France (Indre) Cluis (36340)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
informations déposées par Charraud Jérôme et mises à jour par Lacour Lucien dernière mise à jour le 24/06/2023

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Exèdre (demi-cercle)
  • Statuaires féminines
    • Femme avec accessoires
      • Femme avec couronne mortuaire
  • Ornementation civile
    • Pot à feu
  • Ornementation végétale
    • Frise
      • Frise Feuilles de Laurier et Ruban
  • Ornementation associée [classée par ordre alphabétique du premier élément]
    • Casque...
      • Casque sur couronne de lauriers
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre
« Mesurant 4,40 m de hauteur par 4 m de largeur, le monument se compose d’une stèle sommée d’un trophée d’armes, qui s’élève à l’arrière d’un autel où une jeune femme à la tête voilée dépose une palme et une couronne civique, composée de branches de chêne, de laurier et d’olivier. Elle tient en outre, dans la main gauche, un bouquet de fleurs des champs. Sans doute faut-il voir dans ces deux représentations distinctes l’évocation de deux attitudes mémorielles qui ne le sont pas moins : d’une part les cérémonies officielles, avec dépôts de gerbes et de couronnes, et, de l’autre, l’acte plus intime du fleurissement de la tombe d’un proche disparu. La figure féminine elle-même est double. Hiératique et solennelle, la tête légèrement inclinée, elle porte le voile du deuil, ce qui selon une typologie désormais bien connue, la classe parmi les personnifications de la Patrie en deuil, à mi-chemin entre l’allégorie républicaine et les figures plus familières de mères ou de jeunes veuves éplorées.
   A ce groupe central, formé par la stèle et la statue, s’ajoutent deux ailes de plan curviligne, aux extrémités marquées par des pots à feu – rappelant la flamme du souvenir – et dont la face antérieure porte des plaques de marbre blanc où sont inscrits les noms des cluisiens « Morts pour la France ».   (Olivier Geneste, « Le monument aux morts de Cluis »)

Matériaux

Pierre de Lavoux pour la statue

Economie

Prix

7 500 francs

Souscription

2 150 francs

Subvention Etat

1 839,50 francs

Commentaires (économie)
Le coût total, comme les participations respectives de la commune, de l'État et des souscripteurs, présente des incertitudes qui, à ce jour, n'ont pu être dissipées, le décompte des travaux n'ayant pas été retrouvé. Tous les chiffres qui apparaissent ici sont donc antérieurs à l'achèvement du monument. 
   Le traité de gré à gré avec les entrepreneurs donne la somme indiquée de 7 500 francs, à laquelle il faudrait ajouter 1 750 francs pour les plaques de marbre réalisées ensuite (voir historique). D'autre part, dans sa séance du 15 octobre 1919, le conseil municipal vote un crédit de 12 000 francs qui englobe différentes dépenses complémentaires (voir à la date).
   Enfin ce sont les états établis par les services préfectoraux en 1920 (A.D. 36, 827 W 55) qui donnent le chiffre de la subvention de l'Etat et le montant des souscriptions. La part exacte de la commune ne peut être précisée. 

