France (Indre) Aigurande (36140)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
informations déposées par Dubant Didier et mises à jour par Didier Dubant dernière mise à jour le 04/03/2018

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Piédestal
  • Statuaires de groupe
    • Groupe de Poilus
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre

Le monument est constitué du groupe “ÉCOUTE ”, représentant deux soldats en éclaireurs (oeuvre de Armand Roblot, artiste statuaire résidant à l’époque à Paris – celui-ci a signé son oeuvre à la base d’une souche d’arbre, située derrière les deux soldats, sur le côté gauche).

Le groupe repose sur un socle en granit bleu qui porte sur ses faces latérales la liste des morts.
Au sommet sur la face antérieure du socle, une Croix de guerre sculptée en relief sur une écusson domine l’inscription principale.

Un autre inscription orne la face postérieure du socle, face visible depuis le centre de la place.
Le socle s’appuie sur deux niveaux d’assise formant marches.

Huit bornes reliées par un rang de chaines assurent la protection périphérique du monument.

Matériaux

Calcaire d’Euville (Meuse) pour la statue et granit bleu de Crevant (Indre) pour le socle.

Economie

Prix

27.700 francs + 17.000 francs pour le groupe de deux soldats.

Souscription

7.000 francs.

Subvention commune

20.700 francs.

Inscriptions présentes sur le monument

Sur la face antérieure :
LA VILLE D’AIGURANDE
À ENFANTS
MORTS POUR LA PATRIE
----
1914-1918

Sur la face postérieure :
HÉROS ! SOYEZ BÉNIS
ET À JAMAIS IMMORTALISÉS
POUR AVOIR
CONSERVÉ À LA FRANCE
LA GLOIRE ET LA LIBERTÉ

Les morts

A la base du monument une plaque en alliage cuivreux représentant une palme horizonale avec l’“1914-1918 ” en dessous et sur la palme elle-même un casque portant l’inscription “VERDUN”.

Un plaque de marbre noir avec à gauche la blason de la ville de Dunkerque (coupé, en chef d’or au lion passant de sable, en pointe d’argent à un dauphin couché d’azur, crété et oreillé de gueules). La plaque porte l’inscription “FLANDRES DUNKERQUE (19)40. A SES MORTS ”.

Côté gauche sur deux colonnes :
colonne de gauche :

  • Ageorges Athanase
  • Audebert P. Paul
  • Augras Georges
  • Bayard Louis
  • Bognaud Joseph
  • Boury Barnabé
  • Boury Henri
  • Boue Pierre S. Lt
  • Brisse Marcel
  • Brejaud Jean
  • Caradet Albert Adj
  • Cartron Albert
  • Charbonnier Lucien
  • Charbonnier Pierre
  • Chavenaud Olivier Cap
  • Chezlepretre Charles
  • Clément Jean-Bte

-

. colonne de droite :

  • Clément Jules
  • Coquelet Louis
  • Couturier Alphonse
  • Dallot Alexandre
  • Danjon Marc
  • Darchis Frédéric
  • Darchis Henri
  • Delaveau Charles
  • Delavaud Émile
  • Deschatres Gustave
  • Douard Jules
  • Duplaix Joseph S Lt
  • Dupoux Pierre
  • Dupoirier Paul
  • Gagnerault Jean
  • Gaudelut Jules
  • Guillebaud Paul
  • Elion Arsène

-----

Côté droit sur deux colonnes :
. colonne de gauche :

  • Guyot Maurice
  • Jacquin Clément
  • Laglautrière Alex(an)dre
  • Lamy Charles
  • Landre Louis
  • Legrand Auguste
  • Masset Auguste
  • Maurissan Roger Sg M
  • Meurgues Camille
  • Micat Clément
  • Micat François
  • Miaux Charles
  • Moulin Alexandre
  • Pelletier Jean
  • Petite Paul
  • Pernain Georges
  • Perrin Auguste Sg

-

. colonne de droite :

  • Perrot Maurice
  • Peyrot Georges
  • Picaud Édouard
  • Pinet Henri
  • Pion Jean
  • Pion Paul
  • Pradeau Marcel S M
  • Pradeau Marcel
  • Raveau Silvain
  • Richard Jean Cap,
  • Suq Émile Sg
  • Tissier Paul
  • Tissier Alexandre
  • Valeix Victor
  • Yvernault Alexandre
  • Yvernault Louis Cap.
     

