France (Indre) Oulches (36800)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
informations déposées par Dubant Didier et mises à jour par Choubard Alain dernière mise à jour le 05/05/2022

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Arc
      • Portique monumental
    • Rocher
      • Rocher [avec plaque commémorative]
    • Stèle
  • Allégories et Symboles
    • Féminines
      • Femme = Épouse
  • Statuaires humaines diverses
    • Enfant(s)
  • Ornementation végétale
    • Feuille(s)
      • Feuille de Laurier
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre
Le monument est constitué d’une stèle formée de deux pilastres reposant sur un socle massif et supportant un fronton triangulaire portant en son centre une Croix de guerre. L’inscription principale est gravée sur un bandeau constituant la base du fronton.
En avant sur le côté droit du monument une jeune femme tenant contre sa jambe gauche un enfant tient horisontalement une branche de laurier, au niveau de la tête de l’enfant qui regarde la jeune femme. La jeune femme, chaussée de sabots avec garniture ouvragée, a ses cheveux maintenus par  une coiffe. Elle porte sous sa cape une robe longue serrée par un ruban à la taille. L’enfant qui tient de sa main gauche un pan de la robe de la jeune femme est chaussé de sabots et porte un pantalon court.
René Demaisons dans un article consacré aux monuments aux morts d’Oulches et de Fontgombault précise : “pour réaliser ce groupe, Alba fit poser Madame Valentine Crozat et le fils de l’instituteur d’Oulches, Monsieur Couturier. Madame Crozat fut choisie, car “elle prenait toujours grand soin de ses cheveux et portait toujours de belles coiffes””. (DESMAISONS 2004 p. 27).
Six marches permettent d’accéder actuellement au monument qui se trouve mis en valeur au sein d’un massif de rocaille. Les cartes postales anciennes montrent qu’à l’origine,  l’accès au monument disposé parrallèlement à l’accès de l’église se faisait par un deux ensembles de trois marches.

Matériaux

calcaire
plaque en marbre

Economie

Commentaires (économie)
Monument aux Morts, Statue de Alba (élève Injalbert)

Commentaires

Le Bas relief reproduisant la cathédrale de Reims en feu (le 19 septembre 1914 par des tirs de l’artillerie allemande, voir http://www.reimsavant.com/article-l-incendie-de-la-cathedrale-le-19-septembre-1914-110227960.html) évoquée dans l’article du Journal du Département de l’Indre du lundi 22 septembre 1924 n’est actuellement pas visible car dissimulé par les plaques de marbre. Il se situait sous la liste des morts.

Inscriptions présentes sur le monument

OULCHES À SES ENFANTS
POUR LA PATRIE
1914-1918

Les morts

En dessous, sur la paroi située entre les deux pilastres, sous les dates “1914” et “1919 ” furent gravés les noms de 52 enfants d’Oulches précédés de la première lettre de leur prénom. Ces noms sont actuellement dissimulés par deux plaques de marbre blanc :
  • - celle portant les noms des tués pour les périodes 1914-1918 et 1939-1945,
  • - celle à la mémoire des français d’outre-mer
Elles furent furent ajoutées ultérieurement.
Première colonne
A. DELAVEAU
C. DELAVEAUD
A. BERGER
F. BERNERON
E. VAILLAUD
F. QUINQUENET
M. PICHON
L. FERRANT
J. BONNAMY
A. DELISLE
L. PAIR
J. VINCEN
L. AUBRY
G. BRUNEAU
L. PENOT
H. BANNIER
L. AUGOYARD
J. VINCENT
--
Deuxième colonne
D. QUINQUENET
L. MASSET
E. MATHÉ
J. PICOUX
P. BOUCHARD
M. BAÏDEM
R. PIGEAUD
J. BOUTET
E. CHAUMARD
L. DEMARS
A. POITRENAUD
J. PEYRIOT
D. MILLET
C. COLIN
J. DEMARS
R. DUVEAU
C. BURGUET
S. AUCUIT
--
Troisième colonne
J. CHATEL
E. CHATE
J. AUBRAY
R. MORIN
E. GATEAU
F. BIENVENU
H. BARNAUD
A. COSSET
G. DEMAY
L. JEANNETON
L. NURET
J. LEMERLE
J. PERRIN
G. CHAPUT
E. BECCAVIN
A. THÉROINE
O. NOGRETTE
Première colonne
P. PELLERIN
H. PERRIN
--
Deuxième colonne
A. PERRIN,
P. GAILLARD

