France (Creuse) Gentioux-Pigerolles (23340) Gentioux

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
informations déposées par Choubard Alain et mises à jour par Saget Philippe dernière mise à jour le 18/10/2018

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Colonne quadrangulaire / Chapiteau sculpté
  • Statuaires humaines diverses
    • Enfant(s)
  • Ornementation végétale
    • Palme(s)
      • Palmes entrecroisées
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage Bornes/Chaînes ou barres
L’édicule, situé devant la mairie-école, a la forme d’une stèle dont la base est un socle de trois marches.
La liste des morts, mentionnant soixante-trois noms, est surmontée de la mention « Nos chers enfants » et couronnée de deux palmes entrecroisées entourant une  couronne de feuillage  et une  fleur.  La liste de noms se conclut  par l’inscription « Maudite  soit la guerre » désignée par  le poing levé de l’enfant orphelin. Celui-ci est représenté tel un écolier  creusois avec son tablier  et ses sabots.
Sur le côté  nord  du monument une  plaque de commémoration a été apposée pour les morts de la Seconde Guerre mondiale dont les morts au maquis.
Le monument aux morts de Gentioux-Pigerolles s’inscrit dans la  catégorie, rare, des monuments aux morts pacifistes. Il en existe une  dizaine, un seul monument est antimilitariste (Château-Arnoux, Alpes de Haute- Provence). Le pacifisme a eu une résonance forte en milieu rural  dans la mesure où les mobilisés ruraux  ont surtout été incorporés dans l’infanterie, arme la plus touchée

Matériaux

sculpture : fonte de fer bronzée

Economie

Prix

11 640 francs

Souscription

3 909 francs

Subvention commune

6 169 francs

Subvention Etat

1 562 francs

Commentaires

En 1922, le monument est inauguré par les élus locaux et la population, mais la préfecture refusera d'être représentée.
Ainsi le monument ne fut pas officiellement inauguré
Ce monument aux morts est unique en France : la phrase "Maudite soit la guerre" et gravée sous la liste des "morts pour la France" et une statue d'enfant en blouse et en sabots tendant le poing vers cette sentence vient renforcer son impact. De par sa particularité, il est le siège chaque année pour le 11 novembre d'un grand défilé populaire qui réunit libres penseurs et pacifistes.

Inscriptions présentes sur le monument

NOS CHERS ENFANTS
MAUDITE SOIT LA GUERRE !

COMMUNE DE GENTIOUX
GUERRE 1914-1918

Les morts

Les 63 noms sont gravés en lettres d'or sur une plaque de marbre blanc.
Parmi les 58 victimes de la Première Guerre mondiale, plusieurs familles ont perdu 2 à 3 enfants : 3 membres de la famille Galand, 3 membres de la famille Maldent, 3 membres de la famille Néollier, 2 membres de la famille Beillonet, 2 membres de la famille Canque, 2 membres de la famille Dubayle, 2 membres de la famille Rousseau et 2 membres de la famille Terracol.

Gentioux
BORZEIX Justin
DUBOURG Jean
DEJAMMET Jean
FIALAIRE Jean
GARAUDE Augustin
LÉGER Henri
LEPAGE François
MGADOUX Henri
MINGASSON Marcel
MONTEIL Henri
MORATILLE Jean
NOCAUDIE Henri
POMMÉRAT Georges
RUBY Louis
TRUFFY Léon
--
Joux
AUDOUIN Eugène
LENOIR Jules
MOREAU Émile
--
Le Luc
LEPETIT Clément

NEOLLIER Henri
TERRACOL François
TERRACOL Alfred
--
Villemoneix
LORCERY Lucien
PIGEROULET Gustave
RATON Henri
--
Senoueix
CANQUE Joseph
FARGES Léonard
LAUBY Pierre
LEBRAUD Eugène
--
Lachaud
BÉNÉTIER Noël
COUTISSON Julien
CHEMIN Henri
FAYE Auguste
PATINAUD Clément
--
Les Salles
BÉNÉTIER Charles
CANQUE Henri
CHATOUX Louis
CHATOUX François
--
Vervralle
NOUAILLE Henri
PLACE Jean
--
Le Valnet
JOFFRE Jean
--
Le Mont
DUBAYE François
--
Provenchère
ANDRIEUX Marius
--
Chez-Gorce
BEILLONET Henri
BEILLONET Philippe
LONGY Jean
--
Chaumont
DUPUY Pierre
LACHAUD Lucien
TIXIER François
--
Verginnes
NANDON Alfred
--
La Lézioux
GALAND Émile
GALAND Marcelin
MALDENT Armand
MALDENT Clément
NÉOLLIER François
NÉOLLIER Joseph
NÉOLLIER Philippe
ROUSSEAU Émile
--
Pallier
FERRAND Michel
OLIVION Julien
GALAND Jean
 

BROUSSAS Gaston
DUBAYLE Jean François
JUILLE Marcel
ROUSSEAU Jean
VASSIVIERE Paul
VIARTEIX Raymond

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Historique du monument

  • 1922
  • Délibérations Conseil municipal 29/01/1922
    Source : Ministère de la Culture

    L'histoire du monument commence en 1922 quand, à l’initiative du maire du village, Jules Coutaud, SFIO (socialiste de l'époque), maréchal-ferrant, ancien combattant gazé pendant la Première Guerre mondiale, il est ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 29/01/1922

    L'histoire du monument commence en 1922 quand, à l’initiative du maire du village, Jules Coutaud, SFIO (socialiste de l'époque), maréchal-ferrant, ancien combattant gazé pendant la Première Guerre mondiale, il est décidé de l'ériger. Jules Coutaud a été maire de Gentioux pendant 45 ans de 1920 à 1965.

    Trois projets sont présentés au conseil municipal. C'est celui de Monsieur Duburgt, conseiller municipal et ébéniste de profession qui est retenu. Il explique ainsi son choix :

    • « Plutôt qu'un Poilu, j'ai voulu traduire un cri du cœur. J'ai donc dessiné un orphelin, en tenue d'écolier, montrant du doigt cette inscription gravée dans la pierre et qui était alors sur toutes les lèvres : « Maudite soit la guerre ! »

    Un modèle en bois est dessiné par le concepteur du projet, Monsieur Duburgt, puis ce sont des artisans locaux qui réalisent le monument.

    La sculpture de l'écolier, en fonte, est de Jules Pollacchi. Elle sera fondue par E. Guichard, et c'est l'entrepreneur Émile Eglizeaud, entrepreneur de Faux-la-Montagne, qui construira l'ensemble du monument.

    Celui-ci coûtera 11 640 francs, avec le financement suivant : 3 909 francs de souscription publique, 6 169 francs pris sur le budget communal et 1 562 francs de subvention de l'état

  • 1923
  • Marché de gré à gré 13/05/1923
    Source : Conseil municipal
    avec M. Eglizeaud
  • Délibérations Conseil municipal 13/05/1923
    Source : Ministère de la Culture

    Le devis a été approuvé le 13 mai 1923. La réalisation du monument fut confiée  à l’entrepreneur de Faux-la- Montagne, Eglizeaud,   la  statue au sculpteur Pollachi,  dont ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 13/05/1923

    Le devis a été approuvé le 13 mai 1923.

    La réalisation du monument fut confiée  à l’entrepreneur de Faux-la- Montagne, Eglizeaud,   la  statue au sculpteur Pollachi,  dont le catalogue comportait  la représentation  d’un enfant   en  costume, et  au  fondeur Guichard,  de Castelnaudary.

  • 1972
  • - Nom de commune (ancien, hameau) 1972
    Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gentioux-Pigerolles
    GENTIOUX
  • 1985
  • Cérémonies diverses 15/11/1985
    Source : Ministère de la Culture

    Le monument de Gentioux-Pigerolles n’a jamais été inauguré et a été interdit  de cérémonie officielle par une circulaire ministérielle. Ce n’est que le 15 novembre 1985 que le préfet de ...

    Lire la suite
    Cérémonies diverses 15/11/1985

    Le monument de Gentioux-Pigerolles n’a jamais été inauguré et a été interdit  de cérémonie officielle par une circulaire ministérielle. Ce n’est que le 15 novembre 1985 que le préfet de la Creuse est allé le saluer, à l’initiative du maire.

  • 1989
  • Autres 08/12/1989
    Source : Ministère de la Culture
    Ce monument est inscrit au titre des monuments historiques en 1990.
  • 2009
  • Presse 10/11/2009
    Source : La Dépêche

    http://www.ladepeche.fr/article/2009/11/10/712700-maudite-soit-guerre-monument-morts-gentioux-rendez-pacifistes.html

    "Maudite soit la guerre": le monument aux morts de Gentioux, rendez-vous des pacifistes

  • 2013
  • Presse 11/11/2013
    Source : Maison des Droits de l'Homme

    http://www.mdh-limoges.org/spip.php?article1234

    Creuse : Traditionnelle commémoration pacifiste devant le monument aux morts