Pasquet Georges
Carrion Albert
Rault Edouard Capt MM
Yvernault Raymond

Daudon Émile
Laroche René
Moreau Albert

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Archives Départementales de l’Indre 2 O/001 art. 7.

Historique du monument

  • 1921
  • Devis 01/04/1921
    Source : Dubant Didier

    Le Devis estimatif des travaux daté du 1er avril 1921 est encore plus précis. Intitulé “Commune d’Aigurande. Projet de construction d’un monument commémoratif élevé aux enfants du pays morts pour ...

    Lire la suite
    Devis 01/04/1921

    Le Devis estimatif des travaux daté du 1er avril 1921 est encore plus précis. Intitulé “Commune d’Aigurande. Projet de construction d’un monument commémoratif élevé aux enfants du pays morts pour la patrie pendant la guerre 1914-1918”. Il précise “le monument à élever en l’honneur des glorieux morts de la grande guerre sera construit sur la place publique, devant le bâtiment de l’Hotel de Ville, il sera placé un peu en arrière du bec d’éclairage et dans l’axe de l’allée principale de la place de la Promenade.

    Il se composera : 1/ d’un massif en béton de cailloux cassés et de mortier de chaux hydraulique reposant sur le terrain solide et arrasé à sept centimètres au-dessous du niveau de la place. 2/  d’un socle en granit bleu et fin, de tout premier choix, de 4m84 de côté à la base et de 3m65 de hauteur à partir du sol de la place, assemblé par 57 morceaux de pierre de taille conformément au dessin d’exécution, plan d’appareil, coupes et élévation, 3/ d’un groupe “ECOUTE” représentant deux soldats en éclaireurs, dont le modèle fut récompensé au salon des artistes français de 1914. Ce groupe, dont les dimensions sont  : hauteur totale 2m25 et une base carrée de 1m25 de coté, sera livré sur wagon, gare Paris, par le statuaire Roblot. L’ensemble du monument ainsi construit aura une hauteur totale de 5m90 du niveau de la place.

    La construction du socle comprenant les cinquante sept morceaux de pierre de taille déjà précités, sera en granit bleu très bien de tout premier choix et de provenance des carrières de la commune de Crevant, lieu-dit “Le Petit Pommier”, où il existe les plus beaux bancs de granit bleu dur et fin, ou de tout autre carrière fournissant un granit de même nuance et de qualité équivalente. Tous les morceaux seront pris dans le même rocher de façon à obtenir la même teinte parfaitement uniforme…”.

  • Devis 05/10/1921
    Source : Dubant Didier

    - Devis estimatif dressé par l’architecte Moreau, à Aigurande le “5 xbre 1921”  : “le Présent projet a pour objet l’érection sur la place de la Mairie d’Aigurande, d’un monument ...

    Lire la suite
    Devis 05/10/1921

    - Devis estimatif dressé par l’architecte Moreau, à Aigurande le “5 xbre 1921”  : “le Présent projet a pour objet l’érection sur la place de la Mairie d’Aigurande, d’un monument aux soldats de cette commune morts pour la Patrie pendant la guerre 1914-1918. L’édifice se compose d’un socle en granit bleu de Crevant (carrière du Petit Pommier) (correspond probablement à l’emplacement du Parc des Parelles, ancienne carrière de granit jusqu’en 1973 situé au nord-est d’Aigurande,  sur la commune de Crevant dans le département de l’Indre - source http://mairiedecrevant.pagesperso-orange.fr/Historique/Historique.htm) ou tout autre granit de qualité équivalente, surmonté d’un groupe de deux soldats éclaireurs intitulé “ECOUTE” oeuvre du sculpteur Roblot. Le monument sera entièrement conforme au plan ci- joint, les quatre faces étant semblables. Toutefois l’écusson portant la Croix de guerre, n’existera qu’en façade principale seulement. La taille sera faite avec le plus grand soin, toutes les arêtes seront parfaitement dressées. La pierre sera d’une teinte parfaitement uniforme et il ne sera toléré aucune tache. Les inscriptions de la façade principale seront gravées en lettres de six centimètres de hauteur. Les noms des morts, sur les faces latérales et postérieures seront gravés en lettres de trente cinq millimètres de hauteur. Toutes les inscriptions seront dorées avec de l’or en feuilles. La saillie de la Croix de guerre sur l’écusson sera de un centimètre. L’entrepreneur sera d’ailleurs tenu de se conformer au cahier des charges qui sera annexé au projet lors de l’adjudication”.