Inscriptions présentes sur le monument

LA
COMMUNE
DE CLUIS
À SES ENFANTS
MORTS
POUR
LA FRANCE
1914-1918
1939-1945

Les morts

1914
BERTIN Joseph
BOUQUET Jean
BRÉ Alphonse
CARION Edmond
CHANTRAINE Luc
CHARBONNIER P. A.
CHARPENTIER Oct.
COUTUL Marcel
COURTILLET Joseph
DESCOUPS François
DURIS Julien
DURIS Émile
FAUGUET Roger
FOLLEREAU Fernand-
GUILLAUME Eugène
JACQUET Eugène
JACQUET Louis
MAZURE Lucien
MICAT Charles
MICAT André
PION Clément
RICHARD Albert
ROQUET René
VILLETTE Clément
-
1915
AUBRUN Eugène
AUGRAS Léon
AUROY Paul
AUROY Lucien
BAILLY Georges
BARDET Silvain
-
BONNAIRE Charles
BRÉ Gaston
BRÉ Jean
CHRÉTIEN Roger
COUILLARD Marc
DEVILLE Denis
FLEURY Jena-Baptiste
FLEURY Alexandre
FRADET Lucien
GALLAUD Émile
JANAUD Aimé
JOURNAUD Émile
LAMY Alphonse
MALOT Edmond
MARIOTAT Silvain
MARTIN Joseph
MICAT Gabriel
MERCIER Gabriel
MOULIN Jean
-----
MOULIN Paul
PATRIGEAT Georges
PATRY Joseph
PERRET Gaston
-
1916
AMYOT Roger
BARBOTIN Eugène
BONNAIRE Émile
COUILLARD Émile-R.
COURTILAT Jean
FAUGUET Hippolyte
FRADET Clément
MERCIER Auguste
PINGAUD Étienne
PRIVAT Ernest
-
1917
AUBEL Silvain
BAILLY Claude
BONNIN Gustave
-
BRÉ Gabriel
CANTEAU Jules
GATEAU Pierre
LAMANY René
MICAT Louis
NOUHANT Gustave
PINGAUD Clément
SELLERON Silvain
-
1918
ALADENISE Clément
BAILLY Albert
BONNIN Henri
CHARBONNIER Marc
CHAUMEAU GeorgesDEGUET Jules
DESCOUPS Léon
FEIGNON Eugène
-
CATEAU Henri
GAZONNEAU Eugène
HIMBERT André
HYVERNAUD Maurice
JOUHANNEAU Ernest
PAILLAULT Émile
PELLETIER Lac. Alex.
PETIT Paul
PLANTEUREUX Clément
PLANTUREUX Jean
GAZONNOT Eugène P.
1940
HYVERNAULT Pierre
-
1941
DURIS Jean Baptiste
-
1943
DEGAY Camille
MARIOTAT Joseph
-
1944
CHARBONNIER Silvain
CREUSILLET André
GAURIN René
GOULIARD Albert
LEROY André
MALMARTEL Henri
MOULIN Georges
PORTIER Auguste
THIBAULT Pierre
ULRICH Marcel-
1945
BARRAUD Marcel
ROUTET Aimé
-
1940
THOMAS Roland-
1945
LANGLOIS Armand

Sources / Bibliographies / Sites Internet

Historique du monument

  • 1919
  • Décision d'érection 11/05/1919
    Source : Archives municipales communiqué par M.-T. Ampeau

    Le Conseil, après en avoir délibéré, considérant que l’heure est venue de rendre à nos glorieux défenseurs, “Morts pour la France”, les derniers honneurs et de leur élever un monument ...

    Lire la suite
    Décision d'érection 11/05/1919
    Le Conseil, après en avoir délibéré, considérant que l’heure est venue de rendre à nos glorieux défenseurs, “Morts pour la France”, les derniers honneurs et de leur élever un monument digne de leur courage et de leur martyre, pour perpétuer leur souvenir, décide à l’unanimité qu’un monument sera élevé sur la Place des Colombes, à la mémoire des soldats de la Commune “Morts pour la France”
  • Souscriptions 28/05/1919
    Source : La Croix de l'Indre
    Annonce de l'ouverture d’une souscription pour l’érection d’un monument aux morts à Cluis, place des Colombes.
  • Délibérations Conseil municipal 15/10/1919
    Source : A.D. 36 2O/256/7

