France (Loire-Atlantique) Juigné-des-Moutiers (44670)

Conflits commémorés
  • 1939-45
  • Monument spécifique - Aux fusillés
informations déposées par Yziquel Jacques dernière mise à jour le 11/01/2016

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Stèle

Plaque commémorative fixée sur une stèle en briques.

Commentaires

Il existe un deuxième monument érigé sur les lieux mêmes de l'exécution des résistants mais, situé sur un domaine privé, il n'est pas accessible sauf autorisation spéciale (voir rubrique événement  15 décembre 2012).

Inscriptions présentes sur le monument

Le 15 décembre 1941, dans la forêt de JUIGNÉ, près de l’étang de LA BLISIÈRE, ont été fusillés comme otages par l’occupant allemand, avec la complicité des autorités françaises de VICHY, 9 résistants internés au camp de Choisel à Châteaubriant.

  • AGNES Adrien  42 ans agent technique
  • BABIN  Louis 52 ans radiologue
  • BAROUX  Paul  31 ans instituteur
  • GOSSET Raoul 44 ans électricien
  • JACQ Fernand 32 ans médecin
  • PERROUAULT René 45 ans syndicaliste
  • PILLET Maurice 39 ans syndicaliste
  • THORETTON Georges 27 ans ouvrier
  • VICTOR Georges 21 ans ajusteur

N’OUBLIONS JAMAIS LE SACRIFICE DE CEUX QUI DONNÈRENT LEUR VIE POUR NOTRE LIBERTÉ

Les morts

AGNES Adrien 42 ans agent technique
BABIN Louis 52 ans radiologue
BAROUX Paul 31 ans instituteur
GOSSET Raoul 44 ans électricien
JACQ Fernand 32 ans médecin
PERROUAULT René 45 ans syndicaliste
PILLET Maurice 39 ans syndicaliste
THORETTON Georges 27 ans ouvrier
VICTOR Georges 21 ans ajusteur

Historique du monument

  • 1941
  • À propos... 15/12/1941
    Source : Journal Le Matin

    Dans le journal Le Matin du 15 décembre 1941, paraît cet avis : «... Des soldats allemands ont été assassinés dans le dos et blessés. En aucun cas les assassins ...

    Lire la suite
    À propos... 15/12/1941

    Dans le journal Le Matin du 15 décembre 1941, paraît cet avis : «... Des soldats allemands ont été assassinés dans le dos et blessés. En aucun cas les assassins n’ont pu être arrêtés. Pour frapper les véritables auteurs de ces lâches attentats, j’ai ordonné l’exécution des mesures suivantes :

    1) Une amende de un milliard de Francs est imposée aux juifs des territoires français occupés.

    2) Un grand nombre d’éléments criminels judéo-bolchevicks seront déportés aux travaux forcés à l’Est. Outre les mesures qui me paraissent nécessaires selon les cas, d’autres déportations seront envisagées sur une grande échelle, si de nouveaux attentats venaient à être commis.

    3) 100 juifs, communistes et anarchistes, qui ont des rapports certains avec les auteurs de ces attentats seront fusillés.

    Ces mesures ne frappent point le peuple français, mais uniquement des individus à la solde des ennemis de l’Allemagne, qui veulent précipiter la France dans le malheur et qui ont pour but de saboter la réconciliation entre l’Allemagne et la France.

                                                                                      Paris le 14 décembre 1941

                                                                               Der Militaerbefehlshaber in Frankreich

                                                                               Signé : Von Stuelpnagel

                                                                               General Infanterie

  • À propos... 15/12/1941

    Après la parution du décret du 14 décembre 1941, 95 résistants ou opposants au nazisme dont les députés communistes Gabriel Péri et Lucien Sampaix. Parmi eux : 52 Juifs. ...

    Lire la suite
    À propos... 15/12/1941

    Après la parution du décret du 14 décembre 1941, 95 résistants ou opposants au nazisme dont les députés communistes Gabriel Péri et Lucien Sampaix. Parmi eux : 52 Juifs.

    A Châteaubriant, dès le 15 décembre, neuf otages sont pris dans le camp de Choisel : Adrien Agnès, Louis Babin, Paul Baroux, Fernand Jacq, Raoul Gosset, Georges Vigor, Maurice Pillet, Georges Thoretton, René Perrouault. Ils seront fusillés le jour même en  plein cœur de la forêt de Juigné. Un châtaignier porte encore les traces des balles et le bandeau tricolore qu’un jeune peintre de Pouancé, M. Calmel, y posa, en souvenir.