    Ce devis estimatif atteint un total de 42.000 francs, dont :

    • 144 francs pour les déblais de fouille,
    • 1.330 francs pour la maçonnerie de béton,
    • un forfait de 17.000 francs pour le monument complet et conforme au plan, transporté et posé,
    • 3.000 francs pour les lettres à graver,
    • 18.000 francs pour l’achat du groupe (“Ecoute”) transporté et posé,
    • 1.000 francs pour les chaînes et l’entourage.
  • 1922
  • Délibérations Conseil municipal 12/02/1922
    Source : Dubant Didier

     Le 12 février 1922, Maurice Fontaine, maire de la commune d’Aigurande “donne connaissance à l’assemblée d’un projet de traité à passer par acte sous signature privée entre la commune d’Aigurande ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 12/02/1922

     Le 12 février 1922, Maurice Fontaine, maire de la commune d’Aigurande “donne connaissance à l’assemblée d’un projet de traité à passer par acte sous signature privée entre la commune d’Aigurande et M. Roblot, artiste statuaire, demeurant à Paris, rue de Vaugirard, n° 99, par lequel ce dernier s’engage à fournir à la commune son groupe “Ecoute” représentant deux soldats en éclaireurs moyennant la somme de 17.000 F payable  savoir :

    • 1/ 7.000 F à titre de mise en oeuvre,
    • 2/ 10.000 F après la réception du monument mis en place à Aigurande.

    Demande à l’Assemblée l’autorisation de :

    • 1/ Passer et signer le dit traité aux clauses et conditions qui y sont indiquées.
    • 2/ De verser à M. Roblot la somme de 7.000 F à titre de mise en oeuvre.

    Le conseil Municipal après en avoir délibéré et à l’unanimité autorise M. le Maire à passer et signer le dit traité et à verser à M. Roblot la somme de 7.000 F à titre de mise en route”.

  • Marché de gré à gré 14/02/1922
    Source : Dubant Didier

    Le 14 février 1922, Maurice Fontaine, maire de la commune d’Aigurande, passe un traité de gré à gré avec Monsieur Roblot qui s’engage “à fournir à la commune d’Aigurande (Indre), ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 14/02/1922

    Le 14 février 1922, Maurice Fontaine, maire de la commune d’Aigurande, passe un traité de gré à gré avec Monsieur Roblot qui s’engage “à fournir à la commune d’Aigurande (Indre), en mémoire des glorieux Morts de la grande guerre de 1914-1918, son groupe “ECOUTE” représentant deux soldats en éclaireur dont le motif a été récompensé au Salon des Artistes français de 1914.

    Ce groupe dont les dimensions sont les suivantes : hauteur, deux mètres vingt-cinq centimètres ; à la base un mètre vingt-cinq centimètres X un mètre vingt-cinq centimètres de côté ; sera executé moyennant la somme de 17.000 francs en pierre dure fine de toute première qualité, provenant des carrières d’Euville (Meuse)(commune connue pour ses carrières de calcaire. La pierre de parement du socle de la Statue de la Liberté  à New-York en provient. Cette pierre d’Euville fut entre autre aussi utilisée pour la cathédrale Saint-Etienne de Toul, pour l’Opéra Garnier à Paris, ainsi que pour des cimetières américains en France à Epinal, Romagne-sous-Montfaucon et Saint-Avold) avec les rectifications suivantes : casques de guerre, cols et bandes molletières. Cette somme sera versée à M. Roblot en deux fois, savoir : 1/ 7.000 francs à titre de mise en oeuvre après acceptation de la Commune donnant ordre de commande ; 2/ 10.000 francs, après réception du monument mis en place à Aigurande.

    Ce groupe sera chargé sur wagon, petite vitesse, en gare de Paris- Austerlitz, aux frais et par les soins de M. Roblot assisté ou non d’un représentant délégué de la Commune. Les frais de transport de Paris-Austerlitz à Aigurande, à pied d’oeuvre et la pose du groupe, seront à la charge de la Commune d’Aigurande, ainsi que les risques d’expéditions. Monsieur Roblot s’engage à diriger, sous sa responsabilité, le déchargement du wagon, le transport à pied d’oeuvre et le montage du groupe, de façon à éviter en raison de la délicatesse de cette main d’oeuvre tout accident pouvant résulter d’une manipulation mal comprise”.

