France (Indre) La-Châtre-Langlin (36170)

Conflits commémorés
  • 1914-18
  • 1939-45
  • Monument communal
informations déposées par Dubant Didier et mises à jour par Choubard Alain dernière mise à jour le 08/10/2015

Description du monument

Caractéristiques

  • Structure
    • Pilier commémoratif
      • Piédestal
  • Statuaires - Soldats
    • Poilus ou soldats
      • Poilu avec drapeau
  • Ornementation végétale
    • Couronne
      • Couronne de lauriers
      • Couronne mortuaire et palme(s) entremélées
  • Décorations militaires
    • Croix de Guerre
  • Autres éléments
    • Entourages
      • Entourage Bornes/Chaînes ou barres

Le monument tout en pierre dure est constitué par une statue posée sur un piédestal de grande taille, ce dernier étant installé sur deux assises formant emmarchement au sommet d’un podium qui a nécessité la mise en place de deux marches  sur la face antérieure pour pour pouvoir accéder au monument. Le podium est protégé par des bornes, à tête de diamant, reliées par des chaînes.

Cet ensemble correspond globalement au modèle n° 2222 : “Le Poilu au Drapeau” du Catalogue de décembre 1921 des “Marbreries Générales 33 rue Poussin à Paris”, société dirigée par  M. Gourdon qui justement le 10 avril 1922 passe un marché de gré à gré avec le Maire de La Châtre-Langlin pour l’installation d’un Monument aux Morts. Cependant la statue retenue correspond à la variante n°2027, qui figure d’ailleurs sur la même page  du catalogue ( voir n° 2027 du Catalogue  des Marbreries Générales (33 rue Poussin à Paris) de décembre 1921 sur http://monum1418somme.pagesperso-orange.fr/Images/gourdon%20variantes%20drapeaux.jpg).

Cette statue à la différence du modèle de base (un Poilu mourant tenant un drapeau replié), représente un “Poilu” portant dans sa main gauche un drapeaux qui flotte au vent et dans sa droite son fusil. Il porte son fusil, crosse proche du sol et canon relevé sans sa bayonnette. L’homme regarde loin vers l’avant sa jambe gauche, qui repose sur une pierre, ouvre la partie inférieure de sa capote et laisse bien visibles ses bandes molletières. Il porte une ou deux médailles du côté gauche de sa poitrine. Sa ceinture soutient à l’avant deux cartouchières, une troisième étant fixée au bas de son dos entre deux musettes.

Derrière le combattant la sculpture qui est assez grossièrerement traitée donne l’impression d’un amoncèllement de matériaux caractéristiques du front : sacs, poutre, etc.

L’inscription qui est gravée sur deux lignes aux pieds du “Poilu” sur la face antérieure du monument est difficilement déchifrable. Peut être est ce “GLORIA VICTORIBUS” (Gloire aux vainqueurs).

Au niveau du piédestal, sur la face antérieure une gigantesque reproduction de Croix de Guerre en relief  domine une plaque de marbre blanc sur laquelle figure en lettres noires, sur six lignes, l’inscription principale.

La même reproduction de Croix de Guerre en relief domine la face postérieure du piédestal.

La face  gauche du piédestal comporte une plaque de marbre blanc sur laquelle sont inscrits en lettres noires les noms et prénoms de 26 enfants de la commune morts pendant la premières guerre mondiale. En dessous, la base du piedestal comporte en relief une couronne de lauriers. Celle-ci est encadrée par les palmes formant rayon. 

La face droite du piédestal comporte une plaque de marbre blanc sur laquelle figure en lettres noires la suite des noms et prénoms des enfants de la commune morts pendant la première guerre mondiale : 26 noms, ce qui fait donc un total de 52 morts pour la premiere guerre mondiale. En dessous, accolées extérieurement à la base du piédestal, des bornes sont reliées par des chaînes, avec interruption uniquement pour l’entrée. Une grille en fer forgé fut ultérieument ajoutée pour renforcer la protection des quatre faces du monument.

Economie

Prix

11 500 francs

Subvention commune

8 000 francs

Commentaires (économie)

1.475 francs pour la grille autour du monument.

Inscriptions présentes sur le monument

Aux Pieds de la statue probablement “GLORIA VICTORIBUS”.

Sur la plaque de marbre scellée sur la face antérieure du piédestal : “A LA MEMOIRE GLORIEUSE DES ENFANTS DE LA CHATRE LANGLIN MORTS POUR LA FRANCE 1914 – 1918 ”.

Les morts

. Sur la plaque de marbre située sur la face gauche du piédestal sont inscrits en lettres noires : Alloncle Gaston, Aumini Georges, Augay Paul, Aussudre Charles, Bastian Jean, Bazin Alfred, Berneron Pierre, Bichier Auguste, Bidaut André, Bidaut Jean, Boussin Clément, Chabenet Joseph, Couillaud Célestin, Couturaud Lucien, Debois Charles, Debrenne Albert, Delaune Eugène, Depardieu Edouard, Dubrac Fernand, Filloux Eugène, Gilbert Clément, Gilbert Eugène, Giraudet Joseph, Laforet Jean, Laforet Maxime, Laforet Silvain.
. Sur la plaque de marbre située sur la face droite du piédestal sont inscrits en lettres noires : Laroche Léon, Larose Louis, Lechervy Edouard, Margot Emilien, Maury Alexandre, Mayet Jean, Nogrette Gaston, Pachaud Jean, Penot Gustave, Pinardon Lucien, Puifferrat Joseph, Renaud Eugène, Robinet Silvain, Rossin Baptiste, Rouet Edouard, Rouet Gaston, Rouet Louis, Sabroux Lucien, Soulas André, Soulas Maxime, Touzet Alexandre, Touzet Alphonse, Trébujais Alexis, Vaché Albert, Vaugelade Louis, Vaugelade Maurice.
Sur la face antérieure du monument, en dessous de l’inscription principale, se trouve une autre plaque de marbre blanc. Elle porte en lettres noires :
“A NOS MORTS DE LA GUERRE 1939 – 1945”, puis :
. colonne de gauche : Aubrun Marcel, Bournillat Julien, Cedelle René, Lebourg René,
. colonne de droite : Lechervy René, Mantonnier maurice, Saunier Roger, Thomas Gabriel,
. en dessous au centre : Dubois Roger.

