France (Indre) Buzançais (36500)

Conflits commémorés
  • 1870-71
  • Autres
  • Monument cantonal
  • Monument construit pour 1870
informations déposées par Ducol Claudine et mises à jour par Lacour Lucien, Martine Aubry dernière mise à jour le 07/10/2019

Description du monument

"La vieille berrichonne en sabots, vêtue du châle en pointe, coiffe de la « coëffe » nationale est prostrée dans sa douleur, abîmée en des souvenirs cruels. La tête couchée sur son bras droit et le bras appuyé au socle, la main gauche pendante tenant une couronne d’immortelles, elle « ressasse » en sa vieille âme endolorie, saignante de tant d’arrachements le souvenir des êtres chers disparus dans la tourmente." (description donnée dans le Journal du Centre du 1er novembre 1900). La tradition orale veut qu'une habitante de Buzançais,une madame Guillard, ait servi de modèle au sculpteur (voir Gérard Coulon, op.cit. infra).

Matériaux

Aucun devis ne nous est parvenu. La presse indique qu'il s'agit de pierre du Poitou pour la statue de la Pleureuse. Dans ses productions ultérieures de monments aux morts Ernest Nivet utilisera la pierre calcaire de Lavoux (des carrières proches de Chauvigny). 

Economie

Prix

2 925 francs

Souscription

2 603,80 francs

Commentaires (économie)
Le seul document fournissant des indications sur ce point est une lettre du maire de Buzançais, Amédée Guilgault, au préfet de l'Indre, en date du 30 mai 1900, recueillie aux archives départementales de l'Indre (2O/031/7). Elle fait état d'une subvention du Conseil général de 200 francs et nous savons, par ailleurs, que les conseils municipaux de Buzançais et d'autres communes du canton ont voté des participations ; mais le chiffre donné au titre de la souscription englobe l'ensemble des sommes perçues. La différence entre le coût du monument et ces dernières fut peut-être dans un premier temps imputée sur le budget municipal, mais le ministère de l'Intérieur et des Beaux-arts devait ensuite accorder une subvention de 300 francs (effective en janvier 1921).

Commentaires

Il s'agit bien d'un monument cantonal dont le financement a été assuré par des habitants de tout le canton. Initialement destiné à "consacrer un souvenir à la Mémoire des Enfants de notre canton, morts pour la Patrie en 1870-71" (texte de l'appel à souscription in Journal du Département de l'Indre du 13-14 mars 1899), il est devenu ensuite pour ses promoteurs un hommage plus étendu à l'ensemble des morts du canton, comme le précise le maire de Buzançais dans son discours lors de la cérémonie d'inauguration. 

Inscriptions présentes sur le monument

CANTON
DE
BUZANÇAIS

AUX ENFANTS
MORTS
POUR LA
PATRIE

   

Les morts

Il n'y a pas de plaques, peut-être pour la raison évoquée ci-dessus. Dans l'état actuel des recherches il n'est pas possible d'établir la liste des combattants de 1870-1871 tombés au champ d'honneur. Leur nombre même (22 selon la presse pour la canton) n'a pu être vérifié.

Sources / Bibliographies / Sites Internet

http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?insee=36031&dpt=36&idsource=131695&table=00
Gérard Coulon, Chroniques du pays de Brenne, Tours, Gilbert-Clarey, 1978 , 123-135.
F. et L. Lacour, Sur les Pas d'Ernest Nivet dans l'Indre, oeuvres de plein-air, Châteauroux, Les Amis d'Ernest Nivet,1998.  
Pascal Guilly, court métrage réalisé pour l’émission « Cultur’z », http://www.dailymotion.com/video/x112224

Historique du monument

  • 1899
  • Comité d'érection 08/02/1899
    Source : Journal du Département de l'Indre

    Journal du Département de l'Indre Création d'un comité d'initiative, composé de MM. Guilgault, maire de Buzançais, Edouard Ratier banquier et du commandant Berlau, ancien officier de Turcos et ...

    Lire la suite
    Comité d'érection 08/02/1899

    Journal du Département de l'Indre

    Création d'un comité d'initiative, composé de MM. Guilgault, maire de Buzançais, Edouard Ratier banquier et du commandant Berlau, ancien officier de Turcos et président d'une "société de secours mutuel des anciens militaires" du canton de Buzançais. Lancement d'une souscription auprès de la population.  