  • Commission d’art 14/03/1922
    Source : Dubant Didier

    Le 14 mars 1922, la Commission chargée d’examiner, du point de vue artistique, les projets de monuments aux “Morts pour la France”, “approuve” le projet de la commune d’Aigurande.

  • Délibérations Conseil municipal 25/06/1922
    Source : Dubant Didier

    Le 25 juin 1922, Maurice Fontaine, maire de la commune d’Aigurande, rappelle à l’assemblée municipale que par délibération en date du 13 9bre 1921, le Conseil municipal d’Aigurande a approuvé ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 25/06/1922

    Le 25 juin 1922, Maurice Fontaine, maire de la commune d’Aigurande, rappelle à l’assemblée municipale que par délibération en date du 13 9bre 1921, le Conseil municipal d’Aigurande a approuvé les plans et devis estimatifs des travaux du monument aux morts pour la Patrie, à ériger sur la place de la Mairie et fait connaître qu’une somme de 25.000 F avait été inscrite au budget additionnel de l’année 1921.

    Cette somme n’ayant pas été utilisée et (étant) jugée insuffisante pour l’exécution de ce travail, il invite l’assemblée à voter un crédit plus élevé pour 1922. Le Conseil municipal, après en avoir délibéré, décide de porter au budget additionnel de 1922 la somme de 36.000 francs, crédit jugé nécessaire pour l’érection du dit monument. Le conseil demande à M. le Préfet que la subvention de l’Etat soit déterminée sur le montant de ce crédit ”.

  • Devis 08/07/1922
    Source : Dubant Didier

    Le 6 juillet 1922, “Heude Julien, tailleur de pierre demeurant à Gare de Nouziers - La Forêt, commune de Nouziers, arrondissement de Bussière(-Dunoise), département de la Creuse, après avoir pris ...

    Lire la suite
    Devis 08/07/1922

    Le 6 juillet 1922, “Heude Julien, tailleur de pierre demeurant à Gare de Nouziers - La Forêt, commune de Nouziers, arrondissement de Bussière(-Dunoise), département de la Creuse, après avoir pris lecture et connaissance suffisante du devis estimatif, plan et cahier des charges concernant l’érection d’un monument aux morts pour la Patrie de la commune d’Aigurande estimé à la somme de 24.000 francs”, s’engage à executer les dits travaux conformément aux conditions du cahier des charges et moyennnant les prix du devis estimatif sous réserve que le délais de d’exécution soit porté à neuf mois au lieu des six mois portés au cahier (“La gare” est un hameau situé dans la partie ouest de la commune de Nouziers, à seulement une  dizaine de kilomètres à l’Est d’Aigurande. Autrefois une carrière de schiste était exploitée sur le territoire de cette commune et des gisements de granit existent dans les communes voisines).

  • 1923
  • Procès-verbal de Réception 05/08/1923

    - Le 5 août 1923, Firmin Auclair, le maire de la commune d’Aigurande, “ce rend sur la place de la mairie pour examiner les travaux exécutés par M. Heude”. ...

    Lire la suite
    Procès-verbal de Réception 05/08/1923

    - Le 5 août 1923, Firmin Auclair, le maire de la commune d’Aigurande, “ce rend sur la place de la mairie pour examiner les travaux exécutés par M. Heude”.

    Après s’être assuré que les travaux ont bien été exécutés, il signe le procès-verbal de réception.

  • Délibérations Conseil municipal 05/08/1923
    Source : Dubant Didier

    - Le même jour 5 août 1923, “le Conseil Municipal d’Aigurande approuve la liste de souscription des habitants de la commune pour l’érection d’un monuments aux morts élevé à la ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 05/08/1923

    - Le même jour 5 août 1923, “le Conseil Municipal d’Aigurande approuve la liste de souscription des habitants de la commune pour l’érection d’un monuments aux morts élevé à la mémoire des enfants morts pour la patrie et s’élevant à la somme de 7.000 francs” et accepte le mémoire présenté par M. Heude d’un montant de 27.700 Francs. Le dépassement est de 3.700 F sur le prix prévus le 6 juillet 1922, ceci à cause de travaux supplémentaires imposés à l’entrepreneur pendant les travaux.

