France (Gironde) Ambarès-et-Lagrave (33440)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • AFN-Algérie (54-62)
  • Monument communal
informations déposées par Martine Aubry dernière mise à jour le 19/05/2020

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
  • Représentations animalières
    • Coq(s)
      • Coq au sommet
  • Représentations féminines
    • Femme casquée/ailée
      • Femme casquée assise avec drapeau et couronne
  • Ornementation associée
    • Casque, Palme(s)
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage avec obus
Ce monument est posé sur un socle, la stèle est surmontée d'une sculpture décorative, représentant un coq Gaulois, une femme casquée, et drapée antique, avec à la main, une couronne de laurier et un drapeau.
Devant le socle, est sculpté un trophée, un casque et des palmes en sautoir.
Le monument au Morts est clôturé d'une chaîne en fer soutenue par 8 obus.

Matériaux

en pierre de Chauvigny

Inscriptions présentes sur le monument

Face
AMBARÈS
À SES GLORIEUX ENFANTS
1914-1918
 

Les morts

Les noms des morts gravés à l'origine sur le pilier commémoratif ont été réinscrits sur les plaques ajoutées ultérieurement
 
ANTOINE Martin
AUBIN Jospeh
ALBERT Émile
AUDUBERTEAU Jean
ARMENAUD Jean
ALLARD Marc
BARDESSOLLE Jean
BLANCHET Jean
BOURSAUD Léon
BERTHOMÉ Emmanuel
BRISSON Jean
BASSAT Joseph
BORDES Jean
BOISSEAU André
BERNELEAU Camille
CRUCHY Léon
CAZAUBON Félix
CHARRON Arnaud
CORNET Georges
CONSTANT André
CHAUVEAU René
CHAILLOT Raymond
CORMONT Louis
CLEMENCEAU Jean
DERIVE Antoine
-
DUREAU Mathieu
DUFFOSSÉ Arnaud
DUPRAT Jean
DUBA Sylvain
DESCOMBES Jean
DUPUY Joseph
DUTHIL Pierre
DUCOS Philippe
DESSERTINE Jean
DUTREUIL Pierre
EYQUEM Jean
EMIÉ André
EYRAUD Raoul
EYMAT Jea
ESPINASSEAU Jean
FARGAUDY Jean
FRONTO Élie
FRUGION Édouard
FEVRIER Jean
FREDEFON Jean
FOURASTÉ Jean
FURT Louis
FAUGÈRE Pierre
FURT René
FARROUIL Maurice
-----
GAUDIN Julien
GUERIN Jean
GACHET Jean
GODET Louis
GAUZET Pierre
GAZILLON Pierre
GUILLEMON Raphaël
GUIMBERTEAU Pierre
JEANNEAU Louis
JULIEN Pierre
JEANNEAU Arnaud
LAPAILLERIE Joseph
LARQUEY Charles
LORTEAU François
LALANNE Ismaël
LAMBERT Edmond
LAPAILLERIE Louis
LAMAILLERIE Georges
LACHAZE François
LARROQUE Gabriel
LARONZE Jules
LHOIRY Jean
LALANNE Marcelin
LARRIEU René
LAVILLE Daniel
-
LAPAILLERIE Raoul
LACOMBE Henri
LARRIEU Laurent
MALROUX Jacques
MOULON Raymond
MARTY Clément
MOREAU Étienne
MOINS Frnaçois
MAYRE Pierre
MASSE Paul
PEYRONEAU Justin
PIGNON Raymond
PEYCHES Gaston
PASQUEREAU Léopold
PEYRONNEAU Pierre
RIVES Pierre
RIDEAU André
RENON Denis
ROCHER René
SUCHE Hugues
TROS Jacques
TRUCH Edmond
TOUCHE Pierre
VIVIER Gabriel
VIROLEAU Marc
 
BERNATEAU Guy
CLAUZURE Raymond
CLEMENCEAU Élisée
-
DESCOMBES Clovis
DOURIHE René
FERBOS Pierre
FOURASTE Jean René
-----
GONTIER Jean Roger
LAFON Jean Pierre
MOINS Pierre Henri
-
NEUGNOT Camille
PELETTE Jean Henri
ROBEREAU Robert
 
LALANNE Serge
LAVEAU Michel

Historique du monument

  • 1921
  • Autres 21/06/1921
    transporté à Ambarès le 21 juin 1921 par chemin de fer
  • 2015
  • Ajout de noms 10/11/2015

    https://m.ville-ambaresetlagrave.fr/page_actualite.php?id=2226 Neuf poilus sortis de l'oubli Mardi 10 novembre Le nom de ces soldats sera dévoilé demain sur le monument aux morts. Grâce à Christian ...

