France (Pas-de-Calais) Courcelles-le-Comte (62121)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
dernière mise à jour le 14/08/2015

Description du monument

Economie

Prix

10 120 francs

Subvention commune

3000 francs

Inscriptions présentes sur le monument

Courcelles-le-Comte à ses enfants morts pour la France

Courcelles-le-Comte à ses victimes civiles

Les morts

AUDEGOND Marcel
BEDU Augustin
BRETENMAYER Paul
DELAPORTE Maurice
DELESTRE François
DHEE Paul
DHININ Lucien
DEMIAUTTE Eloi
DESONGNIS Edmond
HAVET Louis
LEFEBVRE Félix
LEFRERE Augustin
LUCAS Louis
MOREL Fernand
MUCHEMBLED Henri
PATOUX Nicolas
QUILLIET Léon
THOMAS Louis
VASSE François
WARIN Auguste
DUDICOURT Paul (mort en Ruhr)
Victimes militaires :
DHEE René
LEFRAN Augustin
DEPLANQUE Pierre
--
Victimes civiles :
DELANOY Léon
GUEANT Henri
LEFRERE Jean-Baptiste
LETEMPLE Henri
HUBERT Benoît
LEFRAN Victoire
Sœur Joachim LEJEUNE (1940)

Historique du monument

  • 1924
  • Inauguration 21/09/1924
  • Inauguration - Presse 28/09/1924
    Source : La Croix du Pas-de-Calais

    édition du 28 septembre 1924 (Mémoires de Pierre) Soucieux de puiser au pied du monument le souvenir de ceux qui ne sont plus, les habitants de Courcelles-le-Comte, entraînés par ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 28/09/1924
    édition du 28 septembre 1924 (Mémoires de Pierre) Soucieux de puiser au pied du monument le souvenir de ceux qui ne sont plus, les habitants de Courcelles-le-Comte, entraînés par l’exemple de leur curé, M. l’abbé Lejeune et celui de leurs édiles, ont voulu dans un généreux élan, élever un magnifique monument à la mémoire de leurs plus glorieux enfants. De style simple, sobre et élégant de ligne, surmonté d’un casque et d’une couronne de laurier, orné de deux torchères et d’une épée flamboyante, le monument de Courcelles-le-Comte porte sur une de ses faces le nom des hommes, des jeunes gens, espoirs de leurs familles, si vite enlevés à l’affection des leurs ; sur l’autre, la citation à l’ordre de l’armée de Courcelles-le-Comte qui, « complètement détruite par les bombardements, s’est toujours montré digne et vaillante dans les épreuves de domination ennemie ». Dès le matin, des arcs de triomphe avaient surgi du sol et étaient enrubannés de délicates banderoles, illustrant autant de pensées de touchantes pour ses morts dont le souvenir plane vivace, impressionnant. Et c’est une foule émue et recueillie que Mgr Quilliet bénit lorsqu’il arriva le matin, accompagné de son vicaire général, M. Polart. Le prélat fut reçu par M. Ringot, maire, les membres du conseil municipal, M. l’abbé Lejeune, curé de la paroisse et les anciens combattants. Un cortège se forma et se dirigea vers la place de l’église où, à 11 heures, dans la demi-lune qui sert d’église, trop petite pour recevoir la foule, M. le chanoine Théry, chanta un service religieux solennel. A l’évangile, M. l’abbé Benoît, ancien curé de Courcelles, monta en chaire et magnifia en termes émus, le souvenir de ses chers enfants qu’il a tous connus. Il redit les souffrances endurées par la population pendant l’occupation ennemie et rappela la bataille sanglante du 3 octobre. « Donnons un peu de nous-mêmes à nos morts, prions pour eux ; n’ont-ils pas tous donné pour nous ? ». Après avoir déjeuné chez M. le curé, les personnalités reçurent dans une salle de la mairie, de nombreuses sociétés venues prendre part à l’inauguration. Après le vin d’honneur, toutes se regroupèrent à l’entrée du village, puis défilèrent entre une double haie de verdure, sous les accents entraînants de la fanfare de Croisilles et de Mory. En passant en face du cimetière militaire, où dorment les morts des 16e et 26e territorial, tombés au cours des bataille de Courcelles, la foule se découvrit, les drapeaux s’inclinèrent ; M. l’abbé Lejeune, en sa qualité de président d’honneur du 16e territorial, demande une minute de silence : minute poignante. A 5 heures, une estrade élevée au pied du monument qu’entouraient lors les drapeaux des sociétés, Mgr Quilliet prit la parole. L’assistance écoutait avec un profond recueillement la voix de l’orateur qui retraça les souffrances et les sacrifices endurés par ces héros que l’on honorait aujourd’hui. Il adressa un vibrant appel à tous ceux qui l’entouraient : « travaillez tous, dit-il, de tout votre cœur, dans la mesure où vous le pouvez, à la grandeur de la France, car les morts comptent sur vous pour continuer leur œuvre ». Ce fut ensuite au tour de M. Sergent, président des anciens combattants de Courcelles, de M. Ringot, maire, de M. Bridoux, ancien instituteur, de M. Bachelet, sénateur, représentant le Préfet du Pas-de-Calais, de magnifier le souvenir des héros tombés au champ d’honneur. L’hymne aux morts chanté par les enfants des écoles mit fin à cette émouvante cérémonie.
  • 1995
  • Rénovation 1995
    Rénové en 1995
Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Près de l'église

Rue de Verdun, près de la Mairie, de l'école et de l'église.