  • Inauguration - Presse 08/10/1923
    Source : Dubant Didier

    (source : Le Journal du Département de l’Indre du lundi 8 octobre 1923 pages 1 et 2). - Le lundi 8 octobre 1923, Le Journal du Département ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 08/10/1923

    (source : Le Journal du Département de l’Indre du lundi 8 octobre 1923 pages 1 et 2).

    - Le lundi 8 octobre 1923, Le Journal du Département de l’Indre titre en page 1 : “Aigurande a rendu un pieux hommage à ses enfants tombés au Champ d’honneur. Deux poilus en patrouille rappelleront, à travers les siècles, le souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour conserver à la France sa gloire et la liberté”.

    L’“envoyé spécial” qui assiste à l’inauguration précise : “le monument d’Aigurande se dresse devant l’Hotel-de-Ville, à l’angle de la grande place publique. C’est un ensemble de belle allure... ...de chaque côté sont gravés les noms des 69 soldats de la commune tombé au Champ d’Honneur... ... Sur ce socle est posé le groupe sculpté dans la pierre de la Meuse par M. Roblot de Paris, l’artiste qui a exécuté le monument élevé à la mémoire de Guynemer (Bas relief se trouvant à Paris dans la Collège Stanilas où Georges Guynemer fit ses études). L’oeuvre du sculpteur Roblot représente deux jeunes soldats en patrouille. Leur regard scrute l’horison.... ... c’est la reconnaissance en rase campagne comme en 1914, avant la Marne, dans la guerre de mouvement – à la française”.

    La suite de l’article précise que la cérémonie d’inauguration débuta “par une messe célébrée à la mémoire des soldats dont les noms sont gravés sur le monument et à laquelle les autorités se rendent précédées de la “Lyre Aigurandaise”, des enfants des écoles, des sapeurs-pompiers, des vétérans de 1870-71, des conscrits et de l’Union Sportive d’Aigurande... ...Après la cérémonie religieuse, le cortège officiel, auquel s’est joint le clergé et qu’escorte maintenant une foule nombreuse regagne l’emplacement du monument.

    Parmi les personnes présente le journalise mentionne : “MM. Ratier vice-président du Sénat, qui préside la cérémonie d’inauguration du monument ; Auclair maire et conseiller général d’Aigurande, Maingard sous-préfet de La Châtre représentant le Gouvernement ; Cosnier, Leglos sénateurs ; J. Patureau-Mirand, A. Patureau-Mirand, Bénazet, Le Febvre députés ; Dauthy conseiller général, Fontaine, Melottée et Simonnet conseillers d’arrondissement ; Charasson premier adjoint ; Lambert, maire de La Châtre ; le sculpteur Roblot ; Aclément qui a dirigé les travaux d’édification du monument, les conseillers municipaux d’Aigurande, de nombreux maires et adjoints du sud de  l’Indre et de la Creuse et beaucoup de fonctionnaires”. La cérémonie officielle d’inauguration débute “par la bénédiction du monument à laquelle procéde l’abbé Bouillet”.

    Le premier discours est prononcé par M. Auclair qui tient à préciser : “ce monument d’une classique beauté, est dû au merveilleux ciseau du sculpteur Roblot et du graniteur Heude. M. Moreau a dessiné le piédestal. M. Aclément en a fait les épures et dirigé l’exécution. J’adresse à ces Messieurs mes compliments et ceux de la municipalité”.
    M.  Henri Fontaine, “procède ensuite à l’appel des sodats dont les noms sont inscrits sur le monument, et, pour chacun d’eux les conscrits d’Aigurande, groupés autour de leur drapeau, répondent “Mort au Champ d’Honneur””.

    Ensuite “une jeune fille des environs d’Aigurande, qui se cache sous le pseudonyme masculin de Georges Henry, récite d’une voix claire et très bien assurée, une belle pièce de vers de sa composition, où elle chante l’héroïsme de ceux qui ont sauvé la France”.

    Interviennent ensuite M. Maingard, M. Leglos, M. Cosnier, M. Joseph Patureau-Mirand, M. Anselme Patureau-Mirand qui profite de l’occasion pour saluer les “trois prêtres, ayant combattu avec lui à la côte 304 où ils trouvèrent une mort glorieuse” et “rend un bel hommage à ceux qui tombèrent pendant les cinq années de combat”. Intervinrent ensuite M. Le Febvre, M. Bénazet et M. Ratier.

    La cérémonie terminée (elle avait durée deux heures) un banquet de 260 couverts réunit les invités de la municipalité