  • Délibérations Conseil municipal 12/02/1899
    Source : A.D.I. 2O/031/7 et archives municipales de Buzançais

    Délibérations municipales du 12 février 1899 : « (…) Monument aux soldats des armées de terre et de mer du Canton de Buzançais morts pour la patrie. Le Maire ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 12/02/1899

    Délibérations municipales du 12 février 1899 :

    « (…) Monument aux soldats des armées de terre et de mer du Canton de Buzançais morts pour la patrie. Le Maire expose au Conseil qu’un Comité s’est formé dans le but d’élever un monument à la mémoire des soldats du Canton de Buzançais, morts pour la Patrie. Le Comité demande l’appui de toutes les Communes du Canton et de tous les habitants pour arrive à la réalisation de son projet. Le monument serait élevé à Buzançais sur l’une des places de la ville. Le Maire demande au Conseil de vouloir bien concéder l’emplacement nécessaire et de plus de s’associer à la réalisation du projet de monument par le vote d’une subvention.

       Le Conseil, à l’unanimité, s’associant au projet qui lui est soumis, vote une subvention de 200f pour l’érection du monument dont il s’agit, laquelle sera inscrite au Budget additionnel de 1899 et décide que l’emplacement nécessaire au monument sera mis à la disposition du Comité lorsque celui-ci aura fixé son choix. (…) »

  • Autres 17/04/1899
    Source : Journal du Département de l'Indre

    Journal du Département de l'Indre

    Désignation du sculpteur Ernest Nivet pour entreprendre le monument aux morts. 

  • 1900
  • Presse 30/05/1900
    Source : Journal du Département de l'Indre

    Journal du Département de l'Indre

    Publication d'un dessin du monument d'après une photographie Dorsand. 

     

  • Délibérations Conseil municipal 15/07/1900
    Source : A.D.I. 2O/031/7 et archives municipales de Buzançais

    Délibérations municipales du 15 juillet 1900 : « (…) Monument aux soldats morts pour la Patrie. Le Conseil, après avoir pris Communication de la demande du Comité d’initiative tendant ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 15/07/1900

    Délibérations municipales du 15 juillet 1900 :

    « (…) Monument aux soldats morts pour la Patrie. Le Conseil, après avoir pris Communication de la demande du Comité d’initiative tendant à autoriser l’érection sur la place dite des Jeux à Buzançais du monument à élever à la Mémoire des Soldats du Canton de Buzançais morts pour la Patrie ;

       Décide à l’unanimité d’accorder l’autorisation demandée. (…)

  • Décret Approbation Préfecture 06/09/1900
    Source : A.D.I. 2O/031/7

    Décret d'approation du ministère de l'Intérieur

  • Délibérations Conseil municipal 30/09/1900
    Source : A.D.I. 2O/031/7 et archives municipale de Buzançais

    Délibérations municipales du 30 septembre 1900 :    « (…) Inauguration du monument aux enfants du Canton morts pour la Patrie. Vote de 1 500f. Le Maire expose au Conseil ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 30/09/1900

    Délibérations municipales du 30 septembre 1900 :

       « (…) Inauguration du monument aux enfants du Canton morts pour la Patrie. Vote de 1 500f. Le Maire expose au Conseil que les travaux de construction du monument élevé à Buzançais à la mémoire des enfants du canton morts pour la Patrie, approuvé par arrêté Ministériel du [1]       sont sur le point d’être terminés et que l’inauguration pourra avoir lieu prochainement. A l’occasion de cette inauguration, il devra être organisé une fête locale et de plus, la Ville devar faire face à la dépense occasionnée par l’inauguration.

                    Le Maire prie le Conseil de vouloir bien voter un crédit dans ce but.

                    Le Conseil vote un crédit de 1.500f (quinze cents francs), à prélever sur les ressources libres de l’exercice en cours, pour solder les frais occasionnés par l’inauguration et ceux d’une fête à organiser dans les Grands Jardins.

                    Le Conseil charge la municipalité de faire le nécessaire pour l’organisation de l’inauguration et de la fête dont il s’agit et demande que la dite municipalité soit dispensée de recourir à une adjudication pour l’emploi du crédit présentement voté. (…) »

                                                         

     

    [1] En blanc, ajout au crayon  « 1er 7bre 1900 »

  • Inauguration 28/10/1900

    inauguré en octobre 1900.

