France (Nord) Landrecies (59550)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
informations déposées par Casier Micheline dernière mise à jour le 19/01/2016

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Stèle
      • Stèle(s) brisée(s)
  • Représentations - Soldats
    • Diverses Représentations de Poilus
      • Poilu offensif
  • Ornementation civile
    • Armes de la ville
  • Ornementation associée
    • Sabre et Feuilles de chêne entrecoisés
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage Bornes/Chaînes ou barres

Trois stèles de pierre bleue au faîte brisé et de grandeur décroissante Devant les stèles, un poilu en bronze, chargeant l'ennemi à la baïonnette

Matériaux

pierre bleue

Inscriptions présentes sur le monument

1914-1918 Landrecies
À ses enfants morts pour la France

Historique du monument

  • 1921
  • Inauguration - Presse 21/08/1921
    Source : Le Pas-de-Calais (hebdomadaire)

    Le Grand Hebdomadaire, n° 34, dimanche 21 août 1921, couverture et p. 266. Lundi, un solennel hommage a été rendu à la vaillance patriotique de la ville ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 21/08/1921

    Le Grand Hebdomadaire, n° 34, dimanche 21 août 1921, couverture et p. 266.

    Lundi, un solennel hommage a été rendu à la vaillance patriotique de la ville de Landrecies et des communes de Bousies, Croix, Fontaine-au-Bois, Forest, Preux-au-Bois, auxquelles a été remise la Croix de guerre. Landrecies, par sa situation proche de la frontière, a été soumise à l’action dévastatrice de l’ennemi, au début comme à la fin de la guerre : en août 1914, les Allemands faisaient disparaître tout un quartier en l’incendiant ; dans le courant de 1916, des bombes d’avions endommageaient plusieurs immeubles ; enfin, le 4 novembre 1918, les Allemands, en partant, achevaient, par des bombes incendiaires, leur œuvre néfaste ; l’hospice, alors était détruit en grande partie, et 150 vieillards et enfants trouvaient la mort dans cet attentat.

    La cérémonie de lundi ne fut que la continuation de la fête de dimanche, où s’était faite l’inauguration du monument aux morts. M. Daniel-Vincent, ministre du travail, M. le sénateur Debierre, MM. les députés Pasqual, Macarez, des Rotours et René Lefebvre, M. ? Naudin, préfet du Nord, M. Leroy, sous-préfet d’Avesnes, le commandant Defrance, assistaient à la cérémonie. Le ministre, à son arrivée, déposa deux gerbes de fleurs sur le monument aux Morts.

    Un banquet, où d’intéressants discours furent prononcés, précéda la remise de la Croix de guerre qui eut lieu sur la Grand’Place, devant les ruines de l’hôtel de ville et la statue de Dupleix. Un cortège historique, rappelant l’existence de Landrecies au Moyen Âge, pendant la Renaissance et jusqu’à la Révolution et l’Empire, défila d’abord. Puis le ministre célébra la résistance de la ville, le courage de ses habitants, qui n’eurent qu’à se souvenir du passé de leur cité.

    Puis ce sont les heures de la libération qu’il évoque et l’espoir dans une prompte renaissance. Enfin il adresse un salut chaleureux à la délégation belge. C’est le général Dauvé qui fut chargé d’épingler la Croix de guerre sur les coussins aux armes de la ville de Landrecies et de celles de Bousies, Croix, Fontaine-au-Bois, Forest, Preux-au-Bois, que tiennent les maires. ---