France (Alpes-Maritimes) Beausoleil (06240)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Indochine (46-54)
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
informations déposées par Gérard Spinelli et mises à jour par Choubard Alain dernière mise à jour le 05/09/2018

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Sépultures
      • Caveau
  • Représentations animalières
    • Coq(s)
      • Coq au sommet
  • Ornementation civile et militaire
    • Drapeau(x)
    • Armes
      • Canon
Un monument représentant « le Coq Gaulois écrasant les emblèmes austro-allemandes » vient coiffer  le caveau grâce à une souscription publique.

Les morts

1914
BERMOND Baptistin
BOVIS Valérien
CARAVEO Louis
CHIABAUT Auguste
CHIARELLI Pierre
DIEBOLD Jean
EYNAUDI Jean
GAROSCIO Théophile
GIACOBI Joseph
GIORDAN Paul
JACQUEMUS Romain
LAMBOGLIA François
LANTERI Fernand
LEVESI Pierre
LOTTIE François
MARIANI Emmanuel
MASSONI François
MILHAU Ernest
ROSSIGNOL Casimir
RUSCHETTI François
TURLIN Louis
VERNIER Louis
-
1915
ALIPRANDI Maurice
ARRIGO Joseph
BERARD Léon
BERTRAND Joseph
BERTRAND VIncent
BOROT Michel
CAIRASCHI Victor
CALANDRI Louis
CHIABAULT Adrien
CLERMONT Jean
DUBUIS Jean
ESMINGAUD Auguste
LAURENTI Clément
LESTRAL Marius
LOUISON Léon
MARTIN Louis
MILLO Joseph
MILON DE PEILLON Pierre
PALMARO Jean
PELLEGRIN Jean-Baptiste
PERZI François
REPAIRE Henri
REVELLY Michel
ROUX Félix
URANI Fortuné
VERDINO Pierre
-
1916
BOTTERO Jacques
CADORET Georges
CAPRA Charles
CAUVIN Vittorio
CHIABAUT Frnaçois
CIAIS Baptistin
CLERMONT Noël
FILLIPINI Frnaçois
GONELLA François
LEFOL Gaston
MARIANI Bernardin
MARIOTTI Charles
MICHEO Jena-Baptiste
PROUVEU Louis
RAMIN Antoine
RUGGIA Michel
SANGIOVANNI Henri
SANGIOVANNI Pierre
SILVESTRO Vincent
TARQUINY Jean-Baptiste
TORNAVACCA Joseph
TRUCCHI Louis
VENT Jena
VISSIAN Marius
ZANELLI Paul
-----
1917
BALLAND Charlot
BOGLIOLO Jean Baptiste
BRUN Félix
DENIZE Albert
GAVI Pierre
KINTZINGER Albert
LANFRANCHI Marius
REBAUDENGO Victor
-
1918
BAREL Dominique
BARELLI Alfred
BOSIO Marcel
CIAIS Marius
GASTAUT Ignace
GINET Jean
GOIRAN Adolphe
GUGLIERI Louis
ISOART Emmanuel
LAVENUE Édoaurd
LEONI Antoine
LINGUEGLIA Pierre
PASQUALINI Paul
TORNATORE Dominique
TRUCCHI Antoine
CURAU Émile
1939
AELION Daniel
ALIPRANDI Jean
ARDISSON Marcel
ARNALDI Joseph
BABBINI Jean
BAGNASCO Joseph
BALDI Léon
BARUCCHI Jean
BERARD Léon
BIANCHERI Pierre
BOIDI Raymond
BRACCO Étienne
CAUVIN Victor
COLONELLI Maurice
CURTI Jean
DEMOL François
FELICI Vincent
FRASSA Antoine
GARZO Albert
GRIMALDI Louis
GRIMALDI Pierre
GRAC Émile
JANDIN Georges
KRAEMER André
LIMON Roméo
MALATINO Fernand
MISSUD Louis
MANFREDI Joseph
-
1940
MANFREDINI Hercule
MASSAFERO Pierre
MONDINO Joseph
MUGELLI Augustin
OPERTO Antoine
PELLEGRINO Jacques
PIANO François
PINNA Antoine
PONS Louis
PORCUS Virgile
PANZA Joseph
RAIMONDO Valentin
RAYNAUT Charles
RINALDI Étienne
ROBAT Esprit
RUPPE Émile
SCLAVI Bruno
SELVETTI Armand
SPINELLI Pierre
TARELLO Paul
TOUMANI René
TURREL Maurice
THIERRY René
VERDINO Eugène
VIGON Hilaire
ZELIOLI Joseph
CAPRANI Ange
 