  • Inauguration - Presse 29/10/1900
    Source : Lucien Lacour

    Inauguration du Monument de Buzançais

  • Inauguration - Presse 01/11/1900
    Source : Écho des Marchés du Centre

    Écho des Marchés du Centre, 1er novembre 1900 Inauguration du monument de Buzançais.    Dimanche a eu lieu, à Buzançais, la cérémonie d’inauguration ...

    Lire la suite
    Inauguration - Presse 01/11/1900

    Écho des Marchés du Centre, 1er novembre 1900

    Inauguration du monument de Buzançais.

       Dimanche a eu lieu, à Buzançais, la cérémonie d’inauguration du monument élevé à la mémoire des enfants du canton de Buzançais, morts pour la Patrie.

       Dès le matin la ville est en fête. Toutes les fenêtres sont pavoisées.

       A 8 heures, les diverses sociétés de la ville se réunissent. Puis le cortège, ayant à sa tête M. Guilgault, maire, se forme pour se rendre à l’église, où un service solennel doit être célébré.

       L’église, entièrement tendue de noir, est comble.

       Un catafalque, orné de drapeaux, occupe le centre de la nef.

       La messe est célébrée par M. l’abbé Granger, curé-doyen de Buzançais, qui prononce un patriotique discours.

       Pendant l’office, des artistes de grand talent se font entendre.

       A l’issue de la cérémonie, le cortège, précédé du clergé, se rend au monument qui est béni par M. le curé.

       Là, devant une foule nombreuse et recueillie, M. l’abbé Granger prononce quelques paroles qui touchent profondément l’assistance.

    ***

       Les autorités civiles et militaires arrivent à 11 hures et demie ainsi que les sociétés invitées. On remarque M. le Préfet et son chef de cabinet, MM. Moroux, Forichon, Ratier, sénateurs, M. le colonel Calvet, du 90e régiment d’infanterie, M. le commandant Balet, du 9e escadron du train des équipages, etc., etc., toutes les sociétés militaires de Châteauroux et des sociétés de gymnastique parmi lesquelles l’Issoldunoise d’Issoudun, la Patriote de Levroux.

       M. le maire et les membres du comité sont à la gare pour y recevoir les autorités, puis on se rend à la mairie et de là au monument.

       L’œuvre remarquable du sculpteur berrichon, Ernest Nivet, était voilé d’un immense drapeau tricolore. Dès que le voile, qui recouvrait le monument, est levé, les têtes se découvrent et des applaudissements éclatent de toutes parts.

       L’œuvre d’art de notre jeune compatriote est composée d’une stèle sur laquelle est gravée l’inscription suivante : Aux enfants du canton de Buzançais morts pour la Patrie. Au pied du monument , une berrichonne en deuil, tenant dans la main une couronne d’immortelles, incline la tête dans une attitude de douleur et d’abattement. Cette œuvre symbolique, mais simple, fait beaucoup d’impression.

       Après que les enfants des écoles ont chanté une cantate d’un souffle généreux et entraînant, due à l’inspiration du docteur Guesdron, la série des discours commence. On entend d’abord M. Guilgault, et tour à tour, M. Liégey, préfet de l’Indre, M.Ratier et le nouveau sénateur M. Forichon. Ces disours ont été empreints des sentiments patriotiques. Tous les orateurs ont également fait l’éloge de l’armée.

       A 5 heures et ½ un banquet a été offert à ses hôtes par la ville de Buzançais. Inutile de dire qu’au champagne, plusieurs toasts ont été portés.

       Une magnifique de nuit a terminé cette journée qui laissera un profond souvenir à la population de Buzançais.

    ***

       M. le préfet a profité de cette solennité pour remettre quelques décorations à sept sapeurs-pompiers et annoncer à M. Ernest Nivet qu’il serait compris dans la prochaine promotion des palmes académiques.          

  • Délibérations Conseil municipal 18/11/1900
    Source : A.D.I. 2O/031/7 et archives municipales de Buzançais

    Délibérations municipales du 18 novembre 1900 : « (…) Inauguration du Monument de Buzançais. Vote d’un crédit de 600f. Le Maire rend compte au Conseil de ce qu’il a ...

