la suite
    Courriers divers 28/07/1922

    - Le 28 juillet 1922, le maire de Buzançais écrit au Préfet de l’Indre :

    «J’ai l’honneur de vous adresser ci-inclus :

    1° plans et devis du monument élevé «aux Morts de la Commune »,

    2° traité de M. Gaumont (papier marqué et papier libre),

    3° traité et devis de M. Baumier, Entrepreneur,

    4° Lettres de l’architecte confirmant le prix de 7.026F68, porté sur le devis de l’entrepreneur.

    Je vous serais très reconnaissant, s’il vous était possible d’activer le retour de ces pièces une fois régularisées, afin que je puisse fixer la date d’inauguration.

    Recevez monsieur le Préfet l’assurance de ma considération distinguée ».

     

  • Courriers divers 21/08/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 21 août 1922, extrait du registre des arrêtés de la Préfecture de l’Indre :  «…Vu l’avis émis le 21 août 1922 par la Commission instituée en ...

    Lire la suite
    Courriers divers 21/08/1922

    - Le 21 août 1922, extrait du registre des arrêtés de la Préfecture de l’Indre : 

    «…Vu l’avis émis le 21 août 1922 par la Commission instituée en conformité de la circulaire ministérielle du 10 mai 1920 : ARRETE :

    Article premier. Est approuvée la délibération en date du 15 juillet 1922 par laquelle le Conseil Municipal de Buzançais a décidé à titre d’hommage public, l’érection d’un Monument à la mémoire des enfants de la Commune «Morts pour la France ».

    Article 2. M. le Maire de Buzançais est chargé de l’exécution du présent arrêté.

    Le Préfet de l’Indre signé :  (Lucien) TAINTURIER ».

     

  • Marché de gré à gré 23/10/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 23 octobre 1922 : «Mairie de Buzançais. Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais. Entre les soussignés : Monsieur Emile Grué, maire de la Commune ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 23/10/1922

    - Le 23 octobre 1922 : «Mairie de Buzançais. Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais.

    Entre les soussignés : Monsieur Emile Grué, maire de la Commune de Buzançais d’une part ; Monsieur G. Borgest entrepreneur de transport à Paris, 1 rue de la Boule Rouge, Rouge (IXe arrondissement)  s’engage envers la Commune de Buzançais à transporter par camion automobile, ainsi que la mise  en place (de) la statue destinée au Monument Commémoratif aux morts pour la Patrie moyennant le prix de 2.500 francs. Buzançais le vingt trois octobre mil neuf cent vingt deux.

    Lu et approuvé Borgest. Lu et approuvé Grué » ;

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 30 octobre 1922. Pour le Préfet le Secrétaire Général ».

     

  • Délibérations Conseil municipal 05/11/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 5 novembre 1922, le Maire de Buzançais, M. Grué, prévient le Conseil municipal «que pour ne pas retarder l’inauguration du monument fixée au 11 novembre prochain il a ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 05/11/1922

    - Le 5 novembre 1922, le Maire de Buzançais, M. Grué, prévient le Conseil municipal «que pour ne pas retarder l’inauguration du monument fixée au 11 novembre prochain il a été obligé de faire transporter par camion automobile de Paris à Buzançais le sujet artistique sculpté dans les ateliers Gaumont, 3 bis rue de Bagneux. Pour le coût du transport ainsi que la mise en place, il a passé un traité de gré à gré, avec Monsieur Borgest Entrepreneur, domicilié à Paris, 1 rue de la Boule Rouge, moyennant le prix de deux mille cinq cents francs.

    Pour compenser en partie cette dépense supplémentaire, il pourra être diminué une somme sur certains travaux qui auraient dû être faits par les premiers entrepreneurs.

    Il demande au Conseil, de vouloir bien autoriser se traité de gré à gré passé avec Monsieur Borgest, priant Monsieur le Préfet d’approuver.

    Accepté à l’unanimité ».

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 9 novembre 1922. Pour le Préfet le Secrétaire Général ».

  • Inauguration 11/11/1922
    Source : Dubant Didier

    Inauguration de Buzançais 11 novembre 1922.