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Historique du monument

  • 1919
  • Délibérations Conseil municipal 17/08/1919
    Source : Dubant Didier

    - 17 août 1919, le conseil municipal d’Oulches décide de “mettre à exécution le projet d’érection d’un monument commémoratif aux morts pour la Patrie dont les premiers crédits figurent déjà ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 17/08/1919

    - 17 août 1919, le conseil municipal d’Oulches décide de “mettre à exécution le projet d’érection d’un monument commémoratif aux morts pour la Patrie dont les premiers crédits figurent déjà au budget de 1917” et une commission  de 7 membres est créée pour “présenter au conseil un projet de monument et un programme de fêtes à organiser”. En même temps une souscription est ouverte
    (DESMAISONS 2004 pages 26 et 27).

     

  • 1922
  • Marché de gré à gré 17/10/1922
    Source : Dubant Didier

    - 17 octobre 1922, le conseil “autorise le maire à passer  au nom de la commune un marché avec M. Alba statuaire à Béziers”. Le Conseil, “après avoir entendu M. ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 17/10/1922

    - 17 octobre 1922, le conseil “autorise le maire à passer  au nom de la commune un marché avec M. Alba statuaire à Béziers”. Le Conseil, “après avoir entendu M. le Maire et M. Alba ici présent et après avoir pris connaissance du projet de monument et du traité passé avec M. Alba… …approuve le dit projet se montant à douze mille francs et verse au sculpteur un acompte de sept mille cinq cents francs” (DESMAISONS 2004 p. 27).

  • 1923
  • Délibérations Conseil municipal 07/10/1923
    Source : Dubant Didier

    - 7 octobre 1923, le Conseil vote un crédit complémentaire de 4.000 francs “pour l’exécution de travaux supplémentaires au monument aux morts de la guerre” (DESMAISONS 2004 p. 27).

  • Délibérations Conseil municipal 02/12/1923
    Source : Dubant Didier

    - 2 décembre 1923, “le Conseil entérine le procès-verbal de réception du monument aux morts “conforme au devis”” (DESMAISONS 2004 p. 27).

  • 1924
  • Inauguration - Presse 20/09/1924
    Source : Dubant Didier

    - Le samedi 20 septembre 1924, en page deux, le Journal du Département de l’Indre titre un article : “Oulches. Inauguration du monument aux morts” : “Dimanche prochain aura lieu, ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 20/09/1924

    - Le samedi 20 septembre 1924, en page deux, le Journal du Département de l’Indre titre un article : “Oulches. Inauguration du monument aux morts” : “Dimanche prochain aura lieu, à Oulches, l’inauguration du monument que cette dernière commune élève à la mémoire de ses enfants Morts pour la Patrie. Ce monument, dû au ciseau du sculpteur Alba, élève d’Ingerber (lire Injalbert : probablement le sculpteur français Jean-Antoine Injalbert 1845 - 1933), représente une stèle au sommet duquel figure une Croix de guerre. Sur le frontispice, les mots : “Oulches à ses enfants”, sont gravés. Encadrée de deux montants de pierre, la liste imposante des enfants d’Oulches, tombés héroïquement, s’étale. Une veuve, le laurier de la Victoire d’une main, son enfant de l’autre, vient adresser un pieux hommage au père disparu. Monument simple qui contribuera pour une large part à la conservation du souvenir de ceux qui se donnèrent si vaillamment pour la Patrie…”.