       Le maire informe le conseil que, comme suite à la délibération du onze mai dernier, il a fait appel aux entrepreneurs de la commune de Cluis pour l’érection d’un ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 15/10/1919
       Le maire informe le conseil que, comme suite à la délibération du onze mai dernier, il a fait appel aux entrepreneurs de la commune de Cluis pour l’érection d’un monument à la mémoire des soldats de la Commune « Morts pour la France », qu’il a reçu des propositions de M.M. Eugène Mazure, sculpteur à Cluis et Labrune [et] Gazonneau entrepreneurs à Cluis, que les plans et devis déposés à la mairie ont été décachetés et ouverts dans une réunion du 1er juin 1919 où assistèrent les membres du Conseil municipal convoqués en grande Commission et les membres de la Commission désignés dans la séance précédente.
       Les renseignements fournis par Monsieur Mazure ne paraissant pas suffisants à la Commission, elle a renvoyé sa décision à une réunion postérieure qui a expiré le 8 juin suivant et dans laquelle le choix des projets et devis s’est porté sur [l’]un des trois présentés par M.M. Labrune et Gazonneau qui, ayant été appelé[s] à la séance, ont été invités à fournir une maquette du projet choisi, ce qui a  été fait le 16 juin.
       Cette maquette, de l’avis unanime des membres présents, remplissant le but que la Commission se proposait d’atteindre, a décidé définitivement que l’exécution serait confiée à M.M. Labrune et Gazonneau, entrepreneurs, sur le projet mesurant 4m 40 de hauteur totale et 4 mètres à la base, avec stèle surmontée d’un trophée d’armes et, au premier plan, une femme déposant une couronne et une inscription sur le [monument], dont le devis est établi ainsi :
    Sculpture des trophées, Croix de guerre, frise de lauriers et chêne, haut relief, palme du socle, vase, grenades ………………………………………………………………………. 3 500, 00
    Inscriptions dans la pierre ……………………………………………………………..400, 00
    Pierre de Lavoux à sculpter 8 mà 250 …………………………………………….2000, 00
    Taille et moulures  ……………………………………………………………………..   800, 00
    Bardage et pose  8 m3 à 40 ………………………………………………………….   320, 00
    Terrassement et maçonnerie pour fondations ………………………………………   480, 00
                                                                                   Total de la dépense :                7 500, 00
    La Commission a décidé que la stèle porterait l’inscription : La Commune de Cluis à ses enfants « morts pour la France » 1914-1918.
    que les batailles principales de la grande Guerre où sont tombés les soldats de la Commune figureraient sur l’autel ou le fût (sic) du monument, que les noms et prénoms usuels des morts seraient gravés dans le marbre et sur des plaques [de] granite rouge dont le modèle a été [fourni] par M. M. Labrunie et Gazonneau et que sur le derrière du monument il serait sculpté le Coq Gaulois chantant la victoire ainsi qu’une [palme]. 
     Pour ces derniers travaux de sculpture la dépense a été fixée à la somme de trois cents francs en plus de celle arrêtée pour le monument. Ces renseignements rappelés par le maire, le Conseil municipal réitère son acceptation et renouvelle ses décisions prises en Grande commission, conformément en tous points [à] ce qui a été convenu au sujet de l’érection du monument, faisant siennes toutes les délibérations qui y ont trait. Ce faisant et y ajoutant, il décide, après en avoir délibéré :
    1e que, dans les circonstances actuelles il ne peut être procédé à aucune adjudication, qu’il y a lieu de traite[r] de gré à gré avec M. M. Labrune et Gazonneau pour la somme fixée à forfait de sept mille huit (sic)  cents francs, et d’autoriser Monsieur le maire à établir et signer tous traités et marchés que bon sera ; approuvant dès maintenant comme étant avantageux celui passé avec M. M. Labrune et Gazonneau, entrepreneurs, pour l’érection dont [il] s’agit et pour la somme de sept mille huit (resic) cents francs,
    2e de voter la somme de douze mille francs (12 000 fr) pour l’érection du monument à la mémoire des soldats morts, laquelle sera inscrite au budget additionnel de 1919, que de ce crédit il sera payé aux entrepreneurs, dès approbation du budget, un acompte de 4 000 francs, le solde après réception définitive des travaux, 
    3e d’autoriser Monsieur le maire à s’entendre avec M. Gaujard-Rome, pépiniériste à Châteauroux, pour l’établissement d’un square, jardin, arbre, verdures, massif sur la place des colombes, en rapport avec le souvenir attaché au monument élevé,
    4e d’entourer d’une grille en fer la place des colombes avec porte d’entrée donnant à l’angle sud et d’autoriser le maire à faire procéder à une adjudication,
    5e de placer à la mairie un tableau sur parchemin contenant les noms et prénoms des soldats morts, pour remplacer les plaques de marbre,
    6e de déplacer la croix en pierre se trouvant sur le bord de la place, mais que, pour ce faire, il y aurait lieu de s’entendre avec monsieur le curé de la paroisse,
    7e de prélever sur le crédit de 12 00[0] francs, inscrit au budget additionnel, et sur celui des dépenses imprévues, s’il est nécessaire, toutes les dépenses sans exception afférentes au monument [-] édification, parc, square, entourage, grille, comme déplacement de la croix, tableau de la mairie [-] et, dès maintenant, de celle de sept mille huit cent francs convenue à forfait avec M. M. Labrune et Gazonneau.
     Au surplus Monsieur le maire est autorisé à prendre toutes les décisions qu’il croirait utiles et nécessaires, tant pour l’édification que pour l’établissement du square et pour l’inauguration dudit monument, et à faire telles dépenses que les circonstances exigeront, ratifiant le tout par avance.
    8e de faire faire une souscription dans toute la commune par des personnes de bonne volonté, dont le produit servira à payer des plaques de marbre, avec lettres dorées et placées à l’église paroissiale ; le surplus de la souscription sera affecté au paiement des  frais du monument.
                                                                                      Pour copie conforme                         
    Le Maire (= Ernest Dubault