  • Inauguration - Presse 25/11/1922
    Source : Dubant Didier

    (L’Indépendant du Berry du samedi du 25 novembre 1922 page 3). - «Inauguration de Buzançais 11 novembre 1922. Nous avons pu nous procurer le ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 25/11/1922

    (L’Indépendant du Berry du samedi du 25 novembre 1922 page 3).

    - «Inauguration de Buzançais 11 novembre 1922.

    Nous avons pu nous procurer le texte de l’allocution prononcée par M. Louis de Bellefond, Président de la section des Mutilés, à l’inauguration de Buzançais. Si l’on y ajoute le ton, l’émotion et le fait d’être dite par lui, glorieux mutilé de la guerre et dont le frère Charles de Bellefond, lieutenant de dragons, a été tué à la fin des hostilités après avoir fait toute la campagne… (Lejay de Bellefond (Charles Louis René) Lieutenant au 6e Régiment de Dragons. Né le 27 janvier 1884 à Buzançais Porté disparus le 24 mars 1918 à Noureuil dans le département de l’Aisne. Jugement rendu le 31 mars 1920 par le Tribunal du Blanc et transcrit le 17 mai 1920 à Sainte-Gemme dans le département de l’Indre – source fiche individuelle sur le site internet «Mémoire des hommes ») on ne s’étonnera pas de l’impression produite sur les auditeurs.

    « Mesdames, Messieurs, chers Concitoyens,

    A titre de Président des Mutilés de Buzançais, je considère comme un devoir de prendre la parole devant ce monument sur lequel sont inscrits les noms de nos camarades tombés au champ d’honneur.

    Nous pouvons, en effet, probablement mieux que quiconque, dire ce qu’ils ont fait, ce que nous leur devons et ce qu’il faudra faire pour continuer leur œuvre sacrée.

    Ce qu’ils ont fait ? – Ils ont écrit avec leur sang les plus belles pages de l’Histoire de France, qui pourtant était déjà la plus belle du monde : La Marne, l’Yser, la Champagne, Verdun, la Somme, l’Aisne. Quelles gloires et quel calvaire !... Partout ils ont tenu tête avec une énergie farouche, au plus puissant, mais aussi au plus perfide, au plus déloyal des ennemis.

    Ce qu’ils ont souffert ? – Nul ne peut se l’imaginer, que ceux qui ont souffert comme eux ! Ils ont poussé l’héroïsme à un degré tel, qu’on en oubliera, les plus hauts faits de nos ancêtres et lorsque pour eux l’heure suprême a sonné, la mort ne les a pas surpris. Ils étaient prêts depuis le premier jour de la guerre. Ils se sont donnés comme tous les bons français savent se donner : tout entier et sans regrets !

    Sans eux, que serions-nous ? On ose à peine y penser ! Les Boches nous ont montré, en maintes circonstances leurs ignobles capacités. S’ils avaient vaincu, ils nous auraient écrasés, morcelés, rançonnés, saignés à blanc ! Les armes à la main, ils auraient exigé de nous vingt fois ce que nous n’osons même pas leur demander aujourd’hui.

    A nos chers disparus, nous devons donc une admiration passionnée en une immense reconnaissance. Est-ce bien tout ?

    Recueillez vous souvent et écoutez leurs 1.500.000 voix lointaines : « nous aimons les palmes et les couronnes, disent-elles ; nous aimons les belles paroles, mais ce que nous aimerions mieux encore c’est savoir que l’idéal pour lequel nous nous sommes sacrifiés a été poursuivi jusqu’au bout. Pendant cinq ans, nous avons tenu haut et ferme le flambeau de la Victoire, c’est ainsi que nous l’avons passé le 11 novembre 1918. Depuis ce temps, qu’en avez-vous fait ? »

    Ah ! nous pouvons baisser la tête, le flambeau est presque tombé ! Il est presque éteint ! Les Boches n’ont rien réparé, parce qu’on ne les y a pas forcés. La France se débat dans des difficultés inextricables, comme une vaincue ! Pendant ce temps, l’Allemagne travaille à plein collier ; elle ne tardera pas à retrouver son équilibre. Elle a plus d’enfants que nous ; dans quelques années, sa population sera le double de la nôtre. Or, si un soldat français vaut mieux qu’un soldat boche, il ne pourra jamais égaler deux soldats boches et nous sommes ainsi menacés d’être écrasés dans la prochaine guerre que nos ennemis appellent déjà de tous leurs vœux.