BOIDI Raymond
JAUDIN Georges
ROCCHIA Georges
PIEROPAN Jean
TOUMANI René
CANEPA Georges Lieutenant Colonel
MOULY Paul
MONOTTOLI Raymond
ROSTAING Émile

Historique du monument

  • À propos...

    En 1921, les membres de la commission des travaux admettent, cependant, qu'il reste éloigné du centre ville et ne porte pas les noms des défunts. Par délibération du 29 ...

    Lire la suite
    À propos...
    En 1921, les membres de la commission des travaux admettent, cependant, qu'il reste éloigné du centre ville et ne porte pas les noms des défunts.
    Par délibération du 29 avril 1922, les élus donnent pleins pouvoirs à une commission extra-municipale pour ouvrir une souscription publique et organiser un concours afin d'assurer au futur monument un caractère artistique. Le lieu choisi est le hall de l'hôtel de ville, où figure déjà un grand tableau des morts aux champs d'honneur", au caractère provisoire, dont la présence est attestée par la presse lors de la fête nationale de la Paix, le 14 juillet 1919.
    Cinq concurrents prennent part au concours.
    Le projet retenu est celui de Maubert intitulé De Viris (rappport du 11 août 1922).
    L'inauguration grandiose mobilise les populations de part et d'autre de la frontière franco-monégasque le 10 mai 1923. Les derniers travaux d'embellisement des deux monuments s'achèvent en 1924.
    L'adjonction d'un motif en bronze, décidée une fois la plaque posé, porte le coût final à 15 600 francs.
    À Beausoleil, a aussi été érigé, dans le cimetière, à côté de l'imposant mausolée recueillant les restes des héros français, un monument aux italiens de la commune, un obélisque surmonté d'un buste de Minerve, dû à Chappori et Lorenzi. Il est inauguré le 7 mai 1922 et dédié "Alla memoria sacra dei connazionali caduti per l'onore e la grandezza dellea Patria 1915-1918. La colonia italian Beausoleil". La liste des Italiens tombés est très importante : 53, un tiers des soldats morts de la commune
  • 1914
  • Délibérations Conseil municipal 26/09/1914
    Source : Gérard Spinelli

    Au cours de la Grande Guerre, la ville de Beausoleil érige au cimetière de la commune un Monument aux Morts, prenant ainsi une initiative qui ne devait être suivie que ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 26/09/1914

    Au cours de la Grande Guerre, la ville de Beausoleil érige au cimetière de la commune un Monument aux Morts, prenant ainsi une initiative qui ne devait être suivie que beaucoup plus tard par les autres communes.

    Décidé par le conseil municipal dès le 26 septembre 1914, le caveau devant accueillir les dépouilles des soldats, est construit sur un terrain cédé gratuitement à la Colonie Française de Monaco qui en assure la construction.

  • 1916
  • Inauguration 22/04/1916
    Source : Gérard Spinelli

    Un Coq gaulois écrasant les emblèmes austro-allemandes vient le coiffer, grâce à une souscription publique. Ce monument est remis à la commune le 22 avril 1916, mais demaure ensuite entretenu ...

    Lire la suite
    Inauguration 22/04/1916
    Un Coq gaulois écrasant les emblèmes austro-allemandes vient le coiffer, grâce à une souscription publique. Ce monument est remis à la commune le 22 avril 1916, mais demaure ensuite entretenu par le Souvenir français.