     
  • 1920
  • Autres 05/08/1920
    Source : A.D. 36, 2 O/056/7
    Décret du Président de la République (Paul Deschanel) approuvant le projet de monument.   
  • Subvention 04/09/1920
    Source : A.D. 36, 827 W 55
    Lettre du maire au préfet de demande de subvention de 1500 francs de l’Etat.   
  • Délibérations Conseil municipal 19/09/1920
    Source : A.D. 36 2O/256/7

     Le Maire communique au Conseil la demande d’approbation du marché ci- après, passé de gré à gré avec Messieurs Labrune et Gazonneau, entrepreneurs à Cluis pour l’érection sur la place ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 19/09/1920
     Le Maire communique au Conseil la demande d’approbation du marché ci- après, passé de gré à gré avec Messieurs Labrune et Gazonneau, entrepreneurs à Cluis pour l’érection sur la place des Colombes du monument à la mémoire des soldats de la Commune “Morts pour la France”
    Ce marché passé en conformité de la délibération prise par l’ancien Conseil Municipal à la date du 16 octobre 1919 n’a pu être réalisé avant ce jour et [s’est] fait moyennant la somme forfaitaire de sept mille cinq cents franc (7500fr, 00).
    Erection d’un monument aux enfants de la commune “Morts pour la France”.
    Traité de gré à gré :
    Entre nous, maire de la Commune de Cluis, assité de Messieurs Renaud Emmanuel et Brisse Jean, agissant en vertu de la délibération du Conseil municipal en date du seize octobre mil neuf cent dix neuf, et approuvée le vingt et un août mil neuf cent vingt par monsieur le Préfet de l’Indre, d’une part
    Et Messieurs Louis Gazonneau et Julien Labrune, entrepreneurs de travaux publics demeurant à Cluis, d’autre part
    Il a été convenu ce qui suit :
    Messieurs Gazonneau et Labrune s’engagent, ce qui est accepté par la municipalité, à construire à Cluis un monument Commémoratif aux enfants de cette Commune “Morts pour la France”. Ce monument sera érigé par messieurs Gazonneau et Labrune dans les conditions et avec les matériaux indiqués dans le devis dressé par eux à cet effet et approuvé le vingt et un août par monsieur le Préfet de l’Indre.
     La dépense prévue au devis et s’élevant à la somme de sept mille cinq cents francs sera réglée aux époques indiquées dans la délibération du Conseil Municipal sus relatée. Messieurs Gazonneau et Labrune s’engagent en outre à prendre à leur charge les frais auxquels le présent traité donnera droit.
    Fait à Cluis le dix neuf septembre mil neuf cent vingt.
     