    Allons ! Ralliement autour de nos morts ! Soyons dignes d’eux ! Au lieu de nous jalouser, de nous diviser, unissons nos efforts, marchons coude à coude. S’il en est qui veulent poursuivre des buts égoïstes, des ambitions personnelles néfastes, qu’ils soient impitoyablement flétris ! Aujourd’hui comme hier, il faut que chacun fasse son devoir. La Patrie est encore en danger !

    Et, je ne peux pas terminer, sans pousser ici un cri, un seul, parce que c’est le plus beau ; c’est celui qu’on entendait aux heures tragiques sur les champs de bataille ; c’est celui qu’ils ont articulé dans le dernier rôle de leur agonie, celui, qu’instinctivement, j’ai poussé moi-même lorsque je me suis cru perdu : « Vive la France ! » »

  • Marché de gré à gré 01/12/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 1er décembre 1922 : «Mairie de Buzançais. Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais. Entre les soussignés. Monsieur Emile Grué, maire de la Commune ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 01/12/1922

    - Le 1er décembre 1922 : «Mairie de Buzançais. Monument Commémoratif aux Morts de la Commune de Buzançais.

    Entre les soussignés. Monsieur Emile Grué, maire de la Commune de Buzançais d’une part ; Monsieur Pelouard domicilié 17 rue St Barthélémy à St Symphorien, Tours d’autre part ; il a été convenu ce qui suit : Monsieur Pelouard, graveur domicilié 17 rue St Barthélémy à St Symphorien, Tours (Indre-et-Loire) s’engage à graver et à dorer sur les faces du Monument aux Morts de la Commune, la dédicace et les noms des militaires décédés, moyennant le prix de 1.614 francs.

    Buzançais le premier décembre mil neuf cent vingt deux.

    Lu et approuvé Pelouard.  Lu et approuvé le Maire  Grué » ;

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 15 décembre 1922. Pour le Préfet le Secrétaire Général ».

  • 1926
  • Délibérations Conseil municipal 06/06/1926
    Source : Dubant Didier

    - Le 6 juin 1926, Louis Robin, le Maire de Buzançais, annonce au Conseil municipal «qu’une révision a été faite sur le devis précédemment établi pour la grille d’entourage du ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 06/06/1926

    - Le 6 juin 1926, Louis Robin, le Maire de Buzançais, annonce au Conseil municipal «qu’une révision a été faite sur le devis précédemment établi pour la grille d’entourage du Monument aux Morts des guerres de 1914 à 1918, dont le montant ne dépassera pas le crédit de 6.500 francs destiné à cette dépense. En raison du travail spécial qu’il y a dans la construction il sera exécuté par M. Boucher, serrurier à Buzançais.

    A l’unanimité le Conseil accepte la pose de cette grille, en priant monsieur le Préfet d’approuver cette dépense qui sera prélevée sur l’article 5, réservé du budget additionnel et de dispenser la mise en adjudication en raison du travail spécial que comporte la grille ».

     «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 29 novembre 1926. Pour le Préfet  et par délégation illisible ».

  • Devis 16/11/1926
    Source : Dubant Didier

    - Buzançais, le 16 novembre 1926, «Ville de Buzançais. Monument Commémoratif. Devis pour la construction de la grille de l’entourage. Déblais des fouilles ...

    Lire la suite
    Devis 16/11/1926

    - Buzançais, le 16 novembre 1926, «Ville de Buzançais. Monument Commémoratif.

    Devis pour la construction de la grille de l’entourage.

    Déblais des fouilles des fondations y compris l’enlèvement des terres en excès 4,368 à 15,00 : 65,52.

    Béton de chaux hydraulique 1,248 à 120,00 : 149,76.

    Pierre de taille dure 3,276 à 500,00 : 1.638,00.

    Taille de la pierre 18,72 à 50,00 : 936,00.

    Pose de la pierre de taille 3,276 à 60,00 : 196,56.

    Grille en fer forgé suivant dessin y compris trous de scellement, mise en place 628,500 à 5,00 : 3.142,50.

    Peinture de la grille à 3 couches 31,20 à 4,00 : 124,8.

