France (Loire-Atlantique) Ruffigné (44660)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • Monument paroissial - Plaque sur/dans l'église
informations déposées par Yziquel Jacques et mises à jour par Martine Aubry dernière mise à jour le 13/05/2019

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Plaque commémorative
  • Ornementation religieuse
    • Croix
      • Croix latine pattée au sommet
  • Ornementation végétale
    • Palme(s)
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre
La plaque commémorative a été mise à l'entrée du choeur lors du réaménagement du choeur en 1942.

50 noms, les mêmes que ceux figurant sur le monument communal, sont  gravés sur une plaque commémorative en marbre enchassée dans un cadre sculpté en bois. Seule l'initiale du premier prénom figure sur la plaque, sans doute pour des raisons de coût de la gravure des prénoms complets.
Le cadre, très ouvragé, a été réalisé par M. Louis Bouchet, entrepreneur en menuiserie à Issé,  et la gravure par M. Victor Baur, marbrier à Châteaubriant.
Le monument communal et le monument paroissial ont été inaugurés le même jour, avec les mêmes participants, le 26 mars 1922.

Inscriptions présentes sur le monument

HOMMAGE DE LA PAROISSE DE RUFFIGNÉ
À SES ENFANTS MORTS POUR LA FRANCE
PRIONS POUR EUX
1914-1019

Les morts

BORDAIS F
MÉTAYER H
CHAUVIN S
LODÉ A
JOLAINE A
VIGNERON T
DAGUIN A
GAUDIN L
BOUSCAUD T
GICQUEL P
ROLLAND J
BONNIER F
RABU P
DERVAL A
AUBIN L
BOUCHET A
GUÉRIF P
LESIRE J
GUÉRIF J
RAIMBAUD J
JOULAIN F
DAGUIN A
GADESAUD A
GUÉRIF L
DEROUEL C
BOULAIS J
URVOIS P
BEAUTRAIS A
VIGNERON A
BONNIER A
BARRÉ M
GRANDIÈRE F
CHEVALIER A
FAUCHEUX E
RABU A
RABU E
RABU
RICHARD P
LECHAT J
NOUTEAU E
THOMAS J
CHAUVIN A
CHAUVIN L
BRETAGNE P
DENIS J
HERMINE J
DISPARUS
MONHAROUL J
BORDAIS P
FAUCHEUX A

SONGEUX L

Historique du monument

  • À propos...

    Extrait du journal du curé Bertho (Archives paroissiales) faisant état de l'ambiguité du projet relatif au monument quant à son emplacement « Durant le cours de l’année 1921, ...

    Lire la suite
    À propos...
    Extrait du journal du curé Bertho (Archives paroissiales) faisant état de l'ambiguité du projet relatif au monument quant à son emplacement

    « Durant le cours de l’année 1921, les conseillers municipaux, voulant imiter ce qui se faisait dans les communes environnantes, s’avisèrent de faire élever un monument aux soldats de la paroisse morts pendant la guerre. Il y eut discussion au Conseil municipal, les uns le voulaient à l’église, d’autres au cimetière, quelques uns même dans la salle de la mairie. Bref, l’érection d’un  tombeau au cimetière fut décidée. Le Maire (François Daguin) vint trouver Mr le Curé (l’abbé Bertho) pour décider du jour  de la bénédiction et demanda une messe solennelle pour les morts de la guerre »
    « Mr le Curé répondit que le Conseil municipal s’étant passé de lui pour l’établissement du projet - puisqu’il n’avait été consulté en rien - qu’il se passerait également de lui pour la fête. Il refusait de bénir le monument.
     Le Conseil fut très mortifié du refus.  D’ailleurs le monument tel qu’il était construit ne plaisait guère à la population. Tous désiraient qu’il y en eut un autre à l’église. La société des anciens soldats de la guerre, réunie en assemblée générale, reprit le projet de mettre une plaque à l’église. Le bureau de la société en parla à Mr le curé qui l’approuva.
    L’exécution fut confiée pour l’encadrement à M. Bouchet et pour la gravure à M. Bord de Châteaubriant. Le 26 mars 1922 eut lieu l’inauguration.

    Cité par M. Bonnier  sur son excellent blog https://ruffineck44.blogspot.com/2012/05/ceux-dapres-guerre-1919-j-m-o-soldats.html
  • 1922
  • Inauguration 26/03/1922
  • Inauguration - Presse 01/04/1922
    Source : Le Courrier de Châteaubriant et de la région

    "Dimanche dernier, 26 mars, a eu lieu l'inauguration de la plaque commémorative et du monument élevé en l'honneur des enfants de Ruffigné morts pour la Patrie. A neuf heures, M ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 01/04/1922
    "Dimanche dernier, 26 mars, a eu lieu l'inauguration de la plaque commémorative et du monument élevé en l'honneur des enfants de Ruffigné morts pour la Patrie. A neuf heures, M Daguin, maire, entouré des membres de son conseil et de la section de l'Union des Combattants de Châteaubriant, des Mutilés, des anciens Prisonniers de guerre et des Vétérans de 1870, ainsi que les diverses autorités, parmi lesquelles nous remarquons MM, Ginoux de Feremon, député ; Marquis de Bellevue, conseiller général du canton de Châteaubriant ; Dauffy conseiller d'arrondissement. Bréant, maire de Châteaubriant ; Noël, président de l'Union des Mutilés ; Billaud, président des Anciens Combattants ; Glédel Marcel, Président des anciens Prisonniers de guerre ; Audrain, percepteur, etc,
    Tout le monde se rend ensuite sous un grand hangar décoré avec le meilleur goût artistique où l'on prend le vin d'honneur offert par M. le Marquis de Bellevue, qui porte un toast à M le maire et à son conseil, ainsi qu'aux délégations et invités.
    Le cortège se forme ensuite devant la mairie, pour se rendre à l'Eglise où doit être célébrée la grand'messe en l'honneur des glorieux héros de la commune. En tête, marchent les enfants des écoles, portant des gerbes de fleurs et des couronnes ; viennent ensuite les drapeaux et délégations des différentes sociétés et autorités.
    A la porte de l'église, M le Curé reçoit le cortège, et bientôt l'édifice est trop petit pour contenir tout le monde, Les drapeaux vont se ranger dans le choeur et M le Curé commence la messe ; A l'Offertoire, il rappelle l'héroïsme des enfants de Ruffigné et donne la liste des héros tombés pour le drapeau. Il invite les fidèles à coopérer dans la limite de leurs moyens au paiement de la plaque apposée dans l'église.
    La messe terminée, M. l'abbé Delessard, enfant de la commune et ancien combattant, prononce un émouvant discours. Il met en parallèle le soldat français, champion du droit et de la justice, et le soldat du kaiser, obéissant à l'odieuse formule érigée en principe par Bismarck : «  la force prime le droit ». Il termine en comparant l'agonie de nos héros à celle du Christ. M le Curé bénit ensuite, la plaque commémorative.
    A la porte, le cortège se reforme, accompagné du clergé, pour se rendre au cimetière, où doit avoir lieu l'inauguration du monument construit en granit, Il représente un tombeau surmonté d'une grande croix[...]"
                                                        Le Courrier de Châteaubriant et de la Région 1/04/1922