France (Lot) Payrac (46350)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
informations déposées par Nelly Blaya et mises à jour par Nadaud François, Choubard Alain, dernière mise à jour le 15/01/2016

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Rocher
      • Rocher [avec plaque commémorative]
  • Représentations - Soldats
    • Types de Poilus (de série)
      • Poilu - La Résistance (Pourquet)

L’espace du monument est délimité par une série d’obus surmontés par des  croix de guerre. Au centre, les rochers supportent la statue de Pourquet, haute de 2 mètres. La première assise du piédestal a 3 mètres de long, 2,5 mètres de large sur 0,4 mètre de haut. La deuxième assise du piédestal a 2,5 mètres de long, 2 mètres de large sur 0,6 mètre de haut.

Le patriotisme commence ici en fait avec une certaine idéalisation : le poilu de Pourquet intitulé “Résistance” en est un exemple intéressant : « tout est ressemblant, note Antoine Prost (2), musettes, cartouchières, col ouvert, capote retroussée, rien ne manque sauf les gourdes ». « Il aura soif !», plaisantaient ainsi certains anciens combattants de Payrac, non sans une pointe de tristesse, voire de peur devant des souvenirs si durs. 

Matériaux

sculpture : fonte de fer bronzée

Economie

Prix

14 000 francs

Commentaires (économie)
  • l’aménagement du petit jardin (250 francs) avec ses plantations,
  • la construction du mur de clôture avec son couronnement (828 francs),
  • la confection et la pose de la grille en fer avec son portail (1.560 francs avec le transport).
  • Un supplément de 400 francs est versé à Monsieur Dupessey, tailleur de pierre à Loupiac pour travaux imprévus, ainsi que 200 francs à Monsieur Reilhes, marbrier à Cahors pour gravure de trois noms ajoutés sur la vieille plaque de marbre et fourniture d’une deuxième plaque avec palme et lettres gravées et dorées.

Au total, l’édifice aura coûté près de 14.000 francs, ce qui représentait à l’époque une somme conséquente (soit environ 15.000 euros aujourd’hui) !

Sources / Bibliographies / Sites Internet

http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=46215&dpt=46&idsource=26759&table=bp04

http://monumentsauxmorts.fr/crbst_1049.html

2003 : Enfants de la République. Patrimoine républicain en Bouriane 1870-1920, Cahors, Association des Etudiants de DESS Patrimoine 2003, p. 47.

Historique du monument

  • 1921
  • Délibérations Conseil municipal 27/11/1921
    Source : Nadaud François

    Lors du conseil municipal du 27 novembre 1921, divers modèles de monuments sont présentés aux élus. Après délibération, le projet suivant est adopté à l’unanimité : le piédestal sera fait en ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 27/11/1921

    Lors du conseil municipal du 27 novembre 1921, divers modèles de monuments sont présentés aux élus. Après délibération, le projet suivant est adopté à l’unanimité : le piédestal sera fait en rochers du pays et sera surmonté du poilu de Charles-Henri Pourquet « la résistance », en fonte d’art. La statue (6.500 francs) sera livrée franco en gare de Lamothe-Fénelon. 

    Les mois suivants, les rochers destinés à édifier le monument sont préparés pour être conduits de Loupiac à Payrac.

    C’est Joseph Gouloumès, entrepreneur, qui assume le transport et la mise en place de ces blocs erratiques, moyennant le prix de 4.000 francs. Il rencontrera quelques difficultés en novembre et des travaux supplémentaires seront nécessaires pour terminer l’œuvre commencée.

  • 1922
  • Déplacement 07/1922
    Source : Nadaud François

    En juillet 1922, suite à l’étude des plans et dossiers, les élus municipaux décident de placer le futur monument aux morts sur la place publique, devant l’école de garçons. Il ...

    Lire la suite
    Déplacement 07/1922

    En juillet 1922, suite à l’étude des plans et dossiers, les élus municipaux décident de placer le futur monument aux morts sur la place publique, devant l’école de garçons. Il sera là pour rappeler à ces derniers le courage, le patriotisme et le sacrifice de leurs aînés ! 

  • 1923
  • Construction 1923
    Source : Nadaud François

    Début 1923, Édouard Constant, ne trouvant ni à Loupiac ni au Bastit les blocs de pierre pour le couronnement du mur de clôture du monument, décide en avril de les ...

    Lire la suite
    Construction 1923

    Début 1923, Édouard Constant, ne trouvant ni à Loupiac ni au Bastit les blocs de pierre pour le couronnement du mur de clôture du monument, décide en avril de les remplacer par une maçonnerie plus légère et par conséquent peu coûteuse.

  • Travaux 11/1923
    Source : Nadaud François

    En novembre 1923, tous les travaux sont effectués : l’aménagement du petit jardin (250 francs) avec ses plantations, la construction du mur de clôture avec ...

    Lire la suite
    Travaux 11/1923

    En novembre 1923, tous les travaux sont effectués :

    • l’aménagement du petit jardin (250 francs) avec ses plantations,
    • la construction du mur de clôture avec son couronnement (828 francs),
    • la confection et la pose de la grille en fer avec son portail (1.560 francs avec le transport).
    • Un supplément de 400 francs est versé à Monsieur Dupessey, tailleur de pierre à Loupiac pour travaux imprévus, ainsi que 200 francs à Monsieur Reilhes, marbrier à Cahors pour gravure de trois noms ajoutés sur la vieille plaque de marbre et fourniture d’une deuxième plaque avec palme et lettres gravées et dorées.

    Au total, l’édifice aura coûté près de 14.000 francs, ce qui représentait à l’époque une somme conséquente (soit environ 15.000 euros aujourd’hui) !

  • Inauguration 09/12/1923