France (Rhône-Métropole Lyon) Lyon (69000) Arrondissement : 6ème

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Indochine (46-54)
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
informations déposées par Thaller Bruno et mises à jour par dernière mise à jour le 05/12/2018

Description du monument

Stèle antique avec colonnes et entablement sculpté.

Matériaux

calcaire blanc de Comblanchien (Côte d'Or)

Historique du monument

  • 1920
  • Concours 1920

    En 1920, est lancé un concours pour l’élaboration du monument aux morts de la ville de Lyon. La seule contrainte dans ce concours était d’avoir un espace suffisant pour inscrire ...

    Lire la suite
    Concours 1920

    En 1920, est lancé un concours pour l’élaboration du monument aux morts de la ville de Lyon. La seule contrainte dans ce concours était d’avoir un espace suffisant pour inscrire la liste des victimes. Tony Garnier, associé à Jean Larrivé, propose 6 projets pour ce monument aux morts.

  • 1922
  • Délibérations Conseil municipal 19/06/1922

    C’est finalement le projet Philae qui est retenu et approuvé par le conseil municipal le 19 juin 1922.

  • Pose Première pierre 10/12/1922

    Le maire Edouard Herriot, fixe la pose de la première pierre au 10 décembre 1922, les travaux dureront 7 ans. Jean Larrivé ne verra pas la fin du chantier et ...

    Lire la suite
    Pose Première pierre 10/12/1922

    Le maire Edouard Herriot, fixe la pose de la première pierre au 10 décembre 1922, les travaux dureront 7 ans. Jean Larrivé ne verra pas la fin du chantier et c’est à Auguste Larrivé, son frère qu’est confié la tâche de finir les travaux.

  • 1930
  • Inauguration 05/10/1930

    Le monument aux morts est inauguré le 5 octobre 1930. L’ensemble funéraire tel qu’on peut le voir encore aujourd’hui comprend un mur d’enceinte, une liste de 10 600 noms de ...

    Lire la suite
    Inauguration 05/10/1930

    Le monument aux morts est inauguré le 5 octobre 1930.
    L’ensemble funéraire tel qu’on peut le voir encore aujourd’hui comprend un mur d’enceinte, une liste de 10 600 noms de victimes mortes pour la France, un cénotaphe (tombeau vide) porté par des figures évoquant la mort sculpté par Jean et Auguste Larrivé, ainsi que 4 bas-reliefs sculptés par Louis Bertola (le départ, la guerre) et Claude Grange (la victoire, la paix).