  • 1946
  • Délibérations Conseil municipal 03/02/1946
    Source : registre des délibérations

    Délibération du 3 février 1946 Objet : Patriotes fusillés à La Blisière. Monsieur Eugène Barbot rappelle au conseil que le territoire de la commune a ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 03/02/1946

    Délibération du 3 février 1946

    Objet : Patriotes fusillés à La Blisière.

    Monsieur Eugène Barbot rappelle au conseil que le territoire de la commune a malheureusement connu d’autres fusillades que celle du 21 juillet 1944. Le 15 décembre 1941, 9 patriotes étaient abattus à la Blisière et il conviendrait de perpétuer l’exemple de leur sacrifice par un monument au même titre que les fusillés du 21 juillet 1944. Après échange de vue entre M. Barbot et M. le Maire, le conseil décide après accord avec M. Maillard et le parti communiste dont les fusillés étaient membres d’ériger un monument à La Blisière.

  • 2012
  • Autres 06/03/2012
    Source : Journal Officiel

    Question écrite n° 129505 publiée au JO le 6 mars 2012 M. Michel Hunault interroge M. le secrétaire d'État auprès du ministre de la défense et des ...

    Lire la suite
    Autres 06/03/2012

    Question écrite n° 129505 publiée au JO le 6 mars 2012

    M. Michel Hunault interroge M. le secrétaire d'État auprès du ministre de la défense et des anciens combattants sur l'exigence de mémoire. Après son déplacement à Châteaubriant le 13 février 2012 et s'être recueilli à la Sablière où furent fusillés le 22 octobre 1941 les 27 victimes de la barbarie nazie, il a pu aussi prendre la dimension du sacrifice des résistants fusillés dans les maquis en juin et juillet 1944 par les nazis à Saffré (Pas du Houx), Sion-les-Mines (La Brosse), Juigne-les-Moutiers (Bout de Forêt). Dans cette dernière commune, certaines victimes ont été fusillées à la Blizière. Il s'agit d'un domaine forestier privé. Il lui demande comment il peut contribuer à sauvegarder la mémoire de ces dernières victimes.

    Question retirée le 19 juin 2012 (fin de mandat).

     

  • Cérémonies diverses 15/12/2012

    Monument érigé sur les lieux mêmes de l'exécution des résistants. Un monument en granit rose fut préparé … mais le propriétaire de la forêt refusa qu’il soit ...

    Lire la suite
    Cérémonies diverses 15/12/2012

    Monument érigé sur les lieux mêmes de l'exécution des résistants.

    Un monument en granit rose fut préparé … mais le propriétaire de la forêt refusa qu’il soit érigé en cet endroit.

    Le 17 juin 1969, Paul Huard, PDG de l’usine Huard, mais aussi Président du Comité du Souvenir, vint, d’autorité, faire réaliser un socle de béton et poser la stèle. Elle y est toujours. Le 15 décembre 2012, et avec une autorisation spéciale d’accès à la stèle, un groupe de militants est venu s’y recueillir.

  • 2015
  • Cérémonies diverses 25/10/2015
    Source : résistance-44.fr

    Hommage aux martyrs de La Blisière, Forêt de Juigné Allocution de Yvan Crossouard le 25 octobre 2015 "...Nous sommes ici rassemblés à quelques encâblures ...

    Lire la suite
    Cérémonies diverses 25/10/2015

    Hommage aux martyrs de La Blisière, Forêt de Juigné

    Allocution de Yvan Crossouard le 25 octobre 2015

    "...Nous sommes ici rassemblés à quelques encâblures d'un forfait perpétué par les nazis le 15 décembre 1941.

    Au matin de ce lundi hivernal, froid et maussade quelques officiers à la solde d'Hitler cherchent un lieu isolé à l'abri des regards et suffisamment éloigné de Châteaubriant pour camoufler leur acte criminel. Ils jettent leur dévolu sur cette forêt de Juigné au bord de l'étang de la Blisière non loin d'ici...."

Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Autre

Stèle érigée dans la campagne, à la sortie de la forêt de Juigné, près du lieu-dit la Boulaie, non loin de l'étang de la Blisière.