    Total 6.253,14.

    Somme à valoir pour frais de surveillance et divers 592,61.

    Total 6.845.

    Le présent devis dressé par l’architecte soussigné M. Lombard.

    Buzançais le 16 novembre 1926 ».

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 29 novembre 1926. Pour le Préfet  et par délégation illisible ».

  • Marché de gré à gré 16/11/1926
    Source : Dubant Didier

    - Buzançais le 16 novembre 1926, «Ville de Buzançais. Monument commémoratif. Construction de la Grille d’entourage. Marché de gré à gré. M. Bouché, Entrepreneur à ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 16/11/1926

    - Buzançais le 16 novembre 1926, «Ville de Buzançais. Monument commémoratif. Construction de la Grille d’entourage.

    Marché de gré à gré.

    M. Bouché, Entrepreneur à Buzançais.

    Je soussigné Bouché, entrepreneur de serrurerie, demeurant à Buzançais, m’engage à effectuer la fourniture et la pose d’une grille en fer forgé destinée à entourer le monument commémoratif de la Ville de Buzançais pour le prix forfaitaire de 3.142 francs 50, suivant plan approuvé par la Préfecture de l’Indre qui me sera communiqué pour l’exécution.

    Je serai soumis aux Clauses et Conditions générales imposées aux entrepreneurs des Travaux de l’administration des Ponts et chaussées du 29 décembre 1910 modifié par la circulaire du 2 juillet 1913.

    Je serai dispensé de fournir un cautionnement… »

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 29 novembre 1926. Le Préfet ».

  • Marché de gré à gré 16/11/1926
    Source : Dubant Didier

    - Buzançais le 16 novembre 1926, «Ville de Buzançais. Monument commémoratif. Construction d’un entourage en pierre de taille. Marché de gré à gré. M. ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 16/11/1926

    - Buzançais le 16 novembre 1926, «Ville de Buzançais. Monument commémoratif. Construction d’un entourage en pierre de taille.

    Marché de gré à gré.

    M. Baumier, Entrepreneur.

    Je soussigné Baumier Jules, Entrepreneur de travaux publics à Buzançais, m‘engage à effectuer la fourniture et la pose d’un entourage en pierre de taille posée sur lit de béton de chaux hydraulique, au monument commémoratif de la ville de Buzançais pour le prix forfaitaire de 2.985 francs 84, suivant le plan approuvé par la Préfecture de l’Indre et qui me sera communiqué pour l’exécution.

    Je serai soumis aux Clauses et Conditions générales imposées aux entrepreneurs des Travaux de l’Administration des Ponts et Chaussées du 29 décembre 1910 modifié par la circulaire du 2 juillet 1913.

    Je serai dispensé de fournir un cautionnement… »

     «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 29 novembre 1926. Le Préfet ».

  • Factures 04/12/1926
    Source : Dubant Didier

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la guerre à Buzançais. Décompte de fournitures par Monsieur Bouché, Entrepreneur à Buzançais. ...

    Lire la suite
    Factures 04/12/1926

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la guerre à Buzançais.

    Décompte de fournitures par Monsieur Bouché, Entrepreneur à Buzançais.

    Fourniture, pose et scellement d’une grille en fer forgé pesant 628 kg 500 pour le prix forfaitaire de 3.142F50 suivant Marché approuvé par décision préfectorale en date  du 29 novembre 1926.

    Le présent décompte dressé par le soussigné et arrêté à la somme de trois mille cent quarante deux francs cinquante centimes pour solde de tout compte.

    Buzançais, le 4 décembre 1926.

    M. Lombard.

    Vu et vérifié par l’Agent Voyer municipal soussigné ».

     

  • Factures 04/12/1926
    Source : Dubant Didier

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la Guerre 1914-1918. Décompte des fournitures par M. Baumier. Entrepreneur de Maçonnerie à Buzançais. Fourniture ...

    Lire la suite
    Factures 04/12/1926

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la Guerre 1914-1918. Décompte des fournitures par M. Baumier. Entrepreneur de Maçonnerie à Buzançais.

    Fourniture et pose d’un entourage en pierre de taille, posée sur lit de béton de chaux hydraulique pour le prix forfaitaire de 2.985F84 suivant marché de gré à gré approuvé par décision préfectorale en date du 29 novembre 1926.