Historique du monument

  • 1922
  • Délibérations Conseil municipal 26/02/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 26 février 1922, le Conseil Municipal de La Châtre-Langlin “désirant commémorer dignement la mémoire des enfants de la commune morts pour la défense de la patrie, lors de ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 26/02/1922

    - Le 26 février 1922, le Conseil Municipal de La Châtre-Langlin “désirant commémorer dignement la mémoire des enfants de la commune morts pour la défense de la patrie, lors de la grande guerre 1914-1918, décide d’élever un monument à leur intention sur la place publique de La Châtre-Langlin. A cet effet, il vote une somme de 8.000 F à prendre sur le reliquat de l’exercice 1921...”.

  • Marché de gré à gré 10/04/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 10 avril 1922, un traité de gré à gré est rédigé à Paris : “entre les soussignés, d’une part, Monsieur  (le... ...), Maire de LA CHATRE LANGLIN agissant ...

    Lire la suite
    Marché de gré à gré 10/04/1922

    - Le 10 avril 1922, un traité de gré à gré est rédigé à Paris : “entre les soussignés, d’une part, Monsieur  (le... ...), Maire de LA CHATRE LANGLIN agissant pour le compte de cette commune en vertu d’une délibération du Conseil Municipal en date du 26 février 1922 et d’autre part Monsieur GOURDON Entrepreneur de Marbrerie, 33 rue Poussin à Paris (XVIe arrondissement)” : “Il a été convenu ce qui suit.

    La commune de LA CHATRE LANGLIN remet commande à Monsieur GOURDON qui accepte d’un monument commémoratif aux Enfants de la commune Morts pour la France et à exécuter conformément au dessin et devis descriptif remis et signée ce jour par l’Entrepreneur soussigné, pour le prix à forfait de 11.500 francs, tout posé et y compris les inscriptions.

    Cette somme est payable : 1.200 francs à la commande, un tiers le monument taillé sur chantier, le solde à la (fin).

    Cette fourniture est garantie de solidité absolue”.

    Ce document fut contresigné à “LA CHATRE LANGLIN le 13 avril 1922” par le Maire.

     

  • Commission d’art 23/06/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 23 juin 1922, la Commission chargée d’examiner, du point de vue artistique, les projets de monuments aux “Morts pour la France”, répond “Approuvé ” au projet soumis par ...

    Lire la suite
    Commission d’art 23/06/1922

    - Le 23 juin 1922, la Commission chargée d’examiner, du point de vue artistique, les projets de monuments aux “Morts pour la France”, répond “Approuvé ” au projet soumis par la commune de “La Châtre-Langlin”.

  • Mémoire 14/08/1922
    Source : Dubant Didier

    - Le 14 août 1922, est émis le document suivant : “Doit la Commune de La Châtre-Langlin, Canton de St Benoît-du-Sault (Indre) : M. Gourdon, entrepreneur de ...

    Lire la suite
    Mémoire 14/08/1922

    - Le 14 août 1922, est émis le document suivant :

    “Doit la Commune de La Châtre-Langlin, Canton de St Benoît-du-Sault (Indre) : M. Gourdon, entrepreneur de marbrerie, 33 rue Poussin à Paris.

    Savoir :

    . Août 1922 – Pour fourniture d’un monument commémoratif aux soldats de La Châtre-Langlin, morts pour la France. Paiement d’un tiers de la somme de 11.500 francs, prix du monument suivant convention en date du 10-13 avril 1922, soit : 3.833F33.

     Certifié exact le présent mémoire s’élevant à la somme de 3.833 francs 33 centimes. Paris le 14 août 1922 ” Signé Gourdon.

    Validé à La Châtre-Langlin, le 14 août 1922 par le Maire.

  • 1923
  • Délibérations Conseil municipal 11/11/1923
    Source : Dubant Didier

    - Le 11 novembre 1923, le Conseil Municipal de La Châtre-Langlin, “approuve le plan et devis de la grille du Monument aux Morts pour la Patrie”, pour un montant de ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 11/11/1923

    - Le 11 novembre 1923, le Conseil Municipal de La Châtre-Langlin, “approuve le plan et devis de la grille du Monument aux Morts pour la Patrie”, pour un montant de 1.475 francs.

  • Devis 25/12/1923
    Source : DUBANT Didier

    - Le 25 décembre 1923, “M. Pinardon Albert s’engage à exécuter une grille en fer forgé autour du Monument aux Mort pour la Patrie selon les plans et devis déposés ...

    Lire la suite
    Devis 25/12/1923

    - Le 25 décembre 1923, “M. Pinardon Albert s’engage à exécuter une grille en fer forgé autour du Monument aux Mort pour la Patrie selon les plans et devis déposés à la Mairie” contre la somme de 1.475 francs.

     

Soumettre de nouvelles informations

Localisation

Place

Le monument se trouve au nord du centre bourg, devant l’actuelle Mairie qui sur les cartes postales anciennes représentant le Monument aux Morts est indiqué comme “Les  Ecoles”. Le monument est sur une place publique au carrefour de la R.D. 1 (la route Départementale n° 1 de Mailhac-sur-Benaize à Saint-Benoît-du-Sault et Buzançais) et de la Rue de Sèvres.