    La liste des noms “des enfants d’Oulches morts pour la Patrie” mentionnée dans la suite de l’article est exactement la même, y compris l’ordre des noms, que celle qui existe actuellement sur la plaque de marbre blanc à une exception : le dernier nom. O. Nogrette a donc été ajouté ultérieurement.

  • Inauguration 21/09/1924
    Source : Dubant Didier

    - Dimanche 21 septembre 1924 – Inauguration du Monument aux Morts.

  • Inauguration - Presse 22/09/1924
    Source : Dubant Didier

    - Le lundi 22 septembre 1924, en première page le Journal du Département de l’Indre consacre un article à “L’inauguration du Monument aux Morts d’Oulches” : “Hier, avaient lieu les ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 22/09/1924

    - Le lundi 22 septembre 1924, en première page le Journal du Département de l’Indre consacre un article à “L’inauguration du Monument aux Morts d’Oulches” : “Hier, avaient lieu les inaugurations des monuments aux morts des communes d’Oulches, Mouhet et Brives.

    Disons tout de suite, en attendant de rendre compte des deux autres inaugurations, que celle du monument d’Oulches, a donné lieu à une manifestation importante, émouvante et parfaitement digne du souvenir de nos morts.

    Dès le matin, les rues sont pavoisées et, après la cérémonie religieuse M. Menneton, maire, assisté de ses conseillers et entouré de ses invités, se rend devant le monument.

    Nous avons, vendredi, donné la photographie de l’oeuvre du sculpteur Alba, élève d’Injalbert. Elle est à la fois simple de ligne, d’un art profond et achevé et d’une composition très large. Devant le bas relief, qui reproduit la cathédrale de Reims en feu, une jeune berrichonne, veuve peut-être, en tout cas atteinte par la guerre, mène son fils vers la vision douloureuse pour qu’il se souvienne.

    A l’appel du maire si dévoué d’Oulches ont répondu : M. Boisdé, sous-préfet ; MM. Ratier, H. Dauthy et Cosnier, sénateurs ; MM. Raymond Dauthy et Paul Benazet, députés ; M. Baubiet, conseiller général ; MM. Collet et Gautier, conseiller d’arrondissement ; MM Féron, maire de Saint-Gaultier ; Riollet, maire de Dun-le-Palleteau ; Labertonnière, maire de Luzeret ; Bouchardon, maire de Rivarennes ; Maisonneuve, maire de Ciron ; Maillet, juge de Paix ; Pinault, maire de Lignac et Garnier, adjoint ; Richard, ingénieur voyer, Commandant Potron.

    M. Couturier, instituteur, qui s’était donné tout entier à l’organisation de la cérémonie, sous l’impulsion heureuse de M. Menneton, fait dire alors aux élèves des écoles le chant Debout les Morts ; puis M. Menneton, sur l’estrade ornée des drapeaux des conscrits aux quatre angles, se lève et parle pour saluer la mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour que la France vive et maintienne son rayonnement dans le monde. M. Menneton parle avec émotion et en remettant le monument à la commune, on sent combien il est troublé et son émotion gagne les assitants. Puis, c’est l’émouvant appel des morts fait par un mutilé… … M. Boisdé, sous-préfet, prend la parole, au nom du gouvernement et M. Baubiet, Conseiller Général, dit quelques mots en faveur de l’union de tous les Français aux heures graves… … M. Ratier parle au nom des trois sénateurs… … Puis M. Paul Bénazet, avec son élan, son éloquence vibrante, sa belle fougue, parle de la paix, de l’avenir de la France… … M. Raymond Dauthy ajoute quelques mots, puis on se rend à l’école où un banquet admirablement servi et composé par l’Hôtel Devellon, d’Oulches, attend les convives…”.

     

Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Près de l'église
Place Menneton au nord de l’église Saint-Médard