    Le Présent décompte dressé par le soussigné agent voyer de la Ville de Buzançais et arrêté à la somme de deux mille neuf cent quatre vingt cinq francs quatre vingt quatre centimes pour solde de tout compte.

    Buzançais, le 4 décembre 1926.

    M. Lombard ».

     

  • Procès-verbal de Réception 04/12/1926
    Source : Dubant Didier

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la Guerre 1914-1918. Procès-verbal de réception des travaux. L’an Mil neuf cent ...

    Lire la suite
    Procès-verbal de Réception 04/12/1926

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la Guerre 1914-1918.

    Procès-verbal de réception des travaux.

    L’an Mil neuf cent vingt six, le quatre décembre, nous soussigné Maire de la Commune de Buzançais assisté de MM. Gau et Lucas, Conseillers Municipaux, membres de la Commission des Bâtiments Communaux et de M. Lombard, agent voyer municipal de la Commune ;

    les Entrepreneurs Bouché et Baumier absents, mais dûment convoqués par écrit ;

    avons procédé à la réception des travaux consistant à l’érection d’un entourage en pierre de taille surmonté d’une grille en fer forgé.

    De l’inspection des dits travaux, des plans et devis nous avons constaté de leur bonne exécution.

    En foi de quoi, nous avons signé le présent procès-verbal de réception définitive.

    Buzançais, le 4 décembre 1926 ».

     

  • Factures 04/12/1926
    Source : Dubant Didier

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la guerre. Etat des frais de rédaction de devis et de surveillance des travaux : ...

    Lire la suite
    Factures 04/12/1926

    - Buzançais le 4 décembre 1926, «Ville de Buzançais, Monument Commémoratif de la guerre.

    Etat des frais de rédaction de devis et de surveillance des travaux :

    . montant du mémoire Bouché : 3.142F50,

    . montant du Mémoire Baumier : 2.985F84,

    (total) 6.128F34.

    Montant des honoraires à 5 % : 306F40.

    Le présent état s’élevant à la somme de Trois cent six francs quarante centimes, dressé par l’agent voyer municipal soussigné.

    Buzançais le 4 décembre 1926.

    M. Lombard ».

     

  • Paiements 23/12/1926
    Source : Dubant Didier

    - Le 23 décembre 1926, un Mandat de paiement de 3.142F50 ayant pour titre «Erection d’un monument aux Morts» est signé par le Maire de la commune de Buzançais au ...

    Lire la suite
    Paiements 23/12/1926

    - Le 23 décembre 1926, un Mandat de paiement de 3.142F50 ayant pour titre «Erection d’un monument aux Morts» est signé par le Maire de la commune de Buzançais au profit de «Bouché Henri, serrurier à Buzançais » pour «Paiement de la grille posée au Monument aux Morts de la Commune (1914-1918) ».

  • 1928
  • Factures 12/08/1928
    Source : Didier Dubant

    - Le 12 août 1928, le maire de Buzançais, Péguet Eugène présente au Conseil municipal «une facture de M. Guimond Bailly pépiniériste pour fournitures et plantation d’arbustes au «Monument aux ...

    Lire la suite
    Factures 12/08/1928

    - Le 12 août 1928, le maire de Buzançais, Péguet Eugène présente au Conseil municipal «une facture de M. Guimond Bailly pépiniériste pour fournitures et plantation d’arbustes au «Monument aux Morts » de 1914 – 1918, ainsi qu’aux entourages des urinoirs placés sur la place du Champ de Foire dont le montant est de trois cent vingt six francs.

    Il prie le Conseil d’accepter ces dépenses et monsieur le Préfet de les approuver, qui seront prélevés sur l’article 71 du budget primitif (entretien des rues, quais et places publiques). Accepté ».

    «Vu et Approuvé. Châteauroux, le 27 août 1928. Pour le Préfet et par délégation. Illisible ».

Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place

Le Monument aux Morts se trouve en centre ville, place du Général de Gaulle, devant La Poste (emplacement dit du Château, où se trouvait la Mairie, la Gendarmerie et la Justice de paix, avant les destructions perpétrées par l’armée allemande le 30 août 1944).