    Lire la suite
    Ajout de noms 10/11/2015
    https://m.ville-ambaresetlagrave.fr/page_actualite.php?id=2226

    Neuf poilus sortis de l'oubli
    Mardi 10 novembre
    Le nom de ces soldats sera dévoilé demain sur le monument aux morts. Grâce à Christian Desmond, décédé il y a peu.
    Cent et un ans après la déclaration de la guerre de l'Allemagne à la France, la ville d'Ambarès-et-Lagrave rendra hommage, mercredi (1), à neuf poilus ayant eu un lien avec la commune, des soldats tous « morts pour la France », des oubliés dont les noms seront ajoutés aux cent qui figurent sur les plaques de marbre noir du monument aux morts de la ville. « Sans le travail de recherche mené par Christian Desmond, nous n'aurions sans doute jamais pu honorer la mémoire de ces Ambarésiens tombés lors de la Première Guerre mondiale », souligne Alain Casaurang. Et ce n'est plus l'élu qui se dit « affecté par la récente disparition de cet homme qui aurait eu toute sa place mercredi à cette cérémonie commémorative », particulière cette année.
    Christian Desmond qui était domicilié à Beychac et Caillau avait fait l'objet d'un article dans nos colonnes (« Sud Ouest » du 19 octobre 2012) dans lequel apparaît sa passion pour l'histoire -en particulier la Première Guerre mondiale - à laquelle il a donné plus d'ampleur une fois à la retraite. Il a commencé à travailler sur la commune de son domicile, mené un nombre de recherches incalculables sur les registres d'état civil, exhumé des informations concernant des hommes mobilisés lors de ce conflit, avec l'idée que tous ceux qui n'en sont jamais revenus pourraient ne pas avoir la place qu'ils méritent sur une plaque comme on en voit sur les monuments aux morts.
    M. Desmond a fourni ainsi à la ville d'Ambarès un document intitulés « Les oubliés du monument aux morts ». Figure le nom de 15 soldats « morts pour la France ». « Les recherches que nous avons menées permettent en l'état d'affirmer de manière certaine que neuf d'entre eux étaient bien des Ambarésiens », explique Alain Casaurang, maire adjoint.
    « Pourquoi pas à Ambarès »
    L'élu raconte avoir « appris fortuitement » que M. Desmond avait cette passion. « Quand on a su que ses recherches avaient abouti à rétablir pas un oubli mais plusieurs, vu que le phénomène s'était avéré dans plusieurs communes du secteur de Saint-Loubès, on s'est dit pourquoi pas à Ambarès ».
    Lors de la commémoration du centenaire de la Guerre 1914-1918, la ville avait invité Christian Desmond à révéler ses conclusions. Pierre Bardou évoque Les Lettres à Margot, les correspondances d'un soldat à celle qu'il aime que lui a remis une famille. Philippe Duhamel, revient sur son ouvrage qu'il a consacré aux Batailles de Bullecourt, en 1917, commune de l'Artois où vécurent ses grands-parents.
    « M. Desmond s'est présenté comme un autodidacte, un passionné d'histoire, avec la volonté surtout de ne pas se mettre en avant et aussi celle d'avoir vérifié l'authenticité de toutes les informations qu'il avançait », raconte M.Casaurang. Hier après-midi, des personnels de la ville racontaient que l'auteur des oubliés du monuments aux morts avait « fait plusieurs voyages pour vérifier dans les cimetières, sur les mémoriaux des batailles, auprès des services d'état civil des mairies la véracité des informations ».
    Il a donné de l'épaisseur aux faits bruts que l'on peut relever dans le livre d'or détenu par le secrétariat des Anciens combattants. Ainsi qu'à celui de la commune d'Ambarès. Il a couché sur chaque fiche l'état civil complet, les caractéristiques militaires, le « genre de mort », la transcription de celle-ci à l'état civil, le lieu de la sépulture et ses références. Il consacre aussi des lignes sur le contexte familial, la situation avant que ces hommes, en majorité jeunes, ne deviennent soldats.
    Les neufs soldats morts pour la France, dont les noms s'ajouteront aux cent gravés sur le monument aux morts, ont en commun de figurer sur le registre des décès d'Ambarès et sur le livre d'or de la commune. « La preuve de la légitimité à inscrire leurs noms sur le monuments aux morts de la commune », avait conclu le défunt Christian Desmond dont le rôle a été déterminant pour les sortir (localement) de l'oubli.