    Lire la suite
    Délibérations Conseil municipal 18/11/1900

    Délibérations municipales du 18 novembre 1900 :

    « (…) Inauguration du Monument de Buzançais. Vote d’un crédit de 600f. Le Maire rend compte au Conseil de ce qu’il a fait pour la fête de l’inauguration du monument, qui a eu lieu le 28 octobre dernier ainsi qu’il en avait été chargé par la délibération du 30 7bre 1900.

                                                                   La dépense totale s’est élevée à 2095f 50.

    Un crédit de 1.500f (quinze cents francs) ayant été voté             1500

    par délibération du 30 7bre dernier, il reste

    à couvrir une dépense de  …………………………………………………………..595f 50

       Le Maire demande au conseil le vote d’un Crédit pour payer cette somme.

       Le Conseil après en avoir délibéré, approuve ce qui a été fait par le Maire pour la fête de l’inauguration du monument du 28 Octobre dernier et vote un crédit supplémentaire de 600f (six cents francs) à prélever sur les ressources libres de l’exercice en cours pour permettre le paiement du solde de la dépense faite.

       Le Conseil demande que pour l’emploi de ce crédit, le Maire soit autorisé à traiter à l’amiable et prie Mr le Préfet de vouloir bien approuver le crédit présentement voté. (…) »

  • 1904
  • Autres 09/03/1904
    Source : Journal du Département de l'Indre

    Journal du Département de l'Indre, 9 et 10 mars 1904

    La statue est victime d'un acte de vandalisme (main droite cassée)

  • 1926
  • Presse 23/01/1926
    Source : La Volonté

    La journaliste Séverine regrette que la Pleureuse de Buzançais ne figure pas sous l'Arc de triomphe de l'Etoile en lieu et place de la tombe du soldat inconnu :  ...

    Lire la suite
    Presse 23/01/1926

    La journaliste Séverine regrette que la Pleureuse de Buzançais ne figure pas sous l'Arc de triomphe de l'Etoile en lieu et place de la tombe du soldat inconnu : 

    […] Je pense (…) qu’une statue eût mieux servi l’idéal qu’on entendait fixer là. J’en sais une   pour ma part qu’il est impossible de regarder sans une émotion profonde. Elle se dresse sur               une petite place de Buzançais, dans l’Indre, à la mémoire des combattants de 1870, et elle    est due au ciseau d’Ernest Nivet – ce Millet de la sculpture ! Contre une stèle, une vieille              femme debout, portant coiffe et châle berrichons, s'appuie, éplorée. Au creux de son bras     droit, le visage s'enfouit ; le bras gauche, distendu, porte une petite couronne. C'est une     maman et elle pleure. Je défie le plus endurci de rester insensible devant ce monument là.   […]

  • 2000
  • Cérémonies diverses 16/09/2000
    Source : La Nouvelle République du Centre-Ouest

    La Nouvelle République du Centre-Ouest 19 septembre 2000 Célébration du Centenaire du monument de Buzançais par la municipalité de M. Blanchet, en présence de la petite-fille du ...

    Lire la suite
    Cérémonies diverses 16/09/2000

    La Nouvelle République du Centre-Ouest 19 septembre 2000

    Célébration du Centenaire du monument de Buzançais par la municipalité de M. Blanchet, en présence de la petite-fille du sculpteur Nivet : l'harmonie exécute la Cantate composée en 1900. 

  • 2013
  • Emplacement 2013

    Plusieurs fois, à la demande d'associations d'anciens combattants, il a été envisagé de le déplacer et de le rapprocher du monuments aux morts de 1914-1918. La municipalité de Buzançais, comme ...

    Lire la suite
    Emplacement 2013
    Plusieurs fois, à la demande d'associations d'anciens combattants, il a été envisagé de le déplacer et de le rapprocher du monuments aux morts de 1914-1918. La municipalité de Buzançais, comme la famille du sculpteur, n'ont pas souhaité revenir sur la décision prise en 1900 (délibérations municipales du 15 juillet 1900). La place Balanant possède un caractère propre du fait de la présence de ce monument.
    Toutefois des travaux d'aménagement ont été opérés dans le cadre d'une rénovation du secteur en 2013.