France (Tarn-et-Garonne) Saint-Sardos (82600)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • Monument communal
informations déposées par David Franck et mises à jour par Choubard Alain dernière mise à jour le 11/09/2015

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Piédestal
  • Représentations - Soldats
    • Diverses Représentations de Poilus
      • Poilu

Le monument se compose d'une statue en pierre blanche placée sur un socle en hauteur. Elle met en scène un soldat fauché dans sa course ; il tombe en arrière, la tête tournée vers le ciel et serre le poing, de rage ou de douleur. La représentation est plutôt réaliste dans l'élan du soldat subitement brisé.

L'effet produit a justifié que l'édifice figure dans l'ouvrage Monuments de mémoire édité en son temps par le Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants.

En revanche elle est idéalisée par l'absence de tout ce qui constituait le quotidien et l'enfer du soldat – la boue, les cheveux et la barbe hirsute et plus encore la souffrance ; la tenue est impeccable et on ne perçoit aucune trace de blessure ni de sang. L'image est digne et présentable : un soldat avec son équipement complet : uniforme, casque, à la ceinture cartouchière, besace, gourde, masque à gaz et baïonnette, souliers cloutés. Il meurt le fusil à la main.

La représentation est à la fois héroïque mais sans être triomphante. L'accent est mis sur la perte, la mort, le sacrifice, dans une forme qui associe les blessés et les victimes de la guerre à ceux qui sont « morts pour la France ».

Matériaux

sculpture : calcaire

Economie

Prix

15 600 francs

Souscription

10 000 francs

Inscriptions présentes sur le monument

La formule Hommage aux enfants de Saint Sardos morts pour la Patrie est gravée sur une plaque de marbre ornée d'une croix de guerre stylisée.

Le choix de Patrie au lieu de « France » confère un accent patriotique à l'ensemble.

La statuaire l'inscrit déjà largement dans une représentation du soldat dont le sacrifice au combat en fait une victime héroïque.

Les morts

Les noms des morts sont écrits sur des plaques de marbre, matériau noble et inaltérable, comme le souvenir.

Il y a 31 noms pour 1914-1918, rangés par année. Cela correspond par rapport aux 832 habitants recensés en 1911 à 3,75% de la population.

Quelques erreurs sont à signaler :

  • GEN Guillaume mort le 9 novembre 1914

  • MONBRUN Simon en 1915 il s'agirait plutôt de MOMBRUN Abdon Jean-Marie né en 1894 à St Sardos et mort le 24 octobre 1916

  • RISPE Alban est mort le 9 juillet 1916

1914
ROGER Guillaume
FEUGA Émile
FRAYSSINES Pierre
LAFUSTE Guillaume
-
1915
MIQUEL Blaise
SALAT Jean-Marie
SABATHE Émile
MONBRUN Simon
GRANIE Théodore
LATAPIE Joseph
DABASSIA Siméon
LALANNE Jean-Marie
FEUGA Pierre
CHAMPIE Pierre
GEN Guillaume
SALAT Pierre
---
1915
GEN François
ROUJEAN Jean-Marie
-
1916
VERN Henri
-
1917
THEDIÉ Louis
ROGER Jean
RISPE Alban
COMPAN Étienne
-
1918
MIQUEL Arnaud
RAULY Étienne
THAU Étienne
REY Raymond
CHAMPIÉ Camille
AUBILA Jean
RISPE Bernard
CASSAGNEAU Joseph
THEDIÉ Julien

Sources / Bibliographies / Sites Internet

http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=82173&dpt=82&idsource=4016&table=bp01

CHOUBARD Alain, L’histoire des 500 plus beaux monuments aux morts de France, collection Les 500 plus beaux, Clermont-Ferrand, Editions Christine Bonneton, 2014, p. 213.

Historique du monument

  • 1921
  • Inauguration 24/04/1921

    Il est inscrit aussi que le monument au mort a été inauguré le 24 avril 1921 en présence de M. Puis sous-secrétaire d'Etat, Zevort Préfet du Tarn et Garonne et ...

    Lire la suite
    Inauguration 24/04/1921

    Il est inscrit aussi que le monument au mort a été inauguré le 24 avril 1921 en présence de M. Puis sous-secrétaire d'Etat, Zevort Préfet du Tarn et Garonne et Augé Conseiller d'arrondissement pour marquer la présence des représentants de l'Etat. La précocité de l'inauguration, deux ans et demi après l'armistice, témoigne de l'empressement d'une communauté à rendre hommage à ses disparus.

Fiche précédente Fiche suivante Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place

Dans cette petite commune viticole des coteaux de Garonne, le monument aux morts a été érigé à l'écart du noyau primitif, au milieu de la grande place publique et face à l'école.

Lieu de déambulation, espace de rassemblement lors des fêtes et des marchés, le vaste espace projette loin la silhouette torturée du monument.