    Approbation du Conseil
     
    Traité de gré à gré en annexe
  • 1921
  • Délibérations Conseil municipal 13/03/1921
    Source : A.D. 36, 955 W 6

    Approuve le cahier des charges pour l’adjudication des plaques de marbre avec inscriptions du « monument commémoratif à la mémoire des enfants de la commune de Cluis tués pendant la guerre ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 13/03/1921
    Approuve le cahier des charges pour l’adjudication des plaques de marbre avec inscriptions du « monument commémoratif à la mémoire des enfants de la commune de Cluis tués pendant la guerre 1914-1918 »
  • Cérémonies diverses 06/11/1921
    Source : Journal du Département de l'Indre

    Hommage aux morts   Une manifestation touchante dans sa simplicité, s’est déroulée à Cluis, le 2 novembre : il n’est pas un jour mieux choisi, que celui de la ...

    Lire la suite
    Cérémonies diverses 06/11/1921
    Hommage aux morts
      Une manifestation touchante dans sa simplicité, s’est déroulée à Cluis, le 2 novembre : il n’est pas un jour mieux choisi, que celui de la fête des morts, pour s’incliner sur les tombes.
       Comme tous les ans la 1902eme Section des Vétérans a assisté au service religieux. M. Champeaud, curé de la paroisse, dans une émouvante allocution, a retracé les événements tragiques de la Grande Guerre, a exhorté ses paroissiens à se souvenir toujours des glorieux morts qui ont donné leur vie pour nous sauver de la barbarie germanique ; mais a-t-il dit, il ne suffit pas seulement d’élever des monuments et de faire des manifestations, il faut surtout prier pour eux.
       Après l’absoute et les prières dites en face des plaques de marbres sur lesquelles sont inscrits les noms des enfants de la commune, morts pour la France, le Président de la Section dépose un bouquet de violettes.
       Le cortège de toute la population, se rend, Place des Colombes, au Monument de la Reconnaissance, orné de fleurs et de bouquets, que des mains pieuses se plaisent à entretenir. Les Vétérans mettent la palme du souvenir et M. Gustave Gaussé, membre de la section, une magnifique gerbe de roses.
    Puis, au milieu d’un silence profond, le Président évoque le souvenir des enfants du pays, tombés au champs d’honneur et demande aux vivants de ne pas rester sourds à la voix des morts qui réclame l’union de tous les Français, afin que le sacrifice qu’ils ont si magnifiquement consenti, ne soit pas vain : puis, en terminant, il envoie un hommage ému à celui qui personnifie l’âme vaillante de la France, à l’enfant immortel qui dort son éternel sommeil, sous l’Arc de Triomphe.
    Du monument, le cortège se dirige au cimetière : les vétérans font leur pèlerinage annuel sur les tombes des victimes de la guerre et déposent, sur chacune d’elles, un drapeau tricolore, emblème de la patrie qu’elles ont sauvée.
    Signé : “UNE ASSISTANTE ”.
  • 1922
  • Marché de gré à gré 13/04/1922
    Source : A.D. 36, 955 W 6

    Traité de gré à gré avec M. Eugène Mazure, graveur Pour « six plaques concaves en marbre blanc clair moucheté poli » et inscription dans la pierre de noms de batailles ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 13/04/1922
    Traité de gré à gré avec M. Eugène Mazure, graveur
    Pour « six plaques concaves en marbre blanc clair moucheté poli » et inscription dans la pierre de noms de batailles – Lettres et chiffres gravés et rehaussés d’or à la feuille – Disposition des noms des 91 « victimes de la guerre originaires de la commune »  dans l’ordre des années et des disparitions (1190 lettres ou plus) Coût 1750 F
Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place
des Colombes, au carrefour des D 42 (route de Maillet) et D 990 (route de Châteauroux), entouré d'un petit jardin. 150 m plus haut, sur cette dernière route, est situé le cimetière communal.