France (Indre) Vatan (36150)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • Monument paroissial
informations déposées par Didier Dubant dernière mise à jour le 24/09/2016

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Croix
    • Autel
  • Ornementation végétale
    • Couronne
      • Couronne de lauriers
    • Feuille(s)
      • Feuille(s) de Chêne
  • Ornementation civile
    • Drapeau(x)
      • Drapeaux entrecroisés
  • Ornementation religieuse
    • Croix
      • Croix latine
  • Ornementation militaire - Armes
    • Équipement militaire
      • Casque
  • Représentations religieuses
    • Vierge
      • Pieta

Le Monument commémoratif dédié : “AUX ENFANTS DE LA PAROISSE DE VATAN MORTS POUR LA FRANCE ” pendant la guerre  “1914” - “1918” présente sa face antérieure tournée vers le choeur de l’église. Ce monument imposant exprime en tout premier lieu un caractère architectural. La façade présente de chaque côté : un pinacle à quatre faces, surmonté d’un fleuron et reposant sur un chapiteau végétal dominant une colonne posée sur une base cylindrique à support quadrangulaire. Ces pinacles encadrent une arcade de forme ogivale surmontée d’une accolade supportant un fleuron et sur le reste de la crête, plus petits, des fleurons ou choux, placés devant une rangée horizontale de fausses arcatures.  Au centre se trouve une plaque commémorative de teinte noire. Sa couleur tranche sur le reste du monument de teinte blanche.

Ce monument commémoratif est dominé par un important massif sur lequel repose une Pietà (la vierge Marie pleurant, tout en soutenant le corps du Christ (son fils) descendu mort de la Croix, avant sa mise au tombeau). Celle-ci est tout à fait semblable à celle présente dans plusieurs églises de l’Indre, par exemple à Sainte-Etienne de Martizay (GROSJEAN 2014, p. 82). Dans le cas de l’ancienne collégiale Saint-Laurian de Vatan, la pietà est complétée par  une grande croix latine, de même teinte, rajoutée à l’arrière plan.

En ce qui concerne la plaque commémorative de teinte noire, sa partie supérieure reproduit en négatif le profil interne de l’arcade ogivale. Cette partie supérieure est occupée par l’inscription principale rédigée en lettres d’or sur cinq lignes. Viennent ensuite, également en lettres d’or, sur trois colonnes séparées par deux filets verticaux, les prénoms et noms des enfants de la paroisse tués pendant la grande guerre. Pour  être précis la première colonne et le début de la colonne centrale comportant 64 noms correspondant aux tués liés à la ville de «…VATAN ». Viennent ensuite sur la colonne centrale et le début de la colonne de droite 9 noms pour la “CHAPELLE S t  LAURIAN”, puis 10 noms pour “ REBOURSIN “ et  17 noms pour “S t FLORENTIN”.

L’ordre de présentation à chaque fois, à l’ exclusion des trois premiers noms sur la plaque, suit approximativement celui des dates de décès, sauf pour ceux dont les corps n’ont pas été retrouvés. Les noms de ces derniers figurent à chaque fois à la suite des noms précédents. A signaler, par ailleurs, que l’un des combattants de la paroisse de Vatan, Mort pour la France est décédé tardivement : février 1919.

Les grades ne sont indiqués pour les deux premières personnes de la liste : le “Sous-Lieut(enant) Abbé François Bouchard Vic(ai) re et le “Cap(itai)ne Henri Gérony” :

- Le faire-part de deuil “de l’Abbé François Bouchard ” précise : “né à Vinon (Cher), le 2 janvier 1884. Ordonné prêtre le 29 juin 1909. Vicaire à Vatan le 4 septembre 1909. Caporal brancardier au 290e  (Régiment d’)Inf(anter)ie mobilisé le 2 août 1914. S(ous)-lieutenant porte-drapeau du 290e (Régiment d’)Inf(anter)ie le 6 juin 1915. Cité à l’ordre de la Division le 19 décembre 1914. Cité à l’ordre de la Brigade le 10 mai 1915. Cité à l’ordre de l’Armée. Décoré de la Croix de guerre et de Saint-Georges. Tombé glorieusement au champ d’honneur le 5 mai 1916 à la cote 304, près Verdun, à l’âge de 32 ans. “La conduite héroïque du cher abbé Bouchard, ses citations à l’ordre du jour et sa mort glorieuse sont parfaitement rappelées dans la belle lettre du général Néraud à Mgr l’Archevêque. C’est le plus magnifique témoignage qui puisse être rendu à notre regretté confrère” (Sem. relig. du dioc. de Bourges, 20 mai 1916). “M. Bouchard est tombé victime de son dévouement à la Patrie, victime surtout de sa sublime conception de son devoir de prêtre. D’une excessive modestie, d’une bravoure tranquille, il a marché à la mort, à la vie éternelle, comme les martyrs des premiers âges de l’Eglise. Il était adoré de son régiment auquel il a fait un bien inappréciable, tant du point de vue patriotique qu’au point de vue religieux (Lettre du général Néraud à Mgr l’Archevêque). “Ce soir nous entrons dans la fournaise… mais je pars avec le plus grand sang-froid, ayant fait depuis longtemps le sacrifice de ma vie. Je compte sur vos prières et sur celles de la paroisse. Adieu ! mon affectueux et dernier souvenir sera à ma famille et à vous, à tous mes amis et aux chers paroissiens de Vatan” (sa dernière lettre à son curé le 30 avril 1916). “Je prie Dieu de récompenser tous ceux qui m’ont fait du bien et de bénir toutes les âmes à la sanctification desquelles j’ai consacré ma vie (Notes intimes, carnet de route 1916,.

- Gérony-Sanguinet Henri Adrien Alexandre (né le 9 décembre 1876 à Paris, 8e  arrondissement. Capitaine au 4e Bataillon de Chasseurs à Pied, Mort pour la France le 24 octobre 1914 au combat de Berles-au-Bois (Pas-de-Calais) des suites de blessures de guerre, transcrit le 8 avril 1916 à Paris 8e arrondissement - fiche individuelle conservée sur le site “Mémoire des hommes”).

En bas à gauche de la plaque est inscrit en lettre d’or “NERET” (le nom de l’auteur de cette plaque commérative).

Sous la plaque commémorative, un support horizontal reposant sur deux colonnettes dominées chacune par un chapiteau à décor végétal, reproduit la forme d’un autel ayant en partie inférieure un panneau fortement décoré. Ce panneau porte en relief deux drapeaux entrecroisés (avec une pointe tournée vers l’angle supérieur gauche et l’autre vers l’angle supérieur droit). Ces drapeaux supportent un casque de type Adrian tourné vers la droite, sur lequel on discerne une grenade surmontée d’une flamme (symbole caractéristique de l’arme de l’infanterie). Drapeaux et casque sont représentés sur un fond comportant une couronne végétale en relief composée de feuilles de laurier à gauche et de feuilles de chêne à droite. Cette couronne végétale s’interrompt en partie supérieure pour laisser la place à une croix massive dont le bras inférieur vertical repose sur le sommet du casque.

Dans l’angle supérieur gauche du panneau est inscrit en relief “1914” et dans l’angle supérieur droit “1918”.

Le monument repose sur un massif de fondation, constituant un emmarchement par rapport au sol de l’église.

A droite du monument commémoratif, juste en dessous du niveau de la base de la grande plaque de teinte noire, fut fixée par la suite contre le mur de l’édifice, une petite plaque rectangulaire de teinte blanche (plus large que haute) et comportant en lettres d’or sur quatre lignes : “A LA MEMOIRE DE PAUL CHAUVEAU MORT POUR LA FRANCE LE 30-9-1915”.

Inscriptions présentes sur le monument

Au sommet de la grande plaque commémorative :
AUX
ENFANTS
DE LA PAROISSE
DE VATAN
MORTS POUR LA FRANCE

En bas à gauche sur la grande plaque commémorative :
NERET

Les morts

Autre plaque ou monument :
À LA MÉMOIRE DE
PAUL CHAUVEAU
MORT POUR LA FRANCE
LE 30-9-1915

Colonne de gauche :
Sous-Lieut(enant) Abbé
François Bouchard Vic(ai)re
Cap(itai)ne Henri Gérony
Henri Pilorget
Georges Bodin
Louis Balin
Georges Godard
Maurice Roy
René Roumet
Eugène Berger
Louis Vaslin
Octave Jusserrand
Marcel Villody
Henri Sallé
Marcel Compain
Edmond Richard
Joseph Gênefort
Alfred Talmon
Fernand Darby
Marcel Morin
Jean Jolivet
Armand Renaudat
René Desclaudes
Paul Boutaud
Gustave Collet
Eugène Caillault
Julien Jolivet
Marcel Mauchien
Jean Malassiné
Eugène Aubusson
Henri Naudet
Bernard Guignard
Léon Salmon
Léon Pilorget
Sélim Trouay
-
Colonne centrale :
François Jolivet
Émile Charpentier
Roger Renaudat
Germain Compain
Gaston Pineau
Lucien Bauchet
Auguste Mizabran
Louis Bouchard
Jules Claveau
Léon Nicault
Paul Delorme
André Sainson
Victor Salmon
Marcel Tiphineau
Alfred Tiphineau
Joseph Tellier
Robert Gigot
Gontran Théveny
Eugène Leblay
Jean Foucault
Anthime Vallet
Jean Méthivier
Robert Méry
Fernand Blatry
Paul Daudu
Alfred Pineau
Romain Echard
Georges Rousset
Edmond Caplan
Gaston Marsat
-
CHAPELLE St LAURIAN
Léon Thomas
Bertrand Ismael Didier
Alexandre Renault
--
Colonne de droite :
(suite de la Chapelle Saint-Laurian)
Auguste Bailly
Albert Furcy
René Després
André Echard
Eugène Dumaine
Pierre Poplin
-
REBOURSIN
René Mauchien
Anthony Renaudat
Emile Leguey
Alfred Gien
Eugène Houssard
Marcel Etienne
Léon Mauchien
Marcel Genest
Émile Mansion
Alexandre Morin
-
St FLORENTIN
Raymond Jusserand
Louis Dody
Marcel Danetz
Georges Fragnet
Charles Petit
Albert Brisset
Henri Prévost
René Joly
Ludovic Besnard
Julien Chedeau
Lucien Rousset
Edmond Huant
Paul Moreau
Victor Saulnier
Ernest Septier
Léon Roux
Jean-Baptiste Petit

Sources / Bibliographies / Sites Internet

. GROSJEAN (Patrick). Coordination - Les monuments aux morts de l’arrondissement du Blanc (Indre). InterBrenne 2014, 239 pages.

. Livre d’or de Vatan, Archives Nationales, cote 19860711, art. 217, F9 4117.

. Livre d’or de La Chapelle Saint-Laurian Archives Nationales, cote 19860711, art. 215, F9 4115.

. Livre d’or de Reboursin Archives Nationales, cote 19860711, art. 216, F9 4116.

. Livre d’or de Saint-Florentin Archives Nationales, cote 19860711, art. 217, F9 4117.

http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=52881 

Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Dans l'église

À l’intérieur de l’ancienne collégiale Saint-Laurian, dans la nef, sous une arcade, contre le côté interne de la façade, à main droite en entrant